XMH : The After Years
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Delight [fiche terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Messages : 62
Date d'inscription : 25/08/2015
Identité : Angela "Angie" Daniels
Dons : modifie la réalité autour d'elle à travers ses émotions

MessageSujet: Delight [fiche terminée] Mer 26 Aoû 2015, 00:37


DELIGHT




♣ Nom : Daniels (elle ne se rappelle plus de son nom de famille d'origine depuis longtemps, si elle en a jamais vraiment eu un)

♣ Prénom : Angela, dit Angie (il y a très longtemps, quand elle était enfant, le peuple lui avait donné un autre nom qui ne compte plus depuis bien longtemps lui aussi

♣ Age : environ deux mille ans, elle n'a jamais pris la peine de compter son âge exact

♣ Nationalité (origines) : australienne (elle ne se rappelle plus non plus de son pays de naissance, qui portait sûrement un autre nom à l'époque : peut-être quelque part dans le nord de l'Europe, ou peut-être pas)

♣ Orientation sexuelle : pansexuelle (Delight aime tout le monde! \o/)

♣ État civil : célibataire, veuve de nombreuses fois

♣ Taille et poids : 1m65 pour 55 kilos

♣ Profession : serveuse (sûrement pas pour longtemps, à son grand regret...)

♣ Groupe : à voir ; neutre à l'introduction, dans le but de la faire assez vite rejoindre un groupe

♣ Rang: à déterminer par le staff

♣ Capacités :
les pouvoirs Delight agissent sur la réalité et l'énergie autour d'elle en fonction de ses émotions. Elle ne contrôle son don que de manière superficielle, ne pouvant jamais l'empêcher d'être actif. Plus son état émotionnel, et plus son contrôle décroît : elle est capable de le diriger relativement bien en tant que Delight (sans arriver pour autant à le rendre inactif), et perd intégralement le moindre reste de contrôle en tant que Destruction. Ses quatre personas émotionnelles se suivent en un cycle qui semble sans fin, et chacun possède ses propres capacités.
Delight : elle influence l'humeur des gens, provoquant la joie et le bonheur chez ceux qui l'entourent de manière inconsciente. Elle arrive assez bien à augmenter la force de son pouvoir sur une cible en particulier si elle le désire, mais reste incapable de le rendre inactif. C'est également son stade de base concernant ses pouvoirs, et celui qui correspond le plus à sa personnalité. Elle est également moins influencée par ses émotions en tant que Delight, et c'est la phase qui lui permet d'avoir les rapports les plus normaux avec les gens. Lorsqu'elle se sent le plus en joie, l'énergie qu'elle dégage peut prendre la forme de petits papillons blancs voletant autour d'elle. Delight même est plutôt de bonne humeur, et il est assez difficile de l'assombrir. Mais elle finit régulièrement par basculer et devenir...

Delirium : en tant que Delirium, elle renforce les folies présentes chez ceux qui l'entourent, voire les provoque. Elle a plus de peine à le diriger sur une cible particulière, et en contrôle bien moins les effets secondaires. Les gens qui restent longtemps dans les alentours directs peuvent vite devenir incohérents, et son effet devient de plus en plus lourd sur la durée. Ses cheveux s'ornent de mèches de couleurs changeantes, et ses yeux deviennent chacun d'une couleur différente, changeants eux aussi. Des nuées de papillons multicolores apparaissent tout autour d'elle, parfois accompagnés des créatures les plus bizarres qui soient. Delirium elle-même devient complètement à l'ouest, abreuvant ses interlocuteurs de charabias divers et possédant la concentration et la capacité d'attention d'un enfant de cinq ans sous overdose de sucre.

Despair : lorsque la folie ne la protège plus des ravages que son pouvoir impose à son esprit, Delirium bascule dans le désespoir le plus sombre. Ses cheveux et ses yeux deviennent noirs comme une nuit sans reflets, et elle broye du noir en permanence. Rien ne va, tout est un horrible problème de plus la confrontant à la vacuité de l'existence. Un peu comme une caricature d'adolescente gothique avec croix autour du cou en option, sauf qu'elle a en plus le pouvoir de vous pousser à vous tirer une balle dans la tête. En effet, le désespoir de Despair s'insinue chez ceux qui l'entourent, les mettant face à leurs angoisses, à leurs regrets et à leurs insécurités les plus forts. Ils peuvent finir par eux-mêmes perdre toute volonté de vivre, allant jusqu'à mettre fin à leurs jour pour les esprits les plus faibles. Elle n'a plus vraiment de contrôle pour cibler qui que ce soit en particulier, principalement parce qu'elle n'en voit plus l'intérêt. De gros papillons de nuit se mettent à voleter tristement tout autour d'elle. Et une fois que Despaire arrive au fond du trou, c'est là que les véritables ennuis commencent car voilà que débarque...

Destruction : tout est dans le titre. Les cheveux de Destruction semblent s'embraser, tandis que ses yeux ne sont plus que deux puits d'une lumière étincelante. De l'énergie de moins en moins contrôlée irradie de sa personne, déformant la réalité dans un rayon plus au moins grand (suivant l'état de la colère et l'énergie emmagasinée au préalable dans ses autres personas) et pouvant provoquer de terribles catastrophes. Séismes et raz-de-marée localisés capable de détruire une petite localité, tempêtes épouvantables et dangereuses, voire véritable déluge d'énergie destructrices pouvant réduire des contingents en cendres : tel est le potentiel ultime de son pouvoir. A ce stade, autant dire que les derniers papillons d'énergie se consument (c'est d'ailleurs un bon indicateur : plus il y en a pour se consumer à ce stade, plus la relâche sera terrible), et qu'elle ne contrôle absolument plus rien. Elle devient un véritable avatar de la destruction, sans pensées ni raisonnement. Une fois le déluge passé, elle semble s'éteindre, reprenant conscience un certain temps après (dépendant de la quantité d'énergie utilisée) pour recommencer le cycle en tant que Delight...

A noter que plus Delight passe du temps dans le même coin, et plus son pouvoir va graduellement agir sur les alentours, devenant de plus en plus fort sur une surface de plus en plus grande. Voilà pourquoi elle n'est jamais restée très longtemps au même endroit...

Ce n'est pas un de ses pouvoirs, mais elle est également liée aux membre de la Famille grâce au don de Destiny, son aîné capable de lier les destins d'êtres vivants entre eux. Elle ne peut pas savoir ce qu'ils pensent ou ce qu'ils ressentent, ni communiquer avec eux ainsi, mais elle sait à tout moment s'ils sont en vie, et dans quel état émotionnel (et vice-versa).

♣ Ambition : avoir une vie sans histoires, loin des dégâts que son pouvoir a toujours causé malgré elle, et celle d'Angie lui plaît bien. Si cela ne tenait qu'à elle, elle servirait du café dans un bled paumé jusqu'à la fin des temps. Sinon, elle a toujours eu tendance à agir pour le bien d'autrui.

♣ Aversion : elle-même, et le peu de contrôle qu'elle a sur ses émotions et ses capacités. Elle a aussi horreur des gens qui se servent des émotions pour manipuler leur prochain.


