XMH : The After Years
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Better Call The Captain ! [Feat Thalès... Of course]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


I cant convince you to buy this kittens. But I can kill them if you dont...

Messages : 35
Date d'inscription : 17/07/2015
Identité : Nicholas Hanson
Dons : Malédictions

MessageSujet: Better Call The Captain ! [Feat Thalès... Of course] Mar 28 Juil 2015, 23:48




Il n'y a, dans la vie, aucune certitude. N'en déplaise à Descartes, les jeunes mutants francophiles devront pardonner les paroles issues de l'esprit de Nicholas Hanson, mais le doute systématique lui-même n'est pas une réponse. Un leader qui doute, n'est pas un leader. Il peut par contre songer, réfléchir et s'interroger. Il cherchera l'angle de la situation le plus abordable, comme celui qui cherche à découdre l'ignoble pull de sa grand-mère cherchera l'accroc qui lui permettra de faire croire à un accident...

En politique, Pilate voyait les choses de la même manière. Le politicien qui réussit n'est pas toujours celui qui ferra le meilleur travail ni celui qui possède les plus grandes compétences, c'est celui qui sait trouver la maille qui détricote le pull de l'adversaire. Sa grand-mère elle-même, du côté paternel, était une vieille acariâtre sévère, désagréable, la joue droite ornée d'un poireau surmonté d'une touffe de poils durs, qu'elle semblait prendre un malsain plaisir à frotter au visage des malheureux qui lui disaient bonjour... Elle détestait qu'on l'approche. Et rétrospectivement, il est tout à fait possible qu'elle ait passé des années à le faire exprès pour dégoûter les gens de continuer à lui faire la bise. Inutile de se demander pourquoi le voisinage la traitait de sorcière... Couplé à sa manie de regarder par les fenêtres de tout un chacun, ainsi que le fait qu'elle soit une mutante, ils avaient assez de raisons de se poser des questions. Si l'Inquisition avait toujours été en place, elle y serait passée.

Philosophiquement, l'homme qui occupait le siège de Maire de New York se considérait lui-même comme éclairé, ce qu'il était, objectivement. Tout comme dans les arts oratoires et sa capacité à séduire un auditoire ou encore en matière de politique. Cependant, il avait toujours détesté rendre des comptes et sa communication, aux yeux de son équipe comme de la presse, laissait à désirer. En bourreau de travail, il avait plutôt la victoire modeste, de grandes ambitions, et refusait par conséquent que les petits succès soient relayés, ce dont l'opinion public aurait malgré tout souhaité être averti.

Mais revenons-en à l'essentiel. En politique, l'essentiel est donc de trouver la faille et de l'exploiter. Dans le cas présent, il se trouve que Pilate, sans usurper son surnom, voyait se dessiner un plan qui lui permettrait de faire d'une pierre deux coups. Il était d'ailleurs temps de régler cette question.

- Will ? Interrogea le Maire en appuyant sur le bouton d'appel incrusté dans le bois de son bureau.

En vérité, son chef de cabinet s'appelait Winston Clayton, mais il avait toujours détesté son prénom et Nicholas acceptait volontiers d'employer le diminutif de Will qu'il s'était choisi. Grand et mince, vêtu d'un costume noir mais portant une improbable coupe de cheveux longs écrasés sur son visage à la manière d'un palmier après une tempête, Pilate lui pardonnait cette fantaisie car leur association remontait à plusieurs décennies et que Maris, de son surnom, était éminemment compétent. Celui-ci entra silencieusement dans le bureau, son regard sombre fixant Nicholas d'instinct.

- Contacte Milton, dis-lui que nous avons besoin de notre vieux capitaine.

Winston, comme Nicholas, avait passé une partie de sa carrière militaire sous les ordres du capitaine Powell. Bizarrement, les hommes semblaient se respecter sans s'apprécier, alors que Nicholas appréciait le capitaine sans s'être jamais soucié de le respecter. Pourquoi s'ennuyer à tenter de comprendre ce qu'il se passait dans la tête de cet homme ? Leur relation était "amicale" et fonctionnelle lorsque nécessaire. Le respect, en politique, n'avait jamais semblé une donnée essentielle à l'homme dont chacun estimait qu'il fut capable de mettre à mort le messie.

_________________


I always trust the blindness of justice. But it's easier when justice's pockets are full.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 214
Date d'inscription : 24/02/2015
Identité : Capitaine Powell
Dons : Contrôle de la gravité terrestre

MessageSujet: Re: Better Call The Captain ! [Feat Thalès... Of course] Jeu 30 Juil 2015, 18:01




Better Call The Captain !


