XMH : The After Years
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Roxas ♣ Fou ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage




Messages : 534
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Rafael Baldwin
Dons : Guérison + Métamorphose

MessageSujet: Roxas ♣ Fou ? Mer 18 Juil 2012, 16:14


ROXAS




♣ Nom  : Baldwin.

♣ Prénom : Rafael.

♣ Age : 53 ans.

♣ Nationalité (origines) : Américaine (origines françaises).

♣ Orientation sexuelle : Abstinent.

♣ État civil : Seul, mais sous le charme d'une fatale enchanteresse.

♣ Taille et poids : 1m86, 78kg.

♣ Profession : Ancien scientifique.

♣ Groupe : Neutre, quoiqu'il soit intimement lié aux Ombres.

♣ Rang: Non-mutant.

♣ Capacités : La traitrise est son domaine de prédilection : il y est infaillible.

♣ Ambition : Elle.

♣ Aversion : Lui-même ?

Code by Anarchy




Le personnage

"Je sens ma vie qui bascule vers une terre inconnue, je vois la foule qui recule quand je marche dans la rue ; je suis un homme mis à nu, un homme mis à nu..." PLAMONDON

C'est un homme paradoxal. Il est capable de se vouer entièrement aux personnes qu'il aime, à souffrir pour elles, comme de rejeter le reste du monde. Pourquoi ? Parce qu'il est totalement désabusé et donc souvent mélancolique. Il tient néanmoins à faire un minimum bonne figure en société... C'est un homme souvent calme, un roué, un manipulateur...
Extrêmement croyant, il n'en demeure pas moins intransigeant, enclin à juger facilement, et parfois amoral. Il est scindé (pour ne pas dire inconstant, instable, très perturbé), dans la mesure où il peut ressentir beaucoup de culpabilité, et continuer tout de même à faire tout ce qui est en son pouvoir pour atteindre ses objectifs. C'est pratiquement de l'auto-destruction. Il est distant, surtout avec les femmes. Il n'a en effet depuis longtemps d'yeux que pour une seule d'entre elles. Il est jaloux et orgueilleux, ce qui ne facilite pas les choses.
Peu adepte du sourire, il a l'air sinistre, grave, sibyllin. C'est un homme fier, dont le style vestimentaire est très classique. Il parait avoir la cinquantaine. Grand, sec, brun aux tempes grisonnantes, il est à la fois charismatique et peu engageant. Notons qu'il n'est imperturbable et posé qu'en apparence. Et encore, ses yeux turquoises, vibrants, contrastent avec sa pâleur. Sa gestuelle, quant à elle, trahit parfois ses troubles spirituels...

L'histoire

« Et à qui suis-je redevable de tous ces maux ? Qui m'a entraîné à des crimes dont le seul souvenir me soulève le cœur de dégoût ? Fatale enchanteresse, n'est-ce pas ta beauté ? N'est-ce pas ta faute si j'ai roulé dans l'infamie ? N'as-tu pas fait de moi un parjure, un ravisseur, un assassin ? Et en ce moment même, ce regard d'ange ne m'interdit-il pas de croire à la clémence de Dieu ? Oh ! Quand j'apparaîtrai devant son tribunal, ce regard suffira pour me damner ! Vous direz à mon Juge que vous étiez heureuse avant que je ne vous eusse vue, que vous étiez innocente avant que je ne vous eusse souillée ! … Alors, je ne pourrai plus douter de mon éternelle perdition ! » LEWIS

