XMH : The After Years
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[CLOS] Hé allez, encore un dinosaure qui se fait la malle... (Gus on devient rare)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage




Messages : 376
Date d'inscription : 11/06/2014
Identité : Agent Robert Talbot FBI
Dons : Manipulation de la mémoire

MessageSujet: [CLOS] Hé allez, encore un dinosaure qui se fait la malle... (Gus on devient rare) Ven 19 Sep 2014, 14:46



    Bobby leva le nez de ses papiers lorsqu'on frappa à la porte du bureau. Ce ne fût qu'en voyant la carte que Pam' posa devant lui, qu'il se rappela, que le pot de King avait lieu ce matin là. Il marmonna un merci avant de commencer à se creuser les méninges pour trouver quoi écrire, pour dire au revoir à ce vieux copain. Les yeux fixés sur le carton blanc, Elephant, revisita intérieurement les trente dernières années de camaraderie. King Hinrich et lui avaient fait leurs armes ensemble à l'agence.

    Avec Augustus, ils étaient les derniers représentants d'une espèce, en voie d'extinction. Une époque était doucement en train de s'éteindre avec eux. Ils le sentaient tous plus ou moins. Ainsi allait la vie. Le temps filait, à vive allure, sans qu'ils ne s'en rende tout de suite compte. Et puis un jour, comme celui-ci, il venait vous donner une bonne claque dans la face. Une bonne façon de rappeler qu'ils étaient les vieux de la vieille. Et une fois de plus, ils allaient devoir se faire au changement.

    Une agitation sourde s'installa petit à petit à l'étage. A onze heure tout le monde abandonna son travail, pour rejoindre la grande salle de réunion. Robert traîna encore un peu, le temps de finir de rédiger une évaluation. Il n'était pas très friand de ces regroupements de toute façon. Tout le monde était plein de bons sentiments et souvent hypocrites. De vraies petites mise en scène pour la bienséance.

    Donc, plutôt que de rejoindre les autres, l'ours bifurqua pour aller choper Edge, avec qui il pourrait supporter la réunion obligatoire. Cela faisait un moment qu'ils ne s'étaient pas croisé. Talbot voulait prendre des nouvelles de sa filleule ! Ils devaient aussi absolument trouver une date, pour faire enfin cette partie de pêche, qu'il avait promit à la petite, depuis des mois. Ne trouvant pas son compère, Bob attendit devant le bureau enfermé et lui envoya un sms pour le prévenir.

_________________

“Idjits!”



Dernière édition par Elephant le Lun 27 Avr 2015, 13:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t728-robert-talbothttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t736-elephant-dit-bobbyhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t731-elephant-dit-bobby




Messages : 124
Date d'inscription : 22/08/2014
Identité : Augustus Edgeworth & Charlie Edgeworth
Dons : Reverse

MessageSujet: Re: [CLOS] Hé allez, encore un dinosaure qui se fait la malle... (Gus on devient rare) Lun 08 Déc 2014, 13:31



Hé allez, encore un dinosaure qui se fait la malle...

Le réveil n’avait que rarement été aussi douloureux. Il flottait dans son crane comme un avant-gout de migraine carabinée. De celle qui prenaient leur temps pour s’installer et refusaient de se voir délogée aussi simplement qu’au moyen d’une aspirine. Celle-ci paraissait enracinée, et si le voile du sommeil semblait pouvoir la contenir encore quelques secondes, il ne fallait pas douter qu’elle saurait se faire entendre comme il le fallait. Et ce, très rapidement. Aussi, plus il battait des paupières, plus sa présence grandissait. Jusqu’à ce que sa conscience revienne totalement, laissant le champ libre aux tambours des maux de crâne. A la violence d’une lumière blanche. La reconnaissance du lieu fut des plus aisées, étant donnée son assise. Il se trouvait à l’intérieur de latrines. Celles du FBI, à en juger par les carreaux et le coloris des bois. A moins que ce ne fut de très ressemblants ? Peu probable. L’endroit lui était de part trop familier pour que ce soit le cas. De plus, la céphalée qui l’assaillait était caractéristique d’une seule et unique chose : il s’était transformé il y avait peu. Pour combien de temps, il l’ignorait ; cependant ses pas l’avaient certainement ramenés en ce lieu connu. Comme bien souvent, lorsque cela était possible. Par ailleurs, il existait un autre signe de cette permutation.