Code by Anarchy



Le personnage



DREAM

Dans le rêve qu'il visite en ce moment, Dream à la forme d'un corbeau. Perché sur un lampadaire qui est à la fois un canapé, il essaie d'en déloger un bouton tout en croassant : « Delight ? Ma soeur est...compliquée. Et ce pour son plus grand malheur. Au fond d'elle-même, elle est aussi proche de son premier nom que les autres membres de la Famille le sont de leurs pouvoirs. C'est une gentille fille, peut-être trop ; elle n'a pas son pareil pour réconforter les âmes en peine, et elle a toujours mis un point d'honneur à faire naître un sourire sur le visage des gens. Mais derrière cette façade joyeuse se cache la tristesse d'être condamnée à un cycle sans fin, plus changeant et capricieux que pour n'importe lequel d'entre nous. Elle rêve d'une vie plus simple, une vie où elle pourrait seulement être elle-même plutôt que Delight, Delirium, Despair ou Destruction. Elle a peur de ce dont elle est capable, et à raison : c'est effectivement la plus destructrice d'entre nous. Mais jamais par choix ! Faire du mal à qui que ce soit la rend malade, et elle a beaucoup de peine à vivre avec le poids de certaines de ses actions. Elle désire plus que tout trouver un moyen d'être en contrôle de sa destinée, et j'espère sincèrement qu'elle trouvera la paix. Avec Death, c'est le membre de la famille dont je me sens le plus proche, et je suis celui qui connaît ses envies et ses peurs les plus profondes, celles qu'elle ne confronte que dans ses rêves. J'aimerais pouvoir l'aider. Un jour, je trouvera un moyen. »
DEATH

Death relève la tête de la jeune biche qui gît sur ses genoux. Elle l'a trouvée agonisant au bord de la route, et elle aussitôt descendue de son pick-up pour s'assurer qu'elle ne soit pas seule dans ses derniers instants. Malgré la scène tragique, elle a les yeux qui étincellent joyeusement lorsqu'elle parle de sa sœur, et le sourire aux lèvres : « Delight a su rester la plus humaine d'entre nous, comme Desire avant qu'elle... avant qu'elle ne disparaisse. Mais je ne crois pas que Del' ait vraiment le choix, de toute façon. Qu'elle le veuille ou non. Elle ne peut pas faire autrement que de vivre ses émotions à fond ! Quand elle est heureuse, c'est limite si les petits animaux de la forêt ne viennent pas chantonner autour d'elle, et elle a tellement le cœur sur la main qu'elle finit régulièrement par se le faire voler. Ou dévorer. Ou...pire. Quand elle est triste, on dirait que le ciel n'attend que de pleurer avec elle, et c'est une vision insoutenable. Entre les deux, il y a... Je ne crois pas qu'il y ait de mots, même si elle en a sûrement inventé un dans son charabia ; disons que ce n'est pas toujours la personne la plus facile à comprendre lorsqu'elle est troublée. Je crois qu'elle se sert de la folie comme un mécanisme de défense : on ne peut pas vraiment souffrir de quoi que ce soit quand on ne comprend plus rien. Et pourtant, laissez-moi vous dire que c'est souvent dans la folie la plus profonde qu'on trouve la lucidité la plus totale. Enfin, ne la mettez pas en colère. Croyez-moi sur parole quand je vous dis que vous n'avez pas envie de la mettre en colère. A chaque fois que ça se produit, il y a un stade où elle ne peut plus la contenir, où elle perd tout contrôle et se laisse totalement consumer par la rage. Il vaut mieux ne pas être dans les parages quand ça se produit ; genre, être très, très loin, c'est bien. Et après... Je crois que c'est le réveil après la colère qui est le plus dur pour elle. J'ai toujours essayé de l'aider de mon mieux, mais tant qu'elle n'arrivera pas à accepter ce qu'elle est, rien ne pourra changer. Pourtant, la colère, la destruction, ce n'est pas forcément une nouvelle chose. Il faut qu'elle trouve enfin ce qu'il y a derrière, ce qu'elle peut vraiment devenir : et là, ça fera un sacré papillon. Une note d'espoir, voilà ce qu'elle recherche aux quatre coins du monde depuis toujours. J'espère qu'elle la trouvera. Maintenant, si vous m'excusez, j'ai un boulot à terminer... Oui je sais, c'est malheureux, mais faut bien le faire. Ça vous dirait un verre après ? Je paie, ça m'fait plaisir. »
DESTINY

L'homme en costume classique relève la tête de son bureau, et interrompt le « scritch scritch » quasi permanent de sa plume sur le papier. Malgré une apparence banale, et l'impression qu'il dégage d'être plutôt poussiéreux, il a un regard perçant, aux allures de ciel nocturne constellé d'étoiles. Il semble agacé d'être ainsi dérangé pendant son travail, pour autant que Destiny puisse faire preuve d'émotion. Finalement, il dit : « Je n'envie pas sa tâche. A elle seule, c'est comme si elle remplissait l'office de plusieurs d'entre nous. Mais c'est aussi la seule d'entre nous à avoir la possibilité de changer. Vraiment changer. Delight, Delirium, Despair ou Destruction : aucun n'est son véritable nom. Le vrai, elle l'ignore encore. Mais elle le trouvera, je dois l'avoir écrit quelque part. Ce sera tout ? Bien. J'ai du travail, vous savez. »

L'histoire



Diner « Retro », Coledale, Australie, 2027

Angie baille tandis qu'elle essuie la table du coin. Il n'est pas encore vingt heures, et pourtant elle est déjà fatiguée, comme tous les soirs depuis maintenant quelques mois. Angie rêve, et ses rêves ne lui laissent guère de répit. Elle ne saurait vraiment dire s'il s'agit de rêves ou de cauchemars : comme le veulent les songes, ils sont sans cesse changeants, tourbillons de sensations et de couleurs. Il y a des visages qui reviennent, des noms qu'elle a l'impression de connaître depuis toujours et qui lui échappent à peine réveillée comme de l'eau qui glisse entre les doigts. Souvent, il y a cette impression de déjà-vu, de la manière dont il se manifeste dans les rêves qui vous donnent l'impression de jouer dans le désordre, nuit après nuit, les scènes d'une vie qui est la vôtre sans vraiment l'être. Angie rêve, mais elle ne s'en soucie pas plus que ça, et la signification lui échappe. Ce n'est pas qu'elle est stupide, mais elle a toujours jugé bon qu'il était inutile de se prendre la tête pour le simple plaisir de se triturer les ménages. Elle se considère comme un esprit pratique, apte à vivre au jour le jour sans se poser de questions, la légèreté d'un papillon joyeusement brimbalé par le vent. Angie aime beaucoup les papillons, et elle est d'humeur joyeuse. Toujours un sourire pour les clients du diner, un mot gentil, un encouragement, une minute d'attention. Même pour les habitués les plus difficiles. Mais aucun habitué ne reste difficile longtemps lorsque Angie est dans les parages. Après quelques visites, voilà qu'ils ont également le sourire aux lèvres. Quand ils ouvrent la porte pour pénétrer dans le local, ils sentent aussitôt leurs soucis et leur mauvaise humeur s'envoler lorsqu'ils aperçoivent le sourire d'Angie. Angie a cet effet là sur les gens. Son patron l'aime bien, les autres serveuses aussi, de même que sa logeuse et tous ses voisins dans le petit immeuble un peu miteux où elle habite. Miteux, mais depuis qu'Angie y vit, tout le monde est si gentil. Les voisins se saluent à la moindre occasion, et jamais ne se dispensent d'une remarque polie ou d'un geste d'affection. D'aussi loin qu'elle s'en rappelle, les gens aigris et méchants, ça n'existe pas vraiment. Il suffit de leur parler pour leur réchauffer le cœur. Voilà pourquoi Angie aime autant travailler dans le diner, où elle peut contribuer à répandre la joie qui n'attend que d'être réveillée en chacun de nous. Elle n'a pas fait d'études, du moins pas qu'elle s'en souvienne, et elle a toujours vécu dans le coin, dans ce vieil immeuble, dans cet ancien quartier, dans cette petite ville tranquille. D'ailleurs, l'ambiance y est belle depuis qu'Angie y a élu domicile, mais comment pourrait-il en être autrement dans un endroit aussi agréable ? Angie n'a jamais voyagé, et elle n'a jamais songé à faire autre chose que ce qu'elle fait tous les jours. Il faut bien quelqu'un pour servir le café, faire les œufs au bacon, et partager le bonheur de tout ce petit monde après tout ! Mais si elle n'a jamais voyagé -du moins pas qu'elle s'en souvienne- maintenant Angie rêve. Et rien de tel qu'un rêve pour voyager plus loin en une nuit qu'on ne pourrait le faire pendant toute l'éternité. Elle le sait, c'est son frère qui le lui a dit. Sauf qu'elle n'a pas de frère, du moins pas qu'elle s'en souvienne. Elle a toujours été fille unique, et ses parents sont...quelque part, là où sont les parents, à faire des trucs de parents. Ils doivent être heureux, comme elle. Joyeux. Angie pense déjà à autre chose tandis qu'elle va refaire du café bien chaud. Elle pense à la fin de soirée qu'elle pourra aller passer à danser dans le seul club de la ville. Angie aime danser, cela la rend encore plus heureuse.

