XMH : The After Years
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Zexion ♣ Warrior of Light

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage




Messages : 2557
Date d'inscription : 11/07/2012
Identité : Stanislas K. Lannister
Dons : Immortalité. Maniement de la lumière, des flammes.

MessageSujet: Zexion ♣ Warrior of Light Mer 18 Juil 2012, 15:34


ZEXION




♣ Nom  : Lannister.

♣ Prénoms : Stanislas, Kraven.

♣ Age : 54 ans. (1301 pour les intimes).

♣ Nationalité (origines) : Anglaise.

♣ Orientation sexuelle : Hétérosexuel.

♣ État civil : Sous le joug de son âme damnée.

♣ Taille et poids : 1m83, 75kg.

♣ Profession : --

♣ Groupe : Leader des Initiés.

♣ Rang: Classe 4.

♣ Capacités : Stannis est un homme résistant, tant psychiquement que physiquement. Doué d'immortalité, ses capacités offensives semblent être étroitement liées à l'absence ou la présence de lumière, aux flammes...

♣ Ambition : Assurer l'existence d'un monde ordonné et juste, quoique cela puisse lui coûter.

♣ Aversion : Il est difficile de savoir ce que Stannis méprise "le plus", si ce n'est peut-être les êtres arrogants, incontrôlables et donc dangereux.

Code by Anarchy




Le personnage



« Stannis est le fer, noir et dur et solide, oui, mais cassant, tout comme le fer. Il se brisera plutôt que de plier. » MARTIN

De mémoire d'hommes, rares sont ceux qui ont apprécié Stannis Lannister. Il parait incommensurablement difficile de l'estimer ; sans doute y était-il prédestiné. Relativement acariâtre et morose, Stannis a surpassé les limites dans l'art de mettre les pieds dans le plat. Si cela lui a causé bien des préjudices et des torts par le passé, il a toujours mis un point d'honneur à se montrer franc, sincère et direct. Une qualité rare qui se mue en défaut, avant même qu'on ait pu l'apercevoir. Zexion, ainsi donc, formule précisément ce qu'il songe, au moment où il le pense, sans chercher à y mettre la forme ou des gants. Le tact, il s’assoit dessus, tout comme s'il ne devait absolument rien à personne.
Il ne faut pas croire qu'il soit stupide pour autant. Nombreux sont ceux qui se laissent séduire par l'idée que Stannis révèle tout et n'importe quoi, au gré de ses humeurs. S'il a une sainte horreur de l'hypocrisie et du mensonge gratuits, il sait pertinemment ce qui doit être passé sous silence, ou au contraire, avoir l'air d'être "involontairement" révélé. Il n'a que trop conscience de la réputation qui le précède pour ne pas en jouer un tantinet. Il est plus clairvoyant qu'on ne le croit.
En un sens, il est des plus pudique et réservé. On a à peu près autant de chance de tirer une quelconque information secrète ou personnelle de sa part que de l'inciter à admettre qu'il lui arrive de se tromper totalement, dans certains domaines. Il est assez tenace et accorde une importance primordiale aux rumeurs et ragots, c'est bien connu. Or, sa paranoïa n'a eu de cesse de s'accroitre, tant il a été la cible de ce genre de murmures.
S'il sait se contrôler, Stannis n'a pas vraiment l'âme d'un stoïcien. Son tempérament impulsif et la difficulté qu'il éprouve à se contenir, ou masquer ses sentiments, ne sont pas sans lui avoir joué des tours. Il ne manque pas d'intelligence et d'ingéniosité, mais sa spontanéité l'empêche parfois de véritablement réfléchir, avant d'agir. Et agir de façon imprévisible voir autodestructrice, cela va de soi. Lannister brûle constamment de faire ses preuves et de surpasser ses limites. Il met un point d'honneur à obéir à ses principes, quoiqu'il soit prêt à les rudoyer pour parvenir à ses fins. Il finit quoiqu'il en soit toujours par assumer ses fautes, aussi vrai qu'il oublie rarement ce qu'on lui a fait subir, et ne pardonne jamais. Il n'est pas quelqu'un d'extrêmement ambitieux, il ne supporte toutefois pas qu'on lui manque de respect, ni l'idée qu'il puisse un jour renoncer à son devoir. Il se doit de diriger les Initiés, il se doit de tenter d'ordonner le monde à nouveau. Tout est dit.
Malgré l'impulsivité et le caractère combattif qui le définissent, Stannis sait s'armer de patience. La tempérance ne lui a jamais fait défaut, à vrai dire, il préfère la solitude à cette foule d'hypocrites et de traitres en devenir. Il a toujours jalousé les êtres qui étaient meilleurs que lui, il est toujours resté quelque peu étranger aux rangs de l'humanité... Et pourtant, outre la rancune qui persiste à le consumer et la cécité dont il fait parfois preuve, il est l'un des rares individus à ne se soucier que de justice.
Qu'est-ce que Stannis, en résumé ? Une silhouette obscure, fugace, venue du passé, une ombre de la mort peut-être, dont on rit parfois plus qu'on ne la craint. L'incarnation d'une âme rancunière et vengeresse quoiqu'il en soit. Cela parait indubitable tant la fureur exprimée par son regard sombre, quoique céladon, tranche avec le marbre de son visage.
Notons qu'il est le propriétaire d'un discret objet dont nul ne connait (ou ne se souvient de) l'aspect. Ce précieux outil lui a permis de dérober nombre de souvenirs aux hommes et mutants, depuis des siècles, quitte à parfois les priver de ces bribes chéries du passé. Outre l'obtention d'informations parfois précieuses, ces souvenances fournissent l'énergie nécessaire audit objet pour permettre à Stannis de revenir quelques secondes en arrière, lorsque cela semble nécessaire. La provenance de cette utile relique reste mystérieuse...
Pour finir, Zexion est le possesseur actuel de l'une des rares armes capables de venir à bout d'un mutant dit immortel ; il s'agit d'Andúril, l'épée enflammée qui appartenait autrefois à Apocalypse, en personne.

