XMH : The After Years
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Zephyr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage




Messages : 24
Date d'inscription : 22/10/2015
Identité : Leon Godwinn
Dons : Dissociation moléculaire - Asymbolie à la douleur

MessageSujet: Zephyr Ven 30 Oct 2015, 13:22


ZEPHYR





♣ Nom : Godwinn

♣ Prénom : Leon Earl

♣ Age : 25 ans

♣ Nationalité (origines) :Américain

♣ Orientation sexuelle : Inconnue

♣ État civil : Célibataire

♣ Taille et poids : 173 cm et 59kg

♣ Profession : Commis d'épicier et artiste torturé

♣ Groupe : Initiés

♣ Rang: Classe 1

♣ Capacités : Il est capable de dissocier les molécules, que ce soit les siennes ou d’autres qui l’entourent. Il peut les réarranger à sa guise, ce qui a notamment pour effet de rendre des objets ou personnes invisibles, intangibles, voir de revoir complètement leur forme première. Il ne maîtrise pas son pouvoir qui est principalement animé par sa colère aléatoire. Elle le renforce autant qu’elle le rend incontrôlable.
En outre, il a une asymbolie à la douleur ce qui fait qu'il ne ressent pas cette dernière mais grâce à sa synesthésie, il peut éprouver celle des autres rien qu’en les regardant souffrir.

♣ Ambition : Survivre au monde extérieur à sa bulle, se sentir revivre à l’aide de la souffrance des autres et protéger sa famille de sang et de cœur.

♣ Aversion : Le monde qui l'entoure et particulièrement les êtres humains. Si vous ne faites pas parti de ses proches, restez éloigné de ce que ses amies appellent sa Hamsterball.


Code by Anarchy



Le personnage




Le moins que l'on puisse dire est que Zephyr est un personnage complexe et pas comme les autres. D'ailleurs la plupart des personnes qui le connaissent ont un mal fou à le cerner. Les autres croisent sa route sans le voir et ne se souviennent probablement pas de lui tant il apparaît comme insignifiant. Penser cela serait tout de même réducteur, voir dangereux selon la situation. Il est vrai que le jeune homme est timide à l'extrême et que lorsqu'il prend sur lui de parler, ce sont à peine quelques mots qui sortent de sa bouche en bégayant. Il n'aime pas faire la conversation et on pourrait facilement le classer dans la catégorie des taciturnes. Il exècre en outre les bains de foule et les contacts physiques. Cela est en partie du à son autisme, mais également à son aversion latente pour les relations sociales. Il aime rester dans sa bulle, bien qu'elle puisse sembler restreinte aux yeux des autres et apprécie moyennement que quiconque y fasse une incursion sans son autorisation. Ce besoin de violer son espace vital pour l'atteindre lui le terrifie et le met mal à l'aise. Si bien que lorsqu'un individu s'y aventure, les conséquences peuvent être dramatiques. Leon peut entrer dans une colère noire, une véritable crise qui déverse un flot de violence sur celui qu'il considère comme un assaillant.

Cette colère si caractéristique est ancrée au plus profond du jeune homme depuis toujours. Sans qu'il arrive à désigner une réelle cause, il la sent tapie dans l'ombre, prête à surgir à la moindre occasion. La soudaineté de ses crises et leur apparente absence d'élément déclencheur lui ont valu d'être taxé de lunatique par les gens de l'orphelinat. Hors si ces personnes avaient fait ne serait-ce qu'un petit effort de compréhension, ils auraient pu trouver quelques pistes sur le pourquoi du comment. Leon vit au quotidien une grande frustration découlant de son asymbolie à la douleur. Il ne peut ressentir sa propre souffrance physique et vous auriez beau vous acharner sur lui, bien que les blessures seraient là, il ne broncherait pas. Certains trouveraient cette particularité neurologique pratique dans des situations données, mais pour celui qui la vivait au quotidien, elle était à l'origine d'une grande détresse. Les êtres humains étaient censés avoir mal, non ? C'est ainsi que l'on pouvait effleurer du bout des doigts cette sensation d'être vivant, présent sur cette planète. De ne pas être un simple robot. Car quoi de mieux que la douleur pour vous rappeler que vous ressentez des choses ? Il est alors normal de se dire que celui qui était privé de ce droit puisse en être affecté. Il aurait tellement aimé connaître sa propre douleur afin de sentir la vie qui lui parcourait les veines.

Heureusement pour lui, il avait en sa possession un moyen efficace, quoique éphémère, pour palier à ce manque, la synesthésie. Il pouvait éprouver la souffrance de ceux qui se trouvaient devant ses yeux. D'un simple regard, il se trouvait soudainement animé par une sensation qu'il avait cherché sans jamais la trouver, et rien n'aurait pu lui provoquer plus de plaisir. Ce n'était pas un sadique qui aimait voir les gens se tordre de douleur, il aimait simplement et égoïstement la conséquence que cela engendrait pour lui. Il se sentait enfin humain, bien que ces moments de pure joie ne duraient jamais très longtemps. Il en résultait qu'il était devenu complètement accro à cette came si spéciale et spécifique à son être. Il était toujours ouvert à une opportunité qui lui procurerait sa dose. Il était littéralement addict à la douleur, tel un masochiste, sans le côté sexuel de la chose.

A ce point, on pourrait penser que Zephyr est un être sans grande conscience qui aime à torturer les gens. Il y a du vrai là-dedans, mais à nouveau, ce serait être bien trop réducteur que d'en arriver hâtivement à cette conclusion. C'est un être particulièrement égoïste et au raisonnement simpliste. S'il lui manque quelque chose et qu'il voit une opportunité de l'obtenir, il fait ce qu'il faut et sera content du résultat s'il convient à ce qu'il s'était imaginé au départ. Il n'a pas de remords pour ses actions, pas de nobles sentiments qui les motivent non plus. Elles sont guidées par une conscience limitée et de manière particulièrement égocentrique. Tout par de lui et lui revient, son but est son propre contentement. Mais tout ceci est également souvent motivé par son sens de la justice et sa vision du monde manichéenne. Pour lui, il y a d'un côté les gentils et de l'autre les méchants, ce n'est pas plus compliqué. Si un méchant s'en prend à lui ou à une personne qu'il aime ou admire, il prendra sur lui de rendre sa propre justice sans avoir un quelconque intérêt pour les conséquences engendrées. Sa réflexion est, de part son état, limitée sur la question. Il est obstiné et lorsqu'il a un but à atteindre, il fera ce qui est en son pouvoir pour se faire. Et gare à vous s'il vous prend en chasse, car Zephyr est particulièrement méthodique et consciencieux, tant dans sa traque que dans l'exécution de la sentence qu'il aura imposé. Bien sûr, il a connu des situations pour lesquelles il a du improviser, mais s'il peut l'éviter, il le fera. Il préfère de loin que tout soit bien préparé, de manière minutieuse et ordonnée.

