XMH : The After Years
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[CLOS] La valse des pantins (1) [Hélianthème]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage




Messages : 285
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Pablo...
Dons : Immortalité. Visualisation et influence du destin, par le biais de l'art.

MessageSujet: [CLOS] La valse des pantins (1) [Hélianthème] Mer 02 Oct 2013, 19:31

La valse des pantins


Un jour, Sveda trouve une lettre bien étrange dans le casier à son nom, situé au sein de l'hôpital où elle travaille. Il suffit parfois d'une lecture anodine pour bouleverser la vie de quelqu'un. Les malheurs d'Hélianthème ne sont pas tout à fait liés au hasard, ni au destin, quoique être comparé à Dieu saurait séduire Axel. Celui-ci a dit à son employé de déposer ses mots emplis d'affection, à des lieux stratégiques, afin que des personnes, plus ou moins élues, aient une chance de voir leur existence changée, et surtout de rencontrer Axel. Malheureusement, l'on est parfois mieux servi par soi-même. Ledit employé a donc, suivant ses instructions, transmis indirectement la lettre aux personnes ciblées par ses soins. Axel ne tenait pas à prendre le risque de faire le déplacement lui-même, ou de croiser des personnes de sa connaissance. Il lui a parlé des gens qu'il ne doit pas rencontrer, mais sans doute en a-t-il omis. Le malheureux a épié une femme, qui fréquentait l'hôpital dont Axel détenait curieusement l'adresse. Il s'est imaginé faire preuve d'une initiative grandiose, en apprenant à épier cette femme, qui, vraisemblablement, rencontrait ou correspondait avec nombre de personnes illustres. Il a jugé bon de la cibler. L'espion est talentueux mais peut-être Axel ne devrait-il pas le payer à coût d'alcool.
L'immortel était plongé dans la méditation habituelle lorsqu'il avait compris que Sveda était atteinte. Il ne s'est pas emporté mais a jugé qu'il était trop tard pour faire marche arrière. Cela ne le réjouit pas, mais peut-être que ça portera ses fruits. La contrariété de Sveda est simple. Sans être aveugle, elle voit, en plein jour, (ou quand bien même tous les néons du monde sont allumés), comme si la nuit était noire, et non pleine de terreurs. Sans doute cerne-t-elle les mouvements et les contours tout au plus. Cela ne la neutralise pas, mais Axel a conscience combien ça doit être perturbant. Son but n'est pas de la blesser ou de la condamner, mais il est tenté de la revoir, sans pour autant avoir le courage d'affronter son regard. S'il la rencontre et qu'il ne fait que murmurer, comme un certain Diable que Rix traque sans relâche, il veut croire qu'elle ne le reconnaîtra pas. Il ne veut pas qu'elle sache qu'il est en vie. Il refuse qu'elle comprenne quel homme il est devenu. Cette première expérience n'est pas une réussite, mais il faut un échauffement à tout.
Axel attend, installé à une table du casino. L'endroit est spacieux, coloré et agité ; autant dire que son costume sobre et ses lunettes noires concordent guère avec la luminosité des lieux. Il fixe l'entrée de la salle sans relâche, se demandant si Sveda trouvera le lieu de rendez-vous, malgré ce qu'il lui a été infligé. Il croise finalement une vision céleste, et, pour ne pas qu'elle passe son chemin sans l'apercevoir, il effleure doucement son bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t610-axelhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t42-axel-bienfaiteur-malfaisant-dechu#122http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#144http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1405-axel#27125




Messages : 1465
Date d'inscription : 11/09/2013
Identité : Diane Geyer
Dons : Maîtrise du sable / Contrôle du sommeil / Modification du groupe sanguin

MessageSujet: Re: [CLOS] La valse des pantins (1) [Hélianthème] Dim 06 Oct 2013, 23:32


    Il arrive parfois, même au plus talentueux des narrateurs, de perde le contrôle de l’intrigue qu’il déploie pour ses lecteurs. Nous sommes en présence de l’un de ces cas –rarissime- car personne, pas même moi, n’aurait pu anticiper les agissements d’Absalon… Et même si Sveda n’était pas sa cible, il n’en demeura pas moins, qu’elle fut frappée de cécité, aussi brusquement que si on lui avait crevé les deux yeux.

    Fourbe. Ingrat. Il y encore tout une liste de jolis termes, que je lui réserve, dans un instant !  

    Ne pouvait-il pas, reconnaître l’erreur de son subalterne, et stopper net le processus ? Non bien sûr. La fierté de cet homme n’a de frontières que celles de l’univers. Voilà que la charmante chirurgienne, à peine embauchée, se retrouvait incapable d’exercer son savoir-faire. C’était dépitée, un peu nerveuse, qu’elle avait commandé un taxi, pour être reconduite à son appartement. Le chauffeur avait eu l’amabilité de l’accompagnée jusque sur le palier. Ce qui lui avait valu un substantiel pourboire. Sveda n’était pas femme à côté de ses sous, ni à être riche. Quand bien même ses origines naturelles l’y aurait poussée.

    Une fois à l’abri, elle débuta les recherches. Quoi, ou qui, pouvait être susceptible de la toucher. Le lien entre l’étrange message, qu’elle avait trouvé la veille dans ses affaires, et cet incompréhensible symptôme, n’avait pas été long à venir. En sept siècles, quelques soient vos intentions –louables ou non- il est impossible de ne pas se faire d’ennemis. Sveda alla jusqu’à envisager que Jao, un mutant puissant –le père de son plus jeune fils Kim- aurait pu être à l’origine d’une attaque aussi vicieuse. Mais, Jao n’avait aucune capacité, de cette catégorie. Et s’il avait engagé quelqu’un il se serait immédiatement fait connaître de son ancienne compagne.    

    Quelle bêtise que de les faire se croiser…

    Tel que l’avait prévu le marionnettiste Hélianthème se retrouva forcée de répondre à l’invitation du mystérieux « A ». Plongée dans l’obscurité elle appréhendait un handicap qu’elle avait parfois essayé de guérir. Sans la vue, tout allait plus lentement, tout était plus compliqué. Ce n’est que grâce à un sens aiguisé du tactile, que la mutante parvint à se préparer, sans faire trop de dommage. Si elle avait pu soupçonner, un instant, que « A » était nul autre qu’« Axel » elle l’aurait grondé, de lui imposer un casino pour lieu de rencontre, dans ces conditions. Lui qui savait pertinemment qu’elle préférait au luxe et à l’éclat, la sobriété et le calme.

    Enfin, la princesse sans royaume, se présenta sur le seuil de l’Horizon en temps et en heure. Elle s’était refusé à cacher ses yeux meurtris, sous une paire de lunettes et fit ses premiers pas au bras d’un employé du casino.

    " Attendez. Je m’arrête ici.  "

    La dame remercia son guide d'une voix visiblement troublée. Était-ce le fait de sa nouvelle vulnérabilité ? Celui de sa peau sensibilisée par l’angoisse ? Elle-même ne possédait pas la réponse. Mais ce simple effleurement l'avais perturbée de façon totalement inattendue, et avec une intensité peu commune. L’on dit souvent que –le corps- la peau à sa propre mémoire. Elle n’oublie rien conservatrice jusqu’au bout des ongles, revancharde par la cuisse et le flanc et tendre par le sein et la main. Mais Sveda était trop écartée de la vérité pour pouvoir ne serait-ce que la deviner. Elle s’installa, et fixa de ses yeux morts, la place qui se trouvait face à la sienne.