Au risque de paraître conventionnel, le capitaine n'aimait pas les politiciens. L'Histoire, et les derniers événements en date, contribuaient à penser qu'ils étaient souvent des arrivistes. Pourtant, il concédait que certains avaient le pouvoir de préserver la société, et qu'il fallait souvent user de méthodes douteuses, pour se faire. Il avait dirigé des soldats, il convoitait désormais le rang d'Hélianthème : il savait qu'il fallait se salir les mains afin de faire les choses comme on l'entendait, faute de prétendre bâtir un monde à son image. Ce monde était né dans la violence et il y mourrait. Tout ce qu'ils pouvaient faire, c'était vivre le plus longtemps ; préserver leurs proches et se montrer impitoyables à l'égard de leurs ennemis. Tout cette violence pouvait être saupoudrée de paroles mielleuses et de double-jeu. Aussi rustre avait-il l'air, le capitaine connaissait un peu près les tactiques de manipulation et d'hypocrisie. Au reste, il se considérait plus comme un réaliste, que comme un grand pessimiste. La guerre, il ne l'avait jamais vraiment quittée.
Et il avait raison de songer ainsi, puisqu'il avait été enlevé par ces ombres que la société refusait de voir. Dorénavant, il savait que la menace invisible était concrète, et il avait sacrément les nerfs... Tout cela était d'autant plus difficile à assimiler que le motel des X-Men avait été attaqué par le FME, en son absence. Suite à tout ce qu'il s'était passé, il était loin d'avoir songé une seconde à Milton, à qui il aurait pourtant dû donner des nouvelles, voire même des informations susceptibles de mettre le leader des X-Men dans l'embarras.
Il errait près du motel lorsqu'il reçut un coup de fil du dénommé Milton. Thalès crispa la mâchoire mais hocha la tête. Il n'aimait guère être vulgairement convoqué mais il ne devait point oublier la hiérarchie mise en place.
Alors qu'il prenait le volant de son taxi, puis arpentait les rues new-yorkaises, il songeait à sa relation avec les hommes qu'il s'apprêtait à voir. Il s'était souvent figuré que Clayton et lui n'étaient pas si différents. Ils étaient faits de la même étoffe, peut-être même de fer. En revanche, il peinerait à rester aussi calme et silencieux que celui-ci. Lannister avait la réputation de ne point savoir sourire, au point d'avoir peut-être la mâchoire clouée, mais il imaginait parfois que Clayton souffrait des mêmes maux. Quant à « monsieur le Maire »... Thalès l'avait précisément connu avant qu'il acquière ce titre, et il était déjà cet homme aux airs sympathiques, presque clownesques. Le problème avec les clowns, c'était qu'on ne savait jamais ce que dissimulait leur maquillage, et que certains avaient même les dents pointues. Le capitaine ne sous-estimait pas le Maire, il devait même s'en méfier. Pour autant, il ne se doutait pas qu'il avait vendu son âme au diable.
Il immobilisa son véhicule dans le parking réservé aux employés du bâtiment. Si quelqu'un n'était pas content, il n'avait qu'à venir le trouver. Après quoi, il signala sa présence auprès du secrétaire de Hanson. Il se demanda une dernière fois s'il devait lui parler des actes répréhensibles d'Hélianthème... Comme par exemple, son alliance encore fraîche avec Lannister.
Il entra dans le bureau, lorsqu'on l'invita à le faire. On disait qu'il fallait toujours se fier à la première impression laissée par quelqu'un. Lorsque le capitaine déboulait dans une pièce, sa silhouette haute et sa carrure en imposaient. Sa tenue, son cache-œil et son regard métallique indiquaient qu'une partie de lui avait été abandonnée parmi les décombres de la guerre, et même ensevelie. Les plus optimistes le considéraient comme un traumatisé, les gens réalistes comme le grand sociopathe qu'il était devenu. Les marques de blessure qu'il avait encore ne le rendaient pas plus engageant. Et pourtant, il était plus ambigu et rusé que cela. Il n'avait rien d'une brute épaisse. Il savait se comporter en société et séduire son prochain. Ses sourires étaient à se damner, avec tous les mauvais jeux de mots possibles. Il adressa justement un sourire chaleureux au Maire, en hochant la tête.

En général, tu ne me contactes pas pour des bonnes nouvelles, dit-il, pour amorcer la discussion.

Oui, il tutoyait cet homme, aussi important était-il. Après tout, les rapports de force avaient été inversés, à une époque. Pour autant, il ne se montrait pas trop arrogant ou désinvolte. Il savait que, quels que soient ses décisions ou les sujets abordés, il allait devoir se montrer réfléchi.






_________________










“This is a joke. This is all a joke.”




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1337-thales#25733http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t978-thales#19346http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-benedict-dantes#19395http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1506-thales#28331


I cant convince you to buy this kittens. But I can kill them if you dont...