Les mafieux ouvrirent le feu. Instinctivement, l'enfant se coucha sur la banquette de l'automobile, se protégeant la tête avec les mains. Des bouts de verre explosèrent partout dans l'habitacle et Todd entendit sa mère hurler. Blessé, son père tenta une manœuvre d'évitement avant d'essayer de rentrer dans le véhicule de leurs agresseurs. Mais la deuxième salve ne tarda pas à arriver et cette fois-ci, elle lui fut fatale. La voiture des Wicki dérapa puis heurta une borne. Le véhicule fit une embardée avant d'être embarqué dans une succession de tonneaux pour finalement s'immobiliser sur le dos. Le visage en sang, Todd était vivant. Il était le seul. Le van quant à lui, suivit tant bien que mal l'automobile accidentée, avant de s'immobiliser. Les deux véhicules étaient à présent fort éloignés de la route. Et les deux tireurs sortirent. Ils étaient armés et en partie masqués. L'un était aussi excité que le second agacé. C'est d'ailleurs ce dernier qui s'approcha du corps inanimé de Paul Wicki, afin de le fouiller.
"Mission accomplie ? demanda son comparse.
▬ Évidemment, répliqua-t-il."
Il sortit le téléphone portable de la veste de Wicki père. Ils avaient l'espoir d'en extirper des informations qui pourraient s'avérer intéressantes. Le conducteur, immobile et simple observateur jusqu'ici, se manifesta :
"On y va."
Et les deux autres s'exécutèrent. Cependant, l'un d'entre eux ne tarda pas à s'arrêter :
"Merde alors ! Le môme ! Il bouge ! C'est qu'il doit être vivant !
▬ Tu crois ?"
Todd avait en effet survécu. Il était quoiqu'il en soit à moitié conscient ou encore trop apeuré pour réagir. Sur son visage, du sang se mêlait à ses larmes.
"▬ Bon ben, 'faut pas faire la besogne à moitié, si vous voyez c'que je veux dire !"
Il pointait son arme sur le gamin lorsque le conducteur lui saisit le bras armé aussi fermement qu'un étau, et le plaqua d'un geste leste contre l'automobile. Il n'avait pas l'air engageant.
"P'tain, Raf', qu'est-ce que tu fous ?!
▬ J'ai dit : on y va, répondit-il calmement, avant de poser son regard clair, ardent, sur Todd.
▬ Épargnez-le... Ce n'est pas sa faute..."
Sur ces paroles catégoriques, ils quittèrent les lieux. Tel était, à une époque, le quotidien de Rafael Baldwin.


1952 ♣ 1995 ▬ Il naquit en Europe, dans les années cinquante. Ses parents ne tardèrent cela dit pas à gagner le continent américain, où ils adoptèrent un nom plus anglophone, et où il grandit modestement. Parcours scolaire remarquable. C'est d'ailleurs grâce à des bourses qu'il étudia plusieurs formes de sciences, telles que la chimie et la biologie, mais aussi des domaines plus controversés. Si certains mutants étaient capables de vivre éternellement ou de changer le métal en or, les simples mortels ne pouvaient-ils pas s'accaparer ces propriétés ? Un avenir prometteur lui semblait destiné, jusqu'à -du moins- que la fatalité n'en décide autrement. En 1971, ses parents perdirent la vie. Sa foi fut ébranlée pour la première fois. Il demeurait toutefois animé par une ambition insatiable. Il tenait à ce que ses cadets ne manquassent jamais de rien, puisque à sa charge, ils étaient désormais. Baldwin se lia d'amitié avec un jeune homme qui travaillait pour un dénommé Kasuo Kiriyama, le leader d'une organisation mafieuse. Si Rafael ne fut au départ que le cerveau de diverses activités, il ne tarda pas à se laisser entraîner dans les rouages criminels du milieu... Ledit jeune homme, Daniel Linderman, fut pendant de nombreuses années la personne à qui il accordait le plus d'estime et de confiance. Il prospéra autant qu'il le put dans le crime, non sans continuer parallèlement ses recherches sur la mutation. Un bouleversement finit toutefois par survenir. Kasuo Kiriyama décida de renoncer à la plupart de ses activités illégales afin de se consacrer à une Fondation influente dans plusieurs milieux, comme la science. De nombreuses recherches scientifiques, et bien plus encore, devaient être financées par divers mécènes, au niveau international. La Fondation Akatsuki. Kiriyama avait des idées et envies inédites, révolutionnaires, ce qui divisa bien entendu ses hommes. Les amis d'hier devinrent ennemis. Et lorsque les choses dégénèrent, autant dire que Rafael n'hésita pas une seconde à rejoindre le camp de Kiriyama. Quoi de plus sûr ? De malentendus en disputes, les opposants à la Fondation, commencèrent à se montrer dérangeants. Il se peut que les personnes détenant des informations compromettantes sur Kiriyama, et risquant de tâcher son image immaculée, aient tragiquement perdu la vie au cours de ces années. Devons-nous préciser que Baldwin n'y était pas toujours étranger ? Il a notamment contribué aux meurtres des Wicki. Daniel Linderman, lui, se prêta au double-jeu durant un certain temps. Rafael n'était toutefois pas dupe et il ne tarda point à perdre patience. Ce fut la première confrontation d'une longue lignée. Il menaça Daniel si celui-ci ne se décidait pas à choisir un camp. Leur relation se dégrada de plus en plus, avec le temps, jusqu'à ce qu'ils finissent par se vouer une rivalité, voire une haine farouche. Ils ne se sont -depuis- plus jamais faits de cadeaux, ce qui est un euphémisme. Parallèlement, Baldwin eut plusieurs relations avec des femmes auxquelles il ne s'attacha que médiocrement. Des enfants naquirent de certains unions, et pourtant, il ne fut jamais un père très présent et exemplaire. Non, s'il est une personne à laquelle il n'a jamais pu en vouloir, c'était Leopold, le fils de Daniel...