L'histoire


"Qu'il me soit permis, pour le moment, de m’appeler le Pilleur de Souvenirs. La page vierge étalée devant moi ne doit pas être souillée par mon véritable nom. Ce nom n'a été que trop souvent un objet de mépris et d'horreur, - une abomination pour ma famille. Est-ce que les vents indignés n'ont pas ébruité jusque dans les plus lointaines régions du globe son incomparable infamie ? Oh ! de tous les proscrits, le proscrit le plus abandonné ! - n'es-tu pas mort à ce monde à jamais ? à ses honneurs, à ses fleurs, à ses aspirations dorées ? - et un nuage épais, lugubre, illimité, n'est-il pas éternellement suspendu entre tes espérances et le ciel ?" Inspiré de POE

Manuscrit datant de 2017.

Page 01 ; Introduction ► Mon frère aîné, Viktor, a toujours été adulé, maudit soit-il. Qu'il est grand, qu'il est fort, qu'il est vaillant. Et curieusement, ils étaient tout à coup aveugles ou muets quand il s'agissait de « louer » son caractère impitoyable, dédaigneux, acariâtre. J'étais là pour le faire ; on ne m'en a jamais remercié. Oh, bien sûr, tous n'avaient pas leurs lèvres collées aux bottes de ce cher Viktor. Ceux qui voulaient bien reconnaître qu'il n'était pas toujours charitable ou divertissant se tournaient vers... ce vil Jorah. 'S'il n'est pas un guerrier encore aussi aguerri, il détient la chaleur et l'apaisement qui font peut-être défaut à son frère aîné', disaient-ils à son sujet. Mais que faisait-on de son « autre » frère aîné au milieu de tout cela ? Un fantôme. Une chimère. Un bâtard, tout au plus. Et pourtant, qu'ont fait mes chers frères que je ne serais pas capable de surpasser dix fois, tant j'ai du lutter contre des préjugés qu'ils n'ont jamais eu à endurer ? Peu importe. Que cette jeunesse emplie d'iniquité aille au Diable, et eux avec.