Derrière le comptoir, Angie rêve.
____________________________________________________________

Dans son rêve, elle était une enfant née dans un village dont elle ne se rappelait maintenant plus le nom, dans un pays dont elle ne se rappelait plus non plus et qui n'existait sans doute même plus de la même manière aujourd'hui. Le lieu d'origine n'avait pas d'importance : elle n'avait commencé à vivre que lorsqu'elle avait découvert l'existence de la Famille. Non pas celle du sang, qui n'avait pas d'importance non plus, mais celle du cœur et des destins liés. La vie était dure au village, elle se rappelait ses pieds nus et ses mains écorchés par l'effort tandis qu'elle aidait les adultes à retirer du sol ce dont ils avaient besoin pour survivre. Les terres n'étaient pas toujours fertiles, et les conditions étaient souvent difficiles ; mais le peuple avait toujours vécu ici, et il n'avait jamais envisagé de quitter son domaine. Le peuple était né ici, et il mourrait ici. Beaucoup ne survivaient pas aux hivers, et encore moins parmi les jeunes qui venaient de naître. Elle avait perdu grand nombre de frères et de sœurs qui n'en étaient pas vraiment malgré ce qu'on pouvait lui en dire. Parfois, un peuple ennemi traversait la plaine, des armes étaient brandies, et du sang irriguait les champs tandis que les vainqueurs s'emparaient des prisonniers pour les exploiter ou les vendre. Dans son rêve, elle avait été témoin d'horreurs sans nom, mais aussi de moments de bonheur aussi précieux qu'ils étaient fugaces, quand le soleil venait étinceler sur la rosée des grandes feuilles le matin, avant de se refléter sur les champs dorés. Il y avait aussi les chants et les histoires du peuple, le soir autour du feu, la joie simple de courir avec les chiens et les lumières dans le ciel nocturne en hiver. Malgré toutes les difficultés, elle rêvait qu'elle était heureuse, parce qu'elle ne savait pas faire autrement. Malgré sa famille et le peuple, elle rêvait qu'elle était seule. Jusqu'à cette nuit où elle rêva -un rêve dans le rêve ?- de celui qui serait son véritable frère. Elle l'avait aperçue plusieurs fois dans son sommeil, un jeune garçon maigrichon à la peau pâle et aux cheveux couleur corbeau qui tombaient sur des yeux sombres constellés d'étoiles. Une nuit, il lui sourit, et elle sut qu'elle ne serait plus jamais seule. Elle avait trouvé sa famille, car la Famille l'avait trouvée. Ils étaient liés, lui disait son frère dans ses rêves, car grand était leur pouvoir et unis étaient leur destin, comme les fils d'une tapisserie. Leur autre frère les avait réunis, car il avait la connaissance de ces choses-là, et pour qu'ils ne soient plus jamais seuls. Il ne faut pas avoir peur de ton pouvoir, lui avait-il dit, car il est l'essence même de la joie comme le mien est celle du rêve.

« Comment t'appelles-tu ? » avait-elle rêvé qu'elle lui demandait en songe. Il aurait beaucoup de nom à travers les âges, mais un seul lui resterait à jamais, changeant souvent mais signifiant toujours la même chose.

« Dream. » lui répondit-il en souriant. Étonnée -qui portait un nom pareil ?- elle lui dit le sien. Il sourit de plus belle -cela lui arrivait si peu souvent, elle l'apprendrait par la suite- avant de répondre :

« Ce n'est pas ton nom. C'est celui qu'on t'a donné, mais il ne te représente pas. Moi je sais comment tu t'appelles, c'est notre frère qui l'a dit. »

« Comment alors ? » fit-elle, curieuse. Un nouveau sourire de la part du garçon, puis il répondit :

« Delight. Tu t'appelles Delight. »
____________________________________________________________

Extrait des notes du docteur Carlisle, daté du 15 septembre 2018, le Complexe, lieu inconnu

« ...sa capture dans l'outback australien. Le sujet reste peu réactif depuis son réveil. L'équipe chargée de l'appréhender n'a pas fait vent d'une grande résistance, ce qui n'a pas manqué de nous étonner : si nos dirigeants tenaient à la capture pour utiliser de ses pouvoirs, ils ne se sont guère avérés impressionnants lorsqu'il s'agissait de la garder en sécurité. Elle était isolée depuis longtemps ceci dit, une sorte d'exil volontaire au milieu de nulle part. Peut-être cela a-t-il contribué à affecter ses capacités. Ils doivent le savoir en au lieu, mais se montrent avares d'informations. J'ai l'impression que le Complexe est aussi sujet au test qu'elle. C'est à nous de montrer de quoi nous sommes capables en étudiant ce qui se cache en elle, j'imagine. Ce dont je suis sûr, c'est de leur faible tolérance à l'échec. Le nouvel ordre est en marche, et je compte bien en faire partie. Pour en revenir au sujet, nous ne connaissons même pas son nom. Son véritable nom, donc. Et je commence à croire qu'elle ne s'en rappelle même plus elle-même. Elle se fait appeler Delight, mais la raison de ce sobriquet m'échappe. Une chose est sûre : c'est une externelle. Et très âgée de surcroît. Les tests indiquent en tout cas deux mille ans, sûrement un peu plus. Origine inconnue également, mais probablement du nord de l'Europe à la base. En bonne santé physique, c'est son esprit qui nous inquiète le plus, même si nous n'avons pas particulièrement besoin qu'il soit intact. Les rapports auxquels nous avons accès parlent de destructions redoutables, mais j'ai de la peine à comprendre comment cette fille pourrait en être capable. Là, elle se contente de nous regarder avec les yeux vides, comme si elle n'était pas vraiment pas. Ou que nous n'étions pas vraiment pas pour elle, ce qui me fiche un peu la chair de poule. Quoi qu'il en soit, les premiers vrais tests vont commencer demain. Tout d'abord nous... »
____________________________________________________________

DESTINY

La Famille n'a pas été réunie depuis longtemps. Depuis la disparation de Desire. Delight -ou quel que soit le nom de la face qu'elle affiche ces temps-ci- ne reste jamais en place très longtemps, et répond rarement aux convocations. Contrairement à Desire -qu'ils ne sentent plus- tous savent au moins qu'elle est en vie. Le lien que Destiny a forgé entre eux les en assure. Le lien qui fait qu'ils ne sont jamais vraiment seuls même lorsqu'ils sont éparpillés aux quatre coins du monde. Au fil des siècles, les externels de la Famille vaquent à leurs occupations. Assis à son bureau, dans son costume gris aussi éternel que lui, Destiny écrit. Le grattement de la plume sur le parchemin est le seul son qui se fait entendre dans son domaine. Il est l'aîné, celui qui les a tous rassemblés, usant de son pouvoir sur les destinées pour les entremêler à jamais. Peut-être ne voulait-il pas être seul, ou peut-être était-ce pour lui écrit. Nul ne sait ce que pense Destiny, ni même s'il pense vraiment ou se contente de suivre le plan qu'il voit dans sa tête depuis toujours. Il observe, il prend des notes, il ne se mêle d'aucun conflit, car pour lui tous sont déterminés à l'avance. Et si ce n'est pas le cas, personne n'a jamais jugé bon de le lui faire comprendre. Cela ne servirait à rien, son esprit est trop vieux, et indissociable de son don. Il est comme il est, voilà tout. Comme tous les membres de la famille. Il est le scribe, celui qui chroniquera l'histoire du monde. Il l'a vu, c'est écrit quelque part. Et si c'est faux, cela n'a aucune importance: le croire lui a toujours suffi.
____________________________________________________________

