XMH : The After Years
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage




Messages : 173
Date d'inscription : 13/05/2013
Identité : Michael Rizzo
Dons : Métamorphose, télépathie, télékinésie, création et destruction de la matière

MessageSujet: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Sam 24 Aoû 2013, 21:13

Introduction
La silhouette encapuchonnée se tenait devant lui, vision immaculée d'un être à la noirceur pourtant indiscutable. Sa peau, bien que peu apparente, paraissait être aussi pâle que la soutane blanche qui l'habillait. Du haut de son fauteuil, il l'observait. La partie haute de son visage étant dissimulée derrière le tissu, Ikon ne pouvait qu'imaginer le regard qui était actuellement posé sur lui. Tel était Leopold Linderman, l'un des hommes les plus puissants de la ville de New York.

- Pourquoi lui ? Demanda Michael.

- Oh, il y a tout un tas de raisons à cela, toutes plus valables les unes que les autres, répondit Linderman. Pour commencer, de tous les membres des Ombres, Baldwin est le plus faible. Non pas parce qu'il s'agit d'un simple humain - bien que ce constat ne plaide pas en sa faveur - mais parce qu'il est sous l'emprise d'une incommensurable peur, celle de mourir. Aussi misérable et vaine soit-elle, Roxas est très attaché à sa pitoyable existence. Menacer sa vie le fera plier aussi sûrement que si on lui offrait de réaliser son rêve le plus fou.

- Ce qu'il y a de sûr, c'est que vous aimez entendre le son de votre voix. Remarqua Rizzo.

La discussion s'éternisait un peu trop à son goût. Il n'était venu que pour glaner une information et Wesker en profitait pour lui demander de mettre en application un stratagème de son invention. L'idée n'était certes pas mauvaise, mais Rizzo n'était pas dupe. Car ce n'était certainement pas par bonté d'âme que Linderman avait accepté de l'aider dans sa quête.


- Il faut bien compenser ta timide éloquence, rétorqua Leopold, avec un sourire. Je disais donc que Roxas est une cible de choix. Car, en plus d'un instinct de conservation hors du commun, il possède un penchant inné pour la trahison. Et puis, je reconnais volontiers que rien au monde ne me ferait plus plaisir que d'accabler davantage un esprit déjà si tourmenté.

- Une vengeance personnelle donc. Je m'en doutais.

- Je plaide coupable, admit Leopold, sur un ton amusé. As-tu une idée sur la manière de l'aborder ?

- Je verrai ça sur place en fonction de ce vous m'avez dit de lui.

- Très bien.

Michael tournait déjà les talons lorsque la voix de Wesker se fit entendre à nouveau.

- Au fait, as-tu eu l'occasion d'essayer le costume que je t'ai envoyé.

- Pour être franc, je ne suis pas sûr de goûter à la plaisanterie.

- Mais il ne s'agit en rien d'une plaisanterie. Certes, ce n'est pas le costume qui fait le héros...

- Je ne suis pas un héros. Le coupa Rizzo.

- Oui, oui, mais tu souhaites appliquer la justice. Cette tenue est un symbole. Elle inspirera la crainte à nos ennemis.

Ikon laissa échapper un rire sans joie. Il était sérieux, là ? Comme s'il avait besoin d'un déguisement pour faire peur aux autres. A croire que Wesker n'avait aucune idée de ce à quoi il ressemblait sous son autre forme.

- Et le casque te protégera de toute intrusion télépathique. Insista Linderman, faisant comme si Rizzo ne l'avait pas interrompu.

- Merci, mais j'ai mes propres défenses contre ça. Le coupa Rizzo.

- Et elles t'ont beaucoup servi face à Ascheriit, n'est-ce pas ?

Ikon ne répondit pas. La mâchoire bloquée, il tourna les talons et s'en alla, pour de bon cette fois-ci.

- Réfléchis-y au moins ! Entendit-il, alors qu'il claquait la porte derrière lui.

Leopold Linderman. Tout un personnage.

Prendre l'ennemi à son propre jeu.

Pour son « premier » contact avec Rafael Baldwin, Ikon s'était évertué à suivre les conseils de Wesker. Bien qu'il l'ait personnellement côtoyé au domaine Dantès, Rizzo ne savait que peu de choses au sujet de Roxas. Il savait l'homme malade, souffrant de bien des maux dont un attachement déraisonnable envers une femme qui ne lui jamais rendu le millième de l'amour qu'il lui portait. Était-ce cette désillusion qui l'avait poussé à aller voir si l'herbe était plus verte de l'autre côté ? Michael trouvait la chose surprenante, mais Linderman lui ayant assuré que Roxas avait toujours été partagé sur la question de sa sexualité, cela restait probable. Quoi qu'il en soit, la bisexualité de Baldwin lui avait offert un angle d'attaque. Au moins, il savait comment il allait l'aborder. La tenue du mutant était d'ailleurs de circonstance. Vêtu d'un t-shirt relativement moulant aux couleurs de la marine et d'une veste non moins saillante, le jeune homme observait sa cible, attablée à quelques mètres de sa propre proposition. La terrasse du café dans lequel ils avaient tous deux pris place offrait une vue imprenable sur la fameuse église du Crépuscule, objet de souffrance et de convoitise pour Baldwin. Le regard de l'humain était d'ailleurs si souvent bloqué sur l'édifice qu'Ikon eut toutes les peines du monde à capter son attention par un simple regard. Il finit toutefois par atteindre cet objectif et lorsqu'il fut certain que Rafael regardait dans sa direction, il adressa à ce dernier un sourire séduisant. Se levant délicatement, Rizzo s'approcha alors, réduisant à néant les quelques mètres qui le séparaient de sa cible du jour.

- Puis-je vous offrir un verre, ou un quelconque rafraîchissement ? Proposa-t-il.

Le contact avec Roxas était établi. Il n'y avait plus qu'à le mettre suffisamment en confiance pour qu'il accepte de suivre Ikon dans un endroit moins exposé.

_________________

« Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total. »
Pr. Charles Xavier

Version Disney || Version Comics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t343-ikon-human-creature#6849http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1425-ikon-human-creature#27344http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t344-ikon-human-creature#6866




Messages : 534
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Rafael Baldwin
Dons : Guérison + Métamorphose

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Mer 28 Aoû 2013, 19:11


J'avais éprouvé les plus grandes peines du monde à me remettre de la discussion terriblement vaine que j'avais eu auprès de Fran. Avec du recul, j'en arrivais toutefois à la conclusion que cette femme n'était pas seulement folle, mais ensorcelée. Elle était persuadée que le Seigneur n'existait pas, tandis qu'elle faisait les louanges de son Dieu Rouge de pacotille. Elle avait la conviction d'aimer passionnément Stannis Lannister, alors que celui-ci ne lui vouait, la plupart du temps, d'après les rumeurs, que de l'indifférence. Il allait bien falloir que Fran ouvre les yeux, un jour ou l'autre. J'ignorai pour quelle raison je revenais systématiquement dans ce café à proximité de l’Église du Crépuscule, mais j'étais désormais incapable de m'en passer. La place que je prenais habituellement, sur la terrasse des lieux, en hauteur, avait une vue imprenable, tout en m'assurant une discrétion élémentaire. C'était, après tout, un lieu comme un autre, pour me détacher de l'amas de problèmes extérieurs, qui avait la fâcheuse tendance de s'abattre sur moi, sans lassitude.
Si je commençais à croire, qu'il allait probablement falloir faire une croix sur Fran, je n'avais pas renoncé à la Tosca, ce qui n'était pas au goût de tout le monde. Le père de celle-ci m'avait laissé un souvenir cuisant, et je ne cache pas que j'aurais été ravi de lui rendre la monnaie de sa pièce, tout en le craignant trop, pour vouloir lui faire face. En somme, j'espérais ne plus jamais le revoir, même si cela paraissait inévitable, d'autant que j'errais aux abords du lieu où il travaillait. Je n'y peux rien, moi, si j'ignorais qu'il appartenait lui aussi à la secte d'illuminés dirigée par Fran. Il faut croire que tous mes bourreaux se plaisaient à faire alliance, sans doute pour mieux m'accabler. C'eut été surmontable, si l'ambiance au Manoir Spencer n'avait pas fait qu'empirer, depuis le repas organisé par Arlathan. Ma relation avec ce dernier n'avait jamais été aussi compliquée et difficile à gérer, pour des raisons sur lesquelles je ne m'attarderai pas. Et pour couronner le tout, il avait fallu que je sois, ce jour-là, la nouvelle cible de Michael Rizzo.
J'ignorais encore tout de son signalement, de ses intentions, ainsi que de la personne qui avait eu la noblesse d'âme de l'envoyer jusqu'à moi. Leopold Linderman ; j'avais l'intime conviction que ce dernier était mort, et c'était naturel, puisque j'avais largement contribué au fait qu'il brûlât vif.
Je me détournai un instant de mes pensées ô combien réjouissantes, et par la même, du bâtiment religieux, pour allumer une cigarette, lorsque mon regard croisa celui d'un homme, jeune, au signalement atypique. La fatalité était bien cruelle, pour me priver de la présence des personnes chères, mais me contraindre à supporter l'intrusion d'une espèce de bellâtre auquel je n'avais aucune envie d'adresser le moindre mot. Mécontent d'afficher un sourire qui lui donnait un air relativement niais, ajouté à la paire de lunettes imposante qu'il portait, l'inconnu jugea opportun de venir jusqu'à ma table. L'y avais-je encouragé, de quelque façon que ce soit, sans m'en rendre compte ? C'était peu probable, tant je conservai un visage fermé, doublé d'un regard méfiant. Tandis qu'il approchait, je ne pouvais m'empêcher de constater qu'il était vêtu de façon douteuse, d'une part, mais que cela ne le rendait pas moins impressionnant. Plus qu'éprouver de le jalousie, je me surprenais à penser qu'il ne serait pas forcément dans mon intérêt de contrarier un homme de cette carrure, quelque fût la raison de sa venue.

