XMH : The After Years
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[CLOS] « Que tous les hommes soient frères, c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. » | Tutor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage




Messages : 214
Date d'inscription : 24/02/2015
Identité : Capitaine Powell
Dons : Contrôle de la gravité terrestre

MessageSujet: [CLOS] « Que tous les hommes soient frères, c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. » | Tutor Mer 25 Fév 2015, 15:05




« Que tous les hommes soient frères,
c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. »


Le grand jour était arrivé. Quelques heures après que Meredith, sa sœur, lui ait demandé de préserver Tutor, le beau-frère arrivait dans cette maison où il n'avait pas mis les pieds depuis longtemps. On ne pouvait pas dire que les deux hommes avaient été particulièrement proches, ces dernières années. Étrangement, ils s'étaient salués sobrement. Ils ne lancèrent pas immédiatement les hostilités. Aucun coup de poing comme cela avait parfois été le cas... Pas la moindre petite réplique mesquine. Avaient-ils gagné en sagesse, ou n'étaient-ils plus très en forme ? Peut-être avaient-ils conscience que l'heure était grave, et qu'ils auraient tout intérêt à parler intelligemment.
Woods entra dans la maison, avec peu de bagages. Le capitaine ne prit pas la peine de lui faire visiter les lieux, même s'il devait peu s'en souvenir. Il se contenta de rappeler, vaguement, les points essentiels de la demeure. Il habitait dans un quartier somme toute calme et plaisant à vivre. Personne ne s'imaginerait trouver un homme tel que lui, dans un pareil endroit. Et d'ailleurs, personne ne viendrait jamais chercher Tutor, chez l'une des personnes qu'il méprisait le plus, n'est-ce pas ? Si cela arrivait, Thalès était de toute façon apte à se défendre.
L'intérieur de la maison était assez remarquable également. On y trouvait le nécessaire, c'était propre et ordonné. La pièce centrale, près de l'entrée, était un salon comprenant un canapé, une table basse et quelque matériel technologique. La pièce débouchait sur une terrasse. Tout autour du cœur de la maison, se dressaient la cuisine, d'autres pièces utilitaires et les escaliers menant à l'étage. C'était là-haut qu'il y avait les chambres. C'était là-haut que son bureau était fermé à double-tour. Chaque maison avait ses secrets sales. Chaque homme avait une facette à dissimuler.

Et là-haut, il y a ma chambre et aussi une chambre d'ami, expliqua-t-il, au pied de l'escalier, qu'il ne prit pas la peine de gravir. Donc toi tu dors là, poursuivit-il, en désignant le canapé quelques mètres plus loin.

Première vanne. Ça avait été trop tentant. Pour autant, il avait dit ça naturellement, presque sérieusement. Ces piques étaient trop devenues monnaie courante, entre eux, pour prendre la peine de s'attarder dessus. Et puis, de toute façon, Tutor dormirait vraiment sur le canapé.

Tu veux peut-être boire quelque chose ? Les derniers jours ont dû être éreintants, reprit-il, avec un sourire, en lui faisant une tape amicale sur l'épaule.

Il le conduisit aussitôt vers la cuisine, tout en lui demandant ce dont il avait envie. Une boisson chaude serait toute indiquée, en cette heure de l'après-midi. Il sortit deux tasses du placard, tendant à son invité un mug avec une inscription gravée cocasse : World's biggest asshole. Il ne semblait pas avoir fait attention à ce logo, comme si la tasse avait purement et simplement été élue au hasard. Il gardait un air affable à l'égard de son vieil ami. Décidément, ils ne s'ennuieraient pas.




_________________










“This is a joke. This is all a joke.”




