XMH : The After Years
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[CLOS] Boire pour oublier [Axel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Messages : 469
Date d'inscription : 13/10/2012
Identité : Gabrielle Kreizler
Dons : Connectivité aux esprits psychopathes.

MessageSujet: [CLOS] Boire pour oublier [Axel] Ven 19 Oct 2012, 16:05

<<

La nuit avait été bien courte, notre agent n'était pas réellement à son affaire, alors que des techniciens sortaient une voiture de l'Hudson. New York n'était pas une ville tranquille, les morts s'accumulaient chaque nuit, chaque jour, la guerre n'avait rien arrêté, la paix encore moins... une équipe du FBI recherchait depuis quelques jours, la fille d'un notable de la ville disparue. La piste les avait menées jusqu'aux abords de la rivière qui traverse la ville de part en part. Tout le monde espérait quelque part, que le corps se retrouve dans le véhicule qu'ils remontaient à la surface, même si cela démontrait la pire des fins aux divers scénarios qu'ils avaient pu s'imaginer. Mais la pression était telle, que tout le monde avait hâte de mettre la main sur la fille, qu'elle soit encore en vie ou non.

Il aurait pu s'agir d'un banal accident de voiture, perte de contrôle et chute dans l'eau de la rivière, sans possibilité de s'en sortir. Mais il n'y avait pas de conducteur, ni de passager et quand le coffre fût ouvert, il ne pouvait plus y avoir de doute sur ce qui était arrivé à cette jeune femme. Un meurtre, comme il y en avait pleins ces derniers temps. Le cadavre était nu, pieds et poings liés. Tout ça avait été prémédité. Pourtant, ça n'impliquait pas obligatoirement les agissements de l'un ou l'autre des tueurs en séries qui cohabitaient dans l'esprit de Kreizler. Ses collègues avaient quand même eu la brillante idée de la faire venir sur place, avec l'espoir que la scène de crime pourrait lui révéler quelque chose d'important pour la suite de leur enquête. Elle était désolée que rien de tout cela ne se fasse. Aucun flash, aucune vision... le tueur était isolé et ce devait être son seul et unique meurtre. En tous les cas, c'était ce que l'on pouvait déduire, les choses changeraient peut-être au fil du temps, Gab' ne pouvait pas promettre une connexion à l'esprit de celui qui avait fait cela.

Elle avait pu ensuite, retourner au bureau. Il y avait des piles de dossiers qui attendaient d'être traités. Car ses visions, ne s'attachaient pas au temps, elle pouvait parfois assister à un meurtre qui avait été commis des années en arrière, il fallait donc éplucher un certain nombre de cas, pour tenter de mettre un peu d'ordre dans son esprit. Un travail de longue haleine, qui avait de quoi rendre dingue parfois. Évidement, elle ne travaillait pas seule et des collègues avaient intégrés l'équipe pour donner des coups de mains. A eux seuls, ils avaient déjà mis la main sur un certains nombres de tarés.

Sans compter le fait que tout le monde devait travailler sur le cas Lannister, sa photo était affichée en grand sur l'un des tableaux d'entrée au Bureau, pour que personne n'oublie sa tête, afin de ne pas être pris au dépourvu si par le plus grand des hasards, on le croisait dans la rue. Ce n'arriverait pas de sitôt. A moins que l'homme soit un imbécile fini, ce dont doutait bon nombre des agents qui travaillaient dans l'immeuble. Bien qu'ils reçoivent un nombre incalculable d'appel faisant état de gens qui l'avaient aperçu, croisé dans la rue.... fallait bien avouer que la récompense offerte pour tout aide amenant à son arrestation déliait les langues, même pour raconter n'importe quoi. Ce qui pouvait faire péter des câbles aux représentants de l'ordre, obligés de vérifier toutes les sources, même les plus improbables. Une perte de temps et d'énergie totalement inutile. Et maintenant, avec ce nouveau meurtre... tout le monde était réellement sur les dents.

L'ancien caporal avait fini par sortir, mieux valait pouvoir réfléchir à l'air libre. Le terrain était ce qu'il y avait de mieux pour enquêter, car ce n'était pas en restant assise derrière son ordinateur que les choses avançaient. De plus, elle avait toujours préféré agir plutôt que subir et attendre. Il fallait profiter des indics de la rue. Depuis son retour dans la Grande Pomme, Gab' avait réussi à se monter un bon petit réseau. L'avantage d'avoir trainé, à une époque, dans ces groupuscules que la plupart des gens évitaient comme la peste. Même si elle ne prenait plus de drogue depuis bien longtemps, que les squats n'étaient plus ses lieux d'habitations, elle y était encore la bienvenue, malgré son badge et son flingue. Parce qu'elle cherchait toujours à les aider en contrepartie, elle prenait soin d'eux et faisait de son mieux pour que leur vie s'améliore. Pourtant, sur ce coup, personne ne savait rien, ou personne n'osait l'ouvrir...

La journée avait, comme bien souvent, fini à pas d'heure et le besoin de dormir n'était pas présent. La femme ne voulait pas rentrer chez elle, pour prendre le risque de ressasser tout ce qu'il s'était passé pendant ces dernières 48 heures, pour laisser la possibilité aux visions de l'assaillir alors qu'elle tenterait, sans succès, de trouver le sommeil. Mieux valait aller traîner dans un bar, pour se garder l'esprit occupé et au pire, le noyer dans l'alcool pour le reste de la nuit.

Le moteur de la Ducati s'arrêtait de rugir alors qu'elle se parquait à côté de son bar habituel. Le casque enlevé, elle secouait la tête, tout en sortant une cigarette, marre de mâcher ces chewing-gums, dont elle avait fini une nouvelle plaquette aujourd'hui. Elle avait besoin de fumer. Une, deux taffs, le temps de rejoindre la porte d'entrée et la clope était écrasée au sol, avant de faire son entrée.

Le nom de l'endroit ne voulait vraiment rien dire, mais c'était ce qui l'avait attirée dans ces lieux la première fois. Original, intriguant. Une place agréable, où elle pouvait presque se sentir comme chez elle. C'était ça de faire parti des habitués. Salutations faites aux piliers de bar, quelques paroles échangées avec sympathie et Rix s'installait au comptoir. Apostrophant alors le tenancier.

- Hey Pablo! Verse-moi un scotch! Bien tassé. Un petit sourire marquait la commande passée.

Voilà bien un mec qu'elle appréciait de voir, après des journées aussi foireuses que celle-ci. En rien prise de tête, un bon interlocuteur pour parler de tout et n'importe quoi. Qui n'hésitait pas non plus, à lever le coude avec ses clients, afin de ne pas les laisser boire seul. Bref, un vrai gentleman, lâchait-elle souvent avec humour, presque ironiquement. Mais ce n'était que de la taquinerie entre eux, car au fil du temps, ils étaient devenus ami.

Gabrielle se passait les deux mains dans les cheveux, se frottant le crâne et le visage en attendant son verre, enfin un peu de tranquillité.

_________________

"It's only just a crush, it'll go away
It's just like all the others it'll go away
Or maybe this is danger and you just don't know
You pray it all away but it continues to grow

I want to hold you close
Soft breath, beating heart
As I whisper in your ear
I want to fucking tear you apart"


Dernière édition par Rix le Jeu 06 Juin 2013, 14:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1450-rix#27597http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t213-gabrielle-kreizler-rix#2485http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1241-rix-xehanort-calebhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t216-gabrielle-kreizler-rix




Messages : 285
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Pablo...
Dons : Immortalité. Visualisation et influence du destin, par le biais de l'art.

MessageSujet: Re: [CLOS] Boire pour oublier [Axel] Mar 23 Oct 2012, 20:36

« Toi qui t'en viens vers moi, tu te demandes ce que je fais là ; je bois pour oublier. Mais tu bois pour oublier quoi ? Oublier que j'ai honte ! Que tu as honte de quoi ? Que j'ai honte de boire. Alors tu te ressers un verre ! »
Tu as une mine affreuse, dit-il de son éternel accent chinois.
Certes, tu ne serais guère plus frais si tu t'étais retrouvé en Russie, par les temps qui courent.
En Russie ? Pourquoi ?
Pour du tourisme... Je crains d'avoir rencontré le Diable.
C'est une terre désolée, comment as-tu fait pour revenir aussi rapidement ?
Ça, c'est mon affaire...
Tu as manqué, ici...
Il n'y a bien qu'ici.
Tu ne vas tout de même pas recommencer à...
Merde ! Sauf tout le respect que je te dois, je... !
Quoi, merde ?