« Puis-je vous offrir un verre, ou un quelconque rafraîchissement ? » demanda-t-il, ce qui eut le don de me surprendre.

J'avais beau chercher à comprendre pourquoi l'étranger se montrait si amical, je n'y parvenais pas. Je n'étais pas assez avenant pour attirer naturellement la sympathie d'autrui, et d'ailleurs, je n'en voulais pas. La seule explication qui me vint à l'esprit est que cet homme était un Initié, qui avait remarqué que j'observais leur quartier général, avec un peu trop d'insistance. Si tel était vraiment le cas, il n'aurait pas été judicieux de l'envoyer paître, puisque j'aurais ainsi attiré l'attention, et confirmé ses soupçons.


Si vous voulez, répondis-je donc avec réserve, en désignant la chaise vide qu'il y avait en face de moi. Merci... ajoutai-je, même si le cœur n'y était pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t609-roxashttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t39-roxas-fou?highlight=roxashttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#139http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1404-roxas#27123




Messages : 173
Date d'inscription : 13/05/2013
Identité : Michael Rizzo
Dons : Métamorphose, télépathie, télékinésie, création et destruction de la matière

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Dim 15 Sep 2013, 16:07

La première chose que nota Ikon en approchant de Rafael Baldwin fut son absence totale de sourire. Rien de positif ne semblait émaner de cet homme, pas le moindre signe de sympathie en tout cas. En fait, Roxas paraissait aussi avenant que la paroi glaciale du bâtiment qu'il observait avec tant d'assiduité. Pourtant, et contre toute attente, Baldwin accepta la proposition du jeune homme.

- Si vous voulez, acquiesça-t-il, tout en désignant la chaise libre qui lui faisait face.

Avec un sourire poli, Michael s'y installa, tandis qu'un vague remerciement déchirait les lèvres de Baldwin. Rizzo héla alors un serveur, usant vite fait de sa télépathie pour attirer plus sûrement l'attention du concerné.


- Je vais prendre un Bloody Mary, s'il-vous-plait, commanda-t-il. Et donnez à Monsieur tout ce qui lui fera plaisir, avec un clin d’œil.

Ikon donnait peut-être l'impression d'en faire un peu trop, mais celui-ci était persuadé qu'il lui fallait mettre le paquet s'il tenait à obtenir des résultats rapidement. Et puis, il ne comptait pas lui faire la cour toute la journée. Aborder un homme de cette façon n'était certes pas la chose la plus gênante qu'il ait eu à faire, mais cela s'en rapprochait tout de même un peu. Sans compter qu'il n'était pas non plus un spécialiste de la drague.


- Vous semblez captivé par cette église, reprit-il, histoire de faire la conversation et de rompre la glace. Êtes-vous un amateur d'art ? Je dois reconnaître que l'architecture de cet édifice est plutôt bien faîte, même si je n'ai rien d'un expert en la matière.

Ce qui était encore loin de la vérité, à dire vrai. Un tas de vielles pierres empilées les unes sur les autres, voilà tout ce qu'évoquait l'église du Crépuscule à Ikon.

- Vous travaillez dans le coin ? Il me semble que ce n'est pas la première fois que j'ai le plaisir de vous croiser dans les parages. ajouta-t-il, ce qui constituait bien sûr un mensonge supplémentaire.

Ikon espérait qu'en discutant un peu, Roxas allait pouvoir retirer le balai qui semblait irrémédiablement enfoui dans son postérieur.

_________________

« Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total. »
Pr. Charles Xavier

Version Disney || Version Comics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t343-ikon-human-creature#6849http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1425-ikon-human-creature#27344http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t344-ikon-human-creature#6866




Messages : 534
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Rafael Baldwin
Dons : Guérison + Métamorphose

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Mer 02 Oct 2013, 16:24


Si j'avais décidé -par prudence- d'accepter cet homme à ma table, le fait qu'il puisse s'attirer ma confiance ou ma bienveillance, par la suite, tiendrait du miracle. Aussi suspicieux que cela puisse paraître, j'avais l'intime conviction que cet inconnu avait une idée précise en tête, liée aux Initiés, ou non. Il avait l'air trop avenant pour être honnête. Après avoir été si longtemps plié au joug de la fatalité, je ne pouvais décemment croire que cette « rencontre » était le fruit du hasard. Je demeurai pour l'instant strictement courtois, le regard braqué sur lui, tandis qu'il hélait l'un des serveurs. Celui-ci vint à notre table, inexplicablement vite, et m'extirpa de mes pensées pleines de suspicion.

« Je vais prendre un Bloody Mary, s'il-vous-plait. Et donnez à Monsieur tout ce qui lui fera plaisir ».


Un café suffira, répliquai-je, pris au dépourvu, mais guère porté sur l'alcool.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que mon interlocuteur paraissait décidément décontracté, voire même très familier. J'ignorais s'il était dans ses habitudes d'adresser des clins d’œil à tout-va, aussi ai-je réagi comme si je n'y avais pas prêté attention. Il y a, après tout, des hommes naturellement ouverts et proches des gens, même s'ils viennent de les rencontrer pour la première fois. Il est d'autant plus facile d'être aimable, lorsqu'on a des arrières pensées à l'esprit. J'attendais un quelconque présage signifiant que mes appréhensions étaient fondées, et cela ne tarda pas à se manifester :

« Vous semblez captivé par cette église. Êtes-vous un amateur d'art ? Je dois reconnaître que l'architecture de cet édifice est plutôt bien faîte, même si je n'ai rien d'un expert en la matière. »

Je ne détournai pas même le regard, pour scruter naturellement le bâtiment auquel il faisait référence. Était-ce une coïncidence qu'il en parlât si promptement ? J'en doutais, même si ma tendance à fixer l'édifice avait du être remarquée par les plus observateurs, et qu'il s'agissait, de toute façon, du bâtiment le plus imposant du secteur. Et malgré tout, il avait l'air tellement neutre et léger ; était-il réellement possible que cela ne fût qu'une vaste comédie ? Et s'il était innocent, après tout ? Mes suppositions seraient erronées, mon temps perdu, mais les risques pris seraient écartés. Une architecture bien faite... Que Diable voulait-il entendre par là alors que la façade était des plus quelconques, précisément pour ne pas attirer l'attention ? Il fallait être ignare en matière d'architecture, pour complimenter une telle Église, blasphématrice qui plus est, à moins qu'il ne tînt à se montrer inexplicablement courtois.


Je suis peut-être un amateur d'art, mais certainement pas de cet endroit, répondis-je, sans chercher à m'expliquer. S'il vous laisse une impression favorable, pensez bien qu'il ne faut jamais se fier aux apparences, ajoutai-je, faisant implicitement référence à son caractère par trop amical.

« Vous travaillez dans le coin ? Il me semble que ce n'est pas la première fois que j'ai le plaisir de vous croiser dans les parages. » insista-t-il.


On peut dire cela, répliquai-je, concis au possible. Et vous, qu'est-ce qui vous amène ? Puis-je savoir votre nom ? demandai-je, soucieux de ne pas paraître trop brusque, malgré tout.

Et néanmoins, je ne pouvais m'empêcher de songer que j'étais bien plus préoccupé par la raison qui l'amenait à s'installer à cette table en particulier, que celle de sa venue dans le quartier.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t609-roxashttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t39-roxas-fou?highlight=roxashttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#139http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1404-roxas#27123




Messages : 173
Date d'inscription : 13/05/2013
Identité : Michael Rizzo
Dons : Métamorphose, télépathie, télékinésie, création et destruction de la matière

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Lun 14 Oct 2013, 22:07

S'il tenait à la jouer à la réglo, ne serait-ce que pour éviter d'éveiller le moindre soupçon, l'envie de fouiller l'esprit de son ténébreux interlocuteur démangeait Ikon. Roxas constituait une énigme pour lui. Michael ne comprenait pas par exemple comment ce modeste humain avait pu rallier les Ombres. Ascheriit, comme tout mutant mégalomane qui se respecte, n'estimait guère les représentants de l'autre espèce. Quant aux autres habitants du domaine Dantès, ils avaient leur façon bien à eux d'apprécier le genre humain. Benedict, par exemple, nourrissait ses fauves avec la chair des imprudents qui osaient s’aventurer sur les terres des Ombres.

- Un café suffira, commanda finalement Roxas.

Quelle excentricité ! Un café... Ce n'était pas avec cela qu'il allait se dérider.


- Je suis peut-être un amateur d'art, mais certainement pas de cet endroit, ajouta-t-il, lorsque Rizzo orienta la conversation vers l'église du Crépuscule. S'il vous laisse une impression favorable, pensez bien qu'il ne faut jamais se fier aux apparences.

- Vous me rassurez, rétorqua Ikon. Comme vous aviez l'air captivé par l'édifice, j'ai préféré modérer quelque peu mes propos. Mais pour être honnête, ce bâtiment ne m'inspire pas grand chose.

Ikon éluda volontairement la seconde partie de la remarque, estimant le terrain glissant. Connaissant le caractère suspicieux de l'humain, cette phrase n'était certainement pas lâchée en toute innocence. Roxas se méfiait de lui. C'était prévisible. Mais à quel point ? Rizzo préféra enchaîner en posant une autre question, demandant à Baldwin si c'était le travail qui l'avait conduit jusqu'à la terrasse de ce café.

- On peut dire cela, répondit Roxas, ce qui n'était pas des plus précis.

Heureusement que Michael connaissait déjà la réponse à cette question.


- Et vous, qu'est-ce qui vous amène ? Lui retourna-t-il la question dans la foulée.

- Oh, j'ai souvent à faire dans les parages. Du coup, j'en profite parfois pour flâner un peu. Il faut savoir s'accorder un peu de temps pour soi. C'est important. Avec un sourire enjôleur.

- Puis-je savoir votre nom ? L'interrogea enfin Roxas.

Rizzo manqua de peu de répondre au tac au tac, mais il se reprit de justesse.