Le carillonnement de la porte attire l'attention d'Angie, qui lève le nez des menus qu'elle est en train de rassembler. Son joyeux sourire aux lèvres, elle va accueillir ce nouveau client. L'air soucieux, il regarde autour delui comme s'il attend à trouver des ennuis l'attendant cachés sous une banquette, mais Angie le guide bien vite jusqu'à une place confortable. Elle lui sert aussitôt une tasse de bon café bien chaud, et lui conseille la spécialité du jour, à savoir une part de délicieuse tarte aux cerises maison. C'est Angie qui la fait elle-même, deux jours par semaine. Elle ne sait plus où elle a appris la recette, mais elle sait la réussir à la perfection, tout le monde le lui dit, et rares sont ceux qui ne s'en resservent pas. Du bonheur en bouche. Et Angie aime rendre les gens heureux, par quelque moyen que ce soit. D'ailleurs, le nouveau client semble déjà se détendre, et un sourire timide naît sur des lèvres qui n'ont pas l'air de sourire beaucoup, si ce n'est jamais. Mais il se sent bien, sans trop savoir pourquoi, et il chérit cette joie toute simple nichée au creux de son cœur. Il a bien fait de venir ici, il ne s'était pas trompé. Déjà, Angie arrive avec une assiette, et quelques mots gentils, engageant la discussion avec le plaisir sincère de celle qui n'a aucun souci dans la vie. Lorsqu'elle se retourne, un reflet attire son regard dans une des vitres du diner : un homme pâle aux cheveux noirs, qu'elle devrait connaître sans arriver vraiment à mettre le doigt dessus. Peut-être l'a-t-elle vue dans un de ses nombreux rêves ces derniers temps, et que son sommeil agité fait ressurgir dans ses moments de veille. L'apparition a l'air triste, et semble sur le point de vouloir lui dire quelque chose. Un avertissement. Mais Angie cligne des yeux, et il n'est plus là. Elle l'oublie presque aussitôt, retournant s'affairer derrière le comptoir en chantonnant joyeusement un tube entendu ce matin à la radio. Pourquoi s'en soucier ? Ce n'était qu'un rêve. Ces temps-ci, Angie rêve beaucoup.
____________________________________________________________

DREAM

Le royaume de Dream est aussi grand que l'ensemble des rêves : autant dire qu'il n'a ni fin ni début, et encore moins de frontières. A travers l'esprit des rêveurs, il peut voyager plus loin que n'importe qui d'autre, et pourtant il a rarement quitté les murs de son domaine. Un domaine qu'il n'arpente que rarement, passant la majorité de son temps à dormir. Pourquoi se limiter au monde de la veille alors qu'il a tant de merveilles à découvrir dans celui des songes ? Il les observe, il les modèle, il les influence, il les rend tour à tour merveilleux et terrifiants. Il n'a guère de raison de se mêler de la vie des mortels au-delà de leurs nuits, et il n'a jamais eu envie de s'impliquer dans la moindre guerre. Il aime rester à l'écart, à arpenter ses royaumes infinis. Et puis s'il se sent trop seul, il y a toujours la Famille. Celle que Destiny a rassemblé, et dont il perçoit toujours la présence, quelque part dans un coin de sa tête. Il pense à leur sœur Delight, que leur aîné l'avait envoyé chercher dans ses rêves, et à ce qu'elle peut bien faire en ce moment. Elle ou une autre des faces qu'elle incarne, tributaire de ses émotions, sans doute la plus humaine d'eux tous. Il aimerait bien la revoir ; cela fait bien longtemps qu'il ne se sont tous vus. Physiquement vus, ensemble dans la même pièce, au même endroit du globe. Pas depuis avant Desire. Penser au membre disparu de la Famille le rend triste, alors il s'agite dans son sommeil, plisse ses yeux fermés et se concentrer pour trouver un rêve agréable. Un rêve d'été.
____________________________________________________________

Dans ce rêve, Delight pleurait la perte de Desire, le mutant hermaphrodite qui était à la fois son frère et sa soeur, le membre de la Famille qui, comme elle, avait toujours su rester le plus humain. Peut-être parce que leurs pouvoirs à tous les deux étaient profondément liés aux émotions les plus vives, tandis que les dons de leurs autres frères et sœurs contribuaient à les détacher chacun un peu plus de leur humanité, le tout guère arrangé par une aussi longue vie. Mais ils ont toujours pu compter sur les autres, Delight le savait, et elle pouvait sentir leur présence en elle où qu'elle se trouve, toujours. Contrairement au vide déchirant qu'elle réservait à Desire dans un coin de son âme. Là où Destiny et Dream avaient fini par s'installer dans un domaine bien précis, les trois autres n'avaient jamais cessé d'arpenter le monde en long et en large. Dans de nombreux rêves, elles étaient une redoutable guerrière en Asie, une sage respectée en Afrique, une actrice célèbre en Europe, et plus d'identités qu'elle ne pouvait s'en rappeler se bousculaient au portillon de sa mémoire. Desire avait consumé le monde jusqu'au bout, et ce dernier l'avait consumé en retour. Delight l'avait tour à tour adoré, mal compris, renié, haï et saccagé avant de repartir pour un tour. A la merci de ses pouvoirs, nés de ses émotions, souvent incontrôlables, se répandant autour d'elle pour affecter tous ceux qui croisaient son chemin, qu'elle le veuille ou nom. Dans de nombreux rêves, ceux qu'elle préférait, elle avait été Delight, apportant la joie dans le cœur des hommes jusqu'à parfois les dévorer de lumière. Dans d'autres, les rêves sans queue ni tête où tout se mélange et dont on se rappelle au réveil surtout un goût de couleur, elle avait été Delirium, pour protéger son esprit des ravages du temps, de la douleur, de la tristesse, des chocs et des coups durs. Et quand Delirium ne suffisait plus, quand la dureté de la vie la ramenait à la réalité -la perte d'un amant ou d'une amante, la mort d'un de ses nombreux enfants, une catastrophe trop immense pour être ignorée par la folie- elle se rappelait des épouvantables cauchemars noirs et moites de Despair, qui entraînaient les plus proches dans sa chute. Et enfin, les rêves les plus terribles, ceux qu'elle voulait oublier le plus que tout, car ils représentaient la forme la plus brute, la plus finale et la plus incontrôlable de son pouvoir. L'essence même de pourquoi son don la poussait autant à s'éloigner de cette humanité qu'elle ressentait si intensément, prisonnière de ses émotions à fleur de peau. Dans ces rêves, elle avait décimé des armées, fait s'écrouler des tours, noyé des vallées et fendu le sol. Elle en émergeait toujours brisée, seul rescapée d'un cataclysme qu'elle avait provoqué sans jamais le vouloir. Dans ces rêves, elle se haïssait plus que tout, jusqu'à ce que la vie reprenne le dessus. Jusqu'à ce que Delight reprenne le dessus, et que tout recommence. La poussant sans cesse à s'éloigner le plus possible des gens pour éviter les dégâts, ne trouvant du réconfort qu'auprès de sa Famille, si proche et si distante à la fois. Des rêves de Destruction.