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1337-thales#25733http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t978-thales#19346http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-benedict-dantes#19395http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1506-thales#28331




Messages : 108
Date d'inscription : 21/04/2014
Identité : Jeremy Woods
Dons : Contrôle mental - Esprit impénétrable - Mémoire génétique

MessageSujet: Re: [CLOS] « Que tous les hommes soient frères, c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. » | Tutor Dim 08 Mar 2015, 19:39

♫ Le grand jour,
Une autre vie, une autre destinée,
Délivrés d'avoir à fuir à perpétuité.
Mais au jour du jugement ultime,
Chaque homme doit révéler ses crimes
Au grand jour. ♪

La fuite avait été la seule option envisageable. Benedict étant tout sauf un idiot, ce dernier ne mettrait pas longtemps à comprendre quel rôle Tutor avait joué dans l'arrivée prématurée de la police sur le parvis de l'église du Crépuscule. En offrant une porte de sortie aux Initiés, Woods avait trahi les Ombres. Dans un groupe où le pardon n'existait pas, un seul châtiment attendait les mutants félons : la mort. Et peu importait si, grâce à son intervention, de nombreuses vies avaient pu être épargnées, dans un camp comme dans l'autre. Pour autant, ses actes lors de la bataille n'expliquaient pas à eux seuls le choix de Jeremy. La disparition d'Ascheriit, plus que tout le reste, avait motivé cette décision. Le leader des Ombres avait été trahi par son propre bras-droit qui, à en croire les rumeurs, s'était déjà réapproprié le domaine Dantès. Ambrosio Rayleigh était donc le nouveau grand patron. Un chef qui n'avait sans doute pas du tout envie de laisser la moindre chance à son prédécesseur de revenir. Tutor représentant physiquement l'une de ces chances, pourquoi Benedict prendrait-il le risque de le laisser en vie ? Oui, fuir avait été la seule solution. Mais pour aller où ? Jeremy ne pouvait évidemment pas retourner chez lui. Si ce n'était pas déjà le cas, ce n'était qu'une question de temps avant que sa maison ne soit placée sous haute surveillance. Ce qui n'était pas sans l'inquiéter pour Meredith. Sa femme était forte. Elle avait déjà su faire face à de terribles épreuves, durant la dernière guerre notamment. Mais c'était aussi une mère horrifiée à l'idée qu'on puisse faire du mal à son enfant. Anne était sa plus grande faiblesse et des individus comme Ambrosio Rayleigh n'hésiteraient sans doute pas à exploiter cette faille. Pour autant, Meredith ne risquait rien pour le moment. Car elle constituait aussi le meilleur moyen pour les Ombres de remonter jusqu'à lui. La tuer serait donc stupide et, comme dit plus haut, Benedict n'était pas stupide. Quoi qu'il en soit, Jeremy ne pouvait pas rentrer chez lui, pas plus qu'il ne pouvait se cacher chez Anne. Qu'aurait-il dû faire alors ? Quitter New York ? Cette solution paraissait être la plus raisonnable. Mais Tutor s'y refusait. Il ne laisserait pas Anne livrée à elle-même. C'était hors de question. En revanche, il pouvait aisément faire croire à son départ. Dans cette optique, Woods avait retiré une grosse somme d'argent de l'un de ses comptes et acheté, avec sa carte bleue, un billet de train pour sortir de l'Etat ainsi qu'un billet d'avion pour un vol à destination de la Californie. La manœuvre était grossière, trop facilement traçable pour paraître crédible, mais elle avait au moins le mérite de brouiller les pistes. Son point de chute, bien réel celui-ci, se trouvait dans l'un des quartiers résidentiels de Manhattan. Il s'agissait de la demeure de son beau-frère, le capitaine Powell. Le pari était aussi osé que risqué. Le lien entre les deux hommes était évident, mais leur relation houleuse était également connue de beaucoup. Woods ne portait guère Powell dans son cœur, et réciproquement. Les imaginer vivre ensemble, sous le même toit, était une idée si saugrenue que personne ne viendrait le chercher ici. Pas avant que d'autres pistes, plus tangibles, aient été épuisées en tout cas. Et lorsque ce serait le cas, Thalès et Tutor seraient toujours aptes à se défendre. Ils étaient tous deux d'anciens soldats après tout, même si l'un d'eux était borgne et à moitié bourré les trois quarts du temps. Le pirate - puisqu'il était difficile pour Jeremy de penser à autre chose lorsqu'il le voyait - l'avait toutefois accueilli avec courtoisie lorsque Woods s'était présenté à sa porte. Sans faire preuve d'une amabilité excessive, les deux mutants se montrèrent affables, eux qui avaient pourtant l'habitude de se chercher des noises à la moindre occasion. Le capitaine lui fit faire un rapide tour du propriétaire. La maison était proprette, étonnamment bien rangée. En fait, Jeremy avait l'impression que les lieux étaient aseptisés, dépourvus d'âme. Lorsque Powell s'arrêta devant l'escalier, Woods lui lança un regard oblique, presque soupçonneux. Bref, le genre de regard qu'il lui adressait souvent.