- Mi... ckey. Mickey Max. Répondit-il. Mon nom étant aussi un prénom, les gens vont souvent la confusion. Enfin... Bref. Et vous, c'est comment ?

Ikon s'était plutôt bien rattrapé sur ce coup-là. Il fallait espérer que son hésitation n'allait pas davantage éveiller la suspicion chez son interlocuteur.

- Vous avez quelque chose de prévu, là, maintenant ? Parce que nous pourrions aller faire un tour, tous les deux. J'adore me promener lorsque le temps est clément. Il s'agit d'une excellente manière de se ressourcer. Qu'en pensez-vous ? S'empressa-t-il d'ajouter, pour éviter que Roxas ne cogite trop.

Surprendre Baldwin en le bousculant et brusquant les choses était peut-être la seule manière de le pousser à le suivre. Dans le cas contraire, la cervelle de l'humain allait calculer trente-six issues possibles, calculer la meilleure solution et opter pour son contraire. C'est du moins ce qu'Ikon aurait pu se dire s'il avait connu davantage la psyché de Rafael Baldwin. En vérité, Rizzo avait surtout hâte d'en venir au fait.

_________________

« Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total. »
Pr. Charles Xavier

Version Disney || Version Comics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t343-ikon-human-creature#6849http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1425-ikon-human-creature#27344http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t344-ikon-human-creature#6866




Messages : 534
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Rafael Baldwin
Dons : Guérison + Métamorphose

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Sam 26 Oct 2013, 11:32


Comment avais-je pu suffisamment attirer l'attention d'Ascheriit, au point de parvenir à subsister au sein des Ombres ? Sans doute ne le savais-je pas moi-même, mais ce dont il ne faut pas douter ; c'est que je n'avais guère droit à des traitements de faveur. Les partisans du « Seigneur des Ténèbres » me toléraient, tout au plus, si l'on omet les envies non identifiées d'Arlathan. J'avais conscience qu'il suffisait d'un seul faux pas, pour qu'Ascheriit se lasse de mes services, ou que Benedict décide de m'offrir à ses fauves. Je n'avais pas plus ma place chez les Ombres que chez les Initiés, ou tout autre groupuscule bienfaiteur. « L'ennemi des méchants aussi bien que des bons », avait écrit quelqu'un. Il n'en résultait que de la solitude et de l'inquiétude quant à sa propre survie. Cette situation me rendait malade, mais j'étais bien incapable de m'en extraire, pour la simple raison que je n'avais jamais su rester loyal très longtemps envers une seule et même personne. D'ailleurs, ces infidélités étaient également d'ordre personnel, si l'on omet Fran. A croire qu'elle devait incarner l'exception à toute chose.

« Vous me rassurez. Comme vous aviez l'air captivé par l'édifice, j'ai préféré modérer quelque peu mes propos. Mais pour être honnête, ce bâtiment ne m'inspire pas grand chose. » assura-t-il.


Vous m'en direz tant, me contentai-je de répliquer, décidément peu convaincu par son brusque retournement de chemise.

Et quoiqu'il en soit, il n'était guère dans mes intentions de m'exprimer davantage au sujet de cet édifice. J'ignorais quelles étaient les intentions de cet homme, mais expliquer la raison véritable de ma venue en ces lieux n'aurait pas été une idée judicieuse. J'ignorais s'il faisait exprès de tourner autour du pot et d'avoir l'air aussi superficiel ou s'il ne s'agissait là que d'une apparence, pour endormir ma méfiance, aussi devais-je m'efforcer de demeurer prudent.

« Oh, j'ai souvent à faire dans les parages. Du coup, j'en profite parfois pour flâner un peu. Il faut savoir s'accorder un peu de temps pour soi. C'est important. » expliqua-t-il.

Mon regard s'attardait sur le sourire de mon interlocuteur, sans pour autant me permettre de le définir. Était-il seulement candide et mièvre, ou voulait-il signifier bien plus que je ne voulais l'admettre ? Ses paroles avaient beau être anodines, je commençai à me demander si elles n'étaient toutefois pas pourvues d'une ambiguïté. Ce sourire était équivoque, à vrai dire, et pourtant, cet homme n'avait, ici, personne à séduire. Pourquoi chercherait-il à plaire alors que nous étions seuls et qu'aucune femme n'était susceptible de le regarder ? Je ne trouvai rien à répondre, tant sa philosophie de l'existence me paraissait étrangère. Je n'étais certainement pas ici par hasard, ou par divertissement. A vrai dire, je n'accordais jamais que très peu de temps à cela... L'homme assis en face n'avait pas encore fini de me dérouter :

« Mi... ckey. Mickey Max.  Mon nom étant aussi un prénom, les gens vont souvent la confusion. Enfin... Bref. Et vous, c'est comment ? »

Il me paraissait de plus en plus étrange, voire suspicieux, et c'était peu de le dire. Son hésitation ainsi que la stupidité de son identité, visiblement sortie de Disneyland, m'incitaient à croire qu'il taisait la vérité, et cependant, rien ne me permettait de confirmer cette hypothèse. J'étais tenté de rétorquer qu'il connaissait probablement déjà mon identité, ne serait-ce que pour le provoquer et observer sa réaction, cependant, cette initiative me paraissait trop périlleuse. Je n'étais pas même certain de mes soupçons.


Rafael, répondis-je simplement, ne jugeant pas utile d'en dire davantage.

« Vous avez quelque chose de prévu, là, maintenant ? Parce que nous pourrions aller faire un tour, tous les deux. J'adore me promener lorsque le temps est clément. Il s'agit d'une excellente manière de se ressourcer. Qu'en pensez-vous ? » enrichit-il.


Je pense, en effet, que les promenades peuvent être favorables à la réflexion, et je n'ai justement rien de prévu, répondis-je. Hélas, je n'ai guère de temps à consacrer à un inconnu aux intentions nébuleuses, à l'éloquence inexistante et, surtout, qui ne m'inspire aucune sympathie, poursuivis-je, à bout de patience. Soyez sûr que j'en suis navré, monsieur Mickey, Max, ou peu importe, conclus-je, ironique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t609-roxashttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t39-roxas-fou?highlight=roxashttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#139http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1404-roxas#27123




Messages : 173
Date d'inscription : 13/05/2013
Identité : Michael Rizzo
Dons : Métamorphose, télépathie, télékinésie, création et destruction de la matière

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Mar 29 Oct 2013, 22:10

Rafael Baldwin n'était pas homme à se laisser aisément amadouer. Plus il parlait, plus Michael avait l'impression d'accentuer la suspicion de son interlocuteur. A présent qu'il était mis devant le fait accompli, l'approche tentée lui paraissait des plus hasardeuses. Ikon n'aurait jamais dû se laisser convaincre par Linderman. Surtout qu'il savait pertinemment que l'avocat n'était pas plus digne de confiance que l'humain qui lui faisait actuellement face... Malgré tout, Mike s'entêta, poursuivant cette mascarade ridicule. Il était après tout important pour lui de rester discret. Menacer un membre des Ombres devant une foule d'inconnus, à quelques mètres de l'un des quartiers généraux des Initiés... Pour sûr, Ikon n'avait guère envie de s'y risquer. Pourtant, le mutant avait conscience qu'il lui faudrait en arriver à cette extrémité si jamais Roxas s'obstinait. Car l'humain allait jouer un rôle clé dans sa quête de vengeance. Baldwin coopérerait, de gré ou de force. C'était dit.

- Vous m'en direz tant, glissait Roxas en attendant, d'un air moyennement convaincu.

Il commençait sérieusement à les lui briser avec son église de pacotille ! S'il n'en avait parlé que pour lancer la discussion, Ikon avait le sentiment que le choix de cette amorce était tout aussi discutable que le reste de sa stratégie. Dès le début, son plan avait pris l'eau et depuis Rizzo se débattait pour conserver la tête hors des flots. Lorsqu'il se présenta, très maladroitement, il faillit commettre l'irréparable. Baldwin ne fit aucune remarque et se contenta de se présenter à son tour, très sommairement, donnant seulement son prénom.  Visiblement, l'humain ne devait pas encore savoir sur quel pied danser avec lui. Risquant le tout pour le tout, Ikon proposa finalement à son interlocuteur de le suivre pour une petite promenade dans le quartier.


- Je pense, en effet, que les promenades peuvent être favorables à la réflexion, et je n'ai justement rien de prévu, rétorqua Baldwin pour commencer, ce qui était encourageant.

La suite de son discours fut toutefois moins favorable au jeune homme. Léger euphémisme.


- Hélas, je n'ai guère de temps à consacrer à un inconnu aux intentions nébuleuses, à l'éloquence inexistante et, surtout, qui ne m'inspire aucune sympathie. Soyez sûr que j'en suis navré, monsieur Mickey, Max, ou peu importe.

A ces mots, l'attitude de Rizzo changea du tout au tout. Son sourire factice évolua, se mutant en rictus. Son regard, aimable jusqu'alors, se fit pénétrant, menaçant.

- Ok. On va arrêter les conneries, dit-il, tout en retirant ses lunettes qu'il abandonna sur la table.

Ikon se pencha alors légèrement en avant. Ce qu'il avait à dire à présent n'était destiné qu'à Roxas, et à personne d'autre.


- Écoute bien ce que je dis. Lâcha-t-il. Tu vas fermer ton claque merde et me suivre gentiment. Sinon, je t'éclate la tronche sur cette table et je te fais bouffer tes dents.

Ikon se redressa ensuite et dévisagea Roxas.

- Rassure-moi, j'ai été assez éloquent cette fois ? C'est que ça m'emmerderait de te mettre mal à l'aise ou de te manquer de respect. On est des vieux potes après tout...

Ikon se tut. Sur le qui-vive, il était prêt à en découdre, quitte à rudoyer Baldwin sur place, devant tout le monde.