Messages : 35
Date d'inscription : 17/07/2015
Identité : Nicholas Hanson
Dons : Malédictions

MessageSujet: Re: Better Call The Captain ! [Feat Thalès... Of course] Ven 31 Juil 2015, 03:54


Comme tous les bons politiciens, Nicholas savait attendre. Surtout parce qu'ils ont généralement trop d'affaires à gérer pour voir le temps passer. Ce n'était pas son cas. Il préférait déléguer l'imbuvable, l'inutile, le sans-intérêt et les petites affaires à son personnel et ses conseillers, qui réalisaient le véritable travail de terrain, de fond et de recherches. Comme tout bon politicien, Nicholas lisait leur travail, renvoyait ce qui lui déplaisait et s'appropriait ce qui lui convenait. Il lisait donc un rapport émis par les anciens contacts de Will au sein de la CIA. Rapport classifié qui détaillait les forces mutantes connues de New York et de l'ensemble du territoire américain, ainsi que leur évolution pré et post-guerre.

La démographie est une chose fascinante. Pour qui a déjà vu Bernard Werber en conférence, l'homme peut-être un écrivain intéressant sur certains sujets mais la précision de certains sujets de biologie, bien qu'il les exploite, lui échappent. Interrogé par une journaliste qui lui demandait si la femme était l'avenir de l'homme, il avait déclaré, avant la guerre, que les populations féminines chez les poissons ou les amphibiens sont capables de se passer de l'homme pour se reproduire lorsqu'elles font face à un milieu hostile. Qu'on pouvait estimer que si ce concept était transposable à l'homme, voire à l'homo superior, alors oui, la femme pourrait se passer de l'homme. Il oubliait opportunément de préciser que ce phénomène biologique se produit exclusivement lorsque l'animal affronte un milieu hostile et pollué qui menace son espèce. Chez l'homme, les études émises durant le XXème siècle ont montré qu'à la suite des deux premières guerres mondiales, chacune a été suivie d'une démographie masculine plus importante. Le milieu hostile dans lequel se plonge l'humanité, comme les poissons dans une rivière polluée, favorise la naissance de mâles destinés à maintenir l'existence de l'homme. Bien que critiquable par les féministes ou les mutantes de la même philosophie, la CIA semblait penser que cette guerre répondrait à la même logique démographique. Un point de vue devant lequel Nicholas restait sceptique. C'était oublier que l'espèce mutante, contrairement à l'espèce humaine, n'attendait pas des femmes qu'elles restent en retrait mais, au contraire, que la supériorité de leur espèce avait vu l'émergence de guerrières tout aussi capables, sinon plus que certains mâles... Le pouvoir mutant était une impartialité génétique qui déstabilisait le clivage de l'homo sapiens entre ses genres sexués. Pour le mieux, Nicholas aimait le penser, en songeant par exemple à son épouse. Qu'en penserait Hélianthème ?

Qu'en penserait Thalès ? L'homme de guerre avait de sombres pensées mais, pour Pilate, le réduire à une vision-cliché du sociopathe était trompeuse. S'il ne laisserait pas son ancien Capitaine lui placer un couteau sous la gorge, il le pensait malgré tout bien trop sage pour avoir ce type d'impulsion stupide. Thalès n'était pas stupide. Feindre l'impulsivité, en ne sous-estimant pas sa capacité à user de manipulation. Un loup déguisé en berger. Gardant même en main un bâton bien affûté, et probablement, un chien obéissant quelque part. D'ailleurs, il entendit un pas, relativement doux malgré la stature du militaire, et fit pivoter son fauteuil.

- En général, tu ne me contactes pas pour des bonnes nouvelles.

- Mon Capitaine !

Jovial, Nicholas se leva de son fauteuil et contourna son bureau pour offrir une accolade à son "vieux camarade" avant de venir se rasseoir. Il n'ignorait pas que, du peu de personnes à même penser s'accorder cette familiarité avec Thalès, quatre sur cinq seraient assommées dans une allée pour être ensuite torturées, dépecées et tuées juste par rancune pour ce geste familier. Mais en plus de la sympathie que pouvait éprouver Pilate pour son visiteur, il aimait ce masque de bonhommie qu'il affichait avec la très grande majorité de ses potentiels électeurs. Quoi ? Il était peu probable que Thalès vote, surtout pour lui ? Oh... Cette donnée ne semblait pas faire partie du système de pensée du Maire.

- Bien. Très bien ! Installe-toi, je t'en prie. Lui-même refit le tour de son bureau pour s'installer dans le large fauteuil de cuir aux accoudoirs d'argent qu'il avait fait installer.

Pourquoi de l'argent ? Parce que l'or était trop clinquant...