Le motard, de nature intimidante, lance un regard en biais à Axel. Ils sont séparés d'un comptoir, et pourtant, il parait au gérant du bar qu'il a tout intérêt à s'excuser. Il cherche alors du regard le sournois chinois qui est venu à bout de sa patience, mais force lui est de constater qu'il n'y a plus personne. Si toutefois, il y avait jamais eu quelqu'un... Il observe le monde, depuis son poste, l'air las. Si las... Ces clients, ses pouilleux, comme il les appelle avec affection, ne représentent certes pas la société en bonne et due forme. Mais du moins sont-ils l'image de son monde... Un univers qu'il aurait pu concevoir d'une manière bien différente, jadis... Mais comment peut-on s'attendre à ce qui va nous tomber dessus ? Lui-même ignorait qu'un tyran des siècles passés tenterait de le tuer, alors qu'il se rendait innocemment à une exposition.
Il est tant pris par ses pensées qu'il ne perçoit pas l'arrivée de Gabrielle, laquelle est pourtant une habituée. Chose curieuse, elle n'était pas présente la veille, mais après tout, elle est beaucoup moins dépendante de ces lieux que la plupart d'entre eux. Elle l'est en tous cas d'une manière différente. Au moins a-t-elle un rôle à jouer ailleurs... Il se tourne donc de manière relativement vive vers elle, lorsqu'elle l'interpelle :

"Hey Pablo! Verse-moi un scotch! Bien tassé."

Pas de problème, répond-il, en lui rendant son sourire.

Il trouve sans conteste la fraîcheur de Gabrielle, contagieuse. Celle-ci n'amène jamais, ou si peu, les effets négatifs que peuvent avoir le boulot ou le monde, sur elle. D'ailleurs, elle n'aime pas tant que cela parler d'elle. Axel ne s'en plaint pas tant, après tout, elle ignore jusqu'à son vrai nom. Il revient, quelques minutes après, vers elle, une bouteille de scotch en main, ainsi qu'un verre. Il le remplit. Il le lui tend. Tout cela est fait machinalement ; il n'a pas à détourner les yeux d'elle -l'une de ses clientes fétiches- pour opérer ces gestes mécaniques. Il sait qu'elle est profileuse, qu'elle est peut-être parfois, et sans le savoir, en contact avec ses alliés et ses ennemis d'hier. Ah, si elle savait... Ses activités l'intriguent, malheureusement, elle se montre peu souvent loquace à ce sujet.

Alors, comment a été la journée ? Vous avez mis la main sur Lannister ? ne peut-il s'empêcher de demander, un rien ironique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t610-axelhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t42-axel-bienfaiteur-malfaisant-dechu#122http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#144http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1405-axel#27125


Messages : 469
Date d'inscription : 13/10/2012
Identité : Gabrielle Kreizler
Dons : Connectivité aux esprits psychopathes.

MessageSujet: Re: [CLOS] Boire pour oublier [Axel] Ven 26 Oct 2012, 17:56

Le verre se retrouvait dans son champ de vision, Pablo était un rapide, un bon point pour la tenue de son bar. Ceux qui venaient ici pour se faire servir, attendait que cela soit fait rapidement et sans bavure. On pouvait donc dire qu'il était parfait dans ce rôle là, puisqu'il lui remplissait son verre, sans jamais la quitter des yeux. Et parfois, ce regard pouvait la mettre mal à l'aise, même si elle n'en montrait rien. Parce qu'elle y voyait parfois, un peu plus que de l'amitié et elle n'avait rien à lui offrir d'autre.

Sa main se refermait sur le verre, alors que la question tombait comme une mouche dans une soupe... un petit haussement de sourcil marquait l'ironie. C'était mal élevé de se moquer. Mais Gabrielle n'en prenait pas ombrage, après tout, il fallait le voir comme de la taquinerie, rien de plus. Et puis.. Lannister n'était vraiment pas celui à qui elle pensait jour et nuit.

- Change un jour la chaîne de ta télé et tu verras comment a été ma journée... et tu penses bien que si on l'avait attrapé, même votre hockey chéri aurait été coupé pour une telle nouvelle.
A son tour d'ironiser, son petit sourire en coin, démontrait bien qu'elle était à moitié sérieuse.

Car ça lui convenait parfaitement de ne pas avoir droit au télé journal à peine installée sur son tabouret. Cet objet d'information n'existait pas dans son appartement, elle ne se tenait pas au courant. Elle était bien assez au fait de l'actualité toute la journée, pas besoin d'entendre le peu d'information que pouvait avoir ces ****** de journalistes. Oui, elle avait un problème avec cette classe, un gros, la désinformation était leur spécialité, ce qui l'agaçait profondément.

- Et ta journée? T'as une sale mine.


Façon rapide de changer de sujet, de ne surtout pas rester concentré sur elle. La profileuse n'aimait pas parler d'elle et de toutes les façons, elle n'avait pas réellement le droit de parler des affaires en cours. S'eut été un manque de professionnalisme flagrant. Une grande gorgée était prise, enfin, dieu que ça faisait du bien de sentir sa gorge brûlée sous le liquide ambré. Ses yeux se fermèrent un instant, simplement pour apprécier pleinement le moment.

Il suffisait de petites choses, pour oublier un instant les emmerdes de la journée, la fatigue et le reste. Kreizler n'était pourtant pas portée sur la bouteille, elle buvait avec plaisir certes, mais n'était pas encore considérée comme alcoolique et il valait mieux éviter d'en arriver à ce point, son boulot en prendrait un coup et peut-être que son esprit finirait par s'habituer à cette noyade, comme il s'était habitué aux somnifères qui n'avaient plus aucun effet.

- Y a pas à dire, ton scotch est le meilleur de toute cette ville. Alors que son regard se plantait à nouveau dans le sien, son petit sourire affable toujours en coin.

_________________

"It's only just a crush, it'll go away
It's just like all the others it'll go away
Or maybe this is danger and you just don't know
You pray it all away but it continues to grow

I want to hold you close
Soft breath, beating heart
As I whisper in your ear
I want to fucking tear you apart"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1450-rix#27597http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t213-gabrielle-kreizler-rix#2485http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1241-rix-xehanort-calebhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t216-gabrielle-kreizler-rix




Messages : 285
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Pablo...
Dons : Immortalité. Visualisation et influence du destin, par le biais de l'art.

MessageSujet: Re: [CLOS] Boire pour oublier [Axel] Mar 06 Nov 2012, 20:27

En effet, s'il y a une action pour laquelle Axel est rapide, c'est bien le geste simple, mais conséquent, de se remplir un verre d'alcool. Et encore, ce n'est rien comparé à son aptitude à vider ledit récipient. Quant à son regard, il ne voit jamais aucun inconvénient à l'abattre sur ses interlocuteurs de manière insistante. Il n'est pas de ces gens qui détournent le regard dès lors qu'ils sont émus, perturbés, ou sur le point de mentir. Bien au contraire... Il a même, dirons-nous, hissé le mensonge au rang d'art. Baisser la tête, détourner les yeux, voilà bien des signes que les Sherlock amateurs se plairaient à identifier comme des symboles évidents de trouble spirituel. Bref, autant mimer cela, lorsque l'occasion le nécessite.
Pour l'heure, il n'a toutefois aucune intention négative ou hostile à l'égard de Rix. Certes, il est loin de lui dire toute la vérité, car ils ne sont pas assez proches pour cela. En revanche, il juge qu'ils le sont assez pour se prêter à des jeux moins... innocents. Il ignore encore que Rix est hermétique à l'idée. Enfin, vous connaissez les femmes et la signification sous-jacente de leurs "non"... Au fond, Axel ne veut pourtant pas de mal à Gabrielle. Uniquement et simplement de l'amour... Ledit mot est d'ailleurs à manier avec précaution. Il n'est guère du genre à s'attacher aux représentantes du beau sexe (comme aux mâles d'ailleurs), et à leur jurer sa fidélité éternelle... Bref, à ses yeux, ce qu'il a à proposer est dénué de désavantages. Malheureusement, tous les gens ne sont pas de son opinion.
Axel sait pertinemment qu'évoquer Stannis Lannister, actuellement, n'est pas foncièrement une bonne idée, surtout auprès d'une femme qui le traque avec acharnement. Heureusement, il a aussi conscience que Rix est bien trop intelligente pour s'emporter face à de telles taquineries.

"Change un jour la chaîne de ta télé et tu verras comment a été ma journée... et tu penses bien que si on l'avait attrapé, même votre hockey chéri aurait été coupé pour une telle nouvelle." rétorque-t-elle.

Ce que tu dis me blesse. J'ai horreur du sport professionnel. A vrai dire, j'ai peut-être même l'âme d'un poète maudit, réplique-t-il, faussement navré.

Pour illustrer ses propos, il se sert un verre avant de le porter près de ses lèvres, et clame des vers appropriés de Charles Baudelaire :

"Moi, je dis, pour charmer mes jours
Et le souvenir de mes peines :
Bouteilles, que n'êtes-vous pleines
Toujours ! toujours !"