- Et là-haut, il y a ma chambre et aussi une chambre d'ami, déclara le capitaine, d'une voix claironnante. Donc toi tu dors là.

Le regard de Jeremy suivit la direction indiquée par son hôte jusqu'à se poser sur le canapé. Qu'elle fut sérieuse ou non, la proposition n'étonna guère Tutor. Son beau-frère et lui avaient tant l'habitude de se tirer dans les pattes qu'il était surprenant qu'ils aient autant tardé avant d'ouvrir les hostilités.

- Si cela peut m'épargner tes ronflements, je signe tout de suite, rétorqua-t-il, avec un sourire crispé.

- Tu veux peut-être boire quelque chose ? Les derniers jours ont dû être éreintants, poursuivit Powell, tout en le menant à la cuisine.

- Ce n'est pas de refus, merci. Par contre, ce sera sans alcool pour moi. Il est bien trop tôt pour mon estomac...

Un partout. Balle au centre. Ces deux-là s'adoraient ! D'ailleurs, le capitaine lui adressa rapidement une nouvelle preuve d'affection en lui présentant une tasse très personnalisée. Woods esquissa un sourire en découvrant l'inscription.

- Je me demande qui a pu te l'offrir celle-là ? C'est compliqué... Les candidats ne doivent pas manquer à l'appel, glissa-t-il.

S'il croyait le froisser en lui servant son thé là-dedans, il se fourrait le doigt dans l'œil ! Après tout, cette tasse lui appartenait.


- Tu as l'air en forme, ajouta-t-il. La retraite te sied bien visiblement.

Il y avait bien longtemps qu'ils ne s'étaient pas renvoyés la balle tous les deux. En un sens, il était assez plaisant pour Jeremy de le revoir. Mais ce plaisir serait sans nul doute très éphémère, comme à chaque fois qu'ils se croisaient depuis le fameux incident.

_________________

« Je n'ai pas peur du danger. JE suis le danger ! »

XMH Awards 2015:
 

Version Disney || Version Comics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t662-tutor-shadow-soldier#13426http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1424-tutor-shadow-soldier#27342http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t676-tutor-shadow-soldier#13675




Messages : 214
Date d'inscription : 24/02/2015
Identité : Capitaine Powell
Dons : Contrôle de la gravité terrestre

MessageSujet: Re: [CLOS] « Que tous les hommes soient frères, c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. » | Tutor Lun 16 Mar 2015, 16:50




« Que tous les hommes soient frères,
c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. »