Tout ceci fait de lui un inadapté qui peine à prendre part à notre monde qu'il voit parfois comme hostile. Il arrive toutefois à gérer ses émotions autrement que par la colère et la souffrance d'autrui, grâce à l'art en général, le dessin et la musique en particulier. Ces œuvres sont tout le contraire de son comportement et révèlent une douceur et une fragilité qui transparaît dans son regard azur. Il arrive en composant et en peignant à faire le vide dans son esprit, à y mettre un minimum d'ordre et à extérioriser les bonnes choses afin de s'y raccrocher. C'est en les ayant devant les yeux ou au bout de ses doigts qu'elles lui semblent réelles et palpables. Cela l'apaise de réaliser qu'il y a du bon non seulement autour de lui, mais surtout en lui. Comme s'il en doutait et qu'il avait besoin d'un rappel à l'ordre de temps à autre. Il se dégage de son travail une pureté et une émotion qui ne sont pas passées inaperçues, tant et si bien qu'il a déjà été exposé à Central Park. Une manière pour lui de mettre un pied dans la société et de s'y faire une petite place. Cette dernière est discrète mais lui convient. Il a un travail, des amis et une famille, même si ce cercle de proches semble limité. Il est extrêmement protecteur envers ceux qui lui sont chers et d'une loyauté sans faille. Il retire beaucoup de fierté lorsqu'une personne lui accorde sa confiance, qui plus est s'il l'admire et a horreur de les décevoir. Mais il n'est pas donné à n'importe qui d'être dans ses bonnes grâces. Ceux vers qui ces nobles sentiments sont dirigés le comprennent bien mieux que tout ceux qu'il a pu croiser au cours de sa vie. Et qu'il aime ou idolâtre, le résultat sera le même. Il tient à ses personnes et à leur bien-être et mettra tout en œuvre pour que rien ne vienne leur gâcher l'existence.

Ce sentiment c'est encore renforcé lorsqu'il a rencontré sa sœur jumelle et leur mère. Un bonheur tel qu'il n'en avait jamais ressenti s'était déversé dans tout son être. La cause n'était pas seulement qu'il retrouve sa famille après tant d'années, mais surtout les conséquences inattendues que cela avait eu sur lui. En effet, en présence de Persona, son autisme semble s'évanouir comme par enchantement, ainsi que son asymbolie. Il peut alors ressentir par lui-même et de manière directe ses blessures physiques, il prend conscience du monde qui l'entoure, du regard des autres. Sa réflexion se développe, s'approfondit et s'accélère. L'ironie et le sarcasme ne lui passent plus au-dessus de la tête et les subtilités des comportements humains lui apparaissent enfin. Tout ce qui le handicape dans sa vie disparaît au contact de sa jumelle. D'après Ellen, cela serait dû à un gène X passif de la jeune fille qui serait lié à celui de son frère. La raison reste obscure, mais Zephyr est bien trop occupé à profiter de ses facultés nouvelles et développées pour s'en inquiéter, ainsi que du lien fort qui l'unit à Dahlia.

On pourrait croire que cela mettrait un frein à la nécessité du jeune homme de se nourrir de la souffrance des autres, mais il n'en est rien. Malgré tout, il continue à pourchasser et torturer afin de ressentir l'enivrement et la vie que lui procure ses victimes. La jouissance qu'il en retire est devenu un but en soi et s'est même développée au point qu'il commence à prendre un certain plaisir à ce qu'il fait. Ce n'est plus que la douleur qui lui fait prendre son pied, mais également la tourmente même qu'il inflige. Cependant, il ne s'attaquera jamais à une personne qu'il considère comme innocente et garde en lui un sentiment de justice bien ancré. Jamais il ne penserait à passer du côté des méchants, même si c'est bel et bien comme ça que ses victimes pourraient le qualifier. Derrière ses grands yeux d'un bleu limpide, sa mise toujours impeccable et son regard quelque peu perdu, se cache un être complexe qu'il vaudrait mieux ne pas énerver, un être qui devient petit à petit un véritable psychopathe en puissance. Mais lui ne le voit pas comme ça, il sait qu'il fait partie de la Lumière. Il a une confiance en lui qu'il n'avait jamais atteint auparavant, si bien que son pouvoir s'en ressent. Il commence petit à petit à mieux le maîtriser, ce qui n'est pas forcément une bonne nouvelle pour ses proies futures.


L'histoire



Où est Marraine la Fée ?

Leon n'a jamais su qui était sa mère avant de récents événements et à vrai dire, il n'est pas sûr qu'il se soit un jour posé la question de savoir qui elle était et où elle pouvait bien se trouver. Encore moins pourquoi elle l'avait abandonné. Plus précisément vendu. Les raisons de la transaction restent obscures, jusqu'à ce jour, mais c'est un fait, il n'a pas été fait plus de cas de lui que d'un sachet de nouilles. Et ce n'était là que la première d'une longue série d'exclusion dans la vie de cet être si spécial. A peine avait-il quelques heures que l'on avait pu lui trouver une famille prête à payer un prix raisonnable pour son adorable bouille. Des parents riches et en mal d'enfants qui pourraient lui offrir tout ce dont un petit puisse rêver. Il allait vivre dans le confort, l'abondance et l'amour gagné à coups de dollars. Ce ne serait sûrement pas parfait, mais au moins ne serait-t-il pas livré à lui-même. Si une Marraine la Fée s'était penchée au-dessus de lui à sa naissance, elle aurait pu être satisfaite de cette solution. Seulement voilà, Marraine la Fée devait être pressée ou avoir un coup dans le nez. Ou alors était-elle trop stupide ou trop confiante en l'âme humaine pour penser que ces nouveaux parents ne feraient pas de cas de la nature même de l'enfant pour lequel ils avaient payé un bon prix ? Quoiqu'il en soit, durant deux pénibles années la révélation de la nature profonde de leur fils sauta petit à petit à la figure de ses parents. Les moments câlins déjà peu présents dans les premiers mois se raréfièrent avec le temps. Le petit Leon n'aimait pas que l'on s'approche de lui et il hurlait et se débattait lorsque c'était le cas avec toute la force qu'il pouvait avoir. On avait rapidement compris que le premier réflexe qui consistait à le prendre dans les bras pour le calmer empirait la situation et transformait ce qui semblait être de la peur et du rejet de l'autre en colère noire à la violence étonnante.