Si les clients du bar, à son inverse, affectionnent le hockey, ce n'est tout de même pas sa faute... ! Quant à la réponse de Rix, il suppose qu'il doit la prendre pour un non. Bien entendu, il n'est pas surpris. Non pas qu'il croit Zexion infaillible ou très rusé, au demeurant, il se permet de douter des compétences des forces de l'ordre de toutes sortes, nommément face à un mutant de cette envergure. De toute façon, sa question était ironique et rhétorique.
Axel ne s'attarde pas d'avantage sur ce début d'échange, qu'il sait parfaitement destiné à la plaisanterie. Ajoutons qu'il n'est lui-même pas un fervent admirateur de l'actualité, quelque soit sa forme. Depuis sa création, il n'a jamais trouvé l'intérêt de la télévision, quant aux journaux, ils sont également constitués de beaucoup d'informations à l'importance toute relative... Et puis, entre nous, autant l'admettre tout de suite, il a simplement la flemme de se tenir au courant de ce qu'il se passe dans le monde, quotidiennement. Les protagonistes de l'ombre étaient autrefois ses seuls points d'intérêt. Aujourd'hui, il peine à en trouver.

"Et ta journée? T'as une sale mine."

A ces mots, il esquisse un sourire dénué de joie. Rix n'est pas la première à lui poser cette question fort fâcheuse. Vous comprendrez aisément que notre héros n'éprouve aucune envie, ou n'a aucun intérêt, à expliquer ce qui lui est arrivé récemment...

J'ai du rester sobre trop longtemps, se contente-t-il donc de répondre, avec son éternel sarcasme dénué de méchanceté.

Lui renvoyer la remarque lui brûle les lèvres, et pourtant, il s'en abstient. Il note combien le boomerang qu'ils ne cessent de se renvoyer peut paraitre cocasse. Ils sont incapables de s'apprécier sans se blesser involontairement. Et surtout, ils rechignent toujours à l'idée de parler d'eux-même, quand poser des questions plus ou moins compromettantes à l'autre, ne leur pose aucun problème. Certes, le réconfort qu'ils retrouvent dans ce bar n'est pas le seul point qui les rapproche. Il est des secrets trop sombres, trop profonds, qui les rendent tristes sans qu'ils daignent le dévoiler... Ils refusent d'afficher cette mélancolie ouvertement.

"Y a pas à dire, ton scotch est le meilleur de toute cette ville." continue-t-elle, sur une note plus légère.

Si tu veux mon avis, j'ai la conviction que le contexte dans lequel on boit un verre est infiniment plus important que le contenu même du récipient, ne peut-il s'empêcher de répondre, avant de lui adresser un clin d’œil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t610-axelhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t42-axel-bienfaiteur-malfaisant-dechu#122http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#144http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1405-axel#27125


Messages : 469
Date d'inscription : 13/10/2012
Identité : Gabrielle Kreizler
Dons : Connectivité aux esprits psychopathes.

MessageSujet: Re: [CLOS] Boire pour oublier [Axel] Mer 07 Nov 2012, 16:45

Qui est capable de dire toute la vérité, rien que la vérité? Même Gabrielle, qui était du genre franche, savait, elle aussi, cacher ce qui pouvait l'arranger. Alors que Pablo ne lui dise pas toute la vérité vraie... quelle importance? Elle ne le savait pas, bien entendu, mais si un jour il décidait de lui parler à coeur ouvert, elle ne lui en voudrait assurément pas, de s'être protégé. C'était quelque chose qu'elle pouvait parfaitement comprendre. Bon, elle pouvait quand même avoir quelques doutes, vu comment il usait, aussi bien qu'elle, du stratagème, qui consistait à rapidement changer de sujet, quand il ne lui convenait plus ou qu'il devenait un peu trop personnel. De quoi leur permettre de se trouver au moins un point commun. Et puis, Gab' n'était pas accoudé à ce comptoir, très souvent, pour jouer les psychiatres de bar. Non, elle était justement là, pour s'oublier un peu.

Evidement, comme toujours entre eux, les répliques fusaient dans tous les sens. C'était souvent le jeu de qui aurait le dernier mot. Ils pouvaient tenir des heures ainsi, surtout quand l'alcool leur venait en aide. Elle en avait passé des heures à parler de tout et n'importe quoi, bien plus souvent de n'importe quoi que de paroles sensées, mais qu'importe, c'était tellement bien. Et tellement plus facile en compagnie d'un homme, peut-être parce qu'elle avait bien plus l'habitude d'en côtoyer que les personnes du même sexe. A force d'être entourée de testostérone, elle avait prit quelques unes de leurs mauvaises habitudes, ce qui permettait souvent que l'on finisse par oublier qu'elle était une femme et qu'elle faisait parti intégrante de la bande de pote. Un pote comme un autre, voilà bien le rôle qu'elle préférait tenir. Quand ils oubliaient tous ses atouts majeurs et pensaient être capable d'aller plus loin en sa compagnie. Si c'était ce que pouvait espérer Axel, il risquait de s'en mordre les doigts, le jour où il tenterait l'approche. Rix n'était pas idiote, elle se doutait bien de ce qu'il pouvait penser parfois, un regard mentait rarement, mais tant qu'il ne faisait rien à ce niveau, elle ne dirait rien non plus. Il faudra agir en conséquence, le jour où il passera la limite.

Voilà que monsieur se mettait aux vers en se versant un verre. Ce qui ne manqua pas de faire rire notre représentante de l'ordre. Un poète maudit, et quoi d'autre encore?

- Je ne te savais pas des talents pour la poésie, tu as d'autres talents cachés qu'il serait bon de connaître?

Qu'importe qu'il ait ou non inventé ces vers, ils avaient fait mouche et se mariaient parfaitement avec la situation du moment. Cet homme n'avait pas son pareil pour divertir ses clients. Elle allait cogner son verre contre le sien, avec un léger sourire. Avant d'en reprendre une longue gorgée, cette chaleur était la plus agréable de toute. Un petit frisson marquait sa nuque, décidément ce scotch était parfait.

Hum, c'était à son tour de mettre les pieds dans le plat. Vu la réponse qu'il lui donnait. Il démontrait ainsi qu'il n'avait pas envie de parler de ce qui avait pu le miner dans la journée. Très bien, voilà quelque chose qu'elle respectait complètement, si elle le faisait, les autres aussi pouvaient faire de même. C'était le bon droit de chacun.

- Ou tu devrais sortir plus souvent. A force, tu ressembles à une bernique accrochée à son rocher.
Ne put-elle pourtant pas s'empêcher de répliquer, sur un ton plus taquin. Il était si pâle, la lumière du bar n'aidait pas à avoir un meilleur teint... l'air frais pourrait lui faire du bien, si elle savait...

Que de paroles pleines de sens! Un vrai philosophe. Kreizler le regardait, alors qu'un de ses sourcils se haussait légèrement, son attention se portait sur le verre qu'elle tenait toujours d'une main, semblant réfléchir intensément à ce qu'il venait de dire. Ce qui n'était pas vraiment le cas, elle était plutôt persuadée que la liqueur était bonne, qu'importe l'endroit où elle pouvait la boire. Enfin, mieux valait s'en convaincre.

- C'est sûr que je suis mieux en t.. votre compagnie, à siroter mon verre, qu'en présence de macchabés.

C'était bien pour ça qu'elle sortait, d'ailleurs. Sinon, elle passerait sa vie entourée de morts et de psychopathes. La violence faisait totalement partie de son quotidien, mais il était bon d'en sortir. A l'époque, c'était avec Simon que cela se faisait. Bien qu'ils fussent tout deux dans la police, il se permettait de sortir sa belle de ses dossiers, l'empêchant ainsi de s'endormir sur des photos de cadavres et autres joyeusetés.
Le monde des vivants et des gens normaux, était important. Il permettait de la ramener à une réalité un peu plus douce. Même si... depuis le décès de son compagnon, cette réalité était tout aussi noire que celle de son travail. Ses bras lui manquaient souvent, tous les jours même, quand elle allait se coucher, pouvoir se coller contre lui et faire le vide. Maintenant... c'était un verre rempli et des médoc' qui faisaient cet office, avec beaucoup moins d'efficacité, il fallait bien l'avouer.

Oulha, Gab' se laissait rattrapé par sa tristesse, il fallait rapidement faire le pas et d'un mouvement sec, elle vidait le récipient de son liquide, pour faire tinter le bruit du verre sur le bois du comptoir.

- Perds pas la main Pablo! Un autre!

Oublier, c'était bien pour ça qu'elle était là ce soir.

_________________

"It's only just a crush, it'll go away
It's just like all the others it'll go away
Or maybe this is danger and you just don't know
You pray it all away but it continues to grow

I want to hold you close
Soft breath, beating heart
As I whisper in your ear
I want to fucking tear you apart"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1450-rix#27597http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t213-gabrielle-kreizler-rix#2485http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1241-rix-xehanort-calebhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t216-gabrielle-kreizler-rix




Messages : 285
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Pablo...
Dons : Immortalité. Visualisation et influence du destin, par le biais de l'art.