_________________

« Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total. »
Pr. Charles Xavier

Version Disney || Version Comics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t343-ikon-human-creature#6849http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1425-ikon-human-creature#27344http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t344-ikon-human-creature#6866




Messages : 534
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Rafael Baldwin
Dons : Guérison + Métamorphose

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Ven 01 Nov 2013, 17:23


Cet homme ne m'avait jamais inspiré confiance, et cette désagréable impression ne pouvait que s'accentuer. J'avais longtemps hésité entre l'hypothèse qu'il fût fourbe, simulateur, ou simplement stupide. Plus la discussion avançait, plus il m’apparaissait que mon interlocuteur ne jouait pas franc-jeu. La raison en était simple ; personne ne se montrait aussi désespérément amical auprès de moi, sans arrière-pensée aucune. J'ignorai ce qu'il attendait de moi, ou de quoi il était capable ; aussi était-il particulièrement difficile de savoir quelle attitude adopter. Lorsqu'il me proposa de me mener je ne sais où, mon hésitation se mua instantanément en suspicion accrue et acérée. C'était simplement hors de question, et d'ailleurs, il abusait tant de ma patience que je ne pus qu'exprimer tout le mépris qu'il m'inspirait. J'appréhendai sa réaction, sitôt mes paroles avaient-elles été prononcées, et, pour une fois, je ne me trompai pas.
Son regard se fit de fer, et son sourire, de mauvais augure. Le masque venait de choir, comme je l'avais escompté, pour me révéler un visage très différent. Un visage marqué par la souffrance et la rancune, prêt à tout pour obtenir vengeance ou parvenir à ses fins. Un visage que la pitié avait déserté depuis longtemps. Je ne pus m'empêcher de blêmir, car mes pires craintes se confirmaient.

« Ok. On va arrêter les conneries. » dit-il, tout en posant ses lunettes sur la table.

Et son regard n'était pas moins glacial que le ton avec lequel il avait parlé. Je tâchai de ne pas reculer ou montrer des signes d'appréhension, alors que j'étais au bord de la nausée. J'avais un très mauvais pressentiment, comme si cet homme incarnait l'expiation que j'attendais depuis des années, sans pour autant l'envier. Il était cette statue du commandeur, quel qu'il soit, qui allait me porter vers l'enfer, avec plus ou moins de précipitation. Ainsi le voulait la fatalité, et j'aurais du m'y préparer, malgré tout, je n'étais toujours pas prêt à y faire face. A lui faire face.

« Écoute bien ce que je dis. Tu vas fermer ton claque merde et me suivre gentiment. Sinon, je t'éclate la tronche sur cette table et je te fais bouffer tes dents. »

Il avait parlé bas, mais chaque mot était distinct, reflétant avec exactitude sa ténacité ainsi que sa détermination, à en découdre. Je tentai d'imaginer pour quelle faute il venait me trouver, de quelle façon j'avais pu lui causer du tort, malheureusement, la liste de mes péchés, ou des gens que j'avais heurtés, était par trop longue, en vérité.
Ainsi, il me fallait le suivre, de gré ou de force. Mais que se passerait-il alors ? Mourir ici ou ailleurs n'avait aucune différence pour moi, si ce n'est lui compliquer la tâche. J'étais ni plus ni moins incapable de répondre quoique ce soit, car je ne doutai pas que cet homme aurait aisément le dessus sur moi. Outre sa musculature impressionnante, je le soupçonnai, je ne sais pourquoi, d'être un mutant.

« Rassure-moi, j'ai été assez éloquent cette fois ? C'est que ça m'emmerderait de te mettre mal à l'aise ou de te manquer de respect. On est des vieux potes après tout... » ajouta-t-il.

Je fronçai les sourcils, quelque peu dérouté par sa dernière révélation. Il sous-entendait que nous nous connaissions alors que son visage ne m'était aucunement familier. Je n'étais guère coutumier d'oublier des traits, sans pour autant douter de sa parole. Peut-être avait-il changé d'apparence, comme j'avais déjà vu cela, chez les autres, un certain nombre de fois. Je n'osai pas lui demander son identité, pour autant. Je tâchai d'identifier la bonne démarche à suivre, pour tenter de m'en sortir, le plus indemne possible. Sans doute était-il préférable de coopérer, sans faire de vague...


Très bien, je vous suis, articulai-je, en me levant d'ores et déjà.

J'attendis qu'il fit de même, et nous n'étions plus qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. Certes, la terrasse était peuplée, et nous étions à proximité de l'église du crépuscule, mais après tout, j'étais déjà un paria aux yeux de l'état, comme des Initiés. Je n'avais rien à perdre, si ce n'était ma vie, en risquant quelque chose ici et maintenant. Il ne fallut guère plus d'une seconde pour extraire le poignard de sa place habituel, et le loger, avec force, dans la hanche d'Ikon.
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t609-roxashttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t39-roxas-fou?highlight=roxashttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#139http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1404-roxas#27123




Messages : 173
Date d'inscription : 13/05/2013
Identité : Michael Rizzo
Dons : Métamorphose, télépathie, télékinésie, création et destruction de la matière

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Mer 15 Jan 2014, 23:26

Le changement d'attitude du mutant n'avait pas échappé à l'humain. Rien qu'en l'observant, Ikon arrivait presque à suivre le fil des pensées de son interlocuteur sur son visage. En bien ou en mal, Baldwin avait compris à quel genre d'homme il avait à faire. Et cela bien avant que le vocabulaire du mutant ne se fasse plus rude. Intimidé, Rafael n'en menait pas large. A présent qu'il était devant le fait accompli, il paraissait même au bord de l'apoplexie. Ikon se demandait quelles étaient les interrogations qui se bousculaient dans l'esprit de Roxas en cet instant. Redoutait-il d'entendre ce que Rizzo avait à lui dire ? Ou bien était-ce la peur qui dominait ses pensées ?

- Très bien, je vous suis. Répondit finalement Roxas, après une intense réflexion.

Joignant les gestes à la parole, l'humain se leva. Ikon déposa un billet sur la table avant de faire de même. Tout se passa très vite. A peine eut-il le temps de ranger son portefeuille dans la poche de son jean qu'une douleur lancinante et brutale lui arracha un cri. Le froid du métal, la déchirure provoquée par la lame, l'odeur du sang... Roxas l'avait poignardé. Michael lui lança un regard effaré. Il ne savait pas ce qui le surprenait le plus : l'audace de Baldwin ou sa propre bêtise. Une fois de plus, il avait péché par excès de confiance. L'idiot. La surprise passée, Ikon s'empara du poignet de Roxas puis le tordit violemment. Un craquement sinistre fit lâcher prise Baldwin. D'un mouvement sec, le mutant retira ensuite l'objet étranger de son corps avant de le balancer plus loin. Dès lors, les autres clients de la terrasse du café commencèrent à s'agiter. Un serveur s'enfuit avec la ferme intention d'appeler les secours, mais Ikon l'en dissuada télépathiquement. Par le même procédé, Michael calma le reste de l'assemblée. Et finalement, un silence de mort s'abattit autour des deux hommes. Clients, serveurs, humains, mutants, tous avaient les yeux braqués sur Baldwin. Ikon pressa une serviette sur sa blessure, puis se rassit.


- Une fois de plus, tu te mets la mauvaise personne à dos, Baldwin. Ça doit être pathologique chez toi...

Ikon souffla doucement. Respirer normalement lui était douloureux à présent que Roxas lui avait troué la peau. Le jeune homme tâcha tant bien que mal d'utiliser ses pouvoirs pour stopper l’hémorragie.

- Sais-tu au moins qui je suis ? Je suis sûr que non... Vous êtes vraiment tous les mêmes... Toujours plus prompts à faire souffrir les autres qu'à tenter de les comprendre.

Tous les mêmes. Tous pourris.

- Je suis Ikon. Tu te souviens de moi ? Moi, je ne t'ai pas oublié, Baldwin. Chez les fous, tu étais la seule personne qui inspirait autant le dégoût que moi. Bref... Je ne suis pas venu te trouver pour discuter du passé. C'est l'avenir qui m'intéresse. Et si tu veux en avoir un, je te conseille fort de m'écouter.

Le ton n'avait pas changé et ne laissait pas plus de place pour la discussion. Si Roxas émettait un refus, Ikon passerait au plan B. Un plan dans lequel Baldwin n'aurait aucun rôle à jouer et donc aucune utilité.

_________________

« Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total. »
Pr. Charles Xavier

Version Disney || Version Comics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t343-ikon-human-creature#6849http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1425-ikon-human-creature#27344http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t344-ikon-human-creature#6866




Messages : 534
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Rafael Baldwin
Dons : Guérison + Métamorphose

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Mer 05 Fév 2014, 11:42


Certes, tout s'était passé très vite. La peur vous fait parfois avoir des réactions inconsidérées. A peine avait-il déposé un billet sur la table que j'enfonçai la lame du poignard dans son abdomen. Après réflexion, j'admets que le geste était relativement idiot. Mécontent d'ignorer la nature des capacités de ce mutant, puisqu'il paraissait en être un ; nous étions entourés de témoins, à proximité du quartier général des Initiés. Les chances de s'en sortir étaient – à moins qu'un bon samaritain ne finisse par se présenter – médiocres.
Ikon ne resta point inactif et sa défense me ramena brutalement à la réalité. Je n'eus d'autre choix que de lâcher l'arme, lorsqu'il me saisit le poignet, et sa main était de tenaille. Le geste brutal, accompagné d'un bruit sec et d'une douleur cuisante n'étaient assurément pas des bons présages, mais j'étais trop inquiété par la suite des événements pour me préoccuper tout de suite de cela. Je blêmis radicalement, craignant qu'il me poignardât à son tour, mais il n'en fit rien. Après avoir retiré le couteau de la plaie, il le jeta plus loin, avant de se rasseoir, presque sereinement.
Je n'y comprenais plus rien. Si ses intentions étaient de me tuer, il aurait réagi au quart de tour après une telle tentative de ma part. Qu'attendait-il de moi ? Jamais je ne m'étais jugé aussi idiot. Le regard des témoins, étrangement calmes et statiques, n'étaient pas pour apaiser mes tourments.