Les jeunes parents, complètement dépassés par les événements, se tournèrent vers le corps médical en vue d'aide. Plusieurs tests et vérifications plus tard, le diagnostique était tombé : autisme. Comment cela pouvait être possible ?! Ils avaient payé le prix fort et leur enfant, sous ses apparences de bonne santé, était un attardé ? Un monstre qui ne serait jamais normal ? Après avoir vécu le rejet de leur propre fils durant deux ans, s'en était trop pour eux de réaliser que cela n'était pas qu'une phase. Alors avec toutes les meilleures intentions du monde à leur propre égard et afin de pouvoir rapidement passer à autre chose et adopter un enfant qui soit plus adapté à leur vision de la famille parfaite, ils décidèrent de laisser Leon dans un orphelinat. De l'abandonner sur les marches sous le couvert de la nuit serait plus exact. Et c'est ainsi que le petit garçon se retrouva dans un établissement qui n'était pas plus heureux ni adapté pour s'occuper d'un enfant tel que lui que l'avaient été ses différents parents. A peine âgé de deux ans, il avait déjà été abandonné, rejeté et privé d'amour à deux reprises par un monde effrayé par la colère, les crises et la différence. Incapable de s'arrêter de tourner pour prendre le temps de s'occuper convenablement de lui. Était-ce de la faute des autres s'il était comme il était ? Non, certes, cependant un minimum de compréhension aurait pu aider à ce qu'il s'intègre et s'ouvre au monde qui l'entourait. Mais allez donc demander cela à un organisme qui survit comme il le peut grâce aux dons de divers mécènes et qui n'a déjà pas les infrastructures ou les employés pour que tout tourne correctement.

Leon devint un donc un paria au sein de ce qui se rapprochait le plus de la définition d'un foyer. Il semblait cumuler des bizarreries qui ne faisaient qu'éloigner les gens. Car outre son autisme, il avait cette capacité étrange à jouer avec les molécules qui se trouvaient à proximité et était incapable de sentir la douleur. Ce dernier point en soi n'était pas forcément un désavantage, mais au fur et à mesure que le temps passait, l'orphelin commença à sentir un manque au fond de lui qu'il ne s'expliquait pas. Certes il était pratique qu'il ne ressente pas la douleur, bien que cela n’enlevât rien aux blessures elles-mêmes, cependant il lui semblait que ce fait était directement lié à son sentiment de ne pas se sentir vivant. Rien n'est plus tangible qu'une plaie qui nous fait souffrir, c'est à ce moment que l'on comprend réellement que nous sommes des êtres faits de chair, que l'on réalise notre mortalité. Ce savoir refusé lui devenait pénible à porter et sa frustration grandissante, ses crises n'en furent que plus terribles. Personne ne comprenait ce qui pouvait bien se passer et lui-même avait de la peine à mettre des mots sur la situation. Toujours est-il que cette escalade de la violence aurait pu aller bien loin si Leon n'avait pas trouvé un moyen de combler ce vide. Il découvrit que, incapable de ressentir sa propre douleur, il ressentait avec force celle des autres. Cet étrange phénomène lui était apparu à de nombreuses reprises avant qu'il ne saisisse exactement ce qui se passait. Mais une fois que la corrélation fut faite, un déclic se fit en lui, de ceux qui déclenche des conséquences insoupçonnées. Quand à son pouvoir, il lui était impossible de le maîtriser, du moins lorsqu'il était enfant. Il n'apparaissait au début que lors de colères particulièrement virulentes et semblait exploser sans aucun contrôle. A mesure qu'il maîtrisait ses colères, il semblait en être autant de ce pouvoir, mais cela apparaissait encore assez être aléatoire. Pas étonnant alors que les autres enfants le fuyaient comme la peste ! Sans compter les nurses qui rechignaient à s'occuper de lui.

Est-ce que ces différents rejets ont marqué le jeune autiste ? Difficile à savoir pour quelqu'un de l'extérieur et mais il est à vrai dire peu probable que le principal intéressé se soit, à aucun moment, senti triste par la réaction qu'il provoquait chez les autres. De l'incompréhension, sûrement, mais de la tristesse... cela sous-entendrait qu'il comprenne les agissements des gens à son encontre et à partir du moment où ils n'entraient pas dans sa bulle sans son autorisation, il n'était pas affecté, en bien ou en mal. Rares ont été ceux qui ont essayé de s'approcher de lui et vu les résultats peu concluants, il fut laissé de côté autant par les orphelins que les adultes. Qui aurait voulu s'occuper d'un petit garçon qui vous attaquait pour des raisons qui vous dépassaient totalement ? Il avait certes de quoi manger, boire et un certain accès à l'éducation, mais personne ne faisait réellement d'efforts pour lui. Personne sauf Ava. Cette petite fille qui l'avait tout de suite compris et s'était montrée patiente afin d'apprendre à le connaître. Jamais elle ne lui avait imposé sa présence, tout s'était fait dans la douceur et l'épanouissement d'une confiance réciproque. Elle savait, instinctivement, qu'en ne le brusquant pas elle réussirait à passer le mur qu'il avait érigé entre lui et les autres. Et elle savait que malgré la difficulté et le temps que cela prendrait, ça en vaudrait largement la peine. Sur ce point elle ne s'était pas trompée et après de longs mois à se découvrir, les deux enfants finirent par devenir inséparables. C'était là un sacré progrès pour Leon qui s'ouvrait ainsi au monde. Oh il était loin d'être considéré comme un enfant « normal », mais il contrôlait mieux ses crises et n'était plus si agressif. L'enfant sauvage s'était adouci grâce à celle qu'il considérait comme sa sœur et ce lien créé par la patience de deux bambins n'allait que se renforcer au fil du temps. Ils s'épanouissaient au contact de l'autre et il semblait que rien ne pouvait les séparer.