MessageSujet: Re: [CLOS] Boire pour oublier [Axel] Jeu 15 Nov 2012, 20:35

Les gens réputés francs disent-ils la vérité pour autant ? Ils mentent par omission, dirons-nous. Axel doute grandement qu'il existe une seule personne, à New York nommément, capable de rester naturelle, quelque soit l'environnement ou les gens qui l'entourent. La théorie selon laquelle les Hommes portent tous un masque, à l'instar de ce satané Ange de Musique qui hante la ville, est en fait dépassée. Chacun a plus d'un masque à sa disposition ; à empiler, à alterner, mais il est devenu particulièrement complexe de démêler le vrai du faux. Rix ne formule que ce qu'elle veut bien dire et ne laisse point paraitre n'importe quel sentiment. Et même un homme aussi archaïque et direct que Stannis Lannister a plus d'un cadavre dans son placard. Tout cela pour dire que, non, Axel n'éprouve aucune culpabilité à mentir. Au moins l'assume-t-il.
Ce qu'il y a de pire est probablement de forcer la main aux gens. En général, cela ne les incite que d'avantage à se complaire dans le silence, ou à parler faux, à moins que l'on soit doté d'un tournevis et d'un marteau, pour se montrer plus persuasif. La vérité est somme toute une chose fort relative. Ce qui était vrai hier ne l'est plus nécessairement aujourd'hui. Autant dire qu'Axel croit aussi peu à la vérité qu'à autre chose. Bien entendu, il est des personnes plus secrètes que d'autres, même si ce qu'elles ont à cacher ne relève pas du crime ou de la honte. Elles ont leurs raisons. Cela est perceptible, mais seul le temps est capable de guérir certains maux, parait-il.
D'une certaine façon, malgré la chaleur du bar, ou les taquineries, les boutades, le rapprochement qu'ils se permettent, Axel et Rix sont on ne peut plus froids l'un envers l'autre, dans certains domaines. A vrai dire, s'ils avaient comptabilisé le nombre d'heures qu'ils ont passé ensemble, à ne strictement rien faire, depuis le début, le score aurait probablement été extravagant. Ne rien faire... Parler de tout ou surtout de rien. Attendre Godot ! Axel n'est plus bon qu'à cela. Il doit toutefois admettre qu'il est étonné par le fait de ne jamais être allé plus loin avec Gabrielle. Qu'avait-il pu lui passer par la tête pour qu'il agisse de manière ni plus ni moins amicale avec cette femme pourtant séduisante ? Hé ! Qui sait ? Peut-être que ce n'est pas faute d'avoir essayé. Et toutefois, il lui semble qu'il n'y met pas vraiment de cœur, comme si... Rix a quelque chose de plus que toutes les autres.

"Je ne te savais pas des talents pour la poésie, tu as d'autres talents cachés qu'il serait bon de connaître?" dit-elle, après avoir légèrement ri.

Tu n'as pas idée... se contente-t-il de répondre, en affichant un sourire délibérément énigmatique.

Il lit dans le regard de Rix, qu'elle est divertie... Qu'elle se plait énormément ici. Comme les autres, d'ailleurs. Sinon, pourquoi reviendraient-ils soir après soir ? Axel ne s'en réjouit pas tant. Pourquoi faut-il qu'il excelle dans l'art de faire le bouffon alors que tout ce qui lui a tenu à cœur, jadis, n'a été qu'un cuisant échec ? Le masque qu'il porte actuellement, celui du plaisantin, de l'homme affable et insouciant, est sans doute le plus terrible de tous.
Ils boivent ensemble. Ils ne parlent pas sans arrêt. Certains regards et silences sont plus éloquents que tout le reste... Certes, il a évité d'évoquer son petit voyage improvisé en Russie, gracieusement encouragé par son ami Samaël. Que voulez-vous ? Quand quelque chose l'a déjà merveilleusement ennuyé, il ne tient pas à revenir dessus, pour s'en vanter, et revivre l'objet de ses tourments. D'ailleurs, même s'il tenait à se confier, il n'a pas vraiment le choix. Il n'est pas dans son intérêt de révéler qu'il a signé un pacte avec le Diable, suite à des retrouvailles mouvementées avec un Roi qu'il a vaincu, il y a des siècles de cela. Axel a une réputation sinistre chez les Immortels. Il ne tient pas à être retrouvé.

"Ou tu devrais sortir plus souvent. A force, tu ressembles à une bernique accrochée à son rocher." lui envoie-t-elle.

Je te vois plutôt comme une huître. Tu sors rarement de ta coquille, si ce n'est pour lancer des perles assassines, mais drôles, je dois le reconnaitre.

Ah... Que feraient-ils sans humour ? Axel est -à n'en pas douter- capable d'exercer cette pratique dans n'importe quelle situation. "Rien n'est plus drôle que le malheur, je te l'accorde", avait dit quelqu'un.

"C'est sûr que je suis mieux en t.. votre compagnie, à siroter mon verre, qu'en présence de macchabées."

Il hausse les sourcils. Doit-il comprendre quelque chose par cette rectification ? La belle Gabrielle se serait-elle trahie ? Certes, Axel se manquerait sans doute beaucoup, s'il n'était pas lui-même. D'ailleurs, il lui arrive de boire pour voir double, dans ses grands moments de solitude. Les discussions qu'il tient avec son égo sont alors épiques. Il fait toutefois grâce à Gabrielle de cette maladresse et fait comme s'il ne l'avait pas relevée. Chaque chose en son temps...

Encore que nous ne sommes guère plus frais, à partir d'une certaine heure, réplique-t-il, souriant. Rassure-moi, l'on est moins odorants ?

Axel n'est toutefois pas sans avoir noté la lassitude qui conquit Rix, un peu plus chaque jour. Quand l'existence commence à se résumer par une mission ou un emploi, n'importe quel individu deviendrait fou ou désespéré. Il voit bien que Gabrielle tente d'échapper à ce cercle vicieux, hélas, il n'est pas sûr qu'elle parvienne à ses fins.
Le silence qui s'installe entre eux ne confirme-t-il pas ses craintes ? Il l'observe, se demandant quelles pensées ont pu créer ce nuage sur son front, lorsqu'elle semble s'éveiller d'un rêve d'outre-tombe pour terminer son verre d'une traite.

"Perds pas la main Pablo! Un autre!"

Ça vient, dit-il en se dirigeant vers la bouteille, tout en vidant son propre récipient.

Une fois encore, ils se retrouvent face à face, tandis qu'il remplit leurs verres. Il la regarde encore une fois, plus ou moins longuement, avant de déclarer, plus sérieusement.

Et si je quittais cet endroit... Que ferais-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t610-axelhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t42-axel-bienfaiteur-malfaisant-dechu#122http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#144http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1405-axel#27125


Messages : 469
Date d'inscription : 13/10/2012
Identité : Gabrielle Kreizler
Dons : Connectivité aux esprits psychopathes.

MessageSujet: Re: [CLOS] Boire pour oublier [Axel] Sam 17 Nov 2012, 16:43

La vérité, vaste sujet. La seule que cherchait réellement Rix, venait des enquêtes. Elle faisait cracher le morceau aux tueurs, là était l'unique recherche de vérité. Que celui qui avait les menottes aux poignets était bel et bien celui qui avait enlevé la vie à autrui. Le reste, finalement avait moins d'importance. Elle savait depuis longtemps, que l'honnêteté n'était pas le propre de l'Homme, on mentait aux autres et à soi-même avec tellement de facilité. Alors si celui qui lui servait ses verres, était comme tous les autres, elle faisait avec. Ils n'étaient de toute façon, pas assez intimes pour qu'elle s'en offusque réellement. Quoique... elle le considérait comme étant un bon copain, être le plus honnête possible était important pour une telle relation. Enfin... il était tard et la journée avait été bien trop pourrie pour encore se prendre la tête sur de telles considérations.

Ce bar était une porte de sortie de son quotidien, qu'importe les discussions plus ou moins sans queue, ni têtes, qu'ils étaient capable d'avoir tous les deux, elles permettaient de faire autre chose. De décompresser un minimum, surtout après des journées pareilles. Tout en pouvant boire en charmante compagnie. Que ce soit Pablo ou les autres piliers du bar, car étant l'une des seules femmes réellement habituées du coin, ces messieurs étaient plutôt amicaux.

L'air énigmatique du barman tira une petite moue intéressée à la profileuse, voilà qu'il titillait son côté d'enquêtrice. On ne se refaisait pas, il y avait toujours quelque chose pour réveiller son instinct de flic.

- Intéressant.