Page 05 ; Un poème de feu et de sang ► L'histoire débute réellement au VIIIème siècle, lorsque nous obtînmes l'immortalité, chacun d'entre nous, ainsi que notre sœur... Viktor ne l'admettra jamais, mais s'il est une frayeur qui le consume, ici-bas, c'est bien celle de la mort prochaine, ou plutôt l'idée que le monde puisse continuer à tourner sans lui. Aussi fut-il prêt à tout quand la mort fut sur le point de le faucher, dans ses jours vieillissants. Il accepta de servir le Phénix, un mutant antique, en échange d'une longévité exceptionnelle. M'avait-il seulement consulté ? Que nenni ! Et moi qui me consolais de la disparition future de mon frère, en songeant aux biens et aux titres qu'il allait me léguer, je pouvais à présent me foutre le doigt dans l'œil, passez-moi l'expression. L'idée de servir le Phénix ne me séduisait guère, mais j'ai néanmoins insisté pour suivre Viktor dans cette folie, et moi-même devenir éternel. Si je n'avais plus l'espoir de devenir le premier Lannister du nom, au moins n'avais-je plus la conviction de trépasser le premier, alors que j'étais bien plus jeune que ce chieur d'or. Et puis, je suis dans mon élément sur un champ de bataille, indubitablement. Il était bien entendu hors de question que nous laissâmes tomber notre sœur, Selene, qui nous suivit dans l'immortalité. Quant à Jorah, il talonna le troupeau, comme à son habitude.
Que de batailles nous avons menées avec succès au nom d'une guerre que nous n'étions pas destinés à gagner.
« En avant-garde ? » m'écriai-je, consterné, tandis que Viktor nous faisait part de sa stratégie, visant à valoriser son héritier.
« Pourquoi le moins expérimenté d'entre nous dirigerait-il l'avant-garde ? Même Jorah ferait d'avantage l'affaire. Cela n'a rien à voir avec le fait qu'il soit ton fils, n'est-ce pas ? »
Mes protestations furent vaines, elles l'ont toujours été. Mon neveu devait affronter la dangerosité du terrain de combat, le premier, et par la même occasion, récolter tous les prestiges. La gloire est d'autant plus attrayante lorsque l'on ne craint rien pour sa vie. Jorah était à la tête d'une autre troupe. Viktor n'arriverait que plus tard, sur la flanc gauche, en renfort, par surprise... Quant à moi, j'étais condamné à errer en arrière.
« Tu affronteras le plus dangereux de nos adversaires, » disait mon cher frère.
Une fois encore, nos opinions se révélèrent contraires.
« Il... Il est en-encore temps de renoncer à-à cette fo-folie ! » me conseilla ce 'mortel' adversaire lorsque je lui fis face pour la première fois.
Un crétin de bègue à l'air aussi éveillé que dévastateur. Une limace. Il semblait d'autant plus impressionnant et viril que son armure était entièrement dorée.
« Silence, Absalon. Ménage ta langue pour les vautours, lorsque nous en aurons terminé, » me contentai-je de répliquer.
Croyait-il réellement pouvoir me faire changer de camp ? J'étais loyal. A l'inverse d'Axel, il ne m'était pas utile de tourner autour du pot, d'avoir l'air faussement noble ou de faire des grands discours pour retarder l'inévitable. Une armure prosaïque, du cuir noir, et peut-être même aucune arme, m'étaient suffisants pour venir à bout du soi-disant frère d'Apocalypse. Et j'étais plus clairvoyant que présomptueux. Je dois admettre que le duel ne manqua ni de caractère épique, ni de panache. Mon ennemi fit preuve de ressources inattendues et il m'arriva, quelques fois, de redouter d'essuyer une défaite. Mais je le vainquis, bien entendu. De toute évidence, l'architecte aurait du rester derrière sa plume, plutôt que de manier l'épée.
Axel était à terre lorsque Viktor nous rejoignit. Il n'était pas question de l'achever, d'autant plus que nous ne disposions d'aucune arme assez puissante. Peut-être mon frère envisageait-il d'en faire un otage, mais à quoi aurait-il bien pu servir ?
« Tu as fait un excellent travail, » déclara-t-il.
J'aurais cru rêver éveillé si le compliment de Viktor n'était pas assaisonné d'un air suffisant, pompeux, dédaigneux, bref, vous saisissez l'idée.
« Il n'a pas exploité la totalité de son potentiel ! rétorquai-je, avec véhémence. J'avais le droit de me confronter à ce qu'il est véritablement capable d'accomplir !
▬ Qui sait ? Un jour, peut-être, » se contenta-t-il de répliquer avec indifférence, avant de tourner les sabots de son fidèle destrier d'un blanc immaculé.