    " A qui ais-je à faire ? Il faut que vous soyez très influent pour savoir où me trouver.  "

    « L’honneur » n’était pas vraiment d’usage quand on était ainsi manipulé. Sveda avait assez pratiqué les arts de l’intrigue pour reconnaître les filets d’un piège. Bien que la situation ne soit pas dés plus arrangeante, notre dénommée Catherine Kent, arborait un air détendu voir même curieux.

    " Comme vous le « voyez » j’ai en effet besoin d’aide.  "

    L’ironie de tout ceci, fut qu’Hélianthème était l’une des femmes de ce monde, qui n'hésiterait pas  une seconde à soutenir Absalon. S’il s’était contenté de le lui demander. Il y avait d’ailleurs, pendu à son poignet droit une belle preuve que leur passé commun n'était pas enterré.

_________________

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t725-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t449-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t455-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t454-heliantheme




Messages : 285
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Pablo...
Dons : Immortalité. Visualisation et influence du destin, par le biais de l'art.

MessageSujet: Re: [CLOS] La valse des pantins (1) [Hélianthème] Dim 13 Oct 2013, 17:12


Axel n'a-t-il péché que par orgueil ? Si son égo est surdimensionné, il faut avouer qu'il est curieux de retrouver Sveda, sans pour autant vouloir prendre le risque de se dévoiler à elle. Il ignore pourquoi il veut la revoir, et d'autant plus pourquoi il ne veut pas que ça soit réciproque. Peut-être est-il conquis par des sentiments impérieux et par trop humains, pour daigner les accepter. Il n'a, quoiqu'il en soit, aucunement le désir d'analyser ses propres états d'âme. Peut-être cherche-t-il à se convaincre que si le hasard a fait de Sveda l'une de ses victimes, il ne doit aucunement lutter contre. Il n'accordera plus de traitement de faveur, à quiconque. Sans doute la belle serait-elle déçue de voir l'homme qu'il est devenu, mais c'est ainsi. Elle ne sera ni la première, ni la dernière, à éprouver des sentiments négatifs à son égard.
Il s'est demandé, longuement, de quels ennemis Sveda peut se méfier. Il doute qu'elle puisse le soupçonner de quoique ce soit, d'autant qu'elle est censée le croire mort. Mais il est important de connaître les appréhensions de son prochain, surtout si l'on envisage très sérieusement de le manipuler. Certes, Axel rencontre parfois des regrets en travers de son chemin. Il se contente, le plus souvent, de les saluer d'un signe de la main, avant de poursuivre sa route. On l'a privé de la dignité qui lui restait depuis longtemps. Il est prêt à tout, désormais, pour parvenir à ses fins, aussi nébuleuses restent-elles.
Il n'a pas élu le lieu du rendez-vous par mesquinerie, mais bel et bien parce qu'il espère que l'agitation et le bruit lui permettront davantage de garder ses distances,  ou de parler de façon suffisamment peu distincte, pour que Sveda ne le reconnaisse point. Malgré le cynisme qu'il éprouve vis-à-vis de toute chose, il est frappé par sa beauté de façon étonnante. Est-ce parce qu'il ne l'a pas croisée depuis longtemps, ou parce que sa cécité temporaire lui apporte une vulnérabilité qui le touche ? Il n'y réfléchit guère, se laissant conquérir par les délices que lui apporte sa vision. Sveda est très séduisante ; peut-être est-ce la plus belle femme qu'il n'ait jamais vue. La mutante finit par s'installer face à lui. Ses yeux sans vie la rendent d'autant plus insondable :

« A qui ais-je à faire ? Il faut que vous soyez très influent pour savoir où me trouver. »

Pourquoi cela ? Vous cachiez-vous à ce point ? demande-t-il, en chuchotant. Si vous êtes ici, c'est que vous avez lu ma lettre et que, par conséquent, vous en savez suffisamment, pour l'instant. J'espère que mes murmures ne vous incommodent pas, malgré l'agitation des lieux. Vous, mieux que quiconque, savez qu'on n'est jamais trop prudent.

Il sait que sa réponse est trop mystérieuse pour la mettre en confiance, mais après tout, il sait aussi son interlocutrice intelligente. Par conséquent, il ne se fie guère à ses sourires ou sa courtoisie, à toute épreuve. Sveda et Axel ont ce masque faussement affable en commun, quoique ses intentions à elles, soient davantage innocentes. Focalisé sur son visage, il n'aperçoit pas le bracelet qu'elle porte.

« Comme vous le « voyez » j’ai en effet besoin d’aide. » ajoute-t-elle, et sa remarque ne manque pas de piquant.

Soyez assurée que je vais essayer d'estomper la souffrance qui vous accable, au plus tôt. Les forces du mal sont nombreuses, à notre époque. Vous n'êtes pas la première mutante pour qui je dois intervenir, ni la dernière. Mais avez-vous une idée de l'identité du mal dont je parle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t610-axelhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t42-axel-bienfaiteur-malfaisant-dechu#122http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#144http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1405-axel#27125




Messages : 1465
Date d'inscription : 11/09/2013
Identité : Diane Geyer
Dons : Maîtrise du sable / Contrôle du sommeil / Modification du groupe sanguin

MessageSujet: Re: [CLOS] La valse des pantins (1) [Hélianthème] Lun 14 Oct 2013, 21:15


    Axel ignora avec élégance la question qui venait de lui être posée. En préservant son anonymat, il avait un avantage, cependant il incita ainsi sa proie à se mettre sur ses gardes. Ce que la talentueuse chirurgienne ne manqua pas de faire en toute discrétion. Une légère tension raidit ses épaules. Elle n’était pas encore effrayée, mais n’était pas non plus très à son aise, en écoutant –avec efforts- ces paroles sibyllines. Le mystère était bien trop souvent une parade pour dissimuler des choses désagréables. Les soupçons qu’elle avait n’étaient peut-être pas si infondés que cela. Avant toute chose Sveda devait savoir si la mise en garde, avait été adressée à Catherine Kent, ou à Hélianthème, car les dangers n’étaient pas du tout sur le même plan.

    " Dans ce cas … "

    Pour lui signifier que le niveau sonore pouvait aller, elle fit un geste de la main, qui l’engagea aussitôt à continuer. Le détail qu’il venait d’appuyer, ne fit que confirmer, que cet homme s’adressait à la mutante. Or, il n’y avait pas énormément de monde sur cette planète, qui savait où se trouvait Hélianthème en ce moment. Encore moins d’humains qui détenaient cette information …

    Apparemment son « allié » aimait les belles phrases, vagues, avec un rien de grandiloquence. Qui parlait de « force du mal », sinon une personne, qui les avaient vus d’assez prêt. Cela avait au moins pour effet, de raccourcir le nombre d’interlocuteurs potentiels. Tout en restreignant son champ de recherche, Sveda tentait de déterminer quelle était l’impression ténue, qui s’était emparée d’elle dés qu’il lui avait parlé. Mais instantanément Absalon eu attira toute son attention.