Une hideuse robe rose. Et hideuse était clairement plus qu’un euphémisme. Avec ses volants asymétriques et ses roses vieillottes, elle devait bien lui donner l’apparence d’une meringue guimauve. Très peu appétissante. Sans parler bien évidemment de, cerise sur le gâteau, ces de magnifiques têtes de ce chat asiatique, coqueluche des petites filles et cinquantenaires en mal de leur jeunesse perdue : Hello Kitty. Plus sérieusement, qui pouvait bien avoir créé, et davantage encore, porter une atrocité pareille ? Il ne prétendait pas être l’Homme le plus au courant des dernières modes mais si celle-ci en faisait partie, il se mettrait à confectionner lui-même les vêtements de Saoirse plutôt que de la voir porter de pareilles fripes pour son bal de promo. Bien qu’il ait encore le temps de le voir venir, la petite n’ayant actuellement que quatre ans.

Quoi qu’il en fut, il ne chercha pas plus loin pourquoi Elle lui avait fait porter une abomination pareille. Il y avait bien plus urgent dans les circonstances actuelles. Car, oui, il se trouvait – lui, le glacial et impitoyable Edgeworth – accoutré de la sorte dans les locaux mêmes où il devait garder ce visage fermé et cette réputation de salaud. Si on l’avait vu ainsi, certains auraient pensé à une plaisanterie, d’autre à un quelconque relâchement de sa part certainement, mais tous auraient ri. Toutes traces de son autorité, bien que naturelle, aurait disparue dans l’incinérateur où aurait terminé l’horreur. Et néanmoins, la vision serait restée. Il fallait éviter cela. D’autant plus qu’à voir l’aiguille pointer les onze heures, il était attendu comme tous les autres pour le pot de départ de King Hinrich. Doux représentant d’une espèce en voie d’extinction : les Anciens. Heureusement pour lui, King avait su se faire apprécier de ses collègues. La cohue, peut être alors, permettrait à son absence de passer inaperçue ? Il en doutait fortement. Quand bien même tous priaient certainement pour ne pas voir débarquer leur rabat-joie de service. Après tout, l’inspecteur des affaires internes n’était jamais bien vu mais celui-ci était particulièrement détestable. Et actuellement vêtu de la plus immonde des tenues. Ou la plus comique, si l’on souhaitait rire à ses dépens.

Perdu dans ses pensées et plans, c’est à peine s’il sentit l’objet qui vibrait dans sa poche. Pourtant cela fut suffisant. Fouillant à travers les pans de tissus mal assortis, il parvint à se saisir du téléphone et y lire le message qui s’affichait déjà. Encore une chance qu’Elle partage avec lui quelques degrés de bon sens en gardant le même appareil pour eux deux, car le SMS provenait de Robert. Ce dernier lui demandait où il se trouvait sur l’instant, certainement pour qu’ils aillent ensemble à cette réunion obligatoire. Avec un peu de chance, il aurait quelque chose à lui proposer de mieux que cet accoutrement pour s’y rendre. Croisant les doigts pour que ce fusse le cas, il frappait les touches pour lui répondre. Et si le message pouvait, certes, paraître étrange ainsi présenté, Robert ne tarderait pas à comprendre de quoi il en retournait.