Il s'agissait d'une réception. Pourtant, deux individus étaient isolés, près de l'escalier.
"Leo, tu pleures ? demanda Baldwin."
C'était effectivement le cas. Le jeune Linderman était assis sur l'une des marches, en proie au désespoir.
"Non, non, ça va.
▬ Qu'est-ce qu'il s'est passé ? demanda-t-il tout de même, en s'installant à ses côtés.
▬ Rien, insista Leo. C'est papa... Il, il..." Il s'arrêta.
Allez savoir de quoi il retournait. L'éducation par Daniel Linderman n'avait probablement rien d'une promenade de santé.
"Il est trop exigeant. Allons Leo, n'y pense plus. Tu ne dois pas avoir grand chose à te reprocher. Ce sont après tout souvent les innocents qui pâtissent..."
Ils échangèrent un bref sourire, et ce fut tout.
"Bon, qu'est-ce qui te remonterait le moral ? Ça peut-être ? ajouta-t-il donc, en lui tendant un billet."
Bingo. Le gosse se ressaisit subitement et se leva :
"Waaah, merci parrain !"
Après quoi, une voix sèche l'interpella et l'élan de joie si difficilement conquis fondit comme neige au soleil.
"Leopold, retourne dans le salon. Tu n'as rien à faire ici, déclara Daniel."
Son fils obéit, et il porta son attention sur Rafael. Daniel semblait... hostile.
"Oui ?
▬ Tu sais très bien ce que j'en pense. Leo n'a rien à faire avec un traitre."
Ledit traitre se leva brusquement, sourcils froncés. Il avait toujours fait le nécessaire, même lorsque c'était au détriment de leur si 'chère' amitié. Linderman se croyait-il tout permis ?
"Pourtant, il te fréquente quotidiennement."
Et Daniel s'approcha dangereusement. Une jeune femme, fraichement arrivée, se racla la gorge. Linderman s'immobilisa puis tourna les talons ; il partit sans ajouter le moindre mot. Comme si rien ne s'était passé. Rafael vit de moins en moins les Linderman.