Si bien que lorsqu'un couple voulu adopter la petite, ils décidèrent de donner une chance à son frère. Allait-il enfin avoir une famille, l'affection de parents aimants prêts à l'aider dans son acclimatation à notre société ? Cela aurait pu se passer ainsi, mais il y avait en Leon quelque chose d'autre que son autisme. Un pouvoir qu'il ne contrôlait pas toujours étant petit, une particularité qui alerta ses parents adoptifs et leur firent peur. Accepter de prendre deux enfants au lieu d'un était un acte presque naturel lorsque l'on voyait l'attachement réciproque qui les liait. Accepter que l'un de ces enfants allait demander des soins particuliers toute sa vie passait encore. Mais élever un monstre ? Un petit être possédant un pouvoir bien trop puissant pour ses facultés mentales ? Cela devenait dangereux. Leon était un garçon animé par la colère. Sourde la plupart du temps, dormante, mais explosive une fois qu'il lâchait tout. C'était plus que ce que cette nouvelle famille pouvait accepter et, pour la troisième fois dans sa courte vie, Leon fut abandonné et ramené à l'orphelinat tandis qu'Ava restait dans son nouveau foyer. Il n'avait sûrement pas eu de marraine la fée après tout. Cependant ce qui aurait pu se profiler comme une tragédie s'arrangea tout seul lorsque la petite fille mis tout en œuvre pour retourner auprès de son frère. Ce n'était pas que des bêtises, mais bien des crises d'hystérie, de la violence, des cris et des pleurs qu'elle déversa sur ces parents qui n'étaient pas de taille. Ils décidèrent de la ramener au plus vite et au plus grand soulagement de tous.

C'est ainsi que Leon et Ava se retrouvèrent à grandir ensemble au sein de l'orphelinat qui les avait recueilli à plusieurs reprises. Le petit autiste, bien que toujours dans son propre monde, réussissait à s'ouvrir de temps à autre si sa sœur était là pour l'aider. Cependant il n'était pas rare qu'il entre dans des colères monstrueuses durant lesquelles il échappait à tout contrôle. C'est d'ailleurs lors d'une de ces crises qu'il reçu son surnom de Zephyr. Alors qu'il était particulièrement agité pour une raison que seul lui pouvait comprendre, un autre enfant avait eu la bonne idée de venir l'embêter un peu plus. C'était sûrement un nouveau qui ne connaissait pas encore les conséquences que ce genre d'acte pouvait provoquer. Quoiqu'il en soit, il se mit dans une telle rage qu'il souffla littéralement un mur lorsqu'il perdit toute maîtrise de son pouvoir. Ava assista à la scène et c'est peut-être bien pour ça que le petit plaisantin qui avait déclenché tout cela était encore vivant. Sinon Leon n'aurait pas hésité à retourner sa colère contre lui au lieu d'un pan de mur de sa chambre. Il fut difficile d'expliquer ce qui s'était passé, la version officielle avait conclu à un pourrissement de la paroi pour une raison quelconque. L'incident eu au moins un effet positif car malgré son aspect inquiétant, les autres enfants décidèrent d'être plus sympathique envers Leon. Peut-être était-ce la peur qui les animait, mais cela n'avait pas tant d'importance car le principal intéressé ne se posait pas la question du pourquoi du comment. Il percevait que les autres ne cherchaient plus à l'enquiquiner et c'était tout ce qui lui importait.


Un peu d'indépendance et de rencontres

La vie suivit son cours jusqu'au jour fatidique des 18 ans de Leon. Qu'allait-il advenir de lui maintenant qu'il était majeur et que rien n'obligeait l'orphelinat à le garder sous son toit ? Un quatrième abandon ? Étonnamment ce ne fut pas le cas, peut-être que Marraine la Fée avait enfin fait son job. Quoiqu'il en soit, il lui fut permis de rester auprès de ceux qui l'avaient élevé, mais sous certaines conditions seulement. La principale étant qu'il lui fallait subvenir à ses besoins. On lui permettait de rester sous ce toit, mais il allait devoir payer les différentes dépenses qu'il engendrait, notamment médicales. Il se mit donc à la recherche d'un travail qu'il ne tarda pas à trouver au sein d'une épicerie. Il suffit d'une seule personne pour lui donner une chance et ce qui aurait pu être un complet désastre fut en fait une belle réussite. Une revanche même sur ceux qui doutaient des capacités du jeune autiste. Certes, le travail ne sollicitait pas beaucoup ses facultés limitées, cependant il était heureux de voir qu'il parvenait à avoir des contacts sociaux avec les clients sans qu'aucun incident ne survienne. Il avait été accepté comme il était par ses collègues et même si personne n'occultait le fait qu'il n'était pas comme eux, ils respectaient sa différence. Grand changement de manière de faire si seulement il avait pu s'en rendre compte pleinement. Car ce qu'il voyait c'est qu'on le laissait tranquille et que les gens étaient pour la plupart gentils avec lui. C'était ainsi qu'il percevait ce qui l'entourait. D'un côté les bons et de l'autre les méchants. Gare à celui qui se retrouvait d'un coup propulsé dans la dernière catégorie. Cela arrivait plus fréquemment que l'inverse, il était rare qu'il perçoive soudainement comme bonne une personne qu'il considérait jusqu'à présent comme une menace. Pourtant cela pouvait arriver et c'est bien ce qui s'était passé avec Spencer.

Cette dernière était ce que l'on pouvait appeler une fille à papa. Née dans une famille qui avait assez d'argent pour adopter la moitié de l'orphelinat qu'elle parrainait, la petite Spencer ne se gênait pas de prendre de haut ceux qu'elle visitait avec ses parents une fois par an. Pour une raison incomprise de tous, la présence de cette fille avait toujours provoqué une violente réaction chez Leon. Pour lui, elle était un insecte qui venait lui tourner autour de temps à autre, dérangeant ainsi sa quiétude. Il ne l'aimait pas, c'était une réaction épidermique. Il lui fallait pourtant ne rien laisser paraître car il serait mal venu de mordre la main qui vous nourrit depuis tant d'années, même si cette main aimerait bien que vous lui léchiez les bottes. Il résista donc à la tentation de faire quoique ce soit durant des années et subissait cette visite annuelle sans grande joie, se faisant violence durant les quelques heures que la riche famille passait en compagnie des orphelins. Cela aurait pu s'arrêter là, une simple inimité créée par le choc entre deux vies diamétralement opposées, par l'intrusion dans un monde que peu de gens comprenait. Pourtant ces deux vies étaient faites pour se rencontrer et se découvrir de la plus curieuse des manières.