    " D’autres … " (Soudain, le problème prit de toutes autres proportions, aux yeux de notre aveugle. A la raison pragmatique s’ajouta l’inquiétude sentimentale. Elle ne pu retenir des spéculations contrariantes venir se dessiner dans son esprit.) " Qui sont-ils ? " Avait-elle murmurée d’une voix sensiblement pressente.

    Sveda était une âme généreuse par nature. Elle ne pouvait pas, elle ne savait pas faire autrement, que de donner. Dans cet ordre d’idée, sa condition, passait toujours après celle des êtres chers. Son instinct maternel était maintenant aux aguets. Ce pouvait-il que Kim ait eu des ennuis similaires ? Cette possibilité, quoi qu’effrayante, éclairait le silence de ce dernier, de quelque-chose de moins cruel qu’un rejet filial. Avec une spontanéité apparente et pourtant une préméditation bien à elle, la mutante tendit une main sur la table, pour essayer de toucher l’énigmatique individu (Sa capacité s’exprimait lors d’un contact charnel.), comme pour quémander une faveur.

    " Pouvez-vous me dire si vous avez à faire à un Wang ou un Nur … s’il-vous plait ? "

    Mais … C’est à cet instant, que le quiproquo prend un tour savoureux, pour qui sait ce qui se passe. Après s’être inquiétée, pour ses fils, la belle songea à la disparition de son ancien compagnon. Elle n’interrogea, pas pour autant cet inconnu, le concernant. Ce qui, disons-le, est plutôt dommage pour nous autres.

    " N’est-ce pas à vous d’avoir la réponse à cette question là ? "

    Rappelons-nous. Axel avait formulé les choses de la manière suivante : « si vous souhaitez cueillir des informations, ou récolter de l'aide … » C’était donc ce qu’était en droit d’exiger la femme qu’il avait fait venir vers lui. Elle consentie néanmoins à s’interroger pour la seconde fois sur ce sujet. Qui aurait voulu lui porter atteinte ?

    Une question que chaque mutant est amené à se poser.

    " Tout dépend de où l’on se place. Si mon agresseur est humain, ça peut-être… certains des époux des femmes, que j’ai aidé quand j’étais médecin à l’étranger. Quelques politiciens, qui n’apprécient pas ma façon de considérer la femme, dans la société. Je serais incapable de vous dresser une liste précise. Si c’est un mutant, ce que je pense. J’aurais tendance à regarder du côté des mutants extrémistes. Les Invisibles par exemple, ou plutôt ce qu’il en reste. Les Ombres. Un partisan de Magneto ou même Ascheriit. Ce qui voudrait dire qu’ils rouvrent les hostilités …"

    Je ris, en imaginant les pensées qui traversent nôtre marionnettiste, en cet instant. Avait-il prévu que son fils, serait si rapidement cité, comme coupable aux yeux d’Hélianthème ? Il faut dire, que depuis que Joachim avait été exécuté, la mansuétude de sa mère, envers les mutants pervertis par le mal, s’était amoindrie. L’ombre, qui passa subrepticement sur son front l’indiqua cela, beaucoup mieux que n’importe quelle réaction de la dame. Il y avait, au fond de son cœur tendre, un immense sentiment d’injustice qui ne s’était pas encore apaisé. Sveda était trop déterminée pour s’y attarder plus que le temps d’une pensée. Elle chassa ses fantômes et retrouva sa voix basse.

    " Quelles pistes pouvez-vous me proposer ? "

    Droit au but cachottier.


_________________

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t725-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t449-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t455-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t454-heliantheme




Messages : 285
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Pablo...
Dons : Immortalité. Visualisation et influence du destin, par le biais de l'art.

MessageSujet: Re: [CLOS] La valse des pantins (1) [Hélianthème] Jeu 21 Nov 2013, 20:21


Axel ignore fréquemment les questions qu'on lui pose, à croire qu'il ait une banane dans l'oreille. Qu'importe. N'est pas encore né celui capable de lui faire avouer quelque chose sans qu'Axel en éprouve le désir ou la nécessité. Sveda a été importante. Peut-être l'est-elle encore. Mais cela ne l'empêche en aucun cas de se dissimuler à elle. De lui mentir et de la manipuler. Ou du moins, tenter. Il la sait anxieuse mais elle le cache, car elle est brave. Le gérant de bar, pour sa part, parait parfaitement indifférent et serein. Ne s'agit-il que d'un masque parmi d'autres ? Si tel est le cas, il lui colle à la peau. Elle lui fait signe qu'elle l'entend parfaitement, et il en est fort aise. Axel joint les mains, comme s'il est question d'un rendez-vous aux échos politiques. Malgré la gravité et les enjeux de tous ces entretiens, il doit admettre qu'il n'a pas autant pris son pied depuis longtemps. Malgré le divertissement occasionné, il demeure sur ses gardes. Hélianthème est loin d'être la plus stupide des femmes ; à vrai dire, sa grâce n'a d'égale que sa perspicacité. En quelques mots, il a conscience qu'elle saura déduire des informations de la moindre de ses paroles. Le reconnaîtra-t-elle pour autant ?
Il a beau la connaître, Axel n'en reste pas moins perplexe par ses premières questions. Sveda est aveugle, un danger gronde sur elle, et malgré tout, elle se soucie en priorité des autres. Il ne peut retenir un sourire compatissant, bien que cela ne parviendra guère à l'émouvoir davantage.

Des gens égarés, des âmes en peine, à qui il manque quelque chose pour être complètes. Ce sont des cibles faciles, presque évidentes, malgré les apparences, malgré leurs précautions. Elles ont besoin d'un pasteur pour les secourir et les guider, répond-il, avec autant de cérémonie et d'énigme qu'habituellement.

Il n'esquisse pas l'ombre d'un geste, bien qu'il ait perçu le mouvement de la main de Sveda. Il croit connaître ses capacités, et il doute qu'elle puisse le reconnaître par un simple contact, pourtant, il préfère demeurer immobile. La tentation de sentir de nouveau la douceur de sa peau est grande, c'est peut-être pour cela qu'il la juge périlleuse.

« Pouvez-vous me dire si vous avez à faire à un Wang ou un Nur … s’il-vous plait ? » demande-t-elle alors.

Cela est plausible, madame, chuchote-t-il, bien vague.

Est-il troublé par sa réplique ? Si tel est le cas, il ne répond pas à la question suivante, autant pour se ressaisir, que parce qu'il juge que ce n'est point nécessaire. Certes, il est censé lui venir en aide mais il se doute qu'elle sait déjà, et il est par dessus tout curieux d'entendre ce qu'elle a à dire.