- Tu veux boire quelque chose ? Café ? Thé ? Cocktail ? Un alcool ? J'ai un excellent rhum cubain, Antonio, le fils de Fidel, me l'a apporté lors de sa dernière visite...

Il en profita pour replier le rapport de la CIA et le placer sur le coin de son bureau. Il avait calculé avec soin le temps durant lequel celui-ci était resté ouvert. Il sourit à son aimable visiteur, le regardant droit dans l'oeil.

- Comment vas-tu ? Les affaires ?

_________________


I always trust the blindness of justice. But it's easier when justice's pockets are full.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 214
Date d'inscription : 24/02/2015
Identité : Capitaine Powell
Dons : Contrôle de la gravité terrestre

MessageSujet: Re: Better Call The Captain ! [Feat Thalès... Of course] Mer 19 Aoû 2015, 20:33




Better Call The Captain !


Si l'apparition publique de mutants avait eu un avantage, c'était de détourner l'attention. Honnêtement, qui se souciait de détester les capitalistes ou les communistes, maintenant qu'on avait trouvé une communauté que certains se permettaient de considérer comme une race différente ? Quel raciste suffisamment archaïque pouvait se contenter de détester les chinois ou les arabes, maintenant qu'il était tellement plus aisé de faire des amalgames entre terroristes et mutants, notamment grâce à la réputation que le gouvernement et les journaux avaient faite, à Stannis Lannister ? Quel crétin perdrait son temps à critiquer les féministes, maintenant que les mutantes représentaient un danger autrement plus incommensurable ? Quel arriéré continuerait à manifester contre les mariages et autres lois homosexuelles ou transexuelles maintenant que tout le monde pouvait détester à sa guise, et légitimement, le mutant ? Les racistes et les haineux n'étaient plus importunés par des principes d'égalité entre les Hommes. Ces haineux avaient été calmés par les exploits de certains mutants, dont les X-Men, après la guerre. Mais il y avait eu suffisamment de grabuge depuis, pour que les sentiments âcres reprissent de l'essor. Le FME lui-même faisait de nouveau parler de lui. Le capitaine considérait que tout ce bazar lui foutait les boules, pour reprendre son langage, mais il devait admettre que certains mutants faisaient tout pour se faire détester de l'humanité. En tout cas, ce qui paraissait évident, c'était que les hommes avaient toujours besoin d'une communauté à prendre en cible et à mépriser, pour se sentir exister. Handicapés, juifs, gays, tous y étaient passés à une époque ou une autre. Maintenant, il y avait le mutant. Lorsque le mutant s'imposerait, il allait de soi que l'Homme trouverait quelque chose d'autre à haïr ; ou plutôt d'autres prétextes pour faire la guerre et s'arracher des droits ou des richesses. C'était du moins la vision du monde, par le capitaine T. Powell. Son cours philosophique vous a été donné, gratuitement.
Il n'y avait pas de solution miracle pour apaiser les Hommes. En revanche, il était plausible de canaliser toute cette haine. Le capitaine était d'avis que les jeux romains étaient tout ce qu'il y avait de plus astucieux et intelligent. Les gens se concentraient sur les mutilations entre gladiateurs et lions plutôt que de systématiquement s'entre-tuer les uns les autres, ou s'en prendre au sénat. En somme, il fallait donner au peuple un os à ronger, un peu comme les molosses. Thalès était souvent traité de guerrier impitoyable et irrécupérable, mais il était plus lucide sur certaines choses qu'on se le figurait. Se conduire comme une brute était pour lui reposant, mais il ne fallait pas douter qu'il serait en mesure de gouverner, et qu'il y prendrait plaisir.
La salutation du maire de New York fut quoiqu'il en soit joyeuse et estivale. Le grand monsieur se leva de son fauteuil pour l'accueillir, et le nommer, avec le titre respectable qui lui avait été attribué. Thalès n'adorait pas ces épanchements peut-être hypocrites. Il ne les détestait pas non plus. Il faisait avec, et se montrait certes plus sobre. Après tout, le maire en avait dans le pantalon pour oser se montrer aussi familier, à l'égard du capitaine. Quelqu'un qui oserait faire de même mettrait-il réellement sa vie en péril ? En fait, peu étaient ceux qui avaient envie d'essayer, surtout parmi les X-Men. Le capitaine eut un bref sourire, constatant que Pilate ne perdait son masque de clown bienveillant, pour rien au monde. Enfin, disons que les gens présents avaient toutes les raisons de s'inquiéter, une fois que ce genre de cataclysme arrivait.
Il s'installa en face du politicien, une fois que celui-ci l'eût invité à le faire. Le capitaine accorda un bref regard circulaire à la salle, qu'il commençait à bien connaître, avant de reporter son attention sur son interlocuteur. Il était difficile d'imaginer deux hommes plus contraires, au niveau de leur signalement ou de leur attitude, et pourtant, ils étaient là, ensemble, prêts à négocier.