« Une fois de plus, tu te mets la mauvaise personne à dos, Baldwin. Ça doit être pathologique chez toi... » commenta-t-il, dédaigneux.

Hélas ! Je n'avais rien à dire pour ma défense, puisque j'ignorai même si j'avais poignardé un allié potentiel, ou si après un tel affront, il s'apprêtait simplement à m'éliminer plus lentement... J'étais en outre stupéfait par le calme qu'il parvenait à conserver malgré la douleur que semblait lui inspirer sa blessure. Aucune panique ne se lisait dans son regard, ce qui devait fortement contraster avec le mien.

« Sais-tu au moins qui je suis ? Je suis sûr que non... Vous êtes vraiment tous les mêmes... Toujours plus prompts à faire souffrir les autres qu'à tenter de les comprendre. »

Je baissai le regard, cette fois-ci, car force m'était de constater qu'il n'avait pas tort. Certes, il s'était montré menaçant mais je n'avais pas véritablement cherché à connaître son identité, avant de me décider à prendre la fuite, quitte à l’assassiner. Me sentais-je coupable ? Assurément. Mais avais-je envie de me racheter auprès de lui ? Certainement pas. Cet homme ne m'inspirait ni confiance, ni sympathie. Si certaines questions me brûlaient les lèvres, je n'osai dire un mot. Plus encore que la douleur qui me perçait le poignet, j'appréhendai grandement qu'il puisse finir par perdre son calme.

« Je suis Ikon. Tu te souviens de moi ? Moi, je ne t'ai pas oublié, Baldwin. Chez les fous, tu étais la seule personne qui inspirait autant le dégoût que moi. Bref... Je ne suis pas venu te trouver pour discuter du passé. C'est l'avenir qui m'intéresse. Et si tu veux en avoir un, je te conseille fort de m'écouter. » conclut-il enfin.

La surprise s'était emparée de moi et je ne tentai pas de la dissimuler. Ikon... Comment cette misérable créature avait-elle pu se métamorphoser en cet athlète ? Comment aurais-je pu l'oublier ? A l'époque, ce monstre m'inspirait plus de dégoût que les larbins du manoir Spencer. L'avais-je méprisé ? C'était fort plausible... Après tout, c'était le seul être qui était autant misérable que moi, dans ce domaine... Nous aurions pu être solidaire, certes... Mais son âme était sordide, bien plus altérée que son physique, et peut-être n'étais-je pas si différent de lui. Des dizaines de questions me traversaient l'esprit, mais il ne semblait guère enclin à y répondre. Visiblement, il voulait se servir de moi, et si je refusai, il mettrait fin à mes tourments. Cela n'engageait à rien de l'écouter, après tout, ne serait-ce que pour gagner du temps...


C'est amusant que tu blâmes ceux que tu es en train d'imiter, ne pus-je m'empêcher de répliquer. « Obéis-moi ou meurs ». Quelle différence avec les Ombres ? Mais soit... J'écoute. Après tout, être utilisé par un monstre ou un autre...

Il n'était guère subtile de ma part de le provoquer, mais j'en avais assez de me retrouver dans des situations aussi inconfortables, même lorsque je ne demandais rien à personne. J'espérai encore qu'un miracle survienne, mais sans doute était-ce fou de ma part. Si je ne mourrai pas aujourd'hui, il me faudrait rendre service à Ikon, et cela s'apparenterait forcément à trahir Ascheriit d'une façon ou d'une autre. Lorsque celui-ci s'en rendrait compte, je ne donnerais pas cher de ma peau...  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t609-roxashttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t39-roxas-fou?highlight=roxashttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#139http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1404-roxas#27123




Messages : 173
Date d'inscription : 13/05/2013
Identité : Michael Rizzo
Dons : Métamorphose, télépathie, télékinésie, création et destruction de la matière

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Dim 09 Fév 2014, 11:19

Le trouble de Baldwin était si visible qu'il en était presque palpable. L'humain devait à coup sûr se poser une multitude de questions. A commencer par celle-ci : pourquoi sa tentative de meurtre n'avait-elle pas entraîné de réaction plus expéditive de la part de sa victime ? La réponse était triviale. Ikon souhaitait se servir de Roxas. S'il avait voulu simplement le tuer, le dialogue aurait été inutile. Et ce bon vieux Rafael ne serait déjà plus de ce monde depuis longtemps. Lorsque Rizzo dévoila son identité, Baldwin ne chercha pas à dissimuler sa surprise. L'humain ne devait pas s'imaginer qu'Ikon avait un autre visage que celui de la créature qu'il avait connu. L'information digérée, Roxas lui répondit, non sans effronterie.

- C'est amusant que tu blâmes ceux que tu es en train d'imiter, dit-il. « Obéis-moi ou meurs ». Quelle différence avec les Ombres ? Mais soit... J'écoute. Après tout, être utilisé par un monstre ou un autre...

Durant une minute, soixante longues secondes, Ikon ne pipa mot. Certes, il aurait pu entrer dans le jeu de Roxas et lui expliquer la différence notable qu'il y avait entre les Ombres et lui. Il aurait pu lui dire qu'il n'était que ce qu'Ascheriit avait fait de lui. Lui faire comprendre que sa quête était uniquement tournée vers la vengeance. Lui assurer qu'il ne s'en prenait qu'à ceux qui le méritaient. Mais à quoi bon ? Rafael Baldwin était justement de ceux-là. Il était aussi pur et innocent qu'Arlathan était chaste et sain d'esprit. Les malheurs qui lui tombaient dessus, Roxas ne les avait pas volés. Non. Il n'avait pas à se justifier devant cet homme-là.

- Et en pensant cela, crois-tu qu'il est judicieux ou prudent de me provoquer ? Lui demanda-t-il. Je suis ce que je suis. Et en effet, si tu ne fais pas ce que je dis, je vais te tuer.

Rizzo glissa la main dans la poche de son jean pour en extirper un petit objet, à l'intérieur d'un sac plastique. Il envoya le sac à Baldwin.

- Un micro, fit-il. Tu vas aller voir Daemonicus et dissimuler ce truc dans son bureau. Ne t'en fais pas, tes chances de réussite sont plutôt bonnes. Les Ombres sous-estiment bien trop les humains et leur technologie pour s'en méfier.

Placer un micro au royaume des Ombres... La manœuvre était risquée, mais elle pouvait s'avérer payante. Ascheriit ne prendrait jamais la peine de sonder l'esprit de Roxas. Pourquoi le ferait-il ? Que lui importait les pensées d'un insecte ? En la fierté des Ombres résidait leur principale faiblesse. Ikon allait exploiter cette faille. Dans un premier temps, il lui fallait espionner l'ennemi pour connaître ses prochains mouvements. Cette mission servirait aussi de test pour Roxas. S'il s'en acquittait correctement, Rizzo pourrait lui confier une autre tâche, peut-être plus dangereuse encore. Mais l'humain devait faire ses preuves avant cela.

- Je vais tuer Ascheriit, déclara-t-il. Lorsque ce sera fait, tu seras à nouveau un homme libre. N'est-ce pas ce que tu désires ?

Pour être honnête, Ikon se fichait bien de ce que Roxas voulait ou non. Il avait un objectif et il ferait tout pour l'atteindre. Le sacrifice de Baldwin, s'il devait être nécessaire, ne serait qu'un dommage collatéral. Rien de plus.

_________________

« Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total. »
Pr. Charles Xavier

Version Disney || Version Comics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t343-ikon-human-creature#6849http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1425-ikon-human-creature#27344http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t344-ikon-human-creature#6866




Messages : 1375
Date d'inscription : 05/11/2012
Identité : Davos Tosca
Dons : Régénération - Cryokinésie - Hydrokinésie - Thermokinésie

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Mar 11 Fév 2014, 16:48

Un miracle était-il possible ? Parfois, il fallait les provoquer... Seaworth était sorti de l'église des Initiés par une porte secondaire, avant de revenir vers la brasserie non loin. Quelques plans et quelques cas difficiles méritaient parfois un café et une brève pause avant de s'y replonger, et c'était exactement la petite cassure dont il avait besoin. Et même s'il était très patient et était habitué aux humeurs de Stannis, il fallait également des breaks de temps en temps. D'autres que lui en auraient certainement abusé, les jours où Zexion n'était pas d'humeur. Mais qu'importait pour l'instant.

Il profita des quelques minutes de marche à l'air libre pour respirer et se dégourdir les jambes, avant d'entrer dans le café où étaient Ikon et Roxas, sans d'abord les remarquer. Il ne lui venait pas en effet à l'esprit qu'il aurait pu croiser quiconque de sa connaissance, aussi près de l'église des Initiés. Même si Roxas devait être une des personnes augmentant la fréquentation de cette place somme toute ordinaire à un taux de 50%. Après être allé commander un café long au comptoir, il ressortit sur la terrasse pour prendre une place qui était restée libre, à quelques mètres de la table d'Ikon et Rafael, sans pour autant qu'ils soient directement dans son axe de vision. Si le marin avait été d'humeur moins légère, il aurait sans doute remarqué que le calme qui envahissait le café était assez inhabituel, cependant pour l'heure, il n'y prêtait pas attention. Il trouvait cette sérénité au contraire reposante.

Elle ne durerait certainement pas longtemps, car il ne faudrait sans doute guère de temps soit pour qu'il remarque quelque chose d'étrange dans l'atmosphère, soit pour que l'un des deux hommes sur les nerfs à cet instant présent, ne remarque au moins son passage, survenu plusieurs minutes après que Rafael ait poignardé Ikon et que celui-ci ait calmé la panique des gens présents autour. Et si c'était Rafael, peut-être profiterait-il de l'occasion pour tenter une diversion quelconque. En attendant, Seaworth se préoccupait surtout de son café sans se douter du drame qui avait lieu à quelques pas de lui.