« Tout dépend de où l’on se place. Si mon agresseur est humain, ça peut-être… certains des époux des femmes, que j’ai aidé quand j’étais médecin à l’étranger. Quelques politiciens, qui n’apprécient pas ma façon de considérer la femme, dans la société. Je serais incapable de vous dresser une liste précise. Si c’est un mutant, ce que je pense. J’aurais tendance à regarder du côté des mutants extrémistes. Les Invisibles par exemple, ou plutôt ce qu’il en reste. Les Ombres. Un partisan de Magneto ou même Ascheriit. Ce qui voudrait dire qu’ils rouvrent les hostilités … »

Vous savez, comme moi, qu'au sein des conflits actuels, les êtres humains ne sont que des pantins et des poupées de chiffon, surtout lorsqu'ils sont mortels, ou dénués de capacités, répond-il, neutre, indéchiffrable, malgré l’extrémisme de ses pensées. Les Ombres, madame, ne rouvrent pas les hostilités, pour les simples raisons qu'elles ne les ont jamais faites cesser. De toute évidence, vous constituez une menace à leurs yeux, qu'ils ont préféré tenter d'étouffer dans l’œuf. Si vous êtes leur ennemie, nous ne pouvons que nous entendre...

Il reste impassible, ayant parfaitement conscience que son estimé fils est le coupable, le tyran idéal. Il faut avouer qu'il a la gueule de l'emploi. Et cela l'arrange.

« Quelles pistes pouvez-vous me proposer ? » ajoute-t-elle.

Pour comprendre ou pour rompre le « maléfice » ? demande-t-il. Il y a bien quelques ombres qui sont, madame, plus vulnérables, pour la simple raison qu'ils se tiennent éloignés des autres, prétendant -non sans hypocrisie- les avoir abandonnés. Mais les hommes tels qu'eux ne changent jamais. Ils ne sont pas moins dangereux... Je pourrais vous suggérer une adresse, dit-il, en sortant un papier comportant celle du Manoir Spencer, afin que quelqu'un y mène Sveda, du moins, si elle reste aveugle. … Mais seriez-vous capable d'abandonner patience et bonté pour protéger des existences ? Pensez que la vôtre n'est pas la seule en jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t610-axelhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t42-axel-bienfaiteur-malfaisant-dechu#122http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#144http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1405-axel#27125




Messages : 1465
Date d'inscription : 11/09/2013
Identité : Diane Geyer
Dons : Maîtrise du sable / Contrôle du sommeil / Modification du groupe sanguin

MessageSujet: Re: [CLOS] La valse des pantins (1) [Hélianthème] Lun 09 Déc 2013, 00:04


    Voilà qu’après avoir été assimilée à des carnages divins, Hélianthème se retrouva relayée au rang « cible facile ». Une chute aussi vertigineuse que vexante pour n’importe quel Eternel. Une part d’elle fut rebutée, mais une autre, y vit une autre preuve de son laissé allé survenu ces derniers mois. Pendant les dernières heures de de guerre, contre les forces des Invisibles, elle avait consciemment prit des risques. Mais ni la Mort ni moi ne voulions la soulagée de sa peine. Hélianthème n’en a pas encore fini avec la vie.

    "Pourquoi aidez-vous toutes ces personnes ?"

    Imaginez cet espace bondé, l’animation, ces deux individus face à face, sans avoir la possibilité de se retrouver. A présent suivez le phénomène avec attention. Nous sommes rarement les témoins de collisions.

    Le bout des doigts de Sveda effleura l’un des poignets d’Absalon. Ils remontèrent lentement pour atteindre le dos de la main à la peau tiède. Cette excursion charnelle se faisait tout en délicatesse. Au fur et à mesure, que la mutante se familiarisa avec ce grain de peau, ses traits trahirent sa concentration. Le frisson ressenti plutôt refit surface. Il s’imposa. Il forçait cette femme à poursuivre son soupçon... tant et si bien que le touché devint discrètement plus chirurgical. Le pressentiment d’Hélianthème se forma pendant qu’il lui répondait. La révélation ne tient plus alors qu’à mon bon vouloir… Tout va vite, n’es-ce pas ?

    Il lui répondait donc, que oui, Kim ou Elias, pouvaient être les victimes de ce nouvel adversaire. Le manque d’intérêt de cet étrange interlocuteur suspendit les mouvements de l’ange blond. Elle songea qu’au moins l’Ange de la Musique, lui malgré ses secrets, lui avait donné du concret. D’ailleurs, Sveda croyait mériter d’avantage, que ces vagues réparties. Elle était prête à jouer le jeu du secret. Elle pouvait même accepter que cet homme abuse de la situation et en profite pour s’amuser à ses dépends. Mais il était tout à fait hors de question, qu’elle se contente de ces quelques mots, quand le sujet concernait les garçons.

    "Ayez l’obligeance, pendant un instant, de cesser de jouer les hommes mystère. Votre réponse doit être claire. Il s’agit, de personnes, extrêmement importantes pour moi."Exigea-t-elle avec une politesse teinte de fermeté.

    Puis, ils en vinrent à parler, pour de bon de la raison de cette convocation. Car le procédé ne porte pas d’autre nom. Sveda eu très vite l’impression de se retrouver devant un vieux sage. Cela faisait longtemps qu’elle ne s’était pas retrouver devant quelqu’un qui voulait faire croire à une science infuse. Tout le bon sens asséné ne fit que provoquer un léger sourire à ses lèvres. Cependant, elle ne sut comment traduire ce qu’il lui disait.

    A présent sa cécité devenait un véritable obstacle, car elle était privée, de touts indices visuels. Or Hélianthème apprécie de pouvoir lire les expressions de ses interlocuteurs. Elle est une interprète plutôt douée. Aussi décida-t-elle de devenir plus offensive pour obtenir de véritables informations. Son attitude, de servile et attentive, se transforma en patiente –mais franche- inquisition. Sveda, vous le savez, il le sait aussi, n’est pas utilisatrice du mensonge. Elle ne fit aucun détour nébuleux et l’obligea à prendre des risques, pour continuer cet entretien.

    "En effet, je représente une menace pour toutes les forces maléfiques qui sévissent sur cette planète. Vous ignorez donc qui je suis ? Ou bien est-ce une autre façon de vous protéger ? Monsieur…, de deux choses l’une soit… vous manquez de beaucoup d’informations, dans ce cas votre proposition d’aide est invalide. Soit vous en savez beaucoup trop et dans cas, je vous serais gréée de faire preuve d’honnêteté, envers moi, puisqu’il s’agit de ma vie et d’autres encore. Si, comme vous le dites, ils ont voulu m’écarter c’est qu’ils préparent quelque-chose. Il n’y pas de temps à perdre. NOUS n’avons pas de temps à perdre."

    Bien entendu, notre mutante, n’avait pas songé à « ce maléfice » en premier. Elle était à présent préoccupée par des soucis autrement plus graves. Ses yeux morts fixaient droits devant eux, comme si cela pouvait lever le voile qui était devant eux. Un spectacle aux accents pathétiques qui ne manquait pourtant pas de charme. Lentement, les sourcils s’inclinèrent, abîmant l’harmonie de ce doux visage. Ce fut à son tour de trouver les questions posées sans fondement. La rhétorique  s’imposa avec aplomb, pour mettre à bas les préjugés, quant à sa faiblesse.

    "Pensez-vous que l’on puisse vivre longtemps sur cette terre sans être capable de mettre ses vertus à l’amande ?" Une force s’exprima dans l’immobilité de notre héroïne. Cet inconnu présumé était parvenu à éveiller –volontairement ou non- la combattante, qui vibre dans ce corps d’ange.  "Donnez-moi cette adresse. Je ferais ce qui doit être fait."