« Tu veux boire quelque chose ? Café ? Thé ? Cocktail ? Un alcool ? J'ai un excellent rhum cubain, Antonio, le fils de Fidel, me l'a apporté lors de sa dernière visite... » demanda-t-il.

Thalès eut un nouveau sourire. Le maire était... loquace. Il avait toujours une anecdote – vraie ou fausse - à raconter, pour se mettre en valeur, attirer la sympathie de l'auditeur, ou bien entendu, influencer ses choix.

Ce rhum m'a l'air intéressant, répondit-il.

Son regard fut évidemment attiré par les mains du maire, qui se souciait tout à coup de ranger quelque dossier. Le capitaine était assez observateur pour avoir remarqué ce qui était inscrit dessus, au préalable, mais il n'était pas d'une nature plus curieuse que cela. D'ailleurs, sa paranoïa n'allait pas jusqu'à le prévenir que chaque geste du maire était prémédité. Celui-ci finit par lui demander comment il allait, peut-être davantage sur le domaine professionnel.

Eh bien, on peut pas dire que ça va, tu vois, dit-il. Les X-Men, Hélianthème en tête, se méfient de moi comme de la peste. Je m'attendais bien à ce qu'ils n'apprécient pas mes méthodes, mais ils sont tellement retournés contre la partie corrompue du gouvernement, qu'ils n'acceptent plus le moindre travers. Il marqua une pause. Savait-il dans quelles obscures affaires traînait le maire ? Allez savoir. Et ils commettent des erreurs, ajouta-t-il, prêt à les énumérer, sans vergogne.

Mais c'est le cadet de mes soucis, en ce moment. J'ai été enlevé par un groupuscule mutant, et ils m'ont fait ma fête. Il ne s'agissait pas des Initiés. Mais ils m'ont sacrément foutu les boules. Je crois qu'il est temps de jouer cartes sur table, invita-t-il le maire, à parler.






_________________










“This is a joke. This is all a joke.”




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1337-thales#25733http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t978-thales#19346http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-benedict-dantes#19395http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1506-thales#28331


I cant convince you to buy this kittens. But I can kill them if you dont...

Messages : 35
Date d'inscription : 17/07/2015
Identité : Nicholas Hanson
Dons : Malédictions

MessageSujet: Re: Better Call The Captain ! [Feat Thalès... Of course] Mar 15 Sep 2015, 23:09


Qu'est-ce qui déracine un individu ? Quelle forme de tempête pénètre plus cruellement le cœur et l'âme que la guerre et la terreur ? L'amour a ce pouvoir. Il vous entraîne à parcourir les terres, traverser les mers, couper les racines parfois ancestrales qui lient hommes et femmes à la terre. L'amour, ce sentiment égoïste. Le plus égoïste, primal, destructeur et fatal sentiment au monde. Lorsqu'il est réciproque, le parasitisme, à défaut de symbiose, crée des alliances qui passeront faussement pour de la beauté, de la majesté. L'amour, ce que Pilate ressentait pour le pouvoir et la presse. Pour sa femme, il s'agissait de folie. L'amour est égoïste. Lier son destin à un autre être, s'y enchaîner par un échange de pièces de métal, voilà qui est folie. Splendide. Tendre. Folie. Enfin bref, Nicholas parvenait, à ses réflexions philosophiques, à conserver une oreille pour Thalès.

- Ce rhum m'a l'air intéressant.

- Un homme selon mon coeur !

Après avoir replié son dossier, Pilate s'empressa de remplir deux verres à pied, concaves et d'une cheminée fine, d'un liquide aux reflets dorés et noirs. Il les pencha et enflamma l'alcool à l'aide d'un brûleur. Le liquide se couronna d'une chevelure bleutée tandis qu'un voile alcoolisé s'échappait des verres. Le Maire les posa sur son bureau face au Capitaine avant de s'asseoir à ses côtés. Il n'avait pas envie de retrouver les profondeurs de son fauteuil mayoral. Il avait profité de ses préparatifs pour interroger son vieil ami sur... Son bien-être.

- Eh bien, on peut pas dire que ça va, tu vois. Les X-Men, Hélianthème en tête, se méfient de moi comme de la peste. Je m'attendais bien à ce qu'ils n'apprécient pas mes méthodes, mais ils sont tellement retournés contre la partie corrompue du gouvernement, qu'ils n'acceptent plus le moindre travers. Et ils commettent des erreurs.

- Bien sûr qu'ils en commettent, Powy. On ne perd pas autant de leaders que les X-Men sans commettre quelques erreurs, sinon le job s'accompagnerait d'une faramineuse assurance-vie et mon chef de cabinet aurait trouvé un bookmaker prêt à prendre la côte que je lui propose sur l'avenir d'Hélianthème.