De quoi occuper les prochaines soirées qu'elle pourra passer ici. Gabrielle manqua de recracher la gorgée qu'elle venait de prendre, alors que son interlocuteur lui balançait une vérité au visage, sous le rire qu'il provoqua.

- Toujours un moyen de retourner la situation à ton avantage, n'est-ce pas?

Depuis le temps qu'elle échangeait avec lui, elle avait bien remarqué comme il était difficile de le déstabiliser. Comme les chats, il trouvait toujours un moyen de retomber sur ses pattes.

Si elle s'était rattrapée au dernier moment, c'était simplement pour qu'il ne prenne pas trop la grosse tête ou se fasse des idées qui n'avaient pas lieu d'être. Elle ne voulait pas lui donner de fausses idées sur ses intentions. C'était bien toute l'ambiance, les habitués, de ce bar qui lui plaisait, lui faisait du bien. Ce fût un petit levé de sourcil qui répondit d'abord à sa question. A croire qu'il n'avait jamais eu droit de sentir la merveilleuse odeur d'un corps en pleine décomposition.

- Rassures-toi, vos odeurs n'ont rien à voir avec les leurs. Je ne viendrai pas sinon. Fit-elle l'air de rien.

Bien qu'en y réfléchissant, en se concentrant un peu, Pablo avait quelque chose de spécial, passer l'odeur d'alcool, de sueur... il restait une senteur moins marquée, mais que notre agent avait déjà sentie... Un instant elle resta concentrée sur lui, avant de se dire que la fatigue ne lui réussissait vraiment pas et que la nostalgie et le besoin d'oublier rapidement tout ce qui pouvait miner le moral, ne soit le plus fort.

A nouveau yeux dans les yeux, pourquoi est-ce qu'aujourd'hui cela la mettait plus mal à l'aise que d'habitude? Voulant prendre le verre servi, son geste s'arrêta dans son mouvement, car la question venait de la surprendre. Il avait bien l'air sérieux pour la prendre au second degré.

- Si c'est pour ouvrir un autre bar, je suivrai le mouvement. Et sinon... j'irai voir ailleurs... marquant un léger temps, tout en le fixant intensément. Pourquoi tu me demandes ça? Tu comptes partir?

Aucune inquiétude dans sa voix et pourtant, elle se surprenait à craindre que cette question ne soit pas anodine. S'il le pensait vraiment?

- Ce serait bien dommage.


Depuis son retour dans la Grosse Pomme, ce comptoir était son havre de paix. Son histoire avec le Chuchoteur, la bouffait toujours un peu plus, surtout qu'il était devenu une affaire personnelle, depuis qu'il avait osé appuyer sur la détente pour abattre l'homme de sa vie. Et puis, elle en voulait à Simon de s'être laissé avoir comme un bleu, elle s'en voulait terriblement de l'avoir entraîné dans cette chasse à l'homme. Une raison de plus pour refuser de se lier plus qu'il n'en fallait avec qui que ce soit. Ce drame n'avait pas à se reproduire encore une fois. Les amis étaient donc plutôt rares.

Seul Briggs, son chef, était au courant de tout l'histoire et même si un jour, il lui avait dit qu'elle pouvait appeler à n'importe quelle heure de la journée ou de la nuit, elle ne le faisait jamais. Ce qui laissait peu de personne, au final, à qui réellement parler. La solitude dans toute sa splendeur. Alors, sans le vouloir vraiment Pablo était devenu une sorte de point d'accroche. Et si cette bouée de secours disparaissait d'une façon ou d'une autre, elle risquait d'être un peu perdue.

Et pas simplement parce qu’il savait avoir le bon mot pour faire rire, non. C'était le personnage dans tout ce qu'il était qu'elle appréciait, et réellement. Il n'avait rien à voir avec son monde, il permettait ce décrochage qu'elle cherchait souvent. Peut-être même que parfois, inconsciemment, son subconscient glissait quelques envies inavouables. Bien souvent et rapidement mises de côté par sa raison.

- Ne sois pas aussi radicale, simplement parce que je dis que tu es trop accroché à ton bar.
Avec un léger sourire.

_________________

"It's only just a crush, it'll go away
It's just like all the others it'll go away
Or maybe this is danger and you just don't know
You pray it all away but it continues to grow

I want to hold you close
Soft breath, beating heart
As I whisper in your ear
I want to fucking tear you apart"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1450-rix#27597http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t213-gabrielle-kreizler-rix#2485http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1241-rix-xehanort-calebhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t216-gabrielle-kreizler-rix




Messages : 285
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Pablo...
Dons : Immortalité. Visualisation et influence du destin, par le biais de l'art.

MessageSujet: Re: [CLOS] Boire pour oublier [Axel] Ven 25 Jan 2013, 14:45

L'acharnement de membres des forces de l'ordre, tels que Rix, est admirable, en vérité. Les flics, les justes courent après les malfrats et assassins. Ils les arrêtent. C'est ainsi que le monde semble continuer de tourner. Cette vision lui parait quelque peu manichéenne et étroite, mais la société est ainsi faite. Personne ne se demande jamais jusqu'où peut aller un juste pour défendre ses idéaux, ou si le "méchant" n'a pas de bonnes raisons d'agir comme tel. Axel ne blâme personne, pour autant, puisqu'il ne se place dans aucune de ces catégories. Personne n'est comme moi, songe-t-il souvent, sans pour autant éprouver une once d'estime pour son égo.
Rix aussi est différente, d'ailleurs. Elle n'est pas comme tous ces automates qui bâtissent des châteaux de cartes, qui s’effondreront au premier souffle de vent. Son but ne l'aveugle pas. Elle est capable d'aimer ceux qui ne le méritent pas. Il est toujours épaté de voir qu'ils sont capables de converser des heures, sans dire quoique ce soit de particulièrement utile ou intéressant. Curieusement, ils ne s'en lassent pas, à moins que l'alcool ingurgité ne rende toutes leurs entrevues plus épiques.
Pourtant, ils ne sont pas sans avoir des choses à raconter. Comme si rencontrer un démon n'était pas suffisamment extraordinaire, il a fallu qu'il s'agisse du même. Tous deux en sont déroutés et malgré tout, aucun n'osera aborder le sujet en premier. Quelle cécité. Enfin, l'on apprend d'autant plus à se conduire avec prudence lorsqu'on a manqué d'être digéré par un dragon de glace. En parlant de créatures aquatiques, être comparée à une huitre semble avoir été au goût de Rix. Chacun son truc, après tout.

Et tu es l'élégance même, oserais-je ajouter, ne peut-il s'empêcher de commenter, amusé, en la voyant manquer de cracher une partie de sa boisson, sous le joug du rire.

"Toujours un moyen de retourner la situation à ton avantage, n'est-ce pas?"

Toujours, sauf quand je ne trouve pas le moyen, réplique-t-il, ce qui ne veut absolument rien dire.

Malgré tout, sans être impassible ou muet, Axel continue effectivement de ne montrer ou dire que ce qu'il a choisi de dévoiler. Une énigme ambulante n'a de cesse de masquer son visage. Rix n'est pas un livre ouvert non plus, mais elle semble plus réservée que fourbe. Et comme toujours, le sujet le plus léger devient grave tout à coup, de la façon la plus naturelle du monde. Et les sourires se crispent :

"Rassures-toi, vos odeurs n'ont rien à voir avec les leurs. Je ne viendrai pas sinon."

Je crois... que c'est le plus beau compliment que tu ne m'aies jamais fait, la raille-t-il, faisant allusion à leur amitié vache.

Peut-être juge-t-il que moment et endroit sont mal choisis pour parler de boulot et de cadavres en décomposition. Sans doute pense-t-il qu'il vaut mieux ne pas laisser Rix se concentrer quand elle gagne cet air presque imperceptiblement inquisiteur, qu'il lui connait trop bien.
Et puis ils se retrouvent face à face, à nouveau presque graves. Qu'est-ce qui est le plus simulé de coutume ; leur sérieux ou leurs sourires ?

"Si c'est pour ouvrir un autre bar, je suivrai le mouvement. Et sinon... j'irai voir ailleurs... Pourquoi tu me demandes ça? Tu comptes partir? Ce serait bien dommage."

Le regard d'Axel se fait scrutateur, brièvement, tout comme s'il était télépathe. Malgré sa dernière phrase, Rix semble relativement indifférente. Que doit-il en déduire, lui qui ne pose cette question que dans un seul but ? Pour sûr, s'il doit partir, il ne rendra de comptes à personne. Mais il aime savoir à quoi s'en tenir. Il veut savoir jusqu'où vont les pensées de Rix, à son sujet.

Laisse tomber, se contente-t-il de répondre, en esquissant un léger sourire.