Page 11 ; Âme damnée ► Nous avons affronté nombre d'adversaires, avec plus au moins de succès, au fil des années. Mais même les confrontations les plus terribles ont une fin.
L'ennemi prit peu à peu le dessus. Et plutôt que de servir et protéger le Phénix jusqu'à notre dernier souffle, nous l'avons trahi. Viktor fut soudainement pris d'un élan de rédemption et d'amour pour le genre humain lorsqu'il s'aperçut que la roue de Fortune était en train de tourner. Je ne pouvais rien y faire. Et... Dois-je préciser que Jorah se contenta de suivre, sans discuter ?
En 778, arriva le jour funeste où l'hôtesse du Phénix, celle-là même qui nous avait accordé une seconde naissance, l'immortalité, fut terrassée. Tous la crurent morte. Tous se trompèrent. Moi-même saisi d'un élan de générosité, je la cachais. Au fur et à mesure que le temps passait et qu'elle recouvrait des forces, je m'apercevais que cette hôte dépouillée de la puissance du Phénix, cette enveloppe vide et misérable, était néanmoins une mutante non dénuée de talent et d'ingéniosité, quoique relativement folle. Un je ne sais quoi m'affaiblissait lorsque je la regardais et je pris la résolution de la conserver obstinément auprès de moi...
Hélas ! Aucun secret n'est fait pour durer. Viktor finit par découvrir qu'elle avait survécu, et avec moins de joie que de désespoir, ou devrais-je dire de fureur. Ça ! Je suis l'un des rares élus à pouvoir me vanter de l'avoir -un jour- vu exprimer des sentiments.
« Es-tu désespérant et désespéré au point de t'amouracher de cette catin, Stannis ? » me demanda-t-il de la façon la plus affable.
« Peut-être devais-tu d'avantage te préoccuper des liaisons de tes enfants, Viktor. Il me semble que l'affection qu'ils se portent n'a aucune limite.
▬ Je pourrais te tuer pour ces calomnies ! »
Je dois avouer que -sur le moment- je le crus sur parole. Il y semblait véritablement prêt. Il ne s'y résolut finalement pas, d'ailleurs, il ne chercha pas d'avantage à causer la mort de celle que je protégeais. Il l'enferma dans les cachots de sa demeure, des années durant ; un destin pire que la mort, sans aucun doute... Ma réaction sur le moment, mes tourments par la suite ; je ne tiens absolument pas à revenir dessus. Jorah lui-même ignora peut-être cette sombre histoire. Cependant, jamais un malheur ne survient seul. Il leur faut toujours venir vous déchirer en bataillons.


Page 12 ; Trahison ► La visite excessivement longue d'Arlathan, dans notre domaine d'antan, constitue l'un des drames de cette histoire. Il s'incrustait partout, dans les salles d'écuries, lors des entraînements, et même durant certaines réunions réservées aux Lannister. Nous avions discuté pendant des heures de divers faits et stratégies, l'air grave, lorsque soudain, il déclarait d'un air méditatif : « Hmmm, gris clair.
▬ Est-ce une nouvelle tactique ? » demandai-je évidemment.
« Non, la couleur de la culotte de votre sœur. » répondit-il, le plus naturellement du monde, pour mieux me faire sortir de mes gonds.
Pour sûr, il ne tarda pas à s'intéresser à Selene, ce que je concevais tout à fait -plus parce qu'il sautait sur tout ce qui portait un jupon que parce qu'elle était dotée d'une beauté irrésistible-. Ce que je ne comprends toujours pas, en revanche, c'est pourquoi elle n'a jamais repoussé les avances de ce Père Noël grivois. Au contraire, et malgré mes protestations, elle les alimentait. Stannis passa encore pour le rabat-joie de service ! Évidemment ! Mais tous accordèrent que j'avais raison -à défaut d'oser l'avouer, au risque de déclencher une guerre- lorsque, hélas, l'irrémédiable fut commis. Notre sœur perdit mystérieusement la vie. Fait surprenant pour une prétendue immortelle, mais toujours moins étonnant que le départ relativement précipité d'Arlathan. Un jour ; je placerai sa tête au bout d'une pique...


Page 18 ; Interlude ► Les décennies passaient et je m'entêtais à demeurer seul, amer, isolé. Ils purent alors s'en donner à cœur joie : Stannis marche-t-il de l'autre côté du trottoir ou est-il eunuque ? Telle est la question ! Certains prenaient sans doute ma défense en prétendant que j'étais peut-être « seulement » impuissant. Allez savoir ce qui fut exactement dit, et par qui !