_________________
Ce n'est sûrement pas de briller qui nous empêchera de tomber,
Ce n'est sûrement pas de tomber qui nous empêchera de rêver.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t912-seaworthhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t229-seaworthhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t115-la-tosca-fantome-seaworthhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t249-seaworth




Messages : 534
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Rafael Baldwin
Dons : Guérison + Métamorphose

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Jeu 03 Avr 2014, 21:12


Malgré son ton enrobé de menaces, et ma réaction quelque peu impulsive, il ne désirait donc pas me tuer. Voilà qui était surprenant, et qui témoignait surtout du fait qu'il avait besoin de moi ; en l'occurrence, pour une mission-suicide. Pourquoi Diable attirais-je les pires maniaques autour de moi ? Et encore, j'ignorai encore qu'un autre spécimen du genre n'allait point tarder à nous rejoindre. Une minute de silence s'abattit aux abords de l'église, et jamais je ne m'étais senti aussi tendu, sans oublier la blessure au poignet qui continuait de me tourmenter. Il ne répondit strictement rien à ma provocation, aussi fataliste était-elle. Était-ce de bon augure, pour autant ? Maintenant que je savais à quel monstre j'avais affaire, je redoutai qu'il perdît patience à tout moment, pour en finir avec moi.

« Et en pensant cela, crois-tu qu'il est judicieux ou prudent de me provoquer ? Je suis ce que je suis. Et en effet, si tu ne fais pas ce que je dis, je vais te tuer. » rétorqua-t-il finalement.

Je l'observai, aussi grave que blême, me demandant s'il ne venait pas de lire dans mes pensées. Hélas ! Quoi répondre à une telle réplique ? Je n'étais pas aveugle au point de nier mon attitude auto-destructrice et toute répartie ne ferait sans doute qu'aggraver mon cas. Je gardai le silence. Et voilà qu'il extrayait un micro emballé, de l'une de ses poches, avant de me le faire passer. J'observai le mouchard, peu convaincu. Prenait-il réellement les Ombres pour des imbéciles ? Croyait-il vraiment que j'allais prendre un tel risque ?!

« Un micro. Tu vas aller voir Daemonicus et dissimuler ce truc dans son bureau. Ne t'en fais pas, tes chances de réussite sont plutôt bonnes. Les Ombres sous-estiment bien trop les humains et leur technologie pour s'en méfier. » expliqua-t-il.

Je ne pus retenir un léger sourire. Je n'avais donc qu'à quitter le Manoir Spencer, sans éveiller la vigilance d'Arlathan, avant de me réfugier au domaine des Ombres, que je n'avais pas fréquenté depuis des semaines, pour la simple raison que j'écrivais régulièrement à Ascheriit – quand bien même je ne recevais que rarement des réponses. Une fois le territoire du fauve de Benedict passé, je n'avais plus qu'à entrer dans le bureau d'Ascheriit, sans être aperçu par personne. Je pouvais aussi obtenir un rendez-vous, seul à seul, avec lui, mais quoi lui dire ? Et comment placer le micro sans éveiller son attention, s'il était présent ? Et si tel n'était pas le cas, entrait-on vraiment dans le bureau d'Ascheriit, comme dans un moulin ? La confiance d'Ikon n'était décidément pas contagieuse.

« Je vais tuer Ascheriit. Lorsque ce sera fait, tu seras à nouveau un homme libre. N'est-ce pas ce que tu désires ? » ajouta-t-il, comme si cet ultime argument devait finir de me convaincre.

La liberté, cependant, je n'y croyais plus.


Je ne vois pas comment un … un homme, ça ? être capable d’échafauder un plan aussi rudimentaire serait capable de venir à bout d'Ascheriit, rétorquai-je finalement.

C'était risqué de le provoquer une fois de plus, mais j'aimais autant l'idée d'être tué par cet infâme, que d'être accusé de trahison, par le leader des Ombres. D'ailleurs, qui me disait que Ikon avait véritablement échappé à leur contrôle ? Si ça se trouvait, tout ceci n'était qu'un test...


Laisse-moi partir...  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t609-roxashttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t39-roxas-fou?highlight=roxashttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#139http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1404-roxas#27123




Messages : 173
Date d'inscription : 13/05/2013
Identité : Michael Rizzo
Dons : Métamorphose, télépathie, télékinésie, création et destruction de la matière

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Jeu 03 Avr 2014, 23:38

Concentré sur l'échange - ô combien constructif - qu'il avait avec Roxas, Michael n'avait nullement ressenti l'arrivée d'un élément perturbateur dans la zone qui était à présent sous son contrôle. Il fallait avouer qu'entre la conversation qu'il menait, la blessure qu'il endiguait pour éviter de se vider de son sang et la quinzaine de personnes dont il manipulait les esprits, il était assez occupé. Rizzo avait quoi qu'il en soit présenté la première partie de son plan, certes rudimentaire, à Roxas. Ce dernier ne fut guère emballé. Léger euphémisme.

- Je ne vois pas comment un… être capable d’échafauder un plan aussi rudimentaire serait capable de venir à bout d'Ascheriit, rétorqua-t-il.

Un être... Ainsi, même pour Rafael Baldwin, Michael ne méritait pas l’appellation d'homme. Y avait-il quelque chose de plus dégradant que de se faire cracher au visage par un homme qui ne se respectait pas lui-même ? Ikon fit un effort surhumain pour digérer cette pique. Il était primordial qu'il préserve son calme, même si l'envie de lui faire bouffer ses dents n'avait jamais été aussi forte.


- Laisse-moi partir... Ajouta ensuite Baldwin, comme si il pouvait apitoyer son interlocuteur juste après lui avoir chié dessus.

- Ce que je te demande est rudimentaire, en effet, répondit-il, avec une patience travaillée et sans tenir compte de la dernière requête de l'humain. La partie complexe du plan, je me la réserve. Mais si tu te sens d'inverser les rôles, je suis partant.

Sans bouger de sa chaise, Ikon se pencha en avant, vers Roxas. Son regard était vif et menaçant.

- Je pensais qu'un félon de ton espèce sauterait sur l'occasion de trahir un maître qui le méprise. J'imaginais qu'il ne serait pas difficile pour un menteur de ton acabit de trouver un prétexte pour gagner le repaire des Ombres sans éveiller les soupçons. Je croyais aussi qu'un ancien membre d'Akatsuki, Zèbre de surcroit, n'aurait aucune difficulté à forcer la porte d'un bureau pour y dissimuler un modeste micro. Mais faut croire que je me suis gouré, Raffy !

Michael se recala sur le dossier de sa chaise. Sa blessure commençait sérieusement à le faire souffrir. Grâce à Leopold Linderman, Ikon en avait beaucoup appris sur le passé, relativement peu glorieux, de Rafael Baldwin. Ce dernier devait sans doute se demander d'où il tenait tout ça, mais Rizzo n'en avait cure.

- Si t'es pas capable de foutre un putain de micro dans un bureau, tu peux me dire à quoi tu pourrais me servir ? Lui demanda-t-il, en élevant quelque peu la voix. Je pensais que vous étiez plus couillu que ça dans la mafia. Mais c'est vrai que cette partie de ta vie est loin derrière toi. Pas vrai, Raffy ?

S'il persistait à lui dire non et à se montrer aussi dédaigneux, il y avait peu de chances que « Raffy » sorte indemne de cette rencontre. En tout cas, Ikon venait clairement de démontrer que, contrairement à ce que Roxas pensait, il avait un minimum de suite dans les idées. Si Rizzo avait pris la peine de se renseigner autant sur le passé de Baldwin, ce dernier pouvait s'imaginer qu'il en était de même en ce qui concernait Ascheriit. Ikon n'était ni fou, ni stupide. Il ne comptait pas faire n'importe quoi et encore moins se jeter dans la gueule du serpent.

_________________

« Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total. »
Pr. Charles Xavier

Version Disney || Version Comics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t343-ikon-human-creature#6849http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1425-ikon-human-creature#27344http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t344-ikon-human-creature#6866




Messages : 1375
Date d'inscription : 05/11/2012
Identité : Davos Tosca
Dons : Régénération - Cryokinésie - Hydrokinésie - Thermokinésie

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Jeu 17 Avr 2014, 13:43



Plus les minutes s'écoulaient et plus Davos sentait que quelque chose n'allait pas. Même si sur le moment, il était incapable de dire quoi exactement...son café n'était pas bu, et ses yeux s'étaient détournés du carnet qu'il avait sorti. Cette fois, il finit par comprendre, et peut-être que c'était quelque chose qui ne lui rappelait que trop le silence avant la tempête, l'éclaircie avant la catastrophe. Tout était trop calme pour un café, tout simplement, bien qu'il n'y ait pas fait attention au départ.
Il y avait trop de silence pour que ce soit normal, et il sentait une certaine tension flotter dans l'air. Un éclat de voix, à quelques mètres, brisa cette quiétude surnaturelle ; il se releva vivement, son regard pénétrant se dirigeant directement vers la source de la dispute qu'il entendait.

- Si t'es pas capable de foutre un putain de micro dans un bureau, tu peux me dire à quoi tu pourrais me servir ? Je pensais que vous étiez plus couillu que ça dans la mafia. Mais c'est vrai que cette partie de ta vie est loin derrière toi. Pas vrai, Raffy ?