1995 ♣ 2017 ▬ Par l'intermédiaire de la Fondation, il put réaliser de nombreuses recherches sur le facteur X, visant à aider les mutants ou encore à utiliser leur potentiel afin de faire des progrès dans la médecine. Il finit cependant par se détourner de ses objectifs premiers pour tenter de réaliser des choses plus insensées et nébuleuses. Comme chercher la solution à la mortalité. C'était il y a trente ans. Des expériences douteuses avaient débuté dans le secret lorsqu'il croisa le chemin d'un mutant fanatique et justicier prénommé Rarhu. Malheur ? Fatalité ? L'affaire est vague, obscure. Rarhu, capable d'annuler l'effet du temps sur les êtres, jusqu'à ce que ceux-ci n'existent plus, l'aurait certainement tué si une dénommée Fran n'était par intervenue. Rafael fut toutefois rajeuni d'une vingtaine d'années, et surtout menacé de tout perdre. La Fondation représentait tout pour lui mais il était devenu trop dangereux et compromettant, puisque Rarhu saurait sûrement où le retrouver. Il pria néanmoins Kiriyama de demeurer à Akatsuki. A lui, il avait toujours été fidèle. Il était prêt à tout pour cela. 'Tout' signifiait en l'occurrence passer pour mort aux yeux de beaucoup, changer d'identité, vivre dans l'obscurité, si l'on pouvait appeler cela vivre... C'est à partir de cette époque qu'il se fit appeler simplement Roxas. Seuls les anciens collègues étaient capables de l'identifier, son existence s'arrêta. Il entra dans la section interne de contre-espionnage de la Fondation, tout le reste n'était que mort de l'âme. Depuis qu'il devait la vie à Fran, il lui vouait toutefois une passion ascendante et incommensurable. Une passion qu'il ne parvint jamais à assouvir.


2017 ♣ 2018 ▬ Il y a huit ans, il eut vent de rumeurs à propos d'un complot visant à percer les secrets de la Fondation Akatsuki et ébranler les hommes qui la dirigeaient. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il comprit que Leopold Linderman était derrière tout cela, simplement pour renverser son père, devenu un homme aussi fortuné et important qu’acariâtre et hautain. N'espérant plus hériter de sa part de la Fondation, Leopold entendait prendre ce qui lui était du, par la force. Et curieusement... Roxas ne le dénonça pas. La colère et la frustration que lui faisaient ressentir Daniel n'étaient que trop vivaces. Ce fut la première trahison d'une longue lignée. Indigné par la façon dont il était traité, Roxas retourna sa veste et rejoignit les rangs de Leopold. La Fondation tomberait ; afin qu'ils puissent la remanier à leur façon. Ils comptaient, pour se faire, exploiter les mutants dangereux sur lesquels Akatsuki "veillait". La fatalité voulut toutefois que dans tout ce remue-ménage, le passé de Roxas le rattrape... De nombreuses informations furent répandues et plusieurs de ses anciens proches apprirent qu'il n'était pas mort. Comment peut-on se justifier lorsque l'on a décidé de disparaitre, égoïstement par peur de la mort ? Comment prétendre que l'on regrette lorsque l'on a choisi la vie, au détriment du péril ? Comment regagner la confiance de ses proches ? Ceux-ci parvinrent toutefois à raisonner Roxas. Il s'était de nombreuses fois condamné, mais rallier Leopold, trahir tous les autres, voilà qui revenait à se damner. Il trahit à nouveau. Il n'aurait de toute façon pas pu rester d'avantage éloigné de Fran, toujours loyale à Kiriyama. C'est ainsi que Roxas contribua à l'incarcération de Leopold Linderman ; ce qui n'empêcha pas le plan méphistophélique de ce dernier, de se réaliser. Le centre américain de la Fondation fut attaqué et de nombreux Akatsukiens perdirent la vie. Roxas apprit la mort de Daniel. Roxas assista au meurtre de Fran. Roxas prit lâchement la fuite. Ainsi allait l'ordre naturel des choses. Profondément ému, il retourna vers les siens. Alors que ses proches réclamaient son soutien, à défaut d'espérer son aide ; Roxas prit toutefois le partie de les décevoir à nouveau. Il croyait Leopold responsable de la mort de Fran, il n'aspirait qu'à une seule chose : la venger. Il s'apprêtait à tuer son filleul lorsque la fatalité se rit à nouveau de lui ; malgré les apparences, la femme qu'il aimait avait survécu. Elle errait dans un domaine lointain, parfaitement différente, disait-on. Mais qu'importe, le destin l'emportait : il abandonna tout pour retrouver Fran, une fois de plus. L'existence de Roxas n'était qu'une répétition perpétuelle des mêmes erreurs et des mêmes tourments. C'est ainsi qu'il se jeta directement dans la gueule du loup maléfique : le leader des Ombres, Ascheriit. Fort mystérieusement, ce dernier ne tenta pas de l'éliminer mais préféra en faire son vassal. Vassal de Satan.