[Passage illisible].

Page 20 ; Disgrâce et exil ►
Cela m'amène forcément à mentionner mon départ forcé du domaine familial, il y a désormais plus de 300 ans. Viktor m'avait convoqué -moi- auprès du trône où il siégeait pour me faire part des soupçons qu'il nourrissait à mon égard. Et il s'agissait plus que de soupçons ! A ses yeux, j'étais certainement le seul capable de comploter derrière son dos dans le seul but de m'accaparer de ses biens. C'était tellement mal me connaître. Si j'avais vraiment voulu l'en dépouiller, j'aurais tenté de le détruire, plutôt que d'agir par le biais du poison et de la perfidie : armes de femmes ou de lâches. Mais j'étais trop furibond pour ainsi prendre ma propre défense :
« Comment oses-tu prétendre une telle chose ? » m'écriai-je, encore envahi du fol espoir d'obtenir ne serait-ce que l'ombre d'une explication.
Mais Viktor restait résolument froid et calme, quoique son regard soit aussi dénué de chaleur et de vie que son expression. Entre son ataraxie et la placidité de Jorah, j'ignorais lequel j'avais le plus envie de rudoyer.
« Allons. Cesse de nier. Tu n'as toujours été qu'un piètre menteur, » osa-t-il dire.
Il insultait mon intelligence dans tous les domaines, excepté lorsqu'il s'agissait de m'accuser de conspiration.
« Nul doute que tu ferais preuve de clémence si j'avouais pareil crime.
▬ Trahison. Appelle-les choses par leur nom.
▬ Peut-être devrais-je donc t'appeler 'lâche' ? »
Il se leva brutalement. Je compris que même s'il restait maitre de lui-même, jamais je ne l'avais encore mis dans une fureur aussi noire. Et pourtant, je n'avais -cette fois-ci- rien fait. C'était le début de la fin. Ma vie était probablement en jeu. Mais pouvais-je pour autant me conduire comme un misérable en avouant un crime que je n'avais pas commis ou en me jetant à ses pieds pour demander grâce ? Jamais !
« Comment as-tu pu espérer, ne serait-ce que l'espace d'un instant, que le domaine serait un jour à toi, Stannis ?
▬ Quelles sont tes sources ?
▬ Nos gens te haïssent.
▬ Nos gens me craignent.
▬ Honni sois-tu. »
Cette discussion était, vraisemblablement, parfaitement inutile. Aucun de nous deux ne cèderait jamais. La seule chose que je pouvais faire, c'était encore de gagner du temps, essentiellement pour récolter quelques informations éparses. Mais par dessus tout, jamais ma fierté n'avait été ainsi blessée.
« J'incarnerais un leader aussi aguerri que toi.
▬ Enfin, tu avoues.
▬ Je n'avoue rien du tout.
▬ Ça suffit. Je suis fatigué de tes humeurs, de ta mauvaise foi, bref, de toi. Je le supportais tant que tu étais 'irréprochable'... Nul n'ignore la sentence que je réserve aux conspirateurs et aux traitres. »
Je regardai brièvement Jorah. N'avait-il toujours rien à dire ? Son silence devenait pesant, voire carrément étrange. Ne s'agissait-il que de se débarrasser de moi, Viktor me croyait-il véritablement coupable ou bien se préparait-il quelque chose de bien plus énorme ?
« Vas-tu me tuer ou confier la basse besogne à un autre ?
▬ Allons, Stannis, je ne vais pas te tuer. Je n'ai pas d'arme suffisamment puissante sous la main. Tu es exilé. Tu n'es plus un Lannister. Je ne veux plus jamais te revoir, sous peine de mort. Est-ce bien clair ? Allez, emmenez-moi ça. »
La sentence avait été déclarée, sans le moindre état d'âme. D'ailleurs, il ne daigna pas même affronter une dernière fois mon regard indigné, tandis que les gardes se saisissaient de ma personne. A la vérité, j'étais trop abasourdi par le caractère irrévocable et tout à fait inattendu de ce qu'il venait de se produire pour avoir la moindre réaction. Ils m'exclurent du domaine, sans délicatesse aucune, comme la merde que je semblais être devenu.
Et quand je me relevai ; que vis-je ? Une vision plus désagréable encore que Viktor victorieux, tournant les talons, auprès du trône, après avoir prononcé mon exil ! L'hypocrite Jorah venait tout à coup m'aider, maintenant qu'il n'y avait plus aucun regard indiscret. Ou peut-être était-il tout à coup saisi de remords ? Peut-être ne s'était-il pas toujours contenté de suivre bêtement le troupeau, comme je me l'étais figuré, jadis. Peut-être avait-il voulu m'évincer, pour d'obscures raisons... Sa main bienveillante obtint un crachat et je quittai ce domaine, pour ne jamais y revenir, si ce n'est en ennemi, et avec la ferme intention d'obtenir revanche et justice.