Un soir, alors que Leon travaillait comme à son habitude à l'épicerie du coin, une silhouette encagoulée s'engouffra par la porte et lui demanda de lui remettre la caisse. Un braquage aurait pu mettre n'importe qui dans tous ses états, mais le jeune homme resta calme et déposa tout ce qui faisait le chiffre de la journée devant lui. Tout aurait pu s'arrêter là si un client n'avait pas voulu intervenir et empêcher le vol. Ce fut un geste certes très héroïque mais qui ne servit pas à grand chose. Alors qu'il s'avançait vers le voleur qui s'avéra être une voleuse, il s'écroula sur le sol, tordu par des douleurs aussi brutales que subites. Il n'en fallut pas plus à l'autiste pour se concentrer un peu plus sur la scène qui se jouait devant lui. Il ne faut pas croire qu'il ne s'y était pas intéressé jusque-là, loin de là même. Il y avait des avantages à épier le monde plutôt qu'à y prendre part et l'un d'eux était un sens de l'observation particulièrement développé. Le jeune homme avait reconnu Spencer sous cette cagoule et cette voix à peine modifiée par l'adrénaline que lui procurait la situation. Il ne s'était pourtant pas énervé car la chute de l'homme et ses conséquences avaient détourné son attention. Non seulement il pouvait se repaître de ces vagues de douleur qui semblaient affluer dans le corps du client dans son entier, mais en plus celles-ci semblaient être causées non pas par un objet mais bien par une personne. En l'occurrence la riche héritière. Il se tourna vers elle, fasciné par ce pouvoir qui complétait si bien ses propres besoins, souriant comme jamais elle ne l'avait vu faire.

Cependant ce sourire s'effaça vite et fit place à une rage grandissante lorsqu'on le priva de cette sensation enivrante qu'était la souffrance d'un autre. Il mit une seconde à comprendre que l'homme était tombé dans l'inconscience tandis que la jeune femme s'écroulait devant ses yeux. Il lui porta secours comme il put et réussi à stopper sa crise d'épilepsie grâce à son propre pouvoir. Comment il s'y était pris ? Aucune idée, les choses s'étaient faites d'elles-mêmes et avant même qu'il ait l'occasion de se poser la question, Spencer revenait à elle et il lui tendit une main amicale pour la relever. Sans un mot, il la regarda s'éloigner et attendit quelques minutes avant d'appeler la police. Il ne leur dévoila rien sur l'identité du braqueur et son témoignage ne les avança pas à grand chose. On aurait pu croire qu'il se serait fait un véritable plaisir de dénoncer cette riche gamine bien sous tout rapport, mais il n'en fit rien. Leon était prêt à la couvrir maintenant que sa vision à son encontre avait radicalement changé. Elle n'avait pas hésité une seule seconde avant d'infliger de terribles souffrances à sa victime et rien que pour ça, il l'admirait, lui qui avait tant besoin de la douleur des autres et qui ne faisait que peu de cas de la provoquer lorsque c'était justifié. Une sorte de compréhension s'était installée entre eux, un lien invisible mais fort qui fut scellé par la visite annuelle de la jeune femme dans l'orphelinat.

Elle n'eut pas l'occasion de le voir seul à seul durant la tournée habituelle de l'établissement et ce n'est que le soir qu'elle parvint à lui laisser une lettre en main propre. Elle s'en fut avant qu'il ait pu la lire ou lui dire quoique ce soit, mais il fut heureux de découvrir les mots couchés sur le papier, le remerciant de n'avoir rien dit. Il mit à son poignet le beau ruban doré qui entourait le papier et ne l'enleva plus dès lors. C'était un objet précieux à ses yeux, un cadeau qu'il chérissait et qui le rassurait. Ce n'est que l'année d'après qu'il pu lui rendre la pareille, trois mots qu'il lui aurait été beaucoup plus difficile d'exprimer de vive voix : Merci à toi. Ce fut à partir de ce jour que leur lien d'amitié s'établit pour de bon. Spencer était devenue la seule personne hormis Ava qui pouvait entrer dans son monde, sa Hamsterball, sans craindre de représailles.


D’autres rencontres

Son travail à l'épicerie n'avait pas seulement amené Leon à connaître Spencer. Il avait vu passer tant de gens différents, que ce soit les habitués ou les simples clients de passage, que rien ne l'étonnait et il était impensable qu'il soit à nouveau aussi fasciné par quelqu'un que comme il l'avait été par sa braqueuse préféré. Et pourtant, il ne faut jamais dire jamais. La rencontre qu'il s'apprêtait à faire à l'aube de sa 25ème année allait entraîner la plus grande fascination qu'il eut connu jusqu'à présent. Cela se passa un jour comme les autres dans la petite épicerie de quartier. Un client un peu récalcitrant s'acharnait sur Leon qui n'eut rien le temps de faire que l'un de ses collègues volait à sa rescousse. Il faut avouer qu'il faisait surtout cela pour garantir la sécurité dudit client et éviter des poursuites judiciaires à l'encontre de l'établissement par la même occasion. Quoiqu'il en soit, le jeune homme autiste était dans une telle agitation qu'il ne put empêcher son pouvoir de se manifester. Il eut juste le temps de se mettre à l'abri des regards indiscrets, pensait-il, qu'il tomba à genoux et disparu de la surface de la Terre. D'un coup d'un seul, Leon était devenu invisible aux yeux de tous, mais sa transformation ne passa pas si inaperçue. Quelqu'un, une cliente de passage, venait d'assister à ce spectacle pour le moins étonnant. Mais contrairement à ce que l'on pourrait penser, la femme ne cru pas rêver, elle ne prit pas non plus ses jambes à son cou. Elle resta là, à observer ce qui semblait être le vide avant de sortir de l'épicerie en laissant en plan son panier de courses.