_________________
If opposites attract we must be the exact same person.
 
“& without the bad, there would be no good.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 376
Date d'inscription : 11/06/2014
Identité : Agent Robert Talbot FBI
Dons : Manipulation de la mémoire

MessageSujet: Re: [CLOS] Hé allez, encore un dinosaure qui se fait la malle... (Gus on devient rare) Lun 22 Déc 2014, 16:41


    Robert appuya sur la touche pour lire le SMS envoyé par Edge. Un petit grognement ne tarda pas à s’échapper de sa gorge, signe d’un mécontentement. Ce genre de message ne pouvait augurer qu’une chose. Ce n’était pas la première fois que des « imprévus » comme ceux-là leur tombaient dessus. Chaque fois, ils se retrouvaient le bec dans l’eau. Charlie surgissait, il fallait gérer la passation et c’était la même chose, au retour d’Augustus. Tout ça, sans que personne au bureau ne s’en rende compte bien entendu. Le pire, c’était que cela durait depuis un moment et qu’ils ne pouvaient rien y faire. Une chance que les deux hommes se connaissent depuis longtemps et aient un esprit ouvert. Parce que cette mutation là, n’était vraiment pas banale dans son genre.

    Il fallait agir vite. Bobby rangea l’appareil dans la poche droite de son pantalon et prit la direction de son bureau. En bon vieux flic prévoyant, il avait toujours des vêtements de rechangent au cas où, il n’avait pas la possibilité de rentrer chez lui pendant quelques jours. Ce qui arrivait souvent, vu le manque de minutie de certains de ses collègues. Il prit de quoi rhabiller Gus au complet. Étant donné leur différence de gabarit ce ne serait pas la grande classe. Mais connaissant les goûts de Charlie ce serait toujours mieux que rien.

    Puis, ce fut direction les toilettes des femmes, situées au bout du couloir. Un endroit qui était loin de convenir à l’agent Talbot. Mais il prit sur lui et poussa la porte et la referma immédiatement derrière lui, sans oublier d’actionner le verrou. Il était plus sûr que la suite reste à l’abri des autres regards. Pour ce qui était des vidéos de surveillances, il n’aurait qu’à rappeler au gars de la sécurité qu’il lui devait encore un petit service. De temps en temps, être serviable pouvait s’avérer utile. Bob posa les habits dans un lavabo sec et fit tonner sa voix de ténor dans la pièce.

    - " C’est bon la voie est libre. Sors de là, je t’ai ramené des vêtements. "

    La vision provoqua simultanément un regard effaré et un rire de gorge tout à fait sincère. Il faut aussi dire que son allure avait de quoi déclencher l’hilarité. Cette fois, elle y était allée très fort. Augustus avait l’air d’un travesti au mauvais goût exacerbé. Talbot continua de rire tout en fourrant sa main dans sa poche, pour reprendre son smartphone, et photographier son ami. C’était le genre d’anecdote qui méritait d’avoir une trace. Les deux vieux n’oublieraient pas de sitôt ce moment.

    - " Elle aurait pu te mettre un nœud dans les cheveux. "

    Puis le calme revint un peu. Bobby s’essuya le bord des yeux du dos de sa main droite pour en effacer une larme de rire. Il avait tendance à prendre la fantaisie de Charly avec beaucoup d’humour. La meilleure façon selon lui de dédramatiser. D’ailleurs, les retours étaient souvent plus comiques qu’inquiétants. Il laissait à Edge le soin de lui donner ou non les détails de cette fois-ci. Le plus important était qu’il ne soit pas découvert.

    - " Allez, dépêche-toi de te changer Hinrich voulait qu’on se montre avant les grands discours. "

    Il y avait fort à parier que l’agent King allait attendre ses deux compères avant de se lancer dans une ode au service du FBI. Pour ce qui était de passer inaperçu, c’était mal barré.

_________________

“Idjits!”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t728-robert-talbothttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t736-elephant-dit-bobbyhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t731-elephant-dit-bobby




Messages : 124
Date d'inscription : 22/08/2014
Identité : Augustus Edgeworth & Charlie Edgeworth
Dons : Reverse

MessageSujet: Re: [CLOS] Hé allez, encore un dinosaure qui se fait la malle... (Gus on devient rare) Mar 10 Fév 2015, 22:49



Hé allez, encore un dinosaure qui se fait la malle...