____________________________________________________________

DEATH

Death est assise au chevet d'une vielle femme, dans une chambre qui sent les personnes âgées, la fin de vie et les regrets. Et pourtant, la dame s'accroche, opiniâtre par habitude, incapable de se laisser aller. Elle a peur, comme tant d'autres. Elle ne devrait pas, pourtant. La mort n'est qu'un changement. L'éternel soulagement. A côté, toute une vie de pêchés et de vertus n'a aucune importance, et c'est ce qui rend cette vie si précieuse. Accepter de la perdre enfin, dans le calme et la sérénité plutôt que dans la terreur, voilà qui est lui rendre un dernier hommage. Death se demande si Desire en a eu l'occasion, avant la fin. Elle aurait aimé être là. Mais il ne sert à rien de s'apitoyer sur ce qui ne peut être changé. Death est là pour cette vieille femme qui se meurt, et c'est important. Doucement, avec tendresse, elle lui caresse la tête, dégageant une mèche de cheveux gris. Si Destiny écrivait un livre, ce serait pour elle la dernière page, et Death est là pour lui offrir une fin paisible. Elle pense à Delight, et espère que sa sœur trouve la paix, où qu'elle soit. Death se penche en avant, et embrasse le front de la mourante. La vieille femme se détend, ses traits tordus par la douleur l'instant d'avant se sont soudain paisibles et Death se relève, satisfaite du travail accompli. Elle a aidé tant de personnes au cours de sa longue vie, et elle en aidera encore. Il y a bien assez de souffrances en ce monde pour cela, même si elle n'a jamais jugé bon de s'impliquer dans leurs causes. Elle quitte la pièce, marchant sur la pointe des pieds, avant de partir dans la nuit, songeant à aller embêter Dream, toujours bien trop pris par les rêves d'autrui pour se rappeler des siens. Elle regarde une derrière fois derrière elle ; elle a toujours eu l'impression que la mort qui s'en venait rappelait le bruit d'une plume dans la nuit.
____________________________________________________________

Extrait des notes du docteur Carlisle, daté du 8 août 2019, le Complexe, lieu inconnu

«...peu de réponses, rendant un grand nombre de tests guère concluants. Pour une raison ou pour une autre, le sujet a toujours fait de grands efforts pour rester le plus détaché possible émotionnellement, se construisant une véritable barrière avec le reste du monde. J'ai de la peine à croire que cet être quasiment muet, presque autistique, ait pu à ce point attiré l'attention de nos supérieurs. Certes, les rapports des incidents qu'elle aurait provoqués au cour des âges sont impressionnants, mais le dernier remonte déjà à plus d'une décennie, un terrible affaissement de terrain en Chine précédé par une formidable tempête. Mais aujourd'hui, c'est à peine si elle décroche deux mots dans les sessions, et les tests la font à peine réagir. Ils sont de plus en plus invasifs ; nous n'avons pas le temps d'être doux. La guerre s'intensifie, et tout ce qui peut contribuer à écraser les rebelles est vu d'un bon œil. Ce n'est pas le premier de nos frères et soeurs mutants que nous étudions ainsi pour la cause, et ça ne sera pas le dermière. J'espère que d'autres sujets se révéleront plus révélateurs. Je... »

29 décembre 2021

« ...étrange. Après près de trois ans d'étude et de tests intensifs, de nouvelles réactions se font sentir chez le sujet. Nous sommes loin de débloquer tout le potentiel qui se trouve en elle, mais les possibles usages de son énergie s'avèrent hautement intéressants. Correctement contrôlée et canalisée, la puissance dont elle est capable pourrait s'avérer être un atout de choix. Le problème étant que cette force reste étroitement dépendante de l'état émotionnel du sujet. C'était sans doute pour ça qu'elle s'était retirée aussi loin de tout lorsque nous l'avons débusquée, et qu'elle a fait tant d'efforts pour rester maîtresse d'elle-même. Mais nous avons commencé à briser sa volonté, et nous n'allons pas nous arrêter en aussi bon chemin ! Elle s'est délié la langue au point qu'il est parfois difficile de la faire arrêter de parler, mais la plupart de ses propos se révèlent incohérent. Sans doute une nouvelle stratégie pour nous tenir à distance, un peu à la manière des criminels jouant leur rôle à fond afin de plaider la folie. La manière dont elle agit sur l'énergie qui nous entoure, voire la produit, est des plus fascinantes, mais il nous faudra plus que des effets de couleurs pour... »

2 février 2022

«...papillons ! Personne ne sait d'où viennent ces foutus papillons ! Ils n'arrêtent pas de s'infiltrer dans la base, alors que le Complexe est censé être un l'un des lieux les plus sécurisés du globe. Aucun de nous ne sait dans quel pays nous sommes, bon sang ! Mais il faut croire que cela inclut des papillons. C'est une véritable infestation depuis hier, et ils semblent attirés par le sujet. Nous... »

3 février 2023

« ..incroyable ! Les papillons viennent d'elle. Comme si elle modelait inconsciemment de l'énergie pour les façonner. Dès qu'on essaie de les attraper, ils s'évaporent dans les airs. A croire que la réalité autour d'elle se conforme à l'émotion qui a le dessus. Et à en croire les couleurs de ces foutus machins, ça ne doit pas tourner bien rond là-dedans. Quelqu'un -Frank, je crois- a même juré avoir vu un poisson rouge voler dans le tas ! Et question couleur, il n'y a pas que les bestioles : l'apparence physique du sujet se modifie également. Légèrement, de manière non radicle, mais curieusement changeant. Des mèches de couleurs dans les cheveux qui se succèdent dans des tons vifs sans raison logique par exemple. Mais le plus étrange -dérangeant même- ce sont les yeux. Ils sont toujours d'une couleur différente, et jamais les mêmes à chaque fois qu'on les observe à nouveau. Quant aux réactions de la patiente, elles sont tout bonnement imprévisibles : elle passe du rire aux larmes en une fraction de seconde, et ça c'est quand on arrive à mettre des mots sur ce qu'elle exprime. Un télépathe a essayé de voir ce qui se passait sur son crâne, et on a dû l'envoyer au lit avec une migraine foudroyante, des saignements de nez abondant et la certitude que le violet avec le goût des cornichons au printemps, pour ce que ça veut dire. Tu parles d'un... »

11 avril 2024

« ...plus quoi penser. Littéralement. Tout à l'heure, je cherchais ma tasse de café en me disant qu'il était temps d'aller lui faire une bonne promenade pour qu'elle se dégourdisse les jambes, et ensuite j'étais assis à mon bureau avec tous les stylos de Steve dans une assiette. A croire que l'état délirant du sujet commence à nous affecter malgré nous. Si le Complexe n'était pas protégé contre la plupart des influences extérieures, j'aurais pu croire à un autre élément, mais je ne vois nulle autre responsable qu'elle. Mary -qui s'occupait des examens médicaux de routine de la patiente jusqu'à mardi- a dû être mise au repos il y a trois jours. Elle continuait de baragouiner des histoires sans queue ni tête, et on l'a surprise en train d'injecter de la morphine à la plante verte de Diego. Elle était persuadée que la verdure était en fait un mutant déguisé venu nous infiltrer, et sa paranoïa ne s'est pas calmée depuis. Quant à Jin, cela fait plusieurs fois que je tombe sur lui en train de se laver les mains au toilettes pratiquement jusqu'au sang. Je crois que nous avons vraiment besoin de nous détendre un peu et d'avancer dans nos examens, mais les rapports du front n'aident pas, de même que la pression mise par les Invisibles en chef sur nos recherches. Ce qui me fait penser que ça fait une semaine que nous n'avons pas eu de contact radio avec notre responsable : la dernière fois que j'ai décroché, c'était pour entendre un type me balancer la même série de chiffre à répétition... Un petit malin doit avoir piraté la ligne, il faut absolument y remédier avant que... »