Zephyr avait bien remarqué qu'il n'avait pas été aussi discret qu'il l'aurait souhaité, cependant, l'étrange et chaleureux sourire que cette femme lui avait adressé lui avait plu et lorsqu'il la vit revenir le lendemain, il fut heureux de l'écouter parler et de répondre à ses questions. En pleine heure creuse, il n'y avait qu'eux dans le magasin et elle eut tout le loisir de lui faire découvrir le culte de R'hllor. Leon était fasciné et adhéra immédiatement à ces principes qu'on lui exposait. Lorsqu'on lui présenta le prophète Zexion, il le considéra comme Dieu en personne et l'idolâtra immédiatement en mettant sa loyauté à son service. C'est ainsi qu'il fit son entrée chez les Initiés au-delà de toute probabilité. Car qui aurait pu parier qu'un jeune autiste comme lui rejoindrait un groupe considéré comme terroriste ? Surtout lorsqu'on savait qu'il était incontrôlable et pouvait s'avérer dangereux. C'était un parti risqué et fou à la réflexion, mais cela l'empêcherait-il d'être gagnant pour autant ?


La vie d’Initié

Ainsi Zephyr, puisque c'est comme cela qu'on le surnommait, se mit au service de celui qu'il considérait comme un Dieu. Sa loyauté fut s'en faille dès le début et on lui confia rapidement des missions dans lesquelles il trouvait son compte. La première dont il eu la charge fut pour lui une réelle partie de plaisir. Après quelques jours de traque, il passa à l'action et attrapa sa proie sans le moindre souci. Cette dernière avait eu le malheur de menacer la Déesse et il était clair dans l'esprit de Leon que cet homme devait être rappelé à l'ordre. Il prit un malin plaisir à torturer Rafael tant la douleur qui parcourait ses veines était exquise. De plus, il était reparti avec un nouveau compagnon à quatre pattes qu'il avait affectueusement prénommé Quenouille. Il irait le rendre à son propriétaire plus tard, mais sur le moment, il était ravi de pouvoir s'occuper d'un être aussi affectueux et qui le faisait se sentir bien dans ce monde.

Ce n'était pas la première fois qu'il faisait endurer ainsi de telles souffrances à un autre être humain. Le premier qui avait subi sa colère l'avait payé de sa vie et il n'y avait pas une seule minute où le jeune autiste le regrettait. Cette ordure avait voulu s'en prendre à Ava et il était juste, dans son esprit, qu'il lui passe l'envie de recommencer une bonne fois pour toutes, quitte à en mourir. Les délicieuses sensations que cela lui avait procuré étaient indescriptibles. Il ne s'était jamais senti aussi vivant qu'en torturant cet homme et l'arrêt brutal de ces sensations avec la mort de sa victime l'avait mis dans une situation de manque. Tel un junkie qui avait besoin de sa dose, il savait qu'il lui faudrait, un jour, recommencer afin de se sentir entier.

Il eut l'occasion de se repaître encore un peu lorsqu'il partit, sans le savoir réellement, à la poursuite du Grand Méchant Loup. Ce serial killer qui faisait la une de tous les journaux avait voulu, tout comme sa première victime, s'en prendre à sa sœur de cœur. Autant dire qu'il n'allait pas laisser passer ça et après un heureux hasard qui mit cet individu à nouveau sur sa route, il décida de le suivre pour se retrouver dans une situation quelque peu problématique. Une femme, flic, se trouvait être à la poursuite de la même proie que lui et il lui fut bien compliqué d’arriver à ses fins. Certes l’homme était mort de sa main, mais il n’avait pu s’amuser avec lui avant, la seule douleur qu’il avait pu absorber étant celle de la policière dont il s’était servi pour échapper aux troupes d’élites qui les encerclaient. Peut-être était-ce l’adrénaline provoquée par la situation qui lui avait permis de se rendre invisible, ou alors une meilleure maîtrise de lui-même. La question était à creuser, mais il ne paraissait pas impossible qu’un mélange de ces deux éléments ait été à l’œuvre. Après tout, il s’était un peu plus ouvert depuis qu’il travaillait au sein des Initiés et la perspective de pouvoir rassasier sa soif d’existence lui permettait de se poser de nouvelles questions et de contrôler la rage qui grondait en lui en permanence tel un murmure.

Sa soirée n'était pas terminée pour autant car le manque de douleur n'effaçait pas les blessures qu'il avait subi dans la bataille. Il s'était tout de même fait poignarder et il lui fut rapidement compliqué de mettre un pied devant l'autre. Il réussi à se mettre à l'abri des regards indiscrets, adossé à un mur au coin d'une rue, mais il ne passa pas pour autant inaperçu. Un heureux hasard voulu qu'une jeune femme avait suivi les traces de sang qu'il laissait derrière lui. De plus, il se trouvait qu'elle était une agent du FBI, collègue de la jeune femme que Leon venait de sauver. Elle aurait pu le dénoncer mais prit sur elle de le soigner, lui rendant ainsi la pareille pour ce qu'il venait de faire. Elle s'occupa donc de lui, le remercia et le laissa partir sans qu'il fut une seule fois inquiété de finir interrogé par le gouvernement.


Marraine la Fée – Le Retour

La vie de Leon se poursuivait sans embûches et même avec un certain plaisir retrouvé. Il avait un travail à l'épicerie qui se déroulait sans accroc et dans lequel il s'épanouissait même, deux amies qui l'entourait de leur affection ainsi qu'un rôle dans la traque aux méchants qui lui comblait son appétit pour la douleur. Pas qu'il aime particulièrement faire souffrir les autres, mais s'il pouvait remettre à leur place des personnes mauvaises tout en apaisant sa soif de se sentir vivant, pourquoi s'en priver ? Non, réellement, tout se déroulait pour le mieux et rien, dans l'esprit du jeune homme, n'aurait pu plus le contenter. Mais ce n’était apparemment pas ce que le destin avait en réserve pour lui. Sa Marraine la Fée avait du se réveiller et contempler avec horreur ce par quoi son petit protégé était passé. Devant ce désastre, elle n’avait probablement eu que deux solutions : se tuer pour son manque flagrant de professionnalisme ou réparer comme elle le pouvait la catastrophe qu’elle avait créé. La seconde solution avait dû lui paraître la meilleure. Ou alors le hasard avait simplement bien fait les choses et l’existence ou non d’une certaine Fée n’y était pour rien dans l’histoire. Quoiqu’il en soit, le jeune homme se retrouva dans une situation qu’il n’avait jamais imaginée vivre un jour et qui l’emplit d’une allégresse rarement atteinte.