L’attente ne dura guère que quelques minutes mais elles lui parurent des heures. La trotteuse semblait aller au ralenti, comme pour le narguer. Alors plutôt que de perdre son temps à la regarder tourner, il observa le mur en face de lui. Il était blanc, avec quelques petits graffitis de-ci de-là. Rien de bien méchant. Et rien qui ne vaille la peine qu’on ne prenne le temps de les recouvrir. Simple vestiges d’âmes passées par ici, il y avait longtemps ou plus récemment. D’ailleurs l’une des marques semblait fraiche et plutôt réussie. Elle représentait un koala. Il leva les yeux au ciel, c’était elle qui l’avait fait. Un soupire lui échappa et alors qu’il finissait par se demander si Robert n’était déjà aux griffes de la réunion, ce qui n’augurait rien de bon pour lui, la porte d’entrée s’ouvrit. Sur qui ? Là était la question la plus importe.

Retenant son souffle, l’Agent colla son oreille à la porte. Le pas ressemblait à celui de son ours de meilleur ami. La voix de ténor était définitivement celle de son mentor. C’était un véritable soulagement, d’autant qu’il l’avait entendu verrouiller la porte principale à son arrivée et qu’il avait apporté de quoi le rhabiller entièrement. Il saurait bientôt lui aussi que ce ne serait pas du luxe. Augustus attrapa les feuillards qui cerclaient le bas de la robe mais ce contenta dans un premier temps de ne sortir que la tête par l’ouverture que faisait la porte.

▬ T’es prêt à te prendre un sacré fou rire ? Tu vas voir, y a du niveau cette fois !

Il écrasa contre lui les baleines afin de pouvoir passer par l’interstice de la porte. La sortie fut compliqué par l’ampleur du vêtement mais une fois dehors, il se contenta de tendre les bras vers le ciel, lâchant la meringue rose retomber au passage. Il n’aurait plus manqué qu’il s’écrit « Tadam ! » pour compléter le tableau à la perfection. Cependant, cela ne fut pas nécessaire pour déclencher l’hilarité de Robert. Et il fallait bien reconnaitre que c’était amplement justifier. Jetant un regard au miroir, tandis que son comparse préparait l’appareil photo de son smartphone, même Edgeworth ne put réprimer un rire. Dieu que cette robe était laide. Et quel comique sur lui !

Le flash le rappela au sérieux. Puisqu’il était, de toute façon, coincé dans cette robe monstrueuse, il consentit à donner à Bobby ce qu’il souhait : des souvenirs du moment. De ceux qu’ils visionneraient pendant une soirée autour d’une bière ou deux. Et encore une fois, ils en riraient. Alors, d’une pose aguicheuse à une autre, autant dire qu’Augustus se prêta complètement au jeu. Il avait une sacrosainte confiance en Robert et savait parfaitement que ces clichés horrifiques seraient bien gardés des malintentionnés. Puis, après quelques dizaines de ces atrocités, Talbot nota qu’elle aurait pu quand même faire l’effort de lui mettre un nœud dans les cheveux et ce fut l’instant des aveux : il s’était réveillé avec un magnifique diadème fiché sur le crane. Et cette révélation ne que redoubler le rire de son ami, et lui tirer quelques larmes qu’il essuya du revers de sa main.

Puis le calme finit par retomber sur les deux compères, pour qui le temps était compté.

▬ Allez, arrête donc de te moquer et rends-toi utile. fit Augustus entre deux spasmes, amusé. Envoie-moi donc le pantalon, au lieu de me presser après avoir pris tant de photos.

Après avoir attrapé le bas que l’Ours s’était empressé de lui balancer à sa taquinerie, il finit par s’apercevoir que la robe souhait réellement rester sur son dos, à voir la récalcitrance de la fermeture éclair. Il présenta celle-ci à Robert, dans l’espoir qu’il pourrait le sortir, enfin, de cette horreur. Et s’il pouvait être légèrement – très – pudique en fonction des personnes présentes, il n’avait absolument aucune gêne à se retrouver nu ou presque devant Bobby. Ce n’était pas comme si c’était la première fois, avec leur passé commun. Plus que de le voir, il l’avait senti. Aussi, qu’un embarras ne naisse maintenant entre eux aurait été pour le moins inexpliqué, voire illogique. Il commençait donc à s’affairer, tout en reprenant la conversation.