Raffy, le nom lui était complètement inconnu, mais pas pour longtemps. En dévisageant les deux individus, il ne tarda pas à remarquer plusieurs choses. D'un, l'une de ces deux personnes étaient Rafael, pâle et visiblement stressé ; de l'autre, du sang s'écoulait à terre de la hanche de l'autre homme, qui semblait gravement blessé et pourtant ne bougeait pas. Et comme il connaissait la voix de Baldwin, Davos était assez bien placé pour savoir que c'était l'inconnu qui avait parlé et qui menaçait donc l'amant de Floria, et pas poliment. Il se dégageait malgré tout de l'autre une certaine présence et il n'avait pas l'air de plaisanter, au contraire.
Sur l'instant, il hésita sur la conduite à tenir, tant les deux semblaient coupables ; il ne décida le reste nullement en fonction de sa fille ou de ses sentiments personnels, à moins qu'il ne s'en rendisse pas compte. Dans tous les cas, il assistait visiblement à du chantage. Il ne doutait donc plus, vu la situation anormale du café, que le silence y était pour quelque chose ; de la part de l'homme en face de Rafael, qui était dans ce cas non un homme, mais un mutant assez dangereux et puissant pour réduire à l'immobilité une quinzaine de personnes contre leur gré. Il avait de la chance de ne pas être arrivé plus tôt. Le choix était donc plus que simple. Il mémorisa le visage de l'homme, avant de s'approcher d'eux, et de poser la main sur l'épaule de celui qui lui était inconnu, froidement. Froidement, tel était le terme à utiliser quand son contact devenait g lacé, et qu'il se servait de ses pouvoirs pour geler l'eau et le sang dans le corps de celui-ci. Cela prendrait quelques secondes, et serait sans doute très douloureux. Qu'il prenne du bien dans son malheur : cela allait arrêter sa plaie pour quelques instants.

« Le chantage est la chose la plus ignoble, » se contenta-t-il de dire, simplement.

Avant que son pouvoir ne fasse effet. Si cet homme pouvait maîtriser l'esprit d'autant de gens, Davos ne doutait nullement qu'il serait capable d'en faire autant sur lui compte tenu de sa nullité de défense mentale. Ikon en aurait pour quelques minutes avant que les liquides ne parcourant son corps ne se réchauffent, une fois que Davos l'aurait lâché ; en attendant, il devait subir une espèce de crise de tétanie douloureuse et proche d'un évanouissement. Et la pression qu'il exerçait sur des gens innocents devrait s'éteindre progressivement. Le marin le lâcha quand cela fut assez, et leva son regard vers Rafael.


« Fichez le camp ou expliquez-moi ce qu'il vous veut au point de vous menacer, mais dépêchez-vous.»

Le regard de Davos ne tenait certes plus de l'argent amical mais de l'acier acéré.

_________________
Ce n'est sûrement pas de briller qui nous empêchera de tomber,
Ce n'est sûrement pas de tomber qui nous empêchera de rêver.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t912-seaworthhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t229-seaworthhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t115-la-tosca-fantome-seaworthhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t249-seaworth




Messages : 534
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Rafael Baldwin
Dons : Guérison + Métamorphose

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Lun 21 Avr 2014, 00:56


Je m'étais montré arrogant auprès d'un tueur impitoyable, plus puissant que je ne le serai jamais. Dire que j'avais regretté mes paroles, sitôt avaient-elles été prononcées, ne serait pas mentir. Si je m'attendais à ce qu'il m'achève aussitôt, Ikon parvint toutefois à conserver son calme.

« Ce que je te demande est rudimentaire, en effet. La partie complexe du plan, je me la réserve. Mais si tu te sens d'inverser les rôles, je suis partant. » expliqua-t-il.

Je réalisai qu'il avait prévu une diversion, ne serait-ce que télépathique, mais après tout, comment Diable voulait-il que j'adhère à son plan, s'il ne me l'expliquait pas totalement ? Je savais, bien sûr, qu'il ne me faisait point confiance, aussi vrai que je n'avais guère le choix de courir un tel risque, si je tenais à la vie, cependant, je ne parvenais pas à accepter une telle situation. Toujours assis, il se pencha vers moi, qui restais debout, droit, immobile, pâle et stoïque comme un mort...

« Je pensais qu'un félon de ton espèce sauterait sur l'occasion de trahir un maître qui le méprise. J'imaginais qu'il ne serait pas difficile pour un menteur de ton acabit de trouver un prétexte pour gagner le repaire des Ombres sans éveiller les soupçons. Je croyais aussi qu'un ancien membre d'Akatsuki, Zèbre de surcroit, n'aurait aucune difficulté à forcer la porte d'un bureau pour y dissimuler un modeste micro. Mais faut croire que je me suis gouré, Raffy ! » renchérit-il, en se redressant.

Que dire, si ce n'était que je perdis sans doute le peu de couleurs qui me restaient. Outre le fait que le tableau dressé à mon effigie n'était guère flatteur – mais pas mensonger –, je n'appréciai guère qu'il me rappelât ce passé dont je n'étais pas fier, sans ménagement. Où avait-il puisé de telles informations ? Je n'en savais rien, mais s'il croyait me persuader en exploitant tous ces arguments, il se mettait le doigt dans l’œil. Au contraire, le dégoût que je me vouais à moi-même ne faisait qu'exacerber l'antipathie que j'éprouvais à son égard. J'étais prisonnier des Ombres, certes, cela me faisait horreur. Mais m'allier à cet homme qui n'en était même pas un, ne serait-ce pas pire que tout ? Ce serait certes faire preuve de courage, puisque Ikon se liguait contre Ascheriit, mais je ne voyais pour l'instant que le fait qu'il tentait de me manipuler, au risque de me sacrifier, tout comme les Ombres. La vérité était que j'en avais assez de cette injuste fatalité qui s'acharnait désespérément sur moi, même quand je croyais avoir tout vu et connu. Je m'opposais à elle, cette fois-ci, même si cela devait causer ma perte. J'en avais assez, vous dis-je ! J'étais hélas trop peu courageux pour le contredire une fois de plus, aussi attendis-je qu'il en dît davantage. Malheureusement, je percevais bien que l'irritation de mon menaçant interlocuteur ne faisait qu’accroître.

« Si t'es pas capable de foutre un putain de micro dans un bureau, tu peux me dire à quoi tu pourrais me servir ? Je pensais que vous étiez plus couillu que ça dans la mafia. Mais c'est vrai que cette partie de ta vie est loin derrière toi. Pas vrai, Raffy ? » s'écria-t-il, continuant de me cracher mes torts au visage, en abusant de ce surnom ridicule.

Cela avait le mérite d'exprimer toute la répulsion que je lui inspirais... Je blêmis à vue d’œil, aussi incapable de le repousser que de lui dire « oui ». A l’extrémité de ces deux chemins, je ne voyais – hélas – qu'une mort certaine et douloureuse. Si j'avais l'air impassible, comme figé sur place, autant dire que je paniquai littéralement, ne voyant aucune façon de me sortir de là, quand, soudain, il arriva.
Davos Tosca posa sa main sur l'épaule de mon agresseur et celui-ci commença à se crisper, à s'immobiliser, comme s'il était en train de geler de l'intérieur. Il n'en demeurait pas moins conscient, et je me demandai s'il n'arriverait pas à reprendre le dessus, d'ici peu... Malgré la surprise d'être sauvé, surtout par cet homme-là, je dois admettre que j'entretenais une joie malsaine à voir la situation s'inverser de la sorte, de façon miraculeuse.

« Le chantage est la chose la plus ignoble. » dit-il, et, pour une fois, j'étais d'accord avec lui.

J'étais moins satisfait de le voir déjà relâcher Ikon, quand bien même les effets devraient mettre du temps à s'estomper. Le regard d'acier se posait sur moi, et j'étais toujours aussi peu à l'aise en le croisant. Pourquoi cet homme surgissait-il toujours aux pires moments ?

« Fichez le camp ou expliquez-moi ce qu'il vous veut au point de vous menacer, mais dépêchez-vous.» ordonna-t-il.

J'hésitai un instant, me demandant si je devais vraiment révéler au père de Floria, quel genre d'individus je fréquentai et attirai. Non. Déjà qu'il avait une piètre opinion de moi, il serait insensé de lui expliquer que je fréquentais Ascheriit et que je n'avais pas même le courage de me liguer contre lui. Il m'avait sauvé la mise, certes, mais tout cette affaire ne le regardait pas. Il n'avait qu'à se renseigner auprès d'Ikon, tiens. Autant dire que je préférai, de loin, la première option.
J'attrapai Ikon, encore étourdi, au col, avant de lui asséner un coup de poing brutal dans le nez. Le craquement sinistre et le sang laissaient présager que j'avais visé juste. Il comprendrait par cette action tous les bons sentiments qu'il m'avait inspirés, et il pouvait considérer notre alliance comme nulle et non avenue. Je savais que c'était risqué de me mettre un tel ennemi à dos, mais après tout, je n'étais plus à cela près...


C'est vous qui devriez foutre le camp avant qu'il ne se venge sur vous, dis-je aussitôt, en commençant déjà à m'éloigner, songeant que je n'avais plus intérêt à fréquenter cet endroit à l'avenir, ou même à me balader seul.

J'hésitai une seconde, après quoi je lui glissai un
« merci » sincère, avant de prendre la fuite tout à fait.


Fuite lâche et ingrate ; fin du sujet pour Rafael.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t609-roxashttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t39-roxas-fou?highlight=roxashttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#139http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1404-roxas#27123




Messages : 173
Date d'inscription : 13/05/2013
Identité : Michael Rizzo
Dons : Métamorphose, télépathie, télékinésie, création et destruction de la matière

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Dim 22 Juin 2014, 12:05

A le voir aussi statique et blême, Rafael Baldwin venait sans doute de comprendre une chose essentielle : quel que fut le chemin qu'il choisisse, la mort l'attendrait très certainement au bout. Il en était ainsi des âmes damnées, vouées à la perdition. Ikon ne s'était pas adressé à Roxas par hasard. Il savait que la plupart des alliés qui le suivraient dans son combat n'en reviendraient pas. Estimant que le sacrifice d'un individu tel que Baldwin n'affligerait guère l'humanité, Rizzo n'avait que peu hésité à le contacter. Avoir un espion dans le camp des Ombres lui serait d'une grande utilité. Le coup du micro était plus un test qu'autre chose en vérité, même si Mike pensait ce qu'il avait dit : Ascheriit méprisait trop les humains pour se méfier de leurs techniques d'espionnage. Quoi qu'il en soit, alors qu'il attendait toujours la réponse de Roxas, Ikon se laissa surprendre par une tierce personne. Une main de fer, ou de glace plutôt, se posa sur l'épaule du jeune mutant. Attaqué dans son dos, concentré sur Baldwin et la quinzaine d'individus qu'il contrôlait, Mike n'avait rien vu venir. La poigne de l'homme était franche et ses effets dévastateurs. Rizzo ne put que ressentir, impuissant, le froid se répandre dans tout son être à mesure que le gel qui émanait de Seaworth malmenait son organisme. La douleur était si forte qu'elle lui coupa un temps la respiration.