Il eut un petit sourire ironique. Mais un sourire qui disait aussi: "Hey, qui sait si je plaisante vraiment ?".

- Mais c'est le cadet de mes soucis, en ce moment. J'ai été enlevé par un groupuscule mutant, et ils m'ont fait ma fête. Il ne s'agissait pas des Initiés. Mais ils m'ont sacrément foutu les boules. Je crois qu'il est temps de jouer cartes sur table.

Le sourire de Pilate s'effaça comme s'allumait la froide lueur de son regard de lupus politicus.

- Aaah, tu as rencontré le FME nouvelle génération ! Et bien figure-toi, mon cher Capitaine, que bien que je sois profondément affligé par ton malheur, il existe une solution commune à tes deux problèmes.

En dévoilant ses canines dans un sourire que tous les politiciens gardent à l'abri des caméras, Nicholas se mit véritablement à ressembler à un loup.

_________________


I always trust the blindness of justice. But it's easier when justice's pockets are full.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 214
Date d'inscription : 24/02/2015
Identité : Capitaine Powell
Dons : Contrôle de la gravité terrestre

MessageSujet: Re: Better Call The Captain ! [Feat Thalès... Of course] Sam 10 Oct 2015, 01:38




Better Call The Captain !


Le capitaine ne s'était pas beaucoup intéressé aux questions de l'amour, jusqu'à présent. Il avait épousé une femme sans passion, et il l'avait quittée sans passion. Il avait des sentiments puissants pour certains membres de sa famille, mais il voyait difficilement comment la moindre émotion pourrait lui faire péter les plombs. Parce qu'il avait déjà sombré dans la folie, certes, mais surtout parce qu'il se refuserait à perdre le contrôle, pour un autre individu. Certains jeux n'en valaient pas la chandelle.
Le capitaine observa avec intérêt son interlocuteur, lorsqu'il prépara les verres de rhum. Il dévoilait un savoir-faire qui n'était pas à la portée de tous. Or, si l'élégance du breuvage avait pour rivale sa saveur, le militaire risquait d'en être satisfait. Il le remercia d'un hochement de la tête, avant qu'ils ne reprennent leur conversation.

« Bien sûr qu'ils en commettent, Powy. On ne perd pas autant de leaders que les X-Men sans commettre quelques erreurs, sinon le job s'accompagnerait d'une faramineuse assurance-vie et mon chef de cabinet aurait trouvé un bookmaker prêt à prendre la côte que je lui propose sur l'avenir d'Hélianthème. » rétorqua-t-il.

Ledit « Powy » eut un air extrêmement engageant, comme on peut l'imaginer, face à ce surnom infantilisant. Il ne fut guère plus réceptif aux réflexions de Pilate. Objectivement, celui-ci avait de l'esprit, et un sens de l'humour indiscutable, mais le capitaine n'était pas un public facile, surtout lorsqu'il l'avait mauvaise ; qu'on lui passe l'expression. Il serra quelque peu les dents, mais il tâcha de ne pas grogner... pour le moment. Encore que, il ne put retenir quelque commentaire.

Ta maîtrise des techniques oratoires n'est plus à prouver avec moi, Pily. Si tu baissais un moment tes revolvers de politicien, pour cesser d'envoyer tes détonations verbales qui te font éviter de répondre sincèrement ?

Le sourire du maire fondit comme neige au soleil, et cela n'avait rien à voir avec la réplique du capitaine. Ce dernier avait simplement évoqué un sujet qui daignait attirer davantage l'attention de son hôte.

«Aaah, tu as rencontré le FME nouvelle génération ! Et bien figure-toi, mon cher Capitaine, que bien que je sois profondément affligé par ton malheur, il existe une solution commune à tes deux problèmes. » répondit-il, le sourire carnassier.

Je suis... curieux d'entendre ce que tu as à me proposer, et surtout... déçu de constater que tu crois que le FME a pu m'enlever. Je pense à des prédateurs autrement plus coriaces. Tu ne vas pas me dire que tu ignores leur existence... répondit-il, le regardant dans les yeux.






_________________










“This is a joke. This is all a joke.”




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1337-thales#25733http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t978-thales#19346http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-benedict-dantes#19395http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1506-thales#28331


I cant convince you to buy this kittens. But I can kill them if you dont...

Messages : 35
Date d'inscription : 17/07/2015
Identité : Nicholas Hanson
Dons : Malédictions

MessageSujet: Re: Better Call The Captain ! [Feat Thalès... Of course] Mar 13 Oct 2015, 02:00


- Ta maîtrise des techniques oratoires n'est plus à prouver avec moi, Pily. Si tu baissais un moment tes revolvers de politicien, pour cesser d'envoyer tes détonations verbales qui te font éviter de répondre sincèrement ?