[Récit de la rencontre du bâtard (Ascheriit) et du judas (Roxas), revisitée par l'ange de la musique (Algernon) :

"▬ Sauvez-moi !
▬ Le prix de mes services me sera-t-il payé ? Consens-tu à te rallier à ma cause, à te livrer à moi et à m'appartenir corps et âme ? Es-tu prêt à renoncer à Celui qui t'a fait ? Réponds seulement OUI et le diable est ton esclave.
▬ Mais ne vous contenterez-vous pas d'un prix moins élevé ? Est-ce que rien ne peut vous satisfaire que mon éternelle perdition ? Esprit, vous me demandez trop ! Soyez mon serviteur pendant une heure et je suis à vous pendant mille siècles. Est-ce que cette offre ne vous suffit pas ?
▬ Elle ne me suffit pas. Ce qu'il me faut, c'est ton âme. Il me la faut à moi, et à moi pour toujours !" (Lewis selon Artaud.)]

Roxas se retrouva, misérable mortel, au cœur du domaine des Ombres, endroit peuplé de mutants tous plus dangereux et cruels les uns que les autres. Il n'inspirait qu'indifférence à Fran, et mépris à la plupart des autres, si ce n'est -peut-être- un certain Fantôme. Il resta malgré tout de nombreuses années auprès du groupuscule. Avait-il le choix ? L'on ne quitte pas Ascheriit impunément et il n'avait nulle part où aller...


2018 ♣ 2025 ▬ Au moins était-il en sécurité. Dehors, le mal grondait. L'avènement des Invisibles en 2020, la dictature exercée, les préjudices causés aux résistants et aux démunis, Roxas n'y prêta que vaguement attention. La vérité étant qu'il s'était emmuré dans sa solitude et son désespoir. Il avait bâti une muraille entre les autres et lui ; pourquoi se soucierait-il d'un monde qui ne se souciait plus de lui ? Il n'avait aucun rôle à jouer dans cette guerre... Il aurait même pu mourir, s'il n'était pas trop lâche pour affronter l'enfer qui l'attendait. Après cinq années de chaos, de discorde et de difficile survivance, la paix réapparut. L'ennemi avait été vaincu ; Roxas n'en fut que peu ému. En quoi cela changerait-il sa propre existence ? Fran avait encore disparu... Toutes les démocraties du monde ne la lui ramèneraient pas. D'ailleurs, 'toute la misère du monde n'est rien à côté d'un adieu'. Les mésententes au sein des Ombres, la prétendue disparition d'Ascheriit : Roxas n'avait pas témoigné l'ombre d'une réaction face à tous ces bouleversements. Il était, à vrai dire, enfin parvenu à se faire totalement oublier... Et pourtant, il subsiste, non plus parmi les Ombres, mais aux côtés d'Arlathan, depuis que celui-ci a décidé de les quitter. On ne quitte pas impunément Ascheriit, avons-nous dit... Mais personne n'a indiqué que Roxas suivait Arlathan, uniquement par amitié. Au demeurant, s'il est une chose, au cours des années, que Roxas n'ait pas oublié, c'est tout ce que lui avait fait subir Leopold Linderman, après qu'il l'ait trahi...