- Le chantage est la chose la plus ignoble, le sermonna son agresseur, avant de lâcher prise.

Tétanisé, Ikon s'effondra, basculant de sa chaise pour percuter durement le sol. Alentour, les gens reprirent pleinement conscience. Hébétés, comme s'ils émergeaient d'un rêve étrange, ils observèrent la scène qui se déroulait devant leurs yeux sans rien y comprendre. Mike, de son côté, était toujours incapable de bouger. Au bord de l'évanouissement, il entendit à peine la réplique qu'adressa Davos à Rafael. Par contre, il se sentit clairement soulevé du sol et perçut davantage encore le coup de poing que lui asséna Baldwin en pleine figure. Il en fallut alors de peu pour que Michael sombre définitivement dans l'inconscience. Heureusement pour lui, Ikon était d'une consistance solide. Et il en avait vu d'autres.


- C'est vous qui devriez foutre le camp avant qu'il ne se venge sur vous, suggéra Roxas.

Et cette fois, Ikon l'entendit très distinctement prononcer ces mots. Les effets de l'attaque de Davos s'étaient estompés. Du sang commença à s'échapper de son nez cassé et de son autre blessure, de loin plus inquiétante. Autour d'eux, les gens s'agitaient. L'un d'entre-eux appela la police et Mike ne fit rien pour l'en empêcher. Ses ressources étaient à présent limitées. Il devait se ménager. Il ne chercha pas plus à retenir Roxas. Tôt ou tard, il le retrouverait et lui rendrait la monnaie de sa pièce. Par contre, son agresseur ne s'en sortirait pas aussi aisément. Avant même que Tosca ait décidé de suivre les conseils de Roxas, Mike utilisa sa télépathie pour l'immobiliser sur place. Il se redressa ensuite péniblement.


- Ainsi, articula-t-il difficilement, vous préférez défendre les assassins et châtier les maîtres-chanteurs. Je pense que nous avons tous nos priorités...

Assis à même le sol de la terrasse du café, Mike se pencha pour observer sa blessure. Le sang s'était remis à couler doucement. Il plaqua sa main pour endiguer l'hémorragie.

- A une époque, je vous aurais tué pour ce que vous venez de faire, ajouta-t-il. Mais je suis plus réfléchi désormais. Je vais au moins prendre le temps de savoir qui vous êtes.

Ikon plongea alors dans l'esprit de Davos Tosca. Étant donné ce qu'il recherchait, Rizzo n'eut pas à s'aventurer très loin pour trouver ce qu'il voulait. Son état de faiblesse ne le lui permettait pas de toute façon. De son intrusion, Michael tira trois informations essentielles : le nom de son agresseur, son alignement dans le conflit en cours et son lien avec une certaine femme rouge qui semblait flotter dans les pensées de Tosca, tel un spectre hantant une vieille demeure.

- Davos Tosca des Initiés, fit-il, avec un sourire sans joie.

L'ironie de la situation était presque drôle. Seaworth savait-il qu'il venait de porter secours à l'un des sbires d'Ascheriit ? Il y avait fort à parier que non. Ikon devait-il l'éclairer à ce sujet ? Le jeune homme estima que non. Il préférait le laisser découvrir ça par lui-même. Seaworth tomberait certainement de haut lorsqu'il l'apprendrait. Cela lui ferait une bonne leçon.


- Je ne suis pas votre ennemi, ajouta-t-il, tout en relâchant son emprise sur Seaworth. Mais si je peux me permettre un conseil, tout maître-chanteur que je suis, vous devriez vous méfier de cet homme. Il ne vous apportera rien de bon.

Ikon se releva. Il ne devait pas traîner davantage dans les parages. La police était certainement en chemin et il commençait sérieusement à se vider de son sang.

- La vie est drôle, fit-il. Si je ne l'avais pas vue dans votre tête, la femme rouge, vous seriez sans doute mort à l'heure qu'il est.

Et il partit. Michael se dirigea vers l’hôpital le plus proche où il contraignit un médecin des urgences à s'occuper de son cas. Une fois rafistolé, il rentra chez lui. Il avait bien besoin de repos.

[Hrp : Fin de partie pour Ikon. Merci à vous deux !]

_________________

« Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total. »
Pr. Charles Xavier

Version Disney || Version Comics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t343-ikon-human-creature#6849http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1425-ikon-human-creature#27344http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t344-ikon-human-creature#6866




Messages : 1375
Date d'inscription : 05/11/2012
Identité : Davos Tosca
Dons : Régénération - Cryokinésie - Hydrokinésie - Thermokinésie

MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth] Mer 09 Juil 2014, 01:02



Le regard de Rafael surprit l'ancien marin. Il y vit comme une hésitation, vite dissimulée par une détermination qui avait quelque chose d'à la fois...opportuniste et malsain. Davos avait relâché Ikon depuis quelques secondes seulement, qu'il n'eut pas le temps de retenir Rafael. Le mutant était déjà effondré, voilà qu'il se retrouvait avec le nez cassé. Le gel aurait beau cesser l'écoulement de sang de ses deux blessures, cela ne durerait pas. Le craquement ne lui plut pas, et il recula d'un pas, le regard alerte et cependant presque accusateur. Immobiliser était une chose, blesser, une autre.

« C'est vous qui devriez foutre le camp avant qu'il ne se venge sur vous. » Rafael s'éloigna immédiatement, avant de se retourner pour lui lancer un merci.

A la bonne heure, diraient certains. Davos aurait pu certes en éprouver une émotion que nous ne nous risquons pas à définir, mais il n'en eut guère le temps. D'abord, les gens autour d'eux se réveillaient, quel que soit le charme sous lequel ils aient été, télépathie ou arrêt du temps. Il entendit quelqu'un parler de police et il comprit qu'il était plus que temps de filer. Ensuite, il tenta de faire un pas, avant de s'arrêter. La faiblesse de Davos avait toujours résidé dans l'esprit : on ne pouvait sans doute pas dire qu'il avait une grande volonté mentale, et en tout cas, l'intérieur de sa tête n'avait aucune protection psychique de quelque nature que ce soit. Autant dire qu'Ikon n'eut aucun mal à l'immobiliser, quand bien même il essayait de bouger de toute ses forces. Autant donner des coups à un mur, et encore, c'était peut-être plus efficace.

« Vous préférez défendre les assassins et châtier les maîtres-chanteurs. Je pense que nous avons tous nos priorités.. A une époque, je vous aurais tué pour ce que vous venez de faire. Mais je suis plus réfléchi désormais. Je vais au moins prendre le temps de savoir qui vous êtes. »

Oh, cela devait certainement être rassurant. Au lieu d'être tué, voilà que cet homme allait fouiller son esprit pour découvrir son identité, et tout ce qui traînait. Il s'en serait bien passé. Malheureusement, l'esprit de Davos devait être clair comme de l'eau de roche, et il ne put opposer aucune résistance, à supposer qu'il sentît vraiment un esprit étranger fouiller le sien. Le sourire d'Ikon ne le rassura pas alors que, figé, il ne pouvait que le contempler avec impuissance. Il paniqua, essaya de lutter, en vain.

« Je ne suis pas votre ennemi. Mais si je peux me permettre un conseil, tout maître-chanteur que je suis, vous devriez vous méfier de cet homme. Il ne vous apportera rien de bon. »

Il en doutait profondément, même s'il ignorait de quel côté était vraiment Rafael, pour l'instant. Il dut lui lancer un regard assassin alors qu'il reprenait peu à peu contrôle de son corps et que la pression se relâchait dans son esprit.

« Vous n'avez pas à me dire ce que je dois faire. Vous ignorez ce qu'il peut être. »

Mais il n'ajouta rien de plus. Ikon avait repris la parole, et ce qu'il entendit sur Fran le déboussola et le perturba en même temps. Comment pouvait-il devoir sa vie à une femme telle qu'elle ? Il la méprisait ! Il se tenait éloigné le plus possible d'elle, et voilà qu'il lui devait la vie ? Ce serait terrible. Comment pourrait-il ne pas chercher à s'en venger, après ? Il ne lui devait que sa fille. Ni plus, ni moins. Tout le reste était fini, du moins, le croyait-il.

Il avait cependant, à cause d'elle, une chance infinie. Il observa Ikon s'en aller, avant de prendre la direction opposée, reprenant pleinement contrôle de ses sens. Inutile de rester à la merci de la police ; il marcha vivement. N'avait-il pas toujours pris le chemin contraire à ceux où se trouvait cette maudite sorcière ?

Fin du sujet.



_________________
Ce n'est sûrement pas de briller qui nous empêchera de tomber,
Ce n'est sûrement pas de tomber qui nous empêchera de rêver.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t912-seaworthhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t229-seaworthhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t115-la-tosca-fantome-seaworthhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t249-seaworth



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth]

Revenir en haut Aller en bas

[CLOS] Prendre l'ennemi à son propre jeu [Feat. Roxas & Seaworth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [CLOS] "Heureux celui qui pleure, car il sera consolé." [Seaworth]
» [Horus Heresy] Votre propre Hérésie : quelle Légion prendre ?
» [CLOS] L'ennemi public n°1 - Partie 1 [Scénario]
» [SOFT/TUTO] SHAKE & SAVE : Prendre une capture d'écran de votre HTC [Gratuit]
» Prendre des photo de nuit avec Nikon D80

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
XMH : The After Years :: Église du Crépuscule-