▬ Et Je voudrais bien te donner les détails Ô combien croustillants concernant cet accoutrement mais je ne les ai malheureusement pas. Et c’est peut-être pour mon propre bien que je les refoule, hein ? » plaisanta-t-il, tout en desserrant la robe pour la laisser glisser sur le sol.

Et là, le drame. Une vision d’horreur… encore plus hilarante que la première. Le tissu oté venait de dévoiler des sous-vêtements féminins en accord avec la robe. C’était dire tout bonnement fantaisistes. Rubans rose fuchsia à foison, dentelle travaillée, porte jarretelles assortis, et push up dans le soutien-gorge. L’image était réellement à mourir de rire, ou à vomir, à choix. Et si le rose lui était monté au joue à voir ainsi son reflet, cela fut rapidement suivit d’un facepalm avant d’éclater d’un rire sincère. Il ne doutait pas que son collègue et ami traversait actuellement les mêmes états que lui. Dieu, ils en auraient des souvenirs plus farfelus les uns que les autres à se remémorer au coin du feu, à leur retrait ! S’ils survivaient jusque-là du moins, comme King ce jour-là.

▬ Je suis pas sure que tu veuilles garder ça en mémoire, sur ton téléphone en tout cas. commença-t-il puis son sourire se fit plus sournois et sa main vint caresser sa joue. A moins que ça t’émoustille, grand fou ! A cette remarque, son rire retentit de plus bel ; ce qu’il aimait le charrier. Mais on a de toute façon plus le temps pour ça ! »

Alliant le geste à la parole, il s’empressa de retirer les monstruosités à rubans, tout en demandant si Bobby n’avait pas de quoi les remplacer. C’était toujours plus agréable, mais ils feraient au mieux. Il enfila ensuite le pantalon à pinces qui avait du mal à tenir, et ce même avec la ceinture serrée au dernier cran. D’ailleurs le spectacle qu’il donnait à voir n’était pas réjouissant. Des flancs étaient trop maigres, creusés lentement par le désespoir. Et les os saillants là où la tristesse avait consumé la chair. Les remords n’avaient de cesse de le dévorer de l’intérieur. La seule chose qui le faisait encore tenir debout était sa fille, et peut-être aussi l’espoir qu’un jour justice serait faite. En attendant, ils étaient attendus et ils avaient perdu beaucoup de temps avec tout cela. Il s’empressa donc d’enfiler chemise, cravate et veste tendues par Bobby. Et si le tout était visiblement trop large, c’était toujours mieux que ce qu’il portait un peu plus tôt.

▬ Merci Robert, c’était moins une ! déclara-t-il, en glissant robe dans la housse du costume. Alors, de quoi j’ai l’air ? Il se redressa pour lui montrer le résultat.

Il devrait encore passer à son bureau enfouir la meringue et sa lingerie fine tout au fond d’un placard, mais ils étaient fins prêts à quitter les toilettes des dames. Et ce n’était pas trop tôt !


_________________
If opposites attract we must be the exact same person.
 
“& without the bad, there would be no good.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 376
Date d'inscription : 11/06/2014
Identité : Agent Robert Talbot FBI
Dons : Manipulation de la mémoire

MessageSujet: Re: [CLOS] Hé allez, encore un dinosaure qui se fait la malle... (Gus on devient rare) Mer 25 Fév 2015, 14:16


    Talbot n’était pas le plus connaisseur des hommes concernant la vêture féminine. Il déshabillait plus volontiers des hommes. Son homme même fallait-il préciser maintenant qu’il était casé. Cependant, il lui était arrivé de rendre des coups de pouce, pendant les préparations féminines. Par exemple, aux baptêmes, et autres cérémonies rassembleuses. Ajoutez à cela la minutie des gestes apprise grâce à la pèche, et il devenait tout à fait capable d’ouvrir une fermeture éclair dorsale.