Typiquement le genre d'attitude qui rend les interlocuteurs chèvres, en particulier les femmes, mais que voulez-vous ? Il est ainsi. Cela le divertit. Il ouvre la boite de Pandore des souvenirs et des sentiments, en maniant seulement quelques mots, et voilà qu'il la referme brusquement, sans fournir la moindre explication. C'est ainsi que les êtres comme lui agissent. A vrai dire, il se doute de ce qu'il peut éveiller, et pourtant, il veut en être sûr. Simplement parce que -au risque de se répéter- Rix n'est pas comme les autres. Celle-ci tente alors de détendre l'atmosphère :

"Ne sois pas aussi radicale, simplement parce que je dis que tu es trop accroché à ton bar. "

Je constate juste que tu aimes les berniques, finalement, se contente-t-il de répliquer, l'air de rien, et pourtant, un certain verbe n'a pas été sélectionné au hasard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t610-axelhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t42-axel-bienfaiteur-malfaisant-dechu#122http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#144http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1405-axel#27125


Messages : 469
Date d'inscription : 13/10/2012
Identité : Gabrielle Kreizler
Dons : Connectivité aux esprits psychopathes.

MessageSujet: Re: [CLOS] Boire pour oublier [Axel] Dim 03 Fév 2013, 19:48

Si Gabrielle avait cette capacité de lire dans les esprits, comme bon lui semblait, elle pourrait dire à Pablo qu'il se trompait grandement sur son compte. Le but qu'elle s'était fixé, s'il ne l'aveuglait peut-être pas autant que d'autres, lui prenait bien souvent toute son énergie. Elle tendait à enfin mettre la main sur le Chuchoteur, tout en ayant le pressentiment, que cette fin sera mauvaise. Pour l'un ou l'autre, ou les deux... qui sait. Mais ce n'était guère un problème, rien ne la retenait réellement sur cette terre. Mis à part le fait de se débarrasser de cette menace. Elle ne voyait guère un avenir lumineux, elle ne se contentait que de survivre au présent, c'était déjà bien assez difficile comme cela. Et puis, sans Simon, à quoi vouloir tenter de voir un quelconque futur qui pourrait être un tant soit peu intéressant? Bref, le peu d'optimisme qu'elle pouvait avoir, parfois, elle le gardait surtout pour ses enquêtes.

Toutes ces pensées, aussi noires soient-elles, n'empêchait pourtant pas de voir les bons moments que l'existence offrait aussi, parfois. Etre en compagnie du barman, en faisait parti. Le sourire restait donc légèrement accroché à ses lèvres, alors qu'elle l'écoutait rebondir encore et toujours, sur tout ce qu'elle pouvait dire. Sa rhétorique était parfois impressionnante. Il donnait au moins le défi, de vouloir le laisser sans voix au moins une fois! Chose pour le moins difficile, quand on connaissait la bête en face.

- Tu vas me faire rougir. Lâcha-t-elle avec une petite pointe d'ironie.

La profileuse aurait pu continuer sur cette voie, en lui faisant remarquer que si c'était une technique de drague, il faudrait qu'il la revoit, mais elle tût cette partie, pour le simple fait qu'elle ne souhaitait pas que les ambiguïtés de leurs conversations, ne dérivent sur ce genre de sujet. Ils n'en avaient guère besoin. Après tout, même si aucun des deux n'en faisaient la remarque, il arrivait parfois, qu'ils se tournaient autour, ou en tous les cas, qu'ils cherchaient à voir ce que l'autre pouvait penser vraiment, sans réellement arriver à en savoir plus. Ils étaient des bons menteurs.

- Ce qui finalement, est rare.

Si ce que disait son interlocuteur ne voulait rien dire, Rix savait pourtant rebondir dessus, tout l'art de leurs nombreuses conversations, parler pour ne rien dire, ou si peu. Quelqu'un de l'extérieur, aurait assurément beaucoup de mal à les suivre, sans finir par s'arracher les cheveux d'incompréhension, mais c'était sûrement ce qui faisait, aussi, le charme de leur face à face.

- Alors là! Je te trouve bien ingrat! Fit-elle, jouant la femme outrée. Alors qu'elle terminait tranquillement son verre, le fixant, un air moqueur au visage. C'était plus fort qu'elle, qu'eux. Oui, l'amitié vache leur collait à la peau. Et mon compliment sur ton scotch, t'en fais quoi?

Mieux valait vraiment détendre l'atmosphère, au mieux. Même si l'homme avait ce don, de plomber l'ambiance en moins de deux, à nouveau. Kreizler attendait une réponse de sa part, elle ne se fit pas attendre, ce qui ne manqua pas de lui faire lever les yeux au ciel. Voilà qui valait bien la peine d'en faire toute une montagne! Elle secoua la tête, tout en terminant son deuxième verre.

- T'es pire qu'une gonzesse.


Ce genre de réponse pouvait rendre dingue une grande partie des gens, mais pas Gab'. D'un petit haussement d'épaule, elle montrait qu'elle ne chercherait pas plus loin, pour le moment, à comprendre les logiques de ses questions. S'il faisait simplement ça pour la rendre chèvre, c'était raté. Elle n'entrait pas dans ces petits jeux. Et si ça finissait par l'agacer, soit elle mettait les voiles, soit elle faisait parler les poings. Au moins, ainsi, tout était clair. Heureusement pour lui, elle l'appréciait assez, pour que sa limite de tolérance soit plus difficile à atteindre.

D'un mouvement vif, elle tapait avec son verre deux fois sur le bois du comptoir, qu'il la serve à nouveau, tout en haussant un sourcil à sa remarque. Il y avait un sous-entendu, elle en était quasiment certaine. Il n'était pas le seul à savoir manier les mots et manipuler les gens, pour arriver à les faire dire ce qu'ils voulaient entendre.

- Disons que... j'ai une certaine affection pour les berniques. Enfin, entre mollusques... c'est normal. Petit temps. Mais je peux voir à arrêter de vouloir te donner des conseils, si cela te fais fuir. Tout en gardant un certains ton léger.

Le verbe "aimer", était à utiliser avec parcimonie, car il y avait toujours un revers à la médaille. Aimer, rimait souvent avec souffrir, d'une façon ou d'une autre. Et la souffrance était de taille en général. De quoi tenter de ne plus vouloir s'attacher aussi fortement émotionnellement. Elle se l'interdisait. Sa carapace était assez épaisse et travaillée, pour que cela n'arrive plus. Une faiblesse qui n'était pas acceptable dans son métier, un point faible que ses ennemis pourraient trop facilement utiliser à son avantage. Sans attache, sans avoir rien à perdre, elle pouvait foncer tête baissée, sans craindre pour son entourage.

- Tu permets que je fume?


Les doigts glissaient dans la poche interne de son blouson, pour en sortir un paquet de clope abîmé, qui semblait avoir fait la guerre et qui se retrouvait posé devant elle. L'interdiction de fumer était de mise dans tout établissement public, en tant que représentante de l'ordre, elle devrait donner le bon exemple, mais là... Gabrielle voulait sa dose de nicotine, avec son verre, sans devoir se geler à l'extérieur...

Une vibration sur sa hanche, lui fit attraper son smartphone, toujours joignable, à toute heure de la journée ou de la nuit. Surtout avec les affaires en cours. Elle fronça les sourcils en lisant le sms qu'un collègue lui envoyait. Avant de soupirer et de remettre le téléphone à sa place.

- Verse-moi un double carrément, tu veux.

Une vraie journée pourrie... mais jusqu'au bout!

_________________

"It's only just a crush, it'll go away
It's just like all the others it'll go away
Or maybe this is danger and you just don't know
You pray it all away but it continues to grow

I want to hold you close
Soft breath, beating heart
As I whisper in your ear
I want to fucking tear you apart"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1450-rix#27597http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t213-gabrielle-kreizler-rix#2485http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1241-rix-xehanort-calebhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t216-gabrielle-kreizler-rix




Messages : 285
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Pablo...
Dons : Immortalité. Visualisation et influence du destin, par le biais de l'art.