17 juin 2024

« ...est hystérique, Paula est catatonique, et Steve se prend pour un super-héros de son enfance. Moi, quand je me retourne, je vois un pigeon qui me parle en allemand, mais je sais bien que c'est impossible : la forme de leur bec ne leur permettrait pas d'apprendre l'allemand. Le sujet n'évolue pas, nos travaux non plus, mais nous n'abandonnons pas, parce que la radio nous dit que c'est très important d'entrer les chiffes dans l'ordinateur. C'est pour gagner la guerre. Hier, j'ai mangé des macaroni, et ils sentaient comme la lettre z, ce qui est quand même fort étonnant : j'ai mis une équipe sur le coup. Frank a dit... »

3 juillet 2024

« ...23...42...4...8...15...16...23...42...4... »

En août je crois (mais tout le monde sait bien que le mois d'août n'existe pas)

« ...et moi, je suis un bâtonnant de poisson !»
____________________________________________________________

Assis à son bureau, Destiny est imperturbable.

Au sein d'un rêve pour un et d'un cauchemar pour d'autre, Dream cherche, un air décidé sur le visage.

Dans une tranchée, au côté d'un mourant, Death sourit.

____________________________________________________________

Dans ce rêve, Delight était devenue Despair. Autour d'elle, il n'y avait plus aucune vie parmi les murs blancs et froids, derrière les vitres sans teint. Elle se rappelait la sensation la sensation vivace qui avait percé la folie de Delirium, lorsqu'elle avait senti son dernier fils mortel mourir. Un hurlement avait franchi sa gorge, plainte lugubre d'une peine trop longtemps jugulée qui s'emparait d'elle comme d'une vague noire et visqueuse. Au-dessus de sa tête, attirés par la lumière grésillante du seul néon de la petite pièce, de gros papillons de nuits à l'air sinistres volettent autour de l'ampoule. Tout a recommencé, elle le savait. Ce à quoi elle avait voulu échapper lorsqu'elle s'était isolée au plus profond du désert australien, une de ces dernières terres vierges à une époque où plus rien ne l'était. Là, pendant longtemps -mais pas assez- elle avait goûté sa solitude, essayant de profiter d'une émotion maîtrisée qui n'appartenait qu'à elle. Qui ne bouleverserait plus jamais ses proches, ses compagnons, ses amantes, ses enfants, mortels ou non. Même le coin de son âme qu'elle réservait d'ordinaire à sa famille, elle l'avait fermé. Trop souvent ils lui avaient enjoint de se retirer du monde, et trop souvent elles les avaient ignorés. Elle avait honte, elle avait peur, elle était seule, mais être seule signifiait qu'il n'y avait qu'elle à souffrir. Elle subsistait au jour le jour, vivant des fruits du désert, et de ce qu'elle arrivait à troquer avec une tribu d'aborigènes qui la prenaient pour un être mythique. Même eux, elle ne les observait que de loin, s'arrangeant pour ne jamais les influencer. Longtemps, elle avait vécue ainsi. Seule. En paix, si ce n'était en joie. Elle ne pouvait plus être Delight, parce que la joie appelait la folie, qui appelait le désespoir, qui appelait la destruction. Dans ce rêve, elle sentait le sable rouge et chaud sous ses pieds, et les étoiles jaunes et froides au-dessus de sa tête. Dans ce rêve, elle avait erré, plus un fantôme qu'une humaine, et les fantômes ne pouvaient toucher au monde des vivants. Jusqu'à ce que le monde des vivants ne retrouve sa trace. Peut-être avait-elle effectivement été affaiblie par son long exil imposé, peut-être son pouvoir était-il trop lié à ses émotions pour qu'elle puisse correctement en user sans elle. Ou peut-être encore voulait-elle mettre fin à sa solitude, sans le savoir, d'une manière ou d'une autre. Toujours est-il qu'ils l'avaient prises, ceux qui se disaient invisibles, et tout avait pu recommencer. Mais elle avait tenu des bons ; des semaines, puis des mois, des années dans une cage, un nouveau désert impersonnel et glacé, rempli d'aiguilles, de douleur et de drogues. Mais elle avait tenu bon. Jusqu'à replier son esprit au fond de la folie qui avait toujours accouru à son appel pour la préserver des duretés du monde. En espérant s'y perdre à jamais pour de bon, être Delirium pour l'éternité, sacrifiant toute possibilité de joie, d'être Delight à nouveau, pour éviter que tout ne recommence encore et encore. Et puis elle avait senti son fils mourir, et le monde avait volé en éclats. Ses cheveux de toutes les couleurs étaient maintenant noirs comme la nuit, de même que ses yeux : deux puits d'obscurité sans fond dépourvus de la moindre lumière. La tristesse, la solitude, l'angoisse : autant de facettes d'un profond désespoir comme jamais encore Despair n'en avait ressenti. Et pourtant, on pouvait dire qu'elle était passée maîtresse en la matière. Ce n'était pas un rêve, c'était un cauchemar, un des nombreux qu'elle avait fait, et le plus terrible de tous. Une chute sans fin, où elle se rapprochait de plus en plus du feu de la haine et de la colère pure qui s'était allumé en elle, en réponse à des émotions que son don transformait en véritable force de la nature. Une force de la nature sans pitié. Destruction arrivait, et encore une fois, elle ne pouvait rien y faire.
____________________________________________________________

Assis à son bureau, Destiny est imperturbable.

Au sein d'un rêve pour un et d'un cauchemar pour d'autre, Dream trouve, un air ravi sur le visage.

Au bord de la route, au côté d'un accidenté, Death sourit.

____________________________________________________________

Rapport du chef d'équipe d'un membre de la Shadow Brigade de la Division, mai 2025

« ...après confirmation. Lorsque nous sommes arrivés sur les lieux, le complexe semblait avoir été abandonné, même si nous étions loin de nous douter de ce que nous allions y découvrir... A tout le moins, les informations recoupées par la Head Brigade étaient correctes concernant l'emplacement de cette base de recherche des Invisibles. Même si je continue de penser que si nous l'avons trouvée si facilement, c'était surtout parce qu'ils avaient eux-mêmes décidé de s'en désintéresser. Nous avons progressé avec prudence, épaulés par des membres de la Sword Brigade, explorant les couloirs du complexe souterrain. Et ce que nous y avons trouvé... Personne n'a survécu. Des corps partout, dont la mort a été confirmée à plus de six mois. Deux choses étonnantes -et qui vous foutent froid dans le dos : primo, quoi qu'il soit arrivé, visiblement personne n'a tenté de s'échapper. Secundo, le plus glauque, c'est qu'on ne dirait pas qu'ils ont été attaqués. Selon les médics, toutes les blessures fatales révélées jusqu'à maintenant ont été auto-infligées. Beaucoup se sont contentés de se tirer une balle dans la tête, d'autre se sont pendus, et certains ont dû s'injecter de belles saloperies, sans compter les veines ouvertes ici et là. Un mutant s'est visiblement fait imploser sa propre tête par télépathie ; quoi qu'il ait dû ressentir, c'était pas du joli. Je ne sais pas ce qui a bien pu les pousser à de telles extrémités, mais je n'aurais pas aimé me trouver là à ce moment... Genre, carrément pas. Affronter des adversaires en situation de combat est une chose, mais ça... Non. Foutre non. Même Roan -qui dirigeait l'opération- avait l'air...je ne dirais pas secoué, mais étonné. Et rien n'étonne Roan, c'est dire. Pour en rajouter dans le malaise, on a retrouvé les notes du toubib qui devait être le responsable du coin, un certain doc Carlisle, dont on a retrouvé les restes pendus au milieu d'une des cellules où ils devaient détenir un sujet. Et si j'en crois ce que j'ai parcouru, c'était ce putain de sujet qui serait à l'origine de tout ça. Les rapports du mec devenaient vite totalement intelligibles, avant de retrouver un brin de lucidité sur la fin, comme si son esprit lui était revenu...mais pas tout à fait, vu ce qu'il écrivait. Des pages et pages d'angoisses d'une noirceur qui a dû lui paraître insoutenable sur la fin : j'ai jamais lu des trucs aussi glauques, on aurait dit le matos utilisé pour un film d'horreur, ceux où ils aiment bien faire attention aux moindres détails. Et je peux vous dire que ces gars-là l'ont sacrément vécu, leur film d'horreur. Ils étaient dedans du début à la fin, et pas un ne semble en avoir réchappé. Quant au fameux sujet... C'est peut-être un des corps, tous ne sont pas identifiables : plusieurs ont été brûlés dans une sorte de dernier kumbaya avant la fin du monde. Ou alors elle est dehors, et j'aimerais pas la croiser dans une rue sombre. Ni la croiser tout court. Le patron voudra s'en assurer, il n'aimerait pas savoir qu'un tel danger rôde quelque part, mais il a beaucoup de chats à fouetter en ce moment. Il faudra remettre la Head sur le coup et... »
____________________________________________________________