Lors d’une tournée de livraisons des plus banales, il se retrouva à jouer le rôle de chevalier servant en défendant une jeune femme malmenée par une brute. Il avait beau ne pas avoir l'air dangereux, sa pauvre victime ne l'avait pas vu venir et un air ahuri lui passa sur le visage lorsque son dernier souffle quitta son corps. Zephyr était quelque peu contrarié que les festivités se terminent si rapidement, cependant il n'eut pas le temps de cogiter qu'une jeune femme faisait son entrée dans l'appartement. Cette rencontre qui aurait pu marquer une entrée directe en prison se mua en un événement bien plus plaisant. En effet, Dahlia, puisque c'était son nom, n'avait à vrai dire aucune intention de l'envoyer derrière les barreaux. Au contraire, elle se montra fort sympathique et avenant avec lui. Cependant le plus étonnant ne fut pas tant sa réaction à elle que ce qu'elle provoqua en lui. Sans savoir pourquoi, Leon semblait se défaire de son autisme et de son asymbolie à la douleur en sa présence. Une joie telle qu'il n'en avait jamais connu le submergea tant qu'il en pleura. Les réjouissances n'avaient pourtant pas encore atteint leur paroxysme. Celui-ci arriva lorsque, suivant la jeune femme à sa demande, il se retrouva dans une voiture en présence d'une femme d'âge mûr qui se trouva être sa mère. Plus précisément, leur mère.

Cette nouvelle, bien qu'elle sembla sonner celle qui se trouvait être sa sœur jumelle, lui fit se comporter d'une manière qui ne lui était pas coutumière. Le poids de son autisme ôté, il n'hésita pas à enlacer les deux femmes dans ses bras, les larmes ruisselant sur ses joues, laissant ses sentiments s'exprimer pour la première fois par une pure joie au lieu de l'habituelle colère. A partir de ce moment-là, une relation complice se tissa entre les jumeaux. A son contact, Leon s'épanouissait pleinement et il aurait été difficile pour les gens qui le connaissaient de le reconnaître. Il ne bégayait plus, il ressentait sa propre souffrance et ses capacités sociales et intellectuelles étaient tout à fait dans la norme. Un vrai renouveau à chaque fois qu'il la rejoignait, mais lorsqu'il se retrouvait sans elle, il redevenait celui qu'il avait toujours été. Le changement était flagrant et il en était conscient, mais il était impossible qu'ils passent tout leur temps ensemble. Zephyr profitait donc de ces moments qu'il chérissait, comme la fois où elle l'avait accompagné rendre le petit Quenouille à son propriétaire. Ce dernier avait paru quelque peu surpris et affolé de voir réapparaître son tortionnaire à l'hôpital, mais pour le jeune autiste, c'était une situation tout ce qu'il y avait de plus normal. Il était heureux de pouvoir rendre ce « service » et sa sœur lui avait proposé de l'accompagner dans l'adoption d'un chien, rien n'aurait pu plus le ravir. Les morceaux épars de sa vie semblaient enfin se mettre en place après tant d'années d'isolement.

Cependant, certains événements l'avaient passablement affecté, à commencer par la mort brutale de la Déesse, Fran, celle qui l'avait introduit au culte de son Dieu. La nouvelle était tombée comme une masse sur le jeune autiste qui n'avait pas l'habitude de gérer ce genre d'émotions. L'attaque qu'avait subie les adorateurs de Zexion n'avait rien arrangé à la confusion qui l'avait envahi. La tristesse ne faisait pas partie du panel commun des sentiments qu'il éprouvait et le trouble qu'elle provoquait engendrait colère et frustration. Celles-ci venaient s'ajouter à la rage qu'il ressentait envers les responsables de cette série de désastres. Il n'attendait qu'une chose, qu'on lui pointe les coupables et qu'on lui laisse l'opportunité de leur apprendre à ne pas se frotter aux gens qu'il admire. Heureusement, l'alliance avec les X-Men vient apporter de nouveaux renforts au culte de son Dieu et à la chasse qu'il ne manquera pas d'entamer dès qu'il le pourra.


Code by Anarchy






Avatar : Iwan Rheon
Multi-compte : Oui [ ] Non [X]
Date de naissance IRL : 1986
Avez-vous lu les règles ? Ok, by Xehanort
Comment avez-vous connu le forum ? Par l’intermédiaire de plusieurs joueurs

Code by Anarchy


Dernière édition par Zephyr le Dim 08 Nov 2015, 17:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1309-zephyr#25762http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1532-zephyr#28551http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1459-zephyr#27665



Invité

Invité


MessageSujet: Re: Zephyr Ven 30 Oct 2015, 21:47

Mon frère :mimi:

Bienvenue ♥️ J'espère que ce n'était pas trop compliqué de suivre l'histoire avec Dahlia, et si tu as des questions, n'hésite surtout pas à me contacter !
Au plaisir de RP et de faire les 400 coups avec toi :hys:

(Roxas aussi va être content :red: )
Revenir en haut Aller en bas


Messages : 178
Date d'inscription : 31/05/2015
Identité : Perceval Gabriel Rose
Dons : externel, mémoire parfaite, capacités supérieures d'analyse et de traitement de données

MessageSujet: Re: Zephyr Ven 30 Oct 2015, 22:14

Bienvenue à toi! cheers

_________________
Thème: Violences and Variations - Bear McCreary

"Le chaos l'emporte toujours sur l'ordre: il est mieux organisé." Sir Terry Pratchett

Avatar et signature by Rix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1112-percy-ou-le-retour-de-la-division#21463http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t850-castiel-percy#21771http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1121-percy-what-can-division-do-for-you#21608http://plumederenard.hautetfort.com/




Messages : 151
Date d'inscription : 22/08/2015
Identité : Ava Baker
Dons : Indéfinis(ables)

MessageSujet: Re: Zephyr Sam 31 Oct 2015, 00:32

Wééééééééééééééé ! *Lui saute dessus* bienvenuuuuuue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1209-riley-ava-bakerhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1164-verstand-riley#23569http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1224-riley



Invité

Invité


MessageSujet: Re: Zephyr Dim 01 Nov 2015, 19:25

Bienvenue parmi nous. Belle fiche.
Cependant, avant de te valider, on remarque qu'il n'y a pas grand chose sur le contexte dans son histoire, il serait bien que l'on ait, même qu'une ligne de ce qu'il vit par rapport à ça. Puisqu'il fait parti des Initiés, il est quand même directement touché par ce qu'il s'est passé.
Et... c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas




Messages : 24
Date d'inscription : 22/10/2015
Identité : Leon Godwinn
Dons : Dissociation moléculaire - Asymbolie à la douleur

MessageSujet: Re: Zephyr Lun 02 Nov 2015, 09:28

Merci à tous pour l'accueil !