Thalès avait conscience que Tutor était du genre traître, à s'attirer des ennuis, mais il était loin de se douter combien l'homme avait frappé fort, récemment. Il ne le croyait certes pas blanc comme l'agneau qui venait de naître, mais quelque chose lui disait qu'il finirait par avoir des réponses à ses multiples interrogations. On ne tirait pas facilement les vers du nez de Tutor, mais Thalès savait parfois se montrer persuasif. Après tout, il prenait le risque d'abriter ce Judas chauve ; alors pourquoi n'aurait-il pas le droit d'être tenu informé ? Peut-être était-il curieux, mais il se figurait que si Woods avait le droit de risquer sa propre vie, autant qu'il le voulait, il en allait autrement concernant son épouse et sa fille. Mais risquer la vie des autres ne l'avait jamais empêché de dormir sur ses deux oreilles, n'est-ce pas ? Ne l'avait-il pas envoyé au Brésil, à la fin de la guerre, en toute connaissance de cause ? Thalès mentirait s'il disait qu'il n'avait pas apprécié d'accomplir cette mission, mais il ne pardonnerait jamais nombre de choses à Tutor.
Quoiqu'il en soit, la situation avait dû sérieusement déraper pour que Woods décidât de venir habiter chez son rival de longue date. S'ils s'étaient mis d'accord, c'est qu'ils ne se détestaient pas tant que cela, mais la cohabitation risquait néanmoins d'être très rude. A vrai dire, cette idée tenait soit du génie, soit de la folie. En effet, même si personne ne viendrait chercher Tutor ici, dans l'immédiat, les deux hommes risquaient de se disputer violemment. Thalès pourrait-il en venir à trahir son beau-frère, si par hasard, l'ennemi arrivait dans le coin ? Il était malheureusement trop têtu pour cela, et surtout, il ne tromperait pas sa propre sœur. Il ne fallait pas douter qu'il faisait tout cela pour elle.
Le premier jour n'annonçait rien d'alarmant ; ils s'étaient même retrouvés avec courtoisie, faute de pouvoir parler de bonheur. Avaient-ils gagné en maturité et perdu en énergie ? Selon toute vraisemblance, ils ne faisaient que s'échauffer, intérieurement. Thalès lui fit faire un tour du propriétaire plus qu'expéditif, avant de lancer les hostilités. Que voulez-vous ? La tentation avait été trop grande. Un sourire se refléta dans le regard du capitaine, lorsque Tutor découvrit l'endroit où il allait dormir. Voir se dessiner une expression crispée et blasée sur le visage de son beau-frère lui procurait toujours – et très étrangement – une impression de bien-être ineffable. Surtout lorsqu'il était lui-même à l'origine de l'enfoncement du parapluie que Woods avait dans le postérieur. Heureusement, il n'était pas très difficile de gonfler le militaire. Thalès était, d'une certaine façon, un homme plus patient, plus affable. Pour autant, lorsqu'il perdait la raison, il devenait infiniment moins contrôlable, et plus dangereux.
Tutor lança une petite réplique minable sur ses présumés ronflements et Thalès n'y prêta aucune attention, comme s'il ne l'avait pas entendu. Décidément, Tutor avait peut-être perdu la main depuis qu'ils ne s'étaient pas vus ; encore que, il ne brillait pas toujours par son imagination... Au moins acceptait-il son nouveau lit. Cela suffisait à Thalès qui sourit, et l'entraîna vers la cuisine.

« Ce n'est pas de refus, merci. Par contre, ce sera sans alcool pour moi. Il est bien trop tôt pour mon estomac... » déclara-t-il, une fois qu'ils eussent rejoint l'autre pièce.

Cette fois, le capitaine gagna un sourire dénué de joie. Tutor regagnait progressivement sa répartie légendaire, dans toute sa splendeur. Il était persuadé que le capitaine n'était qu'un alcoolique notoire, qui avait détruit sa propre vie. Il ne cherchait pas vraiment à le convaincre du contraire ; Tutor n'était pas homme à changer d'avis. Une fois de plus, l'homme au cache-œil laissa la remarque glisser sur lui comme de l'eau de pluie sur la roche. La raison en était simple, il avait préparé à l'avance le coup suivant. Tutor se retrouva donc avec une tasse faite pour lui, entre les mains.

« Je me demande qui a pu te l'offrir celle-là ? C'est compliqué... Les candidats ne doivent pas manquer à l'appel. » commenta-t-il.

Une fois encore, le capitaine paraissait plus amusé qu'offusqué par cet échange ; même si on continuait à lire, dans son regard, qu'il ne pouvait pas sentir son interlocuteur.

Je crois que c'est Meredith ou Anne qui l'a laissée pour toi, la dernière fois, se contenta-t-il de glisser, distraitement, tout en se tournant vers le plan de travail.

Il mit aussitôt la cafetière en route, même si les deux hommes avaient peut-être davantage besoin d'une boisson calmante qu'énergisante.

« Tu as l'air en forme. La retraite te sied bien visiblement. » reprit-il la parole.