Une créature se débattait sur le sol, impuissante, tandis que les flammes rongeaient sa chair. Elle poussait des cris qui étaient certainement aussi effroyables que son apparence. Il s'agissait de Leopold, sous son apparence mutante... La chose reprenait difficilement et lentement forme humaine, entre deux convulsions. C'était ignoble à voir. La mort au bout d'un chemin ignominieux.
"Nooooon ! Non ! Toi ! Comment as-tu pu ?!!" s'écriait-il.
Roxas assistait au spectacle. Son visage était à la fois imprégné de tristesse et de plaisir à la vue de ce spectacle. Le calme dont il faisait preuve était déconcertant... Contre toute attente, il ne prit pas la peine de répondre, mais partit d'un rire léger, puis démoniaque. Et Linderman, à moitié humain, continuait de se contracter, de souffrir, en attente du jugement dernier.
"Adieu Leo," dit-il finalement, les flammes qu'il fixait se reflétant dans son regard intense.
Quand bien même Leopold parvenait à s'échapper de l'infernal abysse et à survivre, son compagnon, Maxim Brent, avait été tué... Il comprendrait quelle souffrance avec ressenti Roxas. Vengeance était sienne.

Code by Anarchy






Avatar : Daniel Lavoie.
Multi-compte : Oui [X] Non [ ]
Date de naissance IRL : 27/06/1992
Avez-vous lu les règles ? C'était fatidique.
Comment avez-vous connu le forum ?--

Code by Anarchy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t609-roxashttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t39-roxas-fou?highlight=roxashttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#139http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1404-roxas#27123



Invité

Invité


MessageSujet: Re: Roxas ♣ Fou ? Lun 30 Juil 2012, 16:46

Ne prendras-tu donc jamais de repos, un infatigable mortel parmi les puissants...

Fiche validée ! Attention à mon frère, il mord ! :akhad:

Je t'épargne le traditionnel message de bienvenue, tu le connais. Wink
Revenir en haut Aller en bas




Messages : 1775
Date d'inscription : 11/07/2012
Identité : Clov Rayleigh
Dons : Empathie, création d'illusions, matérialisation de pensées

MessageSujet: Re: Roxas ♣ Fou ? Mer 08 Aoû 2012, 09:29

Qu'il me soit permis de te souhaiter la bienvenue, mon ami ! En acceptant de lier nos destinées, tu as fait le bon choix. Je ne l'oublierai pas. Quant à ce que tu sais au sujet de la chose qui te tient tant à cœur, nous allons y remédier (c'était quoi déjà ? :mxm: ). Bref, je sais que tu sais que tu peux compter sur moi. Longue vie à notre fructueuse association et bon jeu !

_________________

"If I speak, I am condemned. If I stay silent, I am damned!
Who am I? Who am I? I am Arlathan!"

XMH Awards 2014:
 

XMH Awards 2015:
 

Version Disney || Version Comics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t69-arlathan-man-of-light#229http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1423-arlathan-man-of-light#27338http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t83-arlathan-man-of-light#403



Invité

Invité


MessageSujet: Re: Roxas ♣ Fou ? Lun 03 Sep 2012, 19:46

Roxanouuuuuuuuuuuuuuuuuuuu, mon grand copain :p
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Roxas ♣ Fou ?

Revenir en haut Aller en bas

Roxas ♣ Fou ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Double date ?! [PV Alice, Roxas, Hikari]
» Changement de decors [PV Roxas]
» [terminer]On se moque pas ! [pv Roxas]
» Synopsis Roxas
» Les ecrits de Roxas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
XMH : The After Years :: Fiches validées :: X-Men-