Nicholas n'eut pas besoin de répondre au Capitaine. Ni même de faire semblant de ne pas l'avoir entendu. C'était son style, il ne s'en départirait pas. Il était bien plus intéressé par la suite de la conversation. Il ne doutait pas qu'un groupe comme le FME n'aurait pas si facilement réussi à s'en prendre à quelqu'un comme T. Powell mais il n'était pas décidé à se laisser entraîner sur le terrain des Ombres ou des Initiés, peu importait. Cela aurait été trop révélateur et Pilate n'ignorait pas que malgré les apparences et sa rudesse légendaire, Thalès était un homme de bien. Il ne pouvait en dire autant de certains des choix qu'il avait été amené à faire. Il ne pouvait que remercier Albus Percival Wulfric Brian Dumbledore pour lui avoir appris à croire au Plus Grand Bien. Malgré tout...

- Je suis... curieux d'entendre ce que tu as à me proposer, et surtout... déçu de constater que tu crois que le FME a pu m'enlever. Je pense à des prédateurs autrement plus coriaces. Tu ne vas pas me dire que tu ignores leur existence...

- Non, Capitaine. Mais si ma tentative de noyer le poisson pour éviter d'aborder ce sujet ici n'a pas suffit, je suppose que c'est maintenant plus clair.

Il fit tourner sa tête dans un mouvement grotesque, tandis que ses yeux roulaient en fixant les trois murs de son bureau qu'il pouvait observer depuis son siège. En politique, tout bureau a des oreilles, était l'une des leçons qu'il n'oubliait jamais. Il allait poursuivre lorsque Will entra, silencieux comme une ombre. Il lui glissa juste quelques mots à l'oreille avant de quitter la pièce. Le Maire poussa un soupir.

- Oh, F--- ME !

Il avala une longue gorgée de son verre avant de poser les yeux sur son ancien officier supérieur. Inutile de tourner autour du pot.

- Hélianthème est morte. Et j'ai manqué la chance de faire un pari extrêmement lucratif. Zut !

Il laissa le silence s'installer. Son plan initial avait besoin d'être corrigé, mais il voyait là-dedans une nouvelle opportunité, une idée profitable à tous. Potentiellement.

- C'est la meilleure occasion que nous puissions avoir pour un changement de leadership, Capitaine. Il se leva pour marcher dans son bureau. L'un des débats qui nous occupait, avec la regrettée leader des X-Men, concernait la reconstruction. Je pense qu'il va falloir faire comprendre aux survivants de votre petit groupe que cette négociation serait facilitée si tu étais à leur tête.

Inhumain ? Non, mais diablement pragmatique.

- Après les obsèques, bien entendu, compléta-t-il en muant son sourire amusé en une moue affligée.

Quelqu'un a dit "monstre" ?

_________________


I always trust the blindness of justice. But it's easier when justice's pockets are full.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 198
Date d'inscription : 23/09/2012

MessageSujet: Re: Better Call The Captain ! [Feat Thalès... Of course] Jeu 22 Oct 2015, 23:18


Est-ce la mauvaise nouvelle tombée, qui est à l'origine de cela ? Ou n'est-ce que pour montrer à quel point l'âme noire de certains peut imprégner un lieu ? Brusquement, l'obscurité totale se fait autour de Pilate. Thalès n'en a aucune conscience : pour lui, tout est normal, si ce n'est que Pilate ne peut que difficilement le voir et l'entendre. Car le maire est désormais plongé dans une obscurité peu commune, où pas un souffle d'air ne vit, pas un bruit ne se fait entendre, et s'il porte sa main devant ses yeux, il ne la voit même pas. C'est l'obscurité, le néant, total. Un grondement sourd ne tarde pas à résonner, à des endroits si variés que le bruit se déplace sûrement dans les murs, comme si cette noirceur menaçait de l'avaler et de le dévorer.

Cela dure quelques minutes, pendant lesquelles Pilate ne sait pas forcément quoi faire. Car même s'il appelle le capitaine, celui-ci l'entend, mais ne comprend pas pourquoi Pilate fait soudain comme s'il ne le voyait pas, comme s'il était devenu invisible. Le maire peut alors tenter quelques pas dans ce noir digne de cauchemars ou des paralysies du sommeil. Il ne voit pas où il avance ni même s'il n'avance pas à côté d'un gouffre sans fond...