Cette fois, le capitaine, qui tournait toujours le dos à Tutor, ne sourit même pas. Il ne doutait pas que sa façon de le « complimenter » ou de demander de ses nouvelles, était enrobée de mesquinerie. Et pourtant, au vu de la responsabilité qu'il avait dans cette affaire, il ferait parfois mieux de la fermer. La main du capitaine se crispa sur la tasse qu'il était en train de remplir, tandis qu'une lueur démente éclairait son unique prunelle. C'était tout lui : toutes les remarques du monde ne semblaient pas pouvoir l'atteindre, et puis, sans crier gare, une chose insignifiante risquait de tout faire déraper. Il serait capable de jeter cette cafetière sur le crâne luisant de Woods, de le cribler de coups, au risque de faire de sa sœur une veuve... Et pourtant, il parvint à regagner son calme et à se tourner vers Tutor, les deux tasses prêtes. D'un hochement de tête, il l'invita à s'asseoir à table. Il s'installa lui-même.

Crois-le ou non, le gouvernement m'a contacté pour une mission, suite aux récents événements, répondit-il. Il faut croire qu'ils ont besoin de soldats solides pour réparer les dégâts faites par certains...

Il était plus sérieux que précédemment, mais son intonation ne manquait pas de sous-entendus. Il savait que Tutor avait les mains plus sales que jamais ; mais il savait aussi qu'il se plairait à ne rien divulguer, aussi longtemps que possible.

Tu as vraiment l'air d'avoir provoqué la mauvaise personne, cette fois, Woods, reprit-il, plus léger. C'est vrai, tu dois être particulièrement désespéré pour que ta sécurité dépende de mon bon vouloir... C'est tout ça, toi, incapable de tenir en place, ni de te retenir de cracher à la gueule de ceux qui ont le malheur de te contrarier. Malgré son âge, Anne a acquis plus de sagesse. Une chance qu'elle tienne plus de Meredith que de toi... Encore que, le contraire aurait été surprenant, conclut-il.

La dernière phrase était imbibée d'un sous-entendu qui abordait un terrain particulièrement glissant. Thalès frappait fort, et vite, mais il fallait croire qu'il était moins patient et indulgent qu'autrefois, ce qui n'était certes pas peu dire.

A la tienne, ajouta-t-il, avec un sourire, en levant brièvement sa tasse de café.




_________________










“This is a joke. This is all a joke.”




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1337-thales#25733http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t978-thales#19346http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-benedict-dantes#19395http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1506-thales#28331




Messages : 108
Date d'inscription : 21/04/2014
Identité : Jeremy Woods
Dons : Contrôle mental - Esprit impénétrable - Mémoire génétique

MessageSujet: Re: [CLOS] « Que tous les hommes soient frères, c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. » | Tutor Dim 03 Mai 2015, 12:55

Ce serait caresser un doux rêve que de voir s'établir une entente cordiale entre ces deux-là. S'ils s'étaient entendus autrefois, il y a une éternité de cela semblait-il, leurs bonnes relations appartenaient irrémédiablement au passé. Hormis leurs liens familiaux, les deux hommes n'avaient plus grand chose en commun. Et l'incident qui avait manqué de coûter la vue à Thalès pesait pour beaucoup dans la balance.

- Je crois que c'est Meredith ou Anne qui l'a laissée pour toi, la dernière fois, rétorqua le borgne.

Devant la pauvreté de cette réplique, Woods préféra ne rien répondre. Powell aurait tout de même pu trouver mieux que de lui retourner sa propre vanne. La technique « miroir », comme Jeremy la nommait, lui rappelait plus des enfantillages d'écoliers qu'autre chose. Heureusement, l'un comme l'autre se montrèrent plus adultes ensuite... En se balançant des attaques verbales plus sournoises ! Évoquer la retraite de Thalès ne fut guère au goût de ce dernier. Le regard du borgne ne trompait pas : il fulminait littéralement (et dangereusement) de l'intérieur. Inconstant d'humeur, Woods et Powell l'étaient tous les deux. Mais le capitaine le surclassait par l'impulsivité de ses réactions. Réussissant à prendre sur lui, Thalès leur servit à boire et invita Tutor à s'installer en face de lui.