Je vais éditer la fiche dans le courant de la semaine, j'avais également oublié de placer un petit détail important quant à son métier (bah oui, il est artiste, mais j'ai omis d'en parler!). Dès que ce sera fait, je vous préviendrai Smile

_________________

"I'm not a psychopath! I'm a sociopath."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1309-zephyr#25762http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1532-zephyr#28551http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1459-zephyr#27665




Messages : 2557
Date d'inscription : 11/07/2012
Identité : Stanislas K. Lannister
Dons : Immortalité. Maniement de la lumière, des flammes.

MessageSujet: Re: Zephyr Lun 02 Nov 2015, 10:36

Persona a écrit:
(Roxas aussi va être content :red: )

Il a été très gai, en apprenant cette nouvelle.
Welcome. Wink

_________________











"I think a lot. I notice everything. But I never said a word."




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t608-zexionhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t38-zexion-warrior-of-lighthttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#138http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1403-zexion#27116http://dafael.wordpress.com/




Messages : 24
Date d'inscription : 22/10/2015
Identité : Leon Godwinn
Dons : Dissociation moléculaire - Asymbolie à la douleur

MessageSujet: Re: Zephyr Dim 08 Nov 2015, 17:10

Et voilà ! Fiche éditée, en espérant que ça conviendra. Je ne suis pas trop rentrée dans le détail histoire d'éviter de dire des bêtises...

Si jamais j'ai rajouté un paragraphe à la fin de l'histoire et modifié le 5ème paragraphe du perso ^^

_________________

"I'm not a psychopath! I'm a sociopath."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1309-zephyr#25762http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1532-zephyr#28551http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1459-zephyr#27665



Invité

Invité


MessageSujet: Re: Zephyr Dim 08 Nov 2015, 21:39

Merci pour ces changements.

La fiche est validée.

Tu peux désormais réserver ton avatar et lister tes capacités. Si tu as besoin de quoique ce soit, ou des questions à poser, n'hésite pas à passer par ici.

On te conseille ardemment de jeter un œil à ce topic, afin de voir qui est libre pour jouer, ou faire tes propres demandes. Des scenarii sont également proposés aux joueurs. Je te conseille de poster une fiche de liens pour t'intégrer au mieux ; les référencements de sujets, eux, sont par .

Voici un récapitulatif de tous les liens utiles du forum, et de tout ce que tu peux faire, pour t'intégrer au mieux.

Il ne me reste plus qu'à te souhaiter officiellement la bienvenue et surtout, un excellent jeu. Smile
Revenir en haut Aller en bas




Messages : 697
Date d'inscription : 03/09/2012
Identité : Anne Woods
Dons : Métamorphe / Mémoire génétique/ Cris

MessageSujet: Re: Zephyr Dim 08 Nov 2015, 22:05

Bienvenue !!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t634-ligeia-anne-woodshttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t95-anne-woods-la-petite-sirenehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t324-ligeia-anne-woodshttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t100-anne-woods-la-petite-sirene


Messages : 99
Date d'inscription : 31/10/2014
Identité : Mélyna Dangus (muette)
Dons : Maitresse Electrokinésiste

MessageSujet: Re: Zephyr Dim 08 Nov 2015, 22:46

*fait coucou*

_________________
XMH Awards 2015:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1065-elektra#20630http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t879-melyna-dangus#17681http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1065-elektra#20630http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t918-elektra-muette-electrique#18659




Messages : 24
Date d'inscription : 22/10/2015
Identité : Leon Godwinn
Dons : Dissociation moléculaire - Asymbolie à la douleur

MessageSujet: Re: Zephyr Lun 09 Nov 2015, 09:33

Chouette, merci !
Je vais jeter un oeil par-ci, par-là avant de me lancer alors Wink

_________________

"I'm not a psychopath! I'm a sociopath."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1309-zephyr#25762http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1532-zephyr#28551http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1459-zephyr#27665


Messages : 225
Date d'inscription : 20/05/2015
Identité : Shâlimar Sh’âlankta
Dons : Matérialisation de la peur, détection de la peur, immortalité, overdose et manque liées

MessageSujet: Re: Zephyr Lun 09 Nov 2015, 18:45

Bienvenue !

_________________

Et si je cachais tes peurs sous ton lit?
Une entité jaune nourrie de peur vive. Elle suscitait la terreur dans tout ce qu’elle approchait, amenait les civilisations à se détruire entre elles. Elle se repaissait de leur effroi. Et elle s'en délectait.
©️ Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 1775
Date d'inscription : 11/07/2012
Identité : Clov Rayleigh
Dons : Empathie, création d'illusions, matérialisation de pensées

MessageSujet: Re: Zephyr Lun 09 Nov 2015, 23:19

Le retour du fils prodige ! Bienvenue ! Very Happy

_________________

"If I speak, I am condemned. If I stay silent, I am damned!
Who am I? Who am I? I am Arlathan!"

XMH Awards 2014:
 

XMH Awards 2015:
 

Version Disney || Version Comics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t69-arlathan-man-of-light#229http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1423-arlathan-man-of-light#27338http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t83-arlathan-man-of-light#403



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Zephyr

Revenir en haut Aller en bas

Zephyr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Zephyr JOE BAR ONE
» -zephyr vs GYGEM[VOTES]
» Sanjiyan VS Zephyr (Sanji win)
» [VENDUE] Rolex Oyster Perpetual Zephyr 1008 de 1962
» KAWASAKI ZEPHYR 750 SPECIAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
XMH : The After Years :: Fiches validées :: Initiés-