    Pour préserver la sécurité de ses enfants une mère est capable de tout.

    Une paume gracile s’ouvrit pour réceptionner un hypothétique papier alors qu’une porte entrebâillée déclencha un courant d’air, qui transporta avec lui les fragrances des alentours. Dans ce mélange d’odeurs, plus ou moins, intimes il eu le parfum de ces deux corps familiers. Cet indice-ci brusqua la mutante. Sveda se résolue à écouter son instinct. Elle se figea. Mais son esprit bloqua le raisonnement le plus plausible.

    Il était trop tard pour ignorer le murmure intérieur.  

    "Comment m’avez-vous trouvé ?"

    C’est le calme avec lequel elle l’interrogea qui pouvait retentir comme un signal d’alarme. Cependant, il serait difficile de déterminer, quelle émotion venait de passer dans ces quatre mots.

_________________

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t725-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t449-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t455-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t454-heliantheme




Messages : 285
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Pablo...
Dons : Immortalité. Visualisation et influence du destin, par le biais de l'art.

MessageSujet: Re: [CLOS] La valse des pantins (1) [Hélianthème] Lun 16 Déc 2013, 21:41


Les termes utilisés ont pu vexer Sveda ; en tout cas, il n'y a pas fait attention. Pour un marionnettiste, rares sont les êtres humains à ne point incarner des cibles aisées. Ses paroles sont répandues de la même façon qu'une réplique de comédie. S'il calcule sans cesse, s'il ne pense pas toujours ce qu'il dit, il lui arrive, hélas, de commettre quelques étourderies. Elle lui pose alors une question existentielle. Que répondre à cela ? La vérité ? Certes non.

« Ça m'amuse quand-même de faire le bien de temps en temps, » répond-il donc, le regard empli d'ironie.

Ledit regard est malgré tout focalisé sur Sveda. Une machine à sous pourrait exploser et éborgner une bonne veille femme par la même occasion, qu'il ne cillerait pas. Il sait où sont ses priorités, et d'ailleurs, il ne fait le bien, que de temps en temps, comme il l'a dit lui-même.
La belle est parvenue à entrer en contact avec lui, Axel finit par baisser les yeux pour voir sa main innocente folâtrer sur le sienne, souillée de sang et maintes fois lavée. Sans se laisser enivrer par un quelconque romantisme ou crétinisme de ce genre, il songe que cet instant, si futile d'apparence, est significatif. Il garde le silence.

« Ayez l’obligeance, pendant un instant, de cesser de jouer les hommes mystère. Votre réponse doit être claire. Il s’agit, de personnes, extrêmement importantes pour moi. »

Axel songe que ce pseudonyme lui irait bien. A merveille même, s'il ne rechignait pas déjà à l'idée d'endosser un masque verdâtre.

Hélas, je ne peux guère vous révéler ce que j'ignore moi-même, répond-il, crédible, alors qu'il n'en démordra pas.

Est-il réellement un vieux sage ? On peut le considérer comme tel, si l'on admet que la sagesse se situe aux limites de la folie. D'ailleurs, tout n'est que pose et apparence chez lui. Heureux doit être l'être qui l'a déjà délesté de son masque, par le passé ; si du moins, il vit encore.
Axel semble plus captivé lorsque son interlocutrice change de ton. Que voulez-vous ? Envers et contre tout, il a le goût du risque. Et de Rix aussi d'ailleurs, bien qu'il ne puisse pas encore se vanter de s'être glissé jusqu'à son lit.

« En effet, je représente une menace pour toutes les forces maléfiques qui sévissent sur cette planète. Vous ignorez donc qui je suis ? Ou bien est-ce une autre façon de vous protéger ? Monsieur…, de deux choses l’une soit… vous manquez de beaucoup d’informations, dans ce cas votre proposition d’aide est invalide. Soit vous en savez beaucoup trop et dans cas, je vous serais gréée de faire preuve d’honnêteté, envers moi, puisqu’il s’agit de ma vie et d’autres encore. Si, comme vous le dites, ils ont voulu m’écarter c’est qu’ils préparent quelque-chose. Il n’y pas de temps à perdre. NOUS n’avons pas de temps à perdre. »

Il reste silencieux un instant, ne cherchant pas à l'interrompre. C'est une adversaire respectable, cependant, il en faut davantage pour l'émouvoir au sein d'une joute verbale.

J'avance avec précaution, madame, rien de plus, mais rien de moins. Vous devez bien comprendre cela, répond-il, avec une patience infinie. Je peux connaître leurs actions et leurs cibles présentes, sans pour autant deviner ce qui se dissimule dans l'ombre et le futur. Ils s'en sont pris à vous, et c'est un indice pour tenter d'en savoir davantage, c'est là tout ce que j'ai à dire. Je vous ai contactée pour vous aider, certes, mais également pour que vous meniez l'enquête. Un service mutuel, en somme.

Il espère que l'adresse qu'il lui a fourni saura appuyer ses propos. Il a hâte de voir ce que peut donner la présence de Sveda, au sein du Manoir Spencer. C'est un peu comme une princesse qui se retrouverait au bal des vampires, ou au musée des horreurs. Il esquisse un sourire quand elle met le morceau de papier en lieu sûr, songeant que la façon dont vibre sa voix laisse présager que cette princesse abrite une tigresse. Il sait que cette mascarade ne durera pas longtemps et qu'il tirera davantage de profits, de la divulgation de la vérité. Quoi de plus aisé que de la remonter contre les habitants du Manoir Spencer, qu'en confiant certains torts passés de Clov, ou les péchés de Baldwin ? Étrangement, Axel n'a jamais pardonné à ce dernier d'avoir manqué de l’assassiner. Sveda y resterait-elle insensible ? Quant à Shâlimar, elle est la seule qu'il serait tenté d'épargner.

« Comment m’avez-vous trouvé ? » ajoute-t-elle, d'un ton ineffable.

Elle n'est pas dupe, et Axel non plus. Il se penche légèrement et répond, sans prendre la peine de murmurer pour dissimuler sa voix, cette fois :

A ton avis, Sveda ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t610-axelhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t42-axel-bienfaiteur-malfaisant-dechu#122http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#144http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1405-axel#27125




Messages : 1465
Date d'inscription : 11/09/2013
Identité : Diane Geyer
Dons : Maîtrise du sable / Contrôle du sommeil / Modification du groupe sanguin

MessageSujet: Re: [CLOS] La valse des pantins (1) [Hélianthème] Mer 18 Déc 2013, 01:59

    La réponse –tant attendue !- d’Absalon s’épanouissait entre eux dans le silence. Cette absence de bruit perturbe les gens qui comblent le vide par le son. Tant et si bien qu’ils attirèrent l’attention des clients les plus proches.  Non pas qu’une ambiguïté persiste sur leur identité propre. Seulement, Hélianthème, se donna le temps de ressentir cet instant, sans se préoccuper du reste. Cette rencontre, était pour elle un cadeau quand bien même, la valeur de celui-ci, n’était pas la même, pour l’un et l’autre. Elle comprit que les réactions de son être étaient fondées depuis le début, ce qui la réconforta. A mesure que les éléments reprirent leur place, un mélange de joie et de curiosité, se peignit sur ses traits.  Si vous saviez combien j’aimerai intervenir.