- Crois-le ou non, le gouvernement m'a contacté pour une mission, suite aux récents événements, l'informa alors Powell, ce qui ne manqua pas d'attiser la curiosité de son interlocuteur.

- A époque désespérée, mesures désespérées, y alla-t-il néanmoins de son petit commentaire.

- Il faut croire qu'ils ont besoin de soldats solides pour réparer les dégâts faits par certains... Ajouta Thalès, comme s'il ne l'avait pas entendu.

Cette nouvelle pique l'intrigua plus qu'autre chose. Jeremy se demandait ce que son beau-frère savait exactement sur son implication dans les derniers évènements.


- Il s'est passé des choses, en effet. Et je ne nie pas d'y avoir joué un rôle. Admit-il.

Ce qui ne faisait que confirmer ce que Thalès savait déjà. On avait vu mieux comme information !


- Tu as vraiment l'air d'avoir provoqué la mauvaise personne, cette fois, Woods, insista Powell, avec une légèreté dérangeante, comme s'il était amusé de savoir son beau-frère dans une situation périlleuse. C'est vrai, tu dois être particulièrement désespéré pour que ta sécurité dépende de mon bon vouloir... C'est tout ça, toi, incapable de tenir en place, ni de te retenir de cracher à la gueule de ceux qui ont le malheur de te contrarier.

Woods ne pipa mot. Il ne lui ferait pas le plaisir de démarrer au quart de tour. D'autant qu'il avait besoin de lui et de l'abri qu'il lui offrait.

- Malgré son âge, Anne a acquis plus de sagesse. Enchérit Powell. Une chance qu'elle tienne plus de Meredith que de toi... Encore que, le contraire aurait été surprenant.

- Laisse ma femme et ma fille en dehors de ça, s'impatienta Jeremy. Et garde tes sous-entendus pour toi.

L'intensité du regard qu'il lui lança montrait qu'il ne plaisantait pas. Il y avait certaines limites à ne pas franchir et certains sujets tabous.

- Tu te pavanes comme le nouveau héros du gouvernement, mais sais-tu au moins ce qui se trame derrière tout ça ? As-tu la moindre idée de la personne qui tire les ficelles ? Le questionna Tutor, changeant délibérément de sujet. Qui a fait appel à tes services ? Et dans quel but ?

Les deux dernières questions n'avaient rien de rhétorique, Tutor voulait en savoir plus sur cette mission suspecte. On ne faisait pas revenir des individus comme Thalès pour faire du baby-sitting. Evidemment, Woods ne pouvait pas imaginer que cette pensée saugrenue était en réalité proche de la vérité.

_________________

« Je n'ai pas peur du danger. JE suis le danger ! »

XMH Awards 2015:
 

Version Disney || Version Comics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t662-tutor-shadow-soldier#13426http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1424-tutor-shadow-soldier#27342http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t676-tutor-shadow-soldier#13675




Messages : 214
Date d'inscription : 24/02/2015
Identité : Capitaine Powell
Dons : Contrôle de la gravité terrestre

MessageSujet: Re: [CLOS] « Que tous les hommes soient frères, c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. » | Tutor Mar 12 Mai 2015, 21:19




« Que tous les hommes soient frères,
c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. »