    Mais les dessous féminins firent un drôle d’effet aux deux compères. De quoi rester ballant à papillonner devant tant de… rose fanfreluché. C’était à se demander, ce qui pouvait passer par la tête de Charlotte parfois. Où avait-elle été cherchés ces « trucs » ? Augustus fut le plus prompte à reprendre ses esprits. Il n’en manqua pas une. Il réussi même à rendre Bob cramoisi avec un sous-entendu sexuel comme il aimait en faire, pour le taquiner. Ça marchait à tous les coups !

    - "J’aime pas trop les poupées Barbies. " Marmonna-t-il en visualisant un félin en tablier de cuisine…

    Un petit sourire flotta sur son visage pendant que son ami s’agitait pour retrouver une allure plus consensuelle. Cela faisait un moment qu’Elephant se disait que cet homme pourrait trouver un peu de réconfort auprès des hommes en général. Mais, ils n’avaient jamais vraiment pris le temps d’en discuter ensemble. Ils parlaient plus souvent de sa fille, la filleule de Bobby !

    - "Gus… Faut que tu bouffes plus gars. Regarde-moi ce squelette… "

    Un petit silence passa tandis que l’ours évalua le résultat final. On avait encore l’impression qu’Edge était déguisé. Mais ce déguisement-là passait un peu plus inaperçu que le premier. Robert le rassura de sa bonne grosse voix de baryton, tout en se promettant intérieurement de l’embarquer dans un bon vieux dîner pour le déjeuner. Il continuait à faire honneur au surnom de « Papa Ours » que lui avait donné la petite.

    - "T’es beau comme un dieu. Allez ! "

    Ils sortirent ensemble du lieu interdit et filèrent jusqu’au bureau de l’administrateur. Bobby suivait son collègue de près et profita de se retrouver dans son antre en faire une rapide analyse. Il connaissait assez cet homme pour savoir où chercher les signes d’une potentielle rechute. Aussi chercha-t-il les traces de bouteilles d’alcool en premier lieu. C’était la première chose avec laquelle son ami allait se réfugier quand la vie devenait trop insupportable pour lui. Une fuite comme une autre pour survivre dans ce monde pourri. D’autres préféraient carrément jouer avec le feu… littéralement.

    Hinrich King était déjà en place quand ils arrivèrent dans la salle. Pas mal de monde était présent. Dont certains qui étaient presque des fantômes dans ces couloirs. Une preuve que le vieux loubard avait marqué son passage dans le service. Robert salua rapidement quelques personnes d’une inclinaison du menton avant d’aller se faufiler dans le fond de la pièce. Il préférait toujours rester un peu à l’écart dans ce genre de rassemblement. Cela permettait de s’éclipser plus facilement. Il se décala rapidement pour laisser une place à Edge et commença à papoter avec lui à mi-voix.

    - " Bon j’ai plusieurs trucs à te raconter. T’es dispo jeudi soir ? "

    Le discours débuta par un salut général. Les plus anciens de l’équipe tendirent leur verre dans un mouvement solidaire. Qu’ils le veuillent ou non ils faisaient tous partie d’une bande.


_________________

“Idjits!”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t728-robert-talbothttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t736-elephant-dit-bobbyhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t731-elephant-dit-bobby




Messages : 124
Date d'inscription : 22/08/2014
Identité : Augustus Edgeworth & Charlie Edgeworth
Dons : Reverse

MessageSujet: Re: [CLOS] Hé allez, encore un dinosaure qui se fait la malle... (Gus on devient rare) Dim 19 Avr 2015, 23:35



Hé allez, encore un dinosaure qui se fait la malle...

Le papillonnement d’yeux de Robert prit fin à la remarque dépravée d’Augustus. Son visage vira alors dans un cramoisi qui décrocha un début d’hilarité de son comparse. Ah dieu ! C’était le voir piquer un fard tel une vierge effarouchée qui rendait son penchant pour les taquineries des plus plaisants. L’Ours finissait toujours par baragouiner ensuite quelque chose dans sa barbe, en répartie. Pour l’heure, il se défendait d’apprécier les poupées Barbie, ce qui finit de faire rire son ami. Il était vrai que Bobby était plutôt raccroché à l’autre bord de la rive. Edge lui-même en avait fait l’expérience. Il se gardait cependant de le relancer là-dessus, sans quoi il serait impossible pour lui de reprendre son calme. Car sur ce sujet précis, Bobby était d’autant plus réactif.