Thème: The Horse With the Wings - Julia Stone

Ce rêve-ci était son préféré. Alors qu'elle croyait seule au milieu des décombres de son esprit, sur le point d'exploser à nouveau dans un déluge de feu et d'énergie, son frère l'avait retrouvée. Il était là devant elle, et pourtant il n'était pas vraiment là. Il lui souriait, comme il l'avait enfant lorsqu'il était venu la chercher dans ses songes, mais son sourire était devenu triste. Elle sut alors qu'il l'avait retrouvée dans ses rêves, parcourant des milliers et des milliers de ces derniers, allant de l'un à l'autre au fil des ans, et cela lui réchauffa le cœur de savoir qu'il avait fait tant d'efforts pour la revoir après qu'elle l'eut sorti de sa vie. Mais il était là maintenant, et c'était tout ce qui comptait. Même si c'était trop tard. Trop tard pour la calmer -personne le pouvait- trop tard pour interrompre le cycle, trop tard pour l'empêcher de détruire une fois de plus. Et de recommencer encore, et encore, et encore. Il voulait qu'elle revienne au sein de la Famille, elle leur manquait, même à Destiny, il en était sûr. Death l'avait cherchée longtemps parmi les mourants, mais elle lui manquait surtout à lui, Dream. Delight ou Delirium, Despair ou Destruction, elle était sa petite sœur. Mais elle ne pouvait pas revenir. Elle n'avait pas de maison, ses enfants immortels n'étaient plus vraiment ses enfants, son dernier fils mortel était mort, et elle allait tout détruire sur son passage encore une fois. Elle le supplia de l'aider, rien qu'une fois, de mettre fin à ses souffrances d'une manière ou d'une autre. Mais Dream n'était pas Death, aussi ne put-il totalement accéder à ses désirs. Mais, à sa manière, il lui fit le plus beau cadeau dont il était capable. Là, au milieu des morts et des lourds papillons de nuit qui se consumaient en grésillant, il alla lui chercher un rêve d'innocence, un rêve sans histoires, un rêve de joie que sa sœur Death lui avait donné. Il tendit une main éthérée, et Delight la saisit en pleurant de reconnaissance, et elle était sûre de voir des larmes baigner les joues de son frère, qui n'était pas sûr que ce soit une bonne solution mais qui était incapable de la lui refuser. Il lui offrit le rêve simple qui avait été une jeune femme, ou plutôt il lui offrit un rêve d'une jeune femme, qui lui permettrait de croire qu'elle n'était finalement pas autre chose qu'une fille heureuse et sans histoires qui servaient les cafés, dans diner, quelque part dans une petite ville perdue, et...
____________________________________________________________

Angie secoua la tête, tandis que le carillon de la porte annonçait un nouveau client. Plusieurs, même. Elle avait dû recommencer à rêver debout ; elle rêvait beaucoup, ces derniers temps... Bâillant à nouveau à s'en décrocher la mâchoire, gracieuse même la bouche ouverte, elle attrapa plusieurs menus qu'elle casa sous un bras, et de son autre main elle s'empara d'un pot de café chaud, dont le fumet alléchant se mêlait aux odeurs de la nourriture fraîchement servie. Décidément, il y avait bien plus de monde que d'habitude ce soir, surtout à une heure pareille, mais ce n'était là qu'une raison de plus pour s'en réjouir. Qui n'était pas heureux à l'idée de rencontrer de nouvelles personnes tous les jours, et d'illuminer leur journée avec un sourire ? Voilà qui était un bon plan. Angie pensait rarement au-delà, elle n'en avait pas besoin. Elle était sans histoire, petite serveuse dans une vie tranquille, où le bonheur se dévorait à pleines dents, jour après jour, depuis toujours. Delight, qui rêvait sans dormir qu'elle était Angie, alla à la rencontre des nouveaux venus, un franc sourire sur les lèvres.
____________________________________________________________

Le long d'une rivière, auprès d'un enfant perdu rejeté sur la berge, Death rit de bon cœur en caressant tendrement ses cheveux humides.

Retranché dans son royaume immatériel de rêve et de cauchemars, Dream à un sourire triste dans son sommeil ; il ne s'est pas réveillé depuis bien des années, son corps à l'abri dans son domaine.

Assis à son bureau, Destiny...sourit ?

Code by Anarchy






Avatar : Lyndsy Fonseca
Multi-compte : Oui [x] Non [ ]
Date de naissance IRL : 19 décembre 1986
Avez-vous lu les règles ? OK par Zexion
Comment avez-vous connu le forum ?la coupable se connaît depuis le temps x)

Code by Anarchy

_________________
-I am Delight. I am Delirium. I am Despair. I am Destruction. But mostly, I'm tired.-

"I try not to hold on to what is gone, I try to do right what is wrong
I try to keep on keeping on
Yeah I just keep on keeping on

I hear a voice calling
Calling out for me
These shackles I've made in an attempt to be free
Be it for reason, be it for love
I won't take the easy road"


My Silver Lining - First Aid Kit

-Avatar by Zexion-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1195-delight-fiche-terminee#23026http://plumederenard.hautetfort.com/




Messages : 2557
Date d'inscription : 11/07/2012
Identité : Stanislas K. Lannister
Dons : Immortalité. Maniement de la lumière, des flammes.

MessageSujet: Re: Delight [fiche terminée] Mer 26 Aoû 2015, 14:23

Comme je t'ai dit, excellente fiche !
Rebienvenue !

_________________











"I think a lot. I notice everything. But I never said a word."