Parler d'incident, lorsqu'on mentionnait ce qui était arrivé au capitaine, était un bel euphémisme. Enfin, les gens étaient peu à connaître la vérité. Or, si celle-ci était d'aventure parvenue aux oreilles du chauve, il préférait croire une version moins épique dans laquelle Thalès se détruisait seul. Il n'était pas facile d'accepter qu'un mutant aux allures d'ange l'avait comme brûlé de l'intérieur, mais Tutor éprouvait surtout un malin plaisir à rabaisser son beau-frère. D'aucuns avaient besoin de cela pour se sentir exister.
Malgré les premières apparences, les deux hommes étaient déjà parvenus à toucher les points sensibles et à se blesser l'un, l'autre, grâce à un sens de la répartie affûté. Tutor était moins « spontané » que le capitaine, en revanche, il l'emportait largement lorsqu'il s'agissait d'avoir une mine crispée, renfrognée, avant de dire n'importe quoi pour se montrer irrévérencieux. Il avait un don inné pour massacrer l'enthousiasme de ses interlocuteurs. Ainsi, il ne manqua pas de faire remarquer à Thalès que le gouvernement l'avait sûrement choisi par dépit. Le capitaine n'y fit pas même attention, car il savait que le simple fait que l'existence allât mieux pour lui, irritait Tutor.
Malheureusement, celui-ci savait indéniablement plus de choses que Thalès, sans pour autant vouloir en divulguer quelques unes. Malgré une curiosité accentuée par les derniers événements, Powell n'avait pas envie de s'amuser à tirer les vers du nez de Tutor. En plus d'être fastidieux et de lui accorder trop d’importance, cela serait sûrement inefficace. Tout le monde savait que lorsque Woods daignait parler, il n'était pour autant pas avare en mensonges. C'était nettement plus amusant d'aborder tous les sujets qui fâchaient, pour le pousser à bout. Et d'ailleurs, il toucha enfin une corde sensible lorsqu'il mentionna les liens familiaux des Woods.

« Laisse ma femme et ma fille en dehors de ça,. Et garde tes sous-entendus pour toi. »

Le ton avait été sans appel et bien rude. Thalès comprit qu'il aurait suffi d'un mot supplémentaire, pour que Tutor en passe aux mains. Il était vrai qu'il avait d'ores-et-déjà fait un coup bas, mais il ne le regrettait pas. Pour toute réponse, il adressa un grand sourire à son interlocuteur. Il considérait cela comme une petite victoire. Après tout, il n'y avait que la vérité qui fâchait.

« Tu te pavanes comme le nouveau héros du gouvernement, mais sais-tu au moins ce qui se trame derrière tout ça ? As-tu la moindre idée de la personne qui tire les ficelles ? Qui a fait appel à tes services ? Et dans quel but ? » demanda-t-il alors.

Thalès regagna son sérieux. Il ne faisait que s'enthousiasmer pour une promotion. Il ne se conduisait tout de même pas comme un narcissique compulsif ou axelien. L'accusation était injuste. Pourquoi lui demandait-il tout ça alors qu'il savait pertinemment que le capitaine ignorait nombre de leurs secrets sordides ? Espérait-il marquer de nouveaux points au niveau de leur concurrence légendaire ? En tout cas, il était véritablement intrigué par les changements de statut de Thalès. En fait, le capitaine n'avait pas de raison valable de ne pas répondre à Tutor, mais il n'avait simplement pas envie de lui faire ce plaisir-là. En tout cas, aucune information n'était gratuite, même si cette façon de voir les choses allait sûrement les mener à avoir une discussion ô combien stérile.

Tu sais combien j'adorerais te répondre Jeremy, dit-il, mais je ne peux pas. J'ignore quelles personnes tu as eu l'intelligence de contrarier, ni même si tu les as vraiment trahies, c'est vrai. Tu sais, avec ceux qui ont l'habitude de retourner leur veste, on ne sait jamais. Je ne peux pas me permettre de te divulguer des informations, sachant que tu es traqué par cet ennemi dont je ne sais rien. Et le principal est que je n'ai pas confiance, conclut-il, nullement honteux de se montrer puéril.

Il posa sa tasse sur la table, puisqu'il en avait terminé le contenu. Malgré son air presque insouciant, il observait Tutor avec une prunelle ferme et intense.

Et puis, tu es ici pour te cacher et pour protéger ta famille, pas pour continuer à te mêler des intrigues actuelles. Je sais à quel point il est frustrant d'être tout à coup hors-jeu, mais qui sait ? Tu prendras peut-être plus goût à la retraite que moi. En tout cas, je pense que tu en as besoin pour te sevrer de ce besoin constant d'être mesquin et retors. Tu devrais prendre du bon temps, te trouver une occupation. Tu peux devenir homme au foyer, je ne vais plus avoir beaucoup de temps pour m'occuper de la maison, conclut-il, l'air de rien.