    Sveda avait beaucoup de choses à dire, beaucoup de questions à poser, pourtant elle prit tout son temps. Arrachant chaque seconde, pour profiter de la présence de celui après qui elle courait, depuis des mois.

    " Un coup de téléphone t’aurai demandé moins de mise en scène… " Se moqua-t-elle avec sa bienveillance coutumière. Mais la vérité est, qu’elle était ravie, qu’il ait fait un peu plus pour la voir, qu’un appel téléphonique. Quand bien même il le faisait pour d’autres.

    Ces doigts de fée, qui quelques secondes auparavant, se firent tâtonnants, devinrent entreprenants le temps d’une caresse –plus amoureuse que cette femme était prête s’avouer-, avant de se retirer avec légèreté. Alors qu’ils auraient si aisément retrouvés les chemins. Ces lignes trop délicates pour être perçu par un œil. Je ne m’avance pas d’avantage sur ce terrain sous peine de prendre la voix romantique que certains débectent. A mon humble avis il serait difficile de rendre ce couple mièvre. Ils sont trop vieux pour ça !  

    Leur relation est plus complexe que ce qu’elle aurait pu être par ailleurs. La distance qui s’était installée entre eux n’était jamais facile à gérer. Sveda avait du apprendre, un jour, à se protéger. Rien d’évidant ! On pourrait même dire que c’était un exercice de rigueur. Je me demande dans quelle mesure, ce genre de compromission la dénature ? Ainsi, ne fût-elle pas trop pressante, ou démonstrative, comme aux premières heures de leur relation. Elle reprit avec une douceur, que l’on retrouve chez ces personnes, qui savent passer outre les méchancetés de l’existence… et des hommes.  

    " J’aurai voulu pouvoir te regarder. Néanmoins, l’assurance de le savoir en vie, semblait la contenter en partie. C’était un soulagement sincère, qui lui permettait d’envisager le futur, avec un peu plus de sérénité. Sans se douter, que dans les faits, elle est encore la victime. Son ancien amant se moque d’elle. N’allons pas, jusqu’à parler de naïveté, mais parlons, oui, parlons de… croyance. Mais, j’imagine, que ça peut attendre maintenant ? "

    Quelle élégante façon, de dire à un homme que l’on aime, qu’on ne lui imposera rien. C’est la beauté et la désespérance, de cette mutante, si prompte à se mettre en marge, pour répondre aux désirs d’autrui. Pourtant, si elle s’écoutait un peu plus parfois, Sveda n’aurait probablement jamais perdu ce cher Axel de vue.

    A présent, elle ne le lâchait plus, captant chacune de ses réactions. Elle bougeait très peu, savourant leur promiscuité, avec plaisir égoïste. Dans chacun de leurs silences se devinaient les mots qu’elle ne prononçait pas. Elle voulait savoir s’il allait bien. Elle voulait savoir pourquoi il s’était éclipsé de la surface de la Terre ainsi. S’il était en danger. Si elle pouvait le protéger. Il y avait également ces interrogations plus privées –suscitées par l’amour latent- et moins urgentes. A quoi ressemblait-il ? Partageait-il sa vie avec quelqu’un ? Est-ce qu’il lui arrivait de penser à elle ?  Mais tout ceci se résumait en un sourire.

    " Je suis heureuse que tu sois là. Là, un sourire amusé lui échappa, quand elle songea, que bientôt le père et le fils allaient se retrouver sur le même continent. Cela n’était pas arrivé depuis un sacré bout de temps. Douce Hélianthème tu es belle et bien perdue. Mais n’est-ce pas aussi, ce qui fait d’elle, cet être unique ? Je t’aiderai. Elias aussi." (Une affirmation présomptueuse puisqu’elle ignore encore qu’il veut l’envoyer dans l’antre de Clov.)

    Avant, Joachim, aurait été du nombre des alliés bien sûr. Notre marionnettiste s’était-il tenu informé ? Parions sur un « oui ». Avait-il apprit quel avait été le sort du fils aîné d’Hélianthème ? Il se peut même qu’il connaisse l’assassin. Je ne peux le dire. Sveda non plus.  D’ailleurs, elle préfère ne pas penser à ce sujet maintenant ni même de cette cécité intempestive. Mais de la vie qu’il menait ces dernières années. Elle avait vu la devanture du bar, dont l’Ange de la Musique lui avait parlé, mais elle n’était pas entrée.

    Seul le présent doit compter.

    " Sais-tu quelque-chose concernant ce « maléfice » ? "

    L’expression était bien choisie. Le mal était apparu d’un seul coup. Aucune médecine ne serait en mesure de l’expliquer. La science ne donnait pas toutes les réponses. Une loi universelle, qu’une chirurgienne comme Sveda avait tôt fait d’entendre.


_________________

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t725-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t449-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t455-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t454-heliantheme




Messages : 285
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Pablo...
Dons : Immortalité. Visualisation et influence du destin, par le biais de l'art.

MessageSujet: Re: [CLOS] La valse des pantins (1) [Hélianthème] Mar 08 Avr 2014, 22:26


Elle apprend sa véritable identité, et plutôt que de manifester sa colère, voilà qu'elle en sourit, et se permet même de le taquiner. Certes, un coup de téléphone aurait été plus facile mais aurait cruellement manqué de panache. Pourquoi Axel a-t-il pris la peine d'organiser autant de mise en scène ? Non pas pour une raison mais pour mille.
Quand Sveda sourit, il contemple sa beauté mais son propre visage reste de marbre. Voilà bien longtemps qu'il n'a éprouvé aucune véritable émotion, or, en l'occurrence, il est inutile de porter le moindre masque face à une aveugle. Il la laisse garder sa main dans la sienne, si cela l'enchante. Le contact d'Hélianthème le rend quelque peu nostalgique, mais il ne perd de vue ni le présent, ni le futur qui les séparent inexorablement.

« J’aurai voulu pouvoir te regarder. »

Vraiment ? On est parfois tellement immergé dans la contemplation d'une image passée et idéalisée qu'on en oublie qu'elle est révolue.

« Mais, j’imagine, que ça peut attendre maintenant ? »

Cela viendra, en temps et en heure. Peut-être plus tôt que tu ne le crois.

Ses réponses son concises. Il n'y met aucune intonation particulière, puisqu'en l'occurrence, c'est un chuchoteur. Comment peut-elle se montrer si douce, affectueuse et optimiste, après tout ce qu'il s'est passé ; après tout ce qu'il a fait ? Axel n'en a qu'une vague idée, mais comme tous les grands manipulateurs indécis, il ignore ce qui l'agacerait le plus : la voir parvenir à ses fins, ou bien la voir renoncer pour de bon.
Le silence s'abat entre eux.
Quelles pensées agitent l'esprit sombre et insaisissable d'Axel ? Pourquoi observe-t-il Sveda avec une telle insistance ? Quelle est la nature des questions qu'elle se pose ? Axel est, et sera toujours, avare en réponses. Ne le connaissant que trop bien, elle semble préférer lui épargner tout interrogatoire. Mentir à cette femme qui l'adore le répugnerait tant.