MessageSujet: Re: [CLOS] Boire pour oublier [Axel] Sam 06 Avr 2013, 16:11

Peut-être Axel n'a-t-il pas toujours été aussi indifférent, au sujet de tout. Il ne saurait le dire, lui-même. Il sait qu'il y a eu une époque où il défendait des principes contre des tyrans. Il sait qu'il n'a pas toujours agi par orgueil et égocentrisme. Cette illustre attitude appartient toutefois à un passé plus ancien qu'on ne saurait le dire. Il ignore quand il a perdu la « foi » pour ainsi dire, mais ça n'a pas été sans raison, aussi vrai qu'elle ne reviendra jamais. Il a la conviction qu'on a fait de lui l'homme qu'il est devenu, et une voix, quelque part, n'a de cesse de crier vengeance. Il ne se fait guère plus d'illusion que Rix, et toutefois, il ne peut s'empêcher d'être guidé par une certaine ambition. Tout vient à point à qui sait attendre. Axel n'a pas tant de mérite à ainsi s'armer de patience. Il a conscience d'être faible et relativement pathétique, à l'heure qu'il est. Peut-être ignore-t-il même par où commencer. Et toutefois, le roue est indéniablement en train de tourner. Les fantômes du passé ressurgissent, les puissants d'aujourd'hui se déchirent. Qui sait ? Peut-être a-t-il une place dans le monde de demain, finalement.
Pour l'heure, il goûte à une oisiveté à laquelle il ne s'est jamais confronté. Elle n'est pas dénuée de plaisirs coupables, quoiqu'il soit relégué au rang d'ombre. Malgré toute la désillusion qui l'accapare, il lui arrive de sourire, ce qui n'est pas nécessairement le cas des deux mutants à l'affiche, actuellement. Stannis Lannister, n'a, parait-il, jamais ri de sa vie ; quant à Ascheriit, il est pourvu, de source sûre, de la capacité émotionnelle d'un couvert en métal.
Axel s'entend plus avec Rix qu'il n'aurait pu le deviner. Il ignore pourquoi elle lui accorde ainsi son temps, ou bien ce qui le fascine, chez elle, et néanmoins, les faits sont là. Il y a plusieurs années, leurs chemins n'auraient jamais pu se croiser, si ce n'est dans l'indifférence. Aujourd'hui, ils sont amis. Du moins, s'il n'y a rien de plus ambigu. Axel n'est pas sans songer qu'il n'est pas assez proche d'elle pour être tout à fait franc, en revanche, elle ne le laisse assurément pas indifférent. Ils n'ont de cesse de s'envoyer des répliques plus ou moins percutantes et ironiques. Ils ont beau ne pas être hypocrites ou superficiels, ils ne parviennent pas à jouer totalement franc-jeu. Ces rendez-vous, qui tiennent peut-être plus du spectacle ou de la joute verbale, leur sont toutefois nécessaires. Chaque soir où ils se font face, Axel se demande s'il faut agir comme habituellement, ou si l'un des nombreux masques qu'il porte, doit tomber. Chaque soir, rien d'extraordinaire ne se produit. Et toutefois, à l'heure qu'il est, il se demande encore s'il n'est pas temps que les choses évoluent.

« Alors là! Je te trouve bien ingrat! Et mon compliment sur ton scotch, t'en fais quoi? » rétorque-t-elle ensuite, largement offusquée.

Je suis au désespoir de t'avoir outragée de la sorte, répond-il, indéchiffrable et prompt à entrer dans son jeu, comme d'habitude. Tu devrais faire du théâtre, ne peut-il s'empêcher de la railler.

Il a changé de sujet, brièvement, quitte à alourdir la conversation. L'atmosphère s'est peut-être faite plus pesante, un bref instant, mais il a décidé d'y renoncer.

« T'es pire qu'une gonzesse. » le complimente-t-elle à nouveau, par conséquent.

Ils me le disent souvent, glisse-t-il simplement, faisant allusion à on ne sait qui.

Heureusement, Rix n'a pas pris la mouche, après le petit tour qu'il lui a fait. Il ne pense pas avoir spécialement cherché à l'importuner. La tester, au maximum. Toutefois, le terrain est relativement trop glissant. Attendre. Il lui faut encore attendre, comme habituellement. Leur façon de ne pas se soucier, du moins en apparence, du plus important, a quelque chose de fascinant et de réconfortant. Après tout, elle comme lui, ne sont plus capables de s'attacher à qui que ce soit. Et malgré tout, cette attitude a peut-être, quelques fois, un je ne sais quoi d'agaçant. Pourquoi se revoient-ils systématiquement, s'ils se moquent autant l'un de l'autre ? Axel a la conviction qu'il ne souhaite pas se rapprocher d'elle davantage, et pourtant, il est parfois difficile de lutter contre la nature. La seule certitude acquise, est qu'il ne s'ennuie pas avec elle. Pour ce simple fait, elle constitue un élément rare de son univers.

« Disons que... j'ai une certaine affection pour les berniques. Enfin, entre mollusques... c'est normal. Mais je peux voir à arrêter de vouloir te donner des conseils, si cela te fais fuir. »

Détrompe-toi, j'adore les conseils et les réprimandes, répond-il, après avoir esquissé un léger sourire ; il n'en tient pas toujours compte, voilà tout. Ou du moins, les gens adorent m'en prodiguer... Me faire fuir te ferait tellement culpabiliser ?

Décidément, il ne peut faire autrement que de mettre délibérément les pieds dans le plat, ce soir. Que voulez-vous, il y a des jours où l'on est plus chiant que d'autres. Aimer, il ne le veut pas, et d'ailleurs, il ne le peut pas. Lui aussi a ses raisons. Peut-être est-il un peu cruel d'employer ce terme, par jeu, mais il veut la voir réagir. Si il la lasse, elle n'a qu'à l'abandonner, tout simplement. Elle ne serait ni la première personne, ni la dernière. Il s'en accommoderait. Du moins, le croit-il.
Elle lui demande de fumer, à l'intérieur même de l'établissement, ce qui révèle une certaine nervosité. Le sujet est presque habilement détourné. Axel se contente d'acquiescer d'un signe de tête, l'air presque distrait. Même s'il va à l'encontre des lois, il sait qu'il dormira paisiblement, cette nuit.

« Verse-moi un double carrément, tu veux. » ajoute-t-elle, après avoir lu un texto.

Axel, comme souvent, ne la quitte pas des yeux, avant de s'exécuter. Après tout, le client est roi.

Tu ne me diras toujours pas ce qui te tracasse ? la questionne-t-il, tout en se demandant si le boulot de Rix, va réclamer son attention en dehors du bar, ce soir. J'espère que ce texto n'est pas un prétexte pour fuir ma compagnie, conclut-il, sans sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t610-axelhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t42-axel-bienfaiteur-malfaisant-dechu#122http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#144http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1405-axel#27125


Messages : 469
Date d'inscription : 13/10/2012
Identité : Gabrielle Kreizler
Dons : Connectivité aux esprits psychopathes.

MessageSujet: Re: [CLOS] Boire pour oublier [Axel] Dim 07 Avr 2013, 20:40

Qu'Axel ne cherche pas trop loin ce qui pouvait attirer Rix dans cet endroit. Le scotch et la compagnie suffisaient amplement à son bonheur. Enfin, à cet ersatz de bonheur. Il ne fallait pas se leurrer, Gab' était parfaitement consciente de ce qu'elle faisait de son existence. Etre au bar, permettait de s'oublier un peu, de faire passer le temps d'une façon plus agréable, que de simplement contempler le plafond de son appartement, dans un lit vide de toute présence. Sans compter qu'elle dormait, finalement, plus souvent sur son canapé, que dans son lit. Ce qui expliquait, bien souvent, un mal constant au niveau de la nuque. Elle ne se ménageait jamais, à quoi bon. C'était une manière, assurément inconsciente, de se punir de ce qu'il s'était passé. Paul avait mis le doigt dessus l'autre jour, elle en avait ri et était passé à autre chose, certains sujets... étaient encore toujours très difficilement abordable.

Et puis, quoi de plus normal que de rendre visite à un ami? L'avantage de Pablo, c'était bien le fait qu'il vivait dans son bar, enfin au-dessus, mais ça revenait au même. Jamais l'agent n'était monté à l'étage, ils passaient en général leur nuit dans la position qu'ils avaient adoptée pour ce soir. Lui derrière son comptoir à lui servir des verres, elle, assise sur un tabouret, se retenant au comptoir et dépensant son salaire en verre de scotch. Tout en racontant des conneries. Une situation qui lui convenait parfaitement. Il lui arrivait, parfois, de le quitter au petit jour. La fermeture de l'établissement, ne la touchait pas. Elle se savait privilégiée à ce niveau, il la mettait rarement à la porte, comme s'il appréciait, lui aussi, tout particulièrement leurs échanges.

Elle levait légèrement les yeux au ciel à sa réplique.

- Tu parles.... ingrat. Elle le fixait, avec un léger air malicieux. Si tu m'accompagnes, je suis sûre qu'on aurait un succès monstre. Il pouvait la railler autant qu'il le souhaitait, comme les chats, elle savait aussi retomber sur ses pattes, pour le renvoyer dans les cordes.

La profileuse levait son verre, tandis que son interlocuteur faisait remarquer qu'on lui avait déjà fait ce genre de sortie.

- Qui ça? Tes nombreux amants? Moqueuse, bien évidement. Ses mots étaient parfaitement choisi, ce n'était pas pour rien qu'elle avait utilisé le masculin... elle risquait de s'en prendre pleine la gueule en retour, mais c'était de bonne guerre. Pas que ses goûts en la matière, l'intéressait réellement, c'était plus par jeu qu'elle s'était permise de suggérer son orientation.