A le voir ainsi déshabillé, son mentor nota qu’il devait manger davantage. Il lui semblait avoir un squelette sous les yeux et le plus jeune ne pouvait réellement objecter. Il savait qu’il avait fondu. Considérablement. Cependant il mangeait. En bonne quantité, lui aurait-on dit, mais certes moins qu’avant. A l’époque où il cuisinait avec feue sa femme, il dévorait tel un ogre. Aujourd’hui, il avait plus de mal. Peut-être alors devait-il revenir à ces quantités monstrueuses nécessitées par son don mais pas l’envie n’y était clairement plus. La seule raison qui le poussait à encore s’alimenter était sa fille. Il voulait qu’elle le rythme et une bonne image d’une bonne santé. Il se contentait donc de juste assez pour lui. Pas assez néanmoins pour le remplumer face au deuil. Il se contenta donc d’hocher distraitement la tête, sans grande conviction.

Puis un silence précéda le verdict de l’Ours sur sa nouvelle apparence. Apparemment, il était beau comme un Dieu. De quoi flatter son égo et lui tirer un sourire des plus charmeurs. Bien sûr, il savait qu’il ne s’agissait que d’une plaisanterie – surtout à se voir dans le miroir –, mais il ne pouvait s’empêcher de rentrer dans ce jeu. Il ouvrit ensuite la marche jusqu’à son bureau. Il était plutôt spacieux et bien agencé, pour la partie visible. En effet, un angle de mur dissimulait cependant une partie de la pièce et des tas de dossiers y formaient comme des ilots. Tant et si bien qu’en période de rush, il était parfois difficile de s’y déplacer à l’arrière. Sans que ce ne soit en désordre pourtant. Il amoncelait juste ici certains dossiers sur lesquels il se penchait plus longuement qu’il ne le laissait paraitre. Et sur le mur, près de l’armoire, les traces d’anciennes punaises : vestige de ses recherches vengeresses. Il accrocha le cintre à la barre de la penderie et se retourna sur un Robert qui scrutait les environs. A la recherche d’alcool, très surement.

▬ Inutile de chercher, Robert. Il n’y en a pas ici. Pas cette fois.

La vérité étant qu’il avait terminé la bouteille la semaine précédente, mais il se gardait bien de lui notifier, bien qu’il l’ait bue avec parcimonie. Il avait préféré garder l’ivrognerie pour chez lui. Entre la semaine passée éloigné de sa fille, et les multiples incidents qui lui retombait dessus au Bureau – de Bolkonskaïa à Kreizler, … –, la boisson lui avait permis de, paradoxalement, garder la tête hors de l’eau. Il ne désirait cependant pas l’inquiéter outre mesure. Il n’y avait pas de quoi, il avait appris à choisir les bons moments désormais. Lui passant le bras derrière l’épaule, il l’invitait à sortir du bureau. Car savait-on jamais sur quoi il pourrait tomber à le scruter ainsi.

King était déjà en place quand les deux firent enfin leur entrer. Le plus discrètement possible, bien entendu. Edgeworth ne tenait pas tellement à se faire remarquer. Et il n’avait aucune envie de saluer qui que ce soit, contrairement à Bobby. King et Robert avait cela de commun qu’ils étaient apprécié par les différents services. Edge, lui, devait jouer les chieurs pour pouvoir faire son boulot. Et personne n’appréciait d’ailleurs la police des polices. Personne n’aimait qu’on leur remonte les bretelles ou devoir rendre des comptes. Surtout pas à un pareil emmerdeur, pointilleux jusqu’au bout. Et il le leur rendait bien. Il n’était pas là pour faire ami-ami. Cela nuisait à son jugement et auraient pu entrainer théoriquement des traitements de faveurs. Sinead avait eu le don de l’adoucir dans ses propos, mais depuis rare étaient ceux à l’approcher hors obligations depuis sa disparition. Et pourtant, il était celui qui avait permis à certains, un peu trop zélés, de garder leur poste aussi longtemps. Gagnant furtivement les coté de son mentor, dans le fond de la salle, il tendit l’oreille vers lui.