Page 26 ; Final ► Et que me reste-t-il, aujourd'hui, si ce n'est l'amertume et la noirceur de l'isolement et la solitude ? Je rumine ma vengeance, envers des scélérats qui m'ont probablement oublié, ou du moins qui pensent à moi, à l'occasion, dans le seul but de se moquer. Que me reste-t-il si ce n'est des regrets, de la colère et des projets tous plus machiavéliques et non réalisables les uns que les autres ? Autant dire qu'il ne me reste rien. Aussi... Peut-être est-il temps de menacer Fortune, pour qu'elle tourne enfin sa maudite roue.

Manuscrit datant de 2025.

Page 33 ; Années suivantes ► Mon retour fut difficile mais plausible, grâce à une poignée de fidèles. Je pense nommément à Tosca, et son père. Presque tous croyaient en une entité divine différente, propagatrice de lumière et d'espoir. Tous croyaient que j'étais son prophète. Était-ce vrai ? L'est-ce encore ? Je ne sais, mais nous continuerons à lutter contre les oppresseurs, quoiqu'il en soit. Nombre de mes hommes sont morts pour moi, mais je mourrais pour chacun d'entre eux. Telles sont la volonté et la bravoure des Initiés : "c'est la force de ceux qui n'en ont plus, c'est l'espoir de ceux qui ne croient plus, c'est le sublime courage des vaincus !" Et nous avons eu raison de ne jamais plier le genou face à l'adversité. Les Hommes et les Mutants guerroyaient puérilement entre eux sans se douter qu'une menace se profilait à l'horizon. La chute fut certes terrible et inexorable lorsque les Invisibles installèrent leur dictature, en 2020. C'était une chanson de glace et de feu, les bourreaux écrasaient leurs victimes larmoyantes, qu'elles fussent humaines ou mutantes. Tout opposant au régime semblait ne pas avoir l'ombre d'une chance. Et pourtant, tout ce qui a début a une fin. Les mutants antiques et prétendus immortels se déchirèrent, les confrontations manichéennes qui se succédaient depuis des millénaires touchèrent à leur fin, lors d'un affrontement épique et infernal. J'assistai à ce combat qui devait décider de notre sort à tous. En effet, Apocalypse, le pantin dévastateur de l'Empereur, était la cible des Résistants, des X-Men, de tous les individus avides de liberté et de justice qui avaient osé venir lui faire face. Les pertes furent terribles, mais Apocalypse fut vaincu...

Page 35 ; Songes d'une âme en peine ► Je devrais me réjouir de la victoire de la Résistance. Des derniers tyrans subsistent, certes, mais le monde retrouve son ordre naturel, et les démocraties s'affirment à nouveau. Je devrais me réjouir de la perte d'Apocalypse et du gouvernement des Invisibles, alors pourquoi le ciel semble-t-il rester fade et nuageux au dessus de mon être ? J'ai retrouvé celle qui devrait m'accorder le salut, mais au prix de quel sacrifice ? Mon fils, mon unique héritier, est mort. J'ai obtenu ma revanche sur le traitre qui a provoqué mon exil, jadis. J'ai tué Jorah de mes mains... J'ai tué mon propre frère... Et maintenant que Viktor lui-même a disparu -est-il seulement vivant ?-, la cécité me quitte, le regret me guette. Je les haïssais certes, mais parce que je les enviais. Ils furent tout ce que je ne serai jamais. Alors pourquoi ces mutants et ces hommes se joignent à mes rangs ? Croient-ils que je puisse les sauver ? Les évènements ne se déroulent pas comme je les avais imaginés. En voulant atteindre mes objectifs par tous les moyens, il semblerait que je me sois égaré en chemin... Hélas ! Il est des deuils que l'on garde, quand tous les chagrins sont morts... Et la menace gronde toujours. Ils sont heureux, mais moi je sais... Je sais que la paix n'est qu'une illusion.