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t608-zexionhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t38-zexion-warrior-of-lighthttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#138http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1403-zexion#27116http://dafael.wordpress.com/


Messages : 62
Date d'inscription : 25/08/2015
Identité : Angela "Angie" Daniels
Dons : modifie la réalité autour d'elle à travers ses émotions

MessageSujet: Re: Delight [fiche terminée] Mer 26 Aoû 2015, 14:50

Merciii! -^^-

_________________
-I am Delight. I am Delirium. I am Despair. I am Destruction. But mostly, I'm tired.-

"I try not to hold on to what is gone, I try to do right what is wrong
I try to keep on keeping on
Yeah I just keep on keeping on

I hear a voice calling
Calling out for me
These shackles I've made in an attempt to be free
Be it for reason, be it for love
I won't take the easy road"


My Silver Lining - First Aid Kit

-Avatar by Zexion-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1195-delight-fiche-terminee#23026http://plumederenard.hautetfort.com/




Messages : 1375
Date d'inscription : 05/11/2012
Identité : Davos Tosca
Dons : Régénération - Cryokinésie - Hydrokinésie - Thermokinésie

MessageSujet: Re: Delight [fiche terminée] Mer 26 Aoû 2015, 19:19

Bienvenue once again, superbe fiche qui donne envie ! ^^

_________________
Ce n'est sûrement pas de briller qui nous empêchera de tomber,
Ce n'est sûrement pas de tomber qui nous empêchera de rêver.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t912-seaworthhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t229-seaworthhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t115-la-tosca-fantome-seaworthhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t249-seaworth



Invité

Invité


MessageSujet: Re: Delight [fiche terminée] Mer 26 Aoû 2015, 19:57

Koupine :hys:

Re-bienvenue à toi, dès que je retrouve mon cerveau, je lis ta fiche et répond à ton MP :superman:
Au plaisir de te croiser tout bientôt *-*
Revenir en haut Aller en bas


Messages : 62
Date d'inscription : 25/08/2015
Identité : Angela "Angie" Daniels
Dons : modifie la réalité autour d'elle à travers ses émotions

MessageSujet: Re: Delight [fiche terminée] Mer 26 Aoû 2015, 22:30

Merci à vous deux! -^^-

_________________
-I am Delight. I am Delirium. I am Despair. I am Destruction. But mostly, I'm tired.-

"I try not to hold on to what is gone, I try to do right what is wrong
I try to keep on keeping on
Yeah I just keep on keeping on

I hear a voice calling
Calling out for me
These shackles I've made in an attempt to be free
Be it for reason, be it for love
I won't take the easy road"


My Silver Lining - First Aid Kit

-Avatar by Zexion-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1195-delight-fiche-terminee#23026http://plumederenard.hautetfort.com/




Messages : 1375
Date d'inscription : 05/11/2012
Identité : Davos Tosca
Dons : Régénération - Cryokinésie - Hydrokinésie - Thermokinésie

MessageSujet: Re: Delight [fiche terminée] Jeu 27 Aoû 2015, 22:18

Hello,

Une petite demande, suite à la lecture de ta fiche par le staff. Considérant que le personnage a un potentiel bien puissant et qui risque d'être un peu difficile à rendre en jeu, pourrais-tu peut-être atténuer un peu les effets de ses quatre états ? Notamment celui de Destruction. Pas les réduire complètement, bien sûr, d'autant que l'histoire de ton perso y est très liée, mais les atténuer, surtout le dernier. Wink

_________________
Ce n'est sûrement pas de briller qui nous empêchera de tomber,
Ce n'est sûrement pas de tomber qui nous empêchera de rêver.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t912-seaworthhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t229-seaworthhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t115-la-tosca-fantome-seaworthhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t249-seaworth


Messages : 62
Date d'inscription : 25/08/2015
Identité : Angela "Angie" Daniels
Dons : modifie la réalité autour d'elle à travers ses émotions

MessageSujet: Re: Delight [fiche terminée] Jeu 27 Aoû 2015, 23:14

Je comprends. On pourrait dire que depuis qu'elle vite sa nouvelle vie, ses pouvoirs sont atténués. Dans le sens où ils agissent dans une zone plus restreinte, et mettent plus de temps à s'étendre. Le coin où elle vit depuis deux ans sera pas mal affecté en terme de bonne humeur, mais uniquement parce qu'elle s'y sera établie tout ce temps dans la tranquillité et le calme; des circonstances qu'elle ne risquera pas de retrouver prochainement. x)

A noter que le stade de Destruction n'était pas prévu pour qu'elle arrive jusque là en jeu. Son but étant surtout de motiver les autres groupes à vouloir mettre la main sur elle pour essayer d'utiliser ce potentiel en leur faveur (ou éviter que d'autres le fassent), et aussi représenter son but ultime en tant que perso: ne plus jamais arriver jusque là (il y a un plan là-derrière^^). On peut aussi la voir comme une sorte de bombe à retardement, qui pourrait servir à animer une petite intrigue dans le but d'éviter d'en arriver là, justement.

Par contre, est-ce qu'il est possible de conserver les pouvoirs tels quels pour tout ce qui précède l'entrée en jeu? Parce que là, leurs effets sont très étroitement liés à l'histoire, et que ça m'embêterait de devoir en retconner des pans entiers. Là où je n'ai pas été très clair, c'était que je ne comptais de toute façon pas lui faire jouer un tel potentiel en jeu!^^; Le but était de créer un perso dont les capacités pouvaient avoir une réelle incidence autour d'elle, du moins en théorie: tout se basera surtout sur comment l'éviter.

En espérant que cela convienne!^^

_________________
-I am Delight. I am Delirium. I am Despair. I am Destruction. But mostly, I'm tired.-

"I try not to hold on to what is gone, I try to do right what is wrong
I try to keep on keeping on
Yeah I just keep on keeping on

I hear a voice calling
Calling out for me
These shackles I've made in an attempt to be free
Be it for reason, be it for love
I won't take the easy road"


My Silver Lining - First Aid Kit

-Avatar by Zexion-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1195-delight-fiche-terminee#23026http://plumederenard.hautetfort.com/




Messages : 1465
Date d'inscription : 11/09/2013
Identité : Diane Geyer
Dons : Maîtrise du sable / Contrôle du sommeil / Modification du groupe sanguin

MessageSujet: Re: Delight [fiche terminée] Ven 28 Aoû 2015, 21:55

Dastan a écrit:
Re-bienvenue à toi, dès que je retrouve mon cerveau, je lis ta fiche [...]

Quoi que le style donne envie c'est sûr. Je fais au plus tôt. Bon retour. Wink

_________________

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t725-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t449-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t455-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t454-heliantheme




Messages : 2557
Date d'inscription : 11/07/2012
Identité : Stanislas K. Lannister
Dons : Immortalité. Maniement de la lumière, des flammes.

MessageSujet: Re: Delight [fiche terminée] Dim 30 Aoû 2015, 11:04

Le staff a été rassuré par tes précisions, donc :

La fiche est validée.

Tu peux désormais réserver ton avatar et lister tes capacités. Si tu as besoin de quoique ce soit, ou des questions à poser, n'hésite pas à passer par ici.

On te conseille ardemment de jeter un œil à ce topic, afin de voir qui est libre pour jouer, ou faire tes propres demandes. Des scenarii sont également proposés aux joueurs. Je te conseille de poster une fiche de liens pour t'intégrer au mieux ; les référencements de sujets, eux, sont par .

Voici un récapitulatif de tous les liens utiles du forum, et de tout ce que tu peux faire, pour t'intégrer au mieux.

Il ne me reste plus qu'à te souhaiter officiellement la bienvenue et surtout, un excellent jeu. Smile

_________________











"I think a lot. I notice everything. But I never said a word."




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t608-zexionhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t38-zexion-warrior-of-lighthttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#138http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1403-zexion#27116http://dafael.wordpress.com/



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Delight [fiche terminée]

Revenir en haut Aller en bas

Delight [fiche terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Chris Ladger, District 7 [Fiche terminée]
» Mackenzie Shannon Pears △ Débrouille-toi pour qu’ils ne t’oublient pas. [FICHE TERMINÉE]
» La vie d'une Chuchmur. [fiche terminée]
» » signaler une fiche terminée.
» Avalon Isis Nichoelson ♦ District n°1 [ Fiche Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
XMH : The After Years :: Fiches validées :: Neutres-