« Je suis heureuse que tu sois là. Je t’aiderai. Elias aussi. »

Pourquoi Diable le ferait-il ? demande-t-il, sorti de son mutisme, mais toujours aussi neutre.

Les valeurs familiales ont toujours été un concept très abstrait à ses yeux. Il n'a pourtant pas l'impression que cela puisse lui manquer. Ce facteur, parmi d'autres, peut lui donner un air parfaitement inhumain mais il a – après tout – ses raisons, comme tout un chacun.

« Sais-tu quelque-chose concernant ce « maléfice » ? » ajoute-t-elle.

Pas vraiment, ment-il, avec la perfection habituelle. Je suppose que si les habitants du manoir Spencer et les Ombres savent qu'ils commencent à être démasqués, ils feront davantage profil bas, et que tu seras libérée. … Je ne peux pas m'attarder longtemps ici, Sveda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t610-axelhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t42-axel-bienfaiteur-malfaisant-dechu#122http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#144http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1405-axel#27125




Messages : 1465
Date d'inscription : 11/09/2013
Identité : Diane Geyer
Dons : Maîtrise du sable / Contrôle du sommeil / Modification du groupe sanguin

MessageSujet: Re: [CLOS] La valse des pantins (1) [Hélianthème] Mer 16 Avr 2014, 00:14


    Et par ces paroles d’Évangiles, le démon ranima la foi de son ange gardien.

    La foi. Celle de ces, quel terme a-t-il employé déjà ? " gens égarés" "âmes en peine"... Absalon peut se dire pasteur, marionnettiste, ou même sorcier. Mais si vous voulez mon avis. Je vais vous le donner. Il n'est pas moins, que son fils pervertis, pas plus, que ses ennemis les plus cruels. Si cette histoire ne tenait qu'à moi, il serait enfin désavoué en place publique. Une fois pour toute. Mais, ce n'est jamais si simple. Sveda lui fait confiance. Pour ma part c'est à elle que je fais confiance. A chacun son acte de piété ce soir.

    Même sans cela. Ils auraient finis par se voir. Allez! Sortons les grands mots, pour ces grandes personnes, je vous accorde : fortune, destin, tragédie. Choisissez. Car la fin ne prendra nulle autre forme. Dix. Cent ans de séparation... A quoi bon ? Le schéma se reproduit à chaque fois. Chaque fois. C'est à peu près le même, si l'on exclus les détails spatio-temporels et avec le même résultat. Une affirmation sommaire, pleine de sous-entendu dramaturgiques et une fois de plus le fourbe, obtient le bras armé de notre belle rose des sable.

    Que se passera-t-il, le jour où, Hélianthème ne sera plus là, pour défendre l'âme de ce petit garçon ?

    " Parce que je le lui demanderai. " l'éclaira-t-elle avec l'assurance que seule apporte l'amour.

    Retenir les paroles qui ne peuvent être entendues.

    Voilà qui est pénible. Il faut bien des efforts à Sveda, pour ne pas intervenir, dans la relation entre Axel et E. . Plus encore, pour ne pas insister auprès de lui, concernant la sécurité du reste de la fratrie métissée, qu'elle a emmené sur cette Terre. Mais... Si père et fils, on une chose en commun, c'est probablement celle-ci. Ne pas avoir à mentir ou a blesser cette femme. Alors, elle n’insiste pas. Ne lui a-t-il pas dit ignorer la réponse ? Néanmoins, je gage que le second s'y emploi d'avantage. Comptons au moins sur ça.

    Enfin, l'hypothèse fourni a du sens. Celle-ci ne manque pas de stimuler l’intelligence de notre Eternel. Nous vous l'avons dit plus tôt. Dés l'instant où Sveda est devenue l'une des adversaires des extrémistes, elle était entrée dans le grand jeu. Elle y joue une partie qui ne manque pas d'inventivité.

    " Peut-être oui... Absalon. Attend, ne part pas trop vite... "

    La Grâce se tend par crainte que la source de chaleur ne disparaisse trop vite. Lui refuserait-il cette petite consolation ? Par précaution elle tend de nouveau sa main vers lui et le saisi.

    " Dis-moi au moins si tu vas bien ? "

    Mille et une, confessions, envies, hantent encore leur silence. Cesseront-ils ? Puisqu'il la connait, il sait, qu'elle ne pourra agir librement, avec efficacité, avant d'avoir la preuve qu'il ne risque rien à se retrouver seul. D'ailleurs, comme les mots ne valent jamais -ou presque- les actes, la voilà qui quitte sa chaise. Tel qui l'a décrété Axel est un guide. Il est le repère qu'elle suit, pour parvenir en face de son profil.

    " Prend-moi dans tes bras. " Lui réclame-t-elle avec délicatesse.

    Là. Sveda prend le temps, comme elle le fait depuis le début de cet étrange entretien, de ressentir leurs présences. Puis, lentement, ses doux doigts cherchent les épaules, pour remonter jusqu'au cou. Impossible de dire, qui de l'aimante, ou de la gardienne, a fait sa demande. Existe-il seulement une frontière, lorsqu'il s'agit d'elle, Hélianthème ? Quoi qu'il en soit, son empathie, n'est jamais aussi forte qu'au touché. De même que ce don fascinant pour débusquer les mensonges du corps.

    " S'il te plait ? "

    Les vieilles habitudes ont la vie dure. Axel représente peut-être l'ombre. Hélianthème est probablement servante de la lumière. Cependant, ne soyons pas manichéens. (Tout ne peut pas les opposer non plus !) Sommes nous dans un livre pour enfant ? Non. Je ne vous sous-estime pas non plus. Il y a souvent plus d'une intrigue en place. Vous le savez. Plus d'un objectif. De nombreux moyens. Ces deux là, sont plutôt bien placés pour le savoir, en tous cas. En plus, ils partagent -eux aussi- quelque-chose de spécial.

    Un certain talent pour obtenir ce qu'ils veulent.

_________________

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t725-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t449-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t455-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t454-heliantheme




Messages : 285
Date d'inscription : 17/07/2012
Identité : Pablo...
Dons : Immortalité. Visualisation et influence du destin, par le biais de l'art.