Kreizler a prit pour habitude de se comporter comme les mecs qu’elle côtoie, simplement pour être plus facilement intégrée dans leur monde. Après tout, elle évolue là-dedans, depuis sa naissance, si on pense à son enf*iré de géniteur, qui voulait qu'elle soit un homme et non une femme, C'est assurément pour cela, que les différentes railleries du barman ne l'atteignaient que peu finalement, l'habitude a toujours été une alliée puissante.

- C'est que tu dois avoir une tête à donner des conseils, que veux-tu.
Marquant un temps, pour reprendre une gorgée de son verre. Décidément, tu t'inquiètes beaucoup de savoir ce que je ressens à ton égard aujourd'hui mon cher. Sans répondre plus que cela à sa question. Tu es en crise existentielle? Autant dire, qu'elle connaissait déjà la réponse, il tournera habilement une phrase, pour ne surtout pas y répondre, comme elle venait de le faire. C'était un art dans lequel ils excellaient tous les deux.

La permission de fumer à l'intérieur tombait, elle le remerciait d'un sourire.

- Je n'en abuserai pas.
Alors qu'elle glissait la cigarette entre ses lèvres, son zippo sorti pour l'allumer, elle laissait l'objet sur le comptoir, tout en appréciant la première bouffée de fumer, qui venait polluer ses poumons. Dieu que c'était bon!

Si seulement son téléphone n'avait pas vibré. Il en fallait peu pour faire tomber la bonne humeur. La nouvelle n'était guère réjouissante et Rix était en train de se demander si elle n'allait pas devoir quitté le bar, pour enfourché son bolide et retourner au Bureau. Agaçant, elle n'avait réellement pas envie de bouger. Pablo tenta d'en savoir un peu plus, avant de glisser une de ces petites phrases dont ils avaient tout deux le secret, simplement pour piquer l'autre.

- Si je voulais me barrer, je n'aurai guère besoin d'un sms comme excuse, crois-moi.
Elle était un peu plus sérieuse que lui pour cette fois. Mais fallait bien avouer que l'humeur avait prit un ascendant chaotique d'un coup. Le verre se voyait vider sans attendre. Damn! Elle le reposa avec un peu plus de vigueur que ce que le geste requérait normalement. Ce qui me tracasse, glissant l'objet près de lui, qu'il la serve à nouveau, c'est qu'une pétasse blonde prenne la défense d'un dangereux psychopathe et me pourrisse mon dossier.

Si Lynch se voyait libéré.... si cette avocate réussissait son coup, par simple défi... il y aura plus de morts à déplorer dans les prochaines semaines à New York, s'il restait sur place, ce dont elle doutait. Profil récidiviste, ça ne lui parlait pas à cette ******?! Elle grogna tout en tirant sur sa cigarette, avant de l'écraser dans son verre.

- Et merde! Gabrielle était en rogne, c'était indéniable. Elle se redressa. Combien je te dois?

Ca bouillonnait sec sous son crâne, il était temps d'aller prendre l'air et de voir ce qu'elle pourrait faire pour contrer cette attaque, qui se soldera pas un désastre, si cette nana gagnait la partie. Comment pouvait-on prétendre à vouloir défendre des types comme cette enflure?! Elle ne le harcelait pas... elle se permettait simplement de lui rendre visite pour lui poser quelques questions... sa main avait déjà sorti son porte-carte, pour y prendre quelques dollars, payer et filer sans plus attendre.

>> Footing

_________________

"It's only just a crush, it'll go away
It's just like all the others it'll go away
Or maybe this is danger and you just don't know
You pray it all away but it continues to grow

I want to hold you close
Soft breath, beating heart
As I whisper in your ear
I want to fucking tear you apart"


Dernière édition par Rix le Jeu 06 Juin 2013, 14:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1450-rix#27597http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t213-gabrielle-kreizler-rix#2485http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1241-rix-xehanort-calebhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t216-gabrielle-kreizler-rix




Messages : 285
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Pablo...
Dons : Immortalité. Visualisation et influence du destin, par le biais de l'art.

MessageSujet: Re: [CLOS] Boire pour oublier [Axel] Mer 05 Juin 2013, 18:31

Bienvenue chez Bibi-la-Purée, le bar le plus convivial de New York. Les frustrés et déprimés de la ville s'y réunissent et, comble de l'ironie, chacun affiche un sourire éclatant aux lèvres, grâce à une mixture magique. Jamais des désespérés n'ont eu l'air aussi ravi. Le patron des lieux fait même, parait-il, des séances de psychologie à ses heures perdues. Axel a conscience que rien n'est plus drôle que le malheur, pour plagier ce cher Beckett. Cette philosophie n'est ni cruelle, ni amorale, puisqu'il se moque également de ses propres maux. Il a aussi conscience de ne pas être davantage éloigné du gouffre que ses clients ; peut-être en est-il plus proche, d'ailleurs.
L'avantage dans un tel endroit (ou l'inconvénient selon les avis) est que les choses ne changent jamais. Depuis des temps immémoriaux, semble-t-il, Rix et Axel parlent pour ne rien dire, au même endroit, à la même heure, et ils ne s'en lassent pas. Mieux encore, leur relation n'a vraisemblablement pas avancé d'un pouce. Si ce n'est pas merveilleux... Bien entendu, "Pablo" sait mieux que quiconque que mieux vaut ne pas se fier aux apparences, et que, fort secrètement, il aspire à autre chose...
C'est bien la première fois qu'ils envisagent de faire du théâtre ensemble, du moins le croit-il. En effet, il n'est pas certain qu'ils aient conservé un souvenir net et crucial de chacune de leurs conversations. Les poivrots, dans leur milieu naturel, lequel se caractérise par un comptoir et des bouteilles, ont la plupart du temps une mémoire sélective.

"Qui ça? Tes nombreux amants?" le raille-t-elle ensuite.

Axel se contente d'esquisser un sourire énigmatique. Il parait difficile de savoir s'il trouve la plaisanterie à son goût, ou bien s'il se contente d'acquiescer. En tous les cas, sa vie privée ne concerne point Rix, sauf si -par le plus grand des hasards- celle-ci vient à s'aventurer dans son lit. Un moyen comme un autre de savoir s'il est gay ou non, quoiqu'il y ait toujours d'autres possibilités. Si les hommes qui fréquentent Rix finissent parfois par la considérer comme un de leurs "potes", du fait de son attitude, Axel lui, ne perd jamais le nord.

"C'est que tu dois avoir une tête à donner des conseils, que veux-tu. Décidément, tu t'inquiètes beaucoup de savoir ce que je ressens à ton égard aujourd'hui mon cher. Tu es en crise existentielle?" demande-t-elle, pour mieux éviter les interrogations.

Je me soucie du bien-être de mes amis, voilà-tout, répond-il, en affichant un sourire innocent et -il faut le préciser- très crédible.

Il est décidément trop bon. Mécontent de passer outre l'arrogance certes dénuée de méchanceté de sa cliente préférée, voilà qu'il lui permet de fumer à l'intérieur d'un lieu public.
Un coup de fil suffit, cela dit, pour détériorer l'humeur de Rix, et celle-ci semble sur le point de partir. Elle répond avec sérieux et pose tout aussi sèchement son verre sur le comptoir. Axel comprend qu'il n'a pas intérêt à tenter de la retenir, ou à la railler de nouveau, bien que la tentation soit grande. Elle lui assure qu'elle est une personne franche et, ma foi, il la croit sur parole.

"Ce qui me tracasse, c'est qu'une pétasse blonde prenne la défense d'un dangereux psychopathe et me pourrisse mon dossier." daigne-t-elle avouer.

La confession est telle qu'il lui sert un nouveau verre, sans se faire prier. Il propose de le lui offrir, par ailleurs.

Toutes les avocates sont donc des pétasses, mais la réciproque n'est pas vraie, commente-t-il, sur le ton du second degré, quoiqu'il aurait certainement du se taire.

Que voulez-vous ? Axel a conscience d'être inutile, nommément dans ce domaine.

"Et merde! Combien je te dois?" finit-elle, de plus en plus vivement.

Le dénommé Pablo lui donne la note, en faisant effectivement un geste, avant de la laisser filer, non sans perplexité.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t610-axelhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t42-axel-bienfaiteur-malfaisant-dechu#122http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#144http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1405-axel#27125



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [CLOS] Boire pour oublier [Axel]

Revenir en haut Aller en bas

[CLOS] Boire pour oublier [Axel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [CLOS] Boire pour oublier [Axel]
» [Collection] Pour oublier la vie (Tallandier)
» Boire pour oublier, oublier pour boire mais de quoi on parlait deja ??? Pv. Randall Boggs
» Faut-il oublier le passé pour se donner un avenir?
» Conseils pour bague or serti clos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
XMH : The After Years :: Bibi-la-Purée-