Soudain, une porte semble s'ouvrir, laissant apparaître une lumière blanche qui ne survit pas à un mètre dans l'obscurité. L'ouverture est à plusieurs mètres devant Pilate, et il voit des silhouettes traverser l'ouverture, sans que jamais elles s'arrêtent. Il ferait bien de tenter de rejoindre cette porte, dès que possible...car à moins que Thalès ne lui donne un choc physique assez fort, il ne peut pas quitter cette obscurité tout de suite. Et quand il essaye d'avancer vers la porte, le maire se rend compte avec un malaise grandissant, et angoissant, que la porte, après s'être rapprochée, recule brutalement. Plus il presse le pas, plus la porte s'éloigne.

Peut-être que s'il marche assez lentement, sans perdre son calme...car l'obscurité s'agrandit autour de lui au point de sembler infiniment glauque.


_________________

1 : Le Maître du Jeu a toujours raison
2 : Même quand le MJ a tort, il a raison
3 : Si un joueur a raison , la règle 1 s'applique prioritairement .
4 : Le MJ ne peut être corrompu qu'à coup de boîtes de cookies
(et des Granola).

:akhad:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 214
Date d'inscription : 24/02/2015
Identité : Capitaine Powell
Dons : Contrôle de la gravité terrestre

MessageSujet: Re: Better Call The Captain ! [Feat Thalès... Of course] Lun 26 Oct 2015, 11:14




Better Call The Captain !


Le capitaine fut plus enclin à garder le silence suite à la remarque explicite du maire de la ville. Le militaire venait de démontrer qu'il n'était pas toujours le plus fin des hommes ; pour sa défense, nous dirons qu'il n'avait pas imaginé que l'un des hommes les plus puissants de New York était assez "tenu" pour redouter de mentionner quelque chose, dans son propre bureau. Qu'est-ce que cela cachait ? Thalès ignorait s'il devait regarder Pilate avec inquiétude et compassion, ou avec colère et méfiance. Que pouvait-il répondre à cela ? Certains silences, et ceux venant des deux partis, étaient plus significatifs que beaucoup de discours. Le bureau était-il vraiment surveillé ?
Thalès retint un soupir, tandis que l'employé du politicien venait lui dire quelque chose. Après le départ de Will, Pilate but un coup avant de prendre la parole, catastrophé ou simplement excité comme un charognard.
Thalès eut un temps d'arrêt tandis qu'il lui apprenait le décès de Sveda.
La forme avec laquelle était faite l'annonce aurait pu en choquer plus d'un, mais Powell était habitué aux fantaisies de Pilate, et il n'était pas très proche de la défunte, par ailleurs. Il était surtout surpris ; il avait du mal à le croire.

Comment est-ce arrivé ? demanda-t-il naturellement, certes moins hâtif que son interlocuteur.

Le militaire essayait simplement d'assimiler l'information et de comprendre, quand le maire était déjà à l'étape supérieure. Il marchait dans son bureau, réfléchissant à toute allure.

"C'est la meilleure occasion que nous puissions avoir pour un changement de leadership, Capitaine. L'un des débats qui nous occupait, avec la regrettée leader des X-Men, concernait la reconstruction. Je pense qu'il va falloir faire comprendre aux survivants de votre petit groupe que cette négociation serait facilitée si tu étais à leur tête."

Hey, une minute, dit-il, en se levant également. Dois-je en déduire que cette... tragique disparition n'est pas due au hasard ?

Il regardait fixement le maire, ne l'accusant pas explicitement, au cas où ils étaient effectivement écoutés, mais néanmoins suspicieux. Si les politiciens, ou le groupe que protégeait Pilate, étaient derrière tout ça, il ne saurait guère comment réagir.

Il est très... alléchant de prendre la tête de ce groupe, mais regardons les choses en face, ils me détestent tous, précisa-t-il, passant outre la précision hypocrite de Pilate. Il me faudrait un sérieux appui, et encore...

Il s'interrompit, constatant que le maire ne l'écoutait pas vraiment. Il semblait égaré dans ses pensées, voire dans une autre dimension. Il était un peu tard pour avoir l'air touché par cette nouvelle, et d'ailleurs, il en faisait trop.

Hanson, tenta-t-il de l'appeler, sceptique face à cette réaction.





_________________










“This is a joke. This is all a joke.”




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1337-thales#25733http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t978-thales#19346http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-benedict-dantes#19395http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1506-thales#28331



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Better Call The Captain ! [Feat Thalès... Of course]

Revenir en haut Aller en bas

Better Call The Captain ! [Feat Thalès... Of course]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Chanson jody call
» [Jeu vidéo] Call of Duty : modern Warfare 2, le premier jeu qui m'a choqué !
» Papa Wemba feat Ophelie Winter
» [Video] Parodie de Captain EO avec les personnages Disney : Captain Eeyore
» De la Call-TV sur des chaînes suisses ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
XMH : The After Years :: New York City Hall-