▬ Bien sûr. Quelque chose dont je devrais me préoccuper ?

Le discours débuta, et il tendit son verre comme tous les autres. Il y eu quelques larmes sur quelques visages. Des accolades aussi. Et à cela, pas moyen de couper, entre vieux de la vieille. Un quart d’heure venait de passer quand Edgeworth du y passer. Fort heureusement pour lui, King le connaissait suffisamment bien pour voir derrière les apparences. Et lui assez le retraiter pour comprendre que son regard signifiait « Sors-moi de là au plus vite. », très peu fan des mondanités. Lançant un regard à Robert, il se retourna vers la foule et sortit de sa torpeur. Il frappa des mains et prit un air des plus austères.

▬ Bien, le quart d’heure est passé. La petite sauterie est terminée, allez, retournez tous à vos postes. Maintenant. Toujours aussi peu aimable que possible.



_________________
If opposites attract we must be the exact same person.
 
“& without the bad, there would be no good.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 376
Date d'inscription : 11/06/2014
Identité : Agent Robert Talbot FBI
Dons : Manipulation de la mémoire

MessageSujet: Re: [CLOS] Hé allez, encore un dinosaure qui se fait la malle... (Gus on devient rare) Lun 27 Avr 2015, 13:08


    Robert avait peu de collègues masculins avec qui il appréciait travailler. Bien que le bon sens aurait du l’amener à repousser un gars de la police interne, il n’en avait rien fait. Augustus était devenu un ami. Un ami cher, sans aucun doute celui à qui il confiait le plus de chose, après Lizbeth. Et il osait croire que la réciproque était vraie. Alors, il était naturel pour lui, de veiller, quitte à passer pour un ours parano. Puisque qu’Edge lui affirma que tout allait bien, il décida de le croire sur parole et se rendit avec lui dans la salle de réunion.

    - " … plutôt quelque-chose pour té réjouir."

    Sur ces paroles bien mystérieuses, Elephant, reporta son attention sur le roi de la fête. Comme tout le monde il écouta les phrases bien ficelées du vieux loubard. Sans surprise, il y eu quelques pleurs dans l’assistance, mais aussi des rires sur la fin. C’était souvent la même chose dans ces cas là. Mais une fois que tous ceux de leur génération seront partis, qui se souviendra de leur passage au FBI ? La postérité, était un sujet qui apparaissait avec l’âge. Bobby lui-même se demandait si quelqu’un se souviendrait de lui. Il n’avait pas d’enfant, pas de femme (logique), seulement un petit frère et un neveu, qu’il ne voyait pas si souvent que ça.

    Ces élucubrations personnelles n’eurent pas le temps de s’étendre car déjà le travail devait reprendre. En bon employés dociles, les agents allèrent jeter leurs gobelets en plastiques, puis repartir vers leurs bureaux respectifs. Bobby s’attarda quelques minutes, le temps d’aller glisser un mot au nouveau retraité. Avant de s’éclipser, il retourna vers son ami pour lui donner des indications un peu plus précises.

    - " 20h30 au même pub que d’habitude. Ça roule ? A plus… brindille ! "

    Un surnom parfait pour marquer leur dernière anecdote Charlienne. Un petit rire taquin poursuivi Talbot pendant quelques pas jusqu’à ce qu’à son tour, il ne soit plus qu’un dos dans un long couloir.


Terminé

_________________

“Idjits!”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t728-robert-talbothttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t736-elephant-dit-bobbyhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t731-elephant-dit-bobby



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [CLOS] Hé allez, encore un dinosaure qui se fait la malle... (Gus on devient rare)

Revenir en haut Aller en bas

[CLOS] Hé allez, encore un dinosaure qui se fait la malle... (Gus on devient rare)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» pignon qui se fait la malle
» la côte de bœuf s'est fait la malle ...
» B. Benjamin se fait la malle
» Allez fait péter le champagne !!
» Savage 25 brushless fait maison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
XMH : The After Years :: Siège du FBI-