MessageSujet: Re: [CLOS] La valse des pantins (1) [Hélianthème] Mar 20 Mai 2014, 23:51


Axel irait à merveille dans le rôle de gourou, de prêtre (ou plutôt de pasteur, car la chasteté lui ferait horreur), ou de baratineur. Cela est indéniable. Les gens primitifs ignorent si ce sourire angélique dissimule des cornes fourchues, ou si ce grand diable n'est qu'un amuseur public. A force de superposer les masques, peut-être n'est-il rien. Certains égarent leur identité ou leurs proches, au cours des siècles ; Axel a peut-être bien perdu son âme. Comment savoir ? Et puis, à quoi bon ? Certains sont fascinés par lui, beaucoup le méprisent, rares sont ceux à être indifférents. Et c'est à cela qu'Axel aspire, ni plus ni moins. L'ambition ne lui fait point défaut. Quant à ce qui l'anime et le motive vraiment... Nous doutons que qui que ce soit puisse s'en douter.
Il paraît certes difficile de se dire « adieu » lorsqu'on est immortels. On est liés les uns aux autres, jusqu'au jugement dernier. Même la mort ne peut pas nous débarrasser de notre pire ennemi. Quelle est la probabilité de se perdre totalement de vue, alors qu'on erre sur la Terre pendant des siècles ? Elle est très faible, d'autant plus lorsqu'une certaine rose pourchasse l'épine dont elle s'est éprise, à travers le monde. Peut-être Axel s'en est-il lassé. Mais sans doute serait-il déçu de la voir se détourner de lui.
Il hausse un sourcil lorsqu'elle affirme que leur enfant l'aidera, par amour pour sa mère, mais il n'insiste pas sur le sujet. A vrai dire, il n'a qu'un seul désir ; écourter cet entretien. Toutes les meilleures choses ont une fin, n'est-ce pas ? Mais voilà qu'elle lui saisit la main. Il prend la sienne, calmement. Et là, une question qu'on ne lui pose pas si souvent. Il reste silencieux un instant. Va-t-il bien ? Comme cette interrogation paraît risible ! Comme toute réponse semblerait surfaite...

Je vais mieux que toi, présentement, se contente-t-il d'affirmer, aussi ironique et avare de réponses concrètes, qu'à l'accoutumée.

Il la soupçonne de vouloir poser d'autres questions ; d'entreprendre tout et n'importe quoi – en vérité – pour faire durer cette conversation, mais cela est exclu. Il se relève. Elle l'accompagne. Pour des regards humains, ce couple est charmant, peut-être même amoureux à s'en damner. Pour ceux qui lisent les âmes à travers les enveloppes, il s'agit d'une rose fanée, à cause de l'indifférence de ce pantin au cœur de bois.
Et pourtant, la fleur lui demande une faveur. L'enlacer ? Ne pas l'enlacer ? Axel semble indécis. Faut-il vraiment la laisser espérer ? Alors qu'il est happé par le dilemme, les mains de son ange se glissent autour de son cou, tandis que ses lèvres écarlates, sans être agressives, le supplient. Il songe, non sans ironie, que le diable n'a décidément pas fait l'homme aussi fort que Lui, et finit par céder. Ses bras entourent sa taille. Ses lèvres boivent aux siennes. Pour un instant, l'ombre elle-même rayonne. Mais l'espoir est éphémère et est rapidement chassé par la raison.

Si tu es parvenue à venir jusqu'ici, j'imagine que tu trouveras la sortie sans encombre, murmure-t-il, sans état d'âme.

Il se détache de Sveda, abandonnant la malheureuse à la nuit qui l'englobe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t610-axelhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t42-axel-bienfaiteur-malfaisant-dechu#122http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#144http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1405-axel#27125




Messages : 1465
Date d'inscription : 11/09/2013
Identité : Diane Geyer
Dons : Maîtrise du sable / Contrôle du sommeil / Modification du groupe sanguin

MessageSujet: Re: [CLOS] La valse des pantins (1) [Hélianthème] Dim 25 Mai 2014, 18:12


    Sveda savait que cette -sa- requête serait la dernière qu’elle pourrait lui faire pour ce soir. Il ne s’agit pas de combler un vide affectif, ou de reprendre leur histoire morcelée. Encore que… Il y a chez cette femme un abîme que peu d'êtres peuvent encore remplir. Peut-être est-ce pour maintenir un équilibre ? Hélianthème sera privée autant qu’elle donnera aux autres. Incapable d’indifférence elle vit grâce à ce qui la détruit. Oui, je vous l’accorde, c’est là aussi, paradoxal, voir pervers. C'est tout simplement humain. Des penseurs expliquent cela beaucoup mieux que moi. Celui qui a été abandonné fera toujours en sorte de ne pas abandonner à son tour.

    L’étreinte fût brève.

    Suffisante pour rétablir momentanément la connexion entre les deux immortels. Suffisamment pour que la douce perçoit les blessures, encore ouvertes, sous la peau de son ancien compagnon. Alors, elle regretta de s’être écartée de lui. D’avoir respecter l’indépendance de cet homme, au prix de sa souffrance. Certaine que sa présence aurait pu atténuer le mal, empêcher quelques poisons d’affaiblir sa flamme, et renforcer les convictions secrètes de ce cœur enfoui sous le bois sec.
    Seule véritable croyante.

    Au baiser, Sveda insuffle, offre, sa force. Bien sûr l’amour est là. Si je me faisais poète je vous le décrirais, comme un voile, chaud et protecteur, qui chasse toutes les ombres de leurs deux âmes. Passion, qui peine à s’assagir, sous les échos du passé. Mais ce serait un peu trop ? Non ? Axel a raison. Il l’a fané. Épuisant chaque fois un peu plus ses ressources en lumière et en espoir. Fort “heureusement”, une créature qui s’épanouie dans le désert, peut bien s’ouvrir pour le frisson une statue du pierre.

    Une seule fois, Hélianthème, avait tenté d'avoir plus.

    " Il y aura d’autres bonheurs. “

    La magie s’estompe déjà.

    C’est mieux ainsi. Ils doivent tous les deux êtres forts. Plus forts, que des sentiments brouillés et qu'ils peineraient à expliquer. Inutile de protester. Les années ont fait leur oeuvre. Ils savent, que cela ne ferait que gâcher, ces retrouvailles. Alors, la belle n’esquisse pas le moindre geste pour retenir Absalon. L’avantage de connaître l’autre c’est de pouvoir lui accorder ce qu’il veut. Axel veut partir, s’en aller, mettre fin, à cette partie. Et Elle se contente, d’un sourire entendu, sachant qu’il se détourne de cet instant.

    Les jeux sont faits. A moins peut-elle se dire, qu'une fois encore, il est revenu. Même si ce n'était pas pour sa belle du désert, elle le soutiendrait, aveugle, ou non, aveuglement, comme toujours, jusqu'à la nuit des temps. Pour l'instant, le plus pressent, restait encore à sa nuit cesse.

    Patience. Cela ne saurait tarder. Maintenant qu'Alex a ce qu'il était venu chercher.

_________________

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t725-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t449-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t455-helianthemehttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t454-heliantheme




Messages : 2557
Date d'inscription : 11/07/2012
Identité : Stanislas K. Lannister
Dons : Immortalité. Maniement de la lumière, des flammes.

MessageSujet: Re: [CLOS] La valse des pantins (1) [Hélianthème] Dim 25 Mai 2014, 18:16

Je suppose que ça clôture^^
Merci ☺

_________________











"I think a lot. I notice everything. But I never said a word."




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t608-zexionhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t38-zexion-warrior-of-lighthttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-algernon-benedict-judsen#138http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1403-zexion#27116http://dafael.wordpress.com/



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [CLOS] La valse des pantins (1) [Hélianthème]

Revenir en haut Aller en bas

[CLOS] La valse des pantins (1) [Hélianthème]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [McKinley, Tamara] La dernière valse de Mathilda
» [LETRAS] Valse de Canaro pour Ada Falcon
» [Kundera, Milan] La valse aux adieux
» [Film d'animation] Valse avec Bachir
» Volet clos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
XMH : The After Years :: Casino Horizon-