Page 41 ; 2025, nouvelle ère ► Terroristes ! Ils me considèrent comme le leader d'un groupe de terroristes. Les ignares, les journaux et les arrivistes sont tous d'accord sur ce point : je suis la nouvelle menace qui gronde sur la conscience des braves habitants. Et pour quelle raison, je vous prie ? Parce que j'ai commandité l'assassinat du Président des États-Unis. L'échec fut total, à l'instar de la compréhension du reste du monde. Fort heureusement, seuls quelques Initiés sont suffisamment connus pour être dans la ligne de mire des irascibles. Moi, le premier. Stannis le terroriste, voilà bien le dernier qualificatif dont on ne m'avait pas encore affublé. Moi qui tente de les sauver, me voilà devenu leur cible. Jusqu'à quel point peut-on tenter de protéger des ingrats ? Ne comprennent-ils pas que cette paix n'est pas authentique, que cette démocratie n'est qu'une chimère ? Les racines du mal ne sont pas mortes. Elles rejailliront des ténèbres pour nous décimer, elles refleurissent déjà. Les Ombres préparent quelque chose. Mais qui saura affronter Ascheriit ? Qui osera me croire quand je clamerai qu'il n'est pas mort, et qu'il manipule le gouvernement ? Je tenterai de les convaincre, celui qui dirige les X-Men le premier. Il faut que je vienne à bout d'Ascheriit. Je dois le faire pour notre salut... Je dois le faire pour le venger... Mon fils... Akhad saura me soutenir... Et la fin... La fin... sera mauvaise.

Code by Anarchy






Avatar : Stephen Dillane
Multi-compte : Oui [ ] Non [X]
Date de naissance IRL : 27/06/92
Avez-vous lu les règles ? Je les ai écrites.
Comment avez-vous connu le forum ? --

Code by Anarchy

_________________











"I think a lot. I notice everything. But I never said a word."






Dernière édition par Zexion le Ven 19 Juil 2013, 11:41, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t608-zexionhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t38-zexion-warrior-of-lighthttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#138http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1403-zexion#27116http://dafael.wordpress.com/




Messages : 1775
Date d'inscription : 11/07/2012
Identité : Clov Rayleigh
Dons : Empathie, création d'illusions, matérialisation de pensées

MessageSujet: Re: Zexion ♣ Warrior of Light Lun 06 Aoû 2012, 23:29

« Cet attentat contre le président harcelait mon esprit. Toutes sortes de questions se pressaient dans mon cerveau, comme les bulles dans une caisse de limonade tombant sur le carrelage : qui était ce faux prophète ? Et pourquoi voulait-il tuer Brewer ? Et pour le compte de qui ? Est-ce que "Stannis" m’avait menti ? Je n’avais aucune preuve mais étrangement, moi non plus je ne lui faisais pas confiance. Pourquoi ce mutant, Zexion, ne figurait-il pas dans les fiches validées ? Et si il y figurait, pourquoi ? Mais si il n’y figurait pas, alors pourquoi pas ? Et moi, bon Dieu, où est-ce que j’étais ?! » *

* Passage inspiré d'un des monologues de Frank Drebin dans Y-a-t-il un flic pour sauver la reine ? (Leslie Nielsen, The Naked Gun).

Traduction:
 

_________________

"If I speak, I am condemned. If I stay silent, I am damned!
Who am I? Who am I? I am Arlathan!"

XMH Awards 2014:
 

XMH Awards 2015:
 

Version Disney || Version Comics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t69-arlathan-man-of-light#229http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1423-arlathan-man-of-light#27338http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t83-arlathan-man-of-light#403

Zexion ♣ Warrior of Light

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Warrior of light
» Vickers Light Tank Mk.VI - 1st Armoured Division B.E.F. 1940
» ORCA F3J (F3B light au vu de la rigidité)
» Cruzcampo Light
» Light-painting avec un iPad!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
XMH : The After Years :: Fiches validées :: Initiés-