_________________










“This is a joke. This is all a joke.”




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1337-thales#25733http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t978-thales#19346http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-benedict-dantes#19395http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1506-thales#28331




Messages : 108
Date d'inscription : 21/04/2014
Identité : Jeremy Woods
Dons : Contrôle mental - Esprit impénétrable - Mémoire génétique

MessageSujet: Re: [CLOS] « Que tous les hommes soient frères, c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. » | Tutor Lun 21 Sep 2015, 19:56

Une discussion franche, ouverte et amicale était en train de se dérouler entre deux hommes qui se vouaient l'un à l'autre un profond respect mutuel... Bon, d'accord. Cette assertion était carrément à côté de la plaque ! Woods et Powell. Powell et Woods. Dans un sens ou dans l'autre, les deux mutants ne pouvaient pas se piffer. Mais comme ils appartenaient tous deux à la même famille, ils étaient parfois contraints de se supporter. En l'occurrence, Tutor avait besoin de l'aide de Thalès.

- Tu sais combien j'adorerais te répondre Jeremy, lâcha le borgne, un sourire goguenard en coin, mais je ne peux pas.

Leur petit jeu malsain se poursuivait. A ce rythme-là, leur conversation risquait de s'éterniser sans qu'ils apprennent, l'un comme l'autre, quoi que ce fut d'intéressant.

- J'ignore quelles personnes tu as eu l'intelligence de contrarier, ni même si tu les as vraiment trahies, c'est vrai. Ajouta-t-il, avec ce ton mielleux ô combien insupportable qu'il affectionnait de prendre à chaque fois qu'il se fichait ouvertement de la gueule de Jeremy. Tu sais, avec ceux qui ont l'habitude de retourner leur veste, on ne sait jamais.

La mâchoire de Woods se crispa lourdement. Les dents serrés, il se retint de coller une droite au capitaine.

- Je ne peux pas me permettre de te divulguer des informations, sachant que tu es traqué par cet ennemi dont je ne sais rien. Et le principal est que je n'ai pas confiance, insista-t-il.

- Tu viens de mettre le doigt sur le véritable problème : tu ne sais pas grand chose, « Capitaine », fit-il, en crachant l'ancien grade de Powell sur un ton clairement dédaigneux.

- Et puis, tu es ici pour te cacher et pour protéger ta famille, pas pour continuer à te mêler des intrigues actuelles. Reprit tranquillement Thalès. Je sais à quel point il est frustrant d'être tout à coup hors-jeu, mais qui sait ? Tu prendras peut-être plus goût à la retraite que moi.

Et voilà qu'il lui retournait sa propre vanne sur la retraite... Ces deux-là pouvaient réellement être puérils quand ils s'y mettaient.

- Ne t'inquiète pas pour moi, le rassura-t-il. La retraite me sied bien mieux qu'à toi.

« On voit les choses différemment avec deux yeux », se retint-il d'ajouter. Il ne voulait pas paraître aussi immature que son cher beau-frère.

- En tout cas, je pense que tu en as besoin pour te sevrer de ce besoin constant d'être mesquin et retors. Poursuivit Powell. Tu devrais prendre du bon temps, te trouver une occupation. Tu peux devenir homme au foyer, je ne vais plus avoir beaucoup de temps pour m'occuper de la maison.

- C'est vraiment tout ce que tu as à me dire, s'impatienta-t-il.

Il se leva et commença à faire les cent pas. Les poings serrés, il tâcha de faire le point, de ne pas s'emporter, de ne pas effacer le sale sourire omniprésent sur la tronche de cake de Thalès.


- Anne va avoir besoin de toi, changea-t-il finalement de sujet. Je compte sur toi pour la garder « à l’œil ». Enfin, si ce n'est pas trop te demander... Bien sûr, cela te laissera moins de temps à consacrer à la bibine, mais c'est un mal pour un bien. Je ne suis pas le seul à avoir besoin d'être sevré, n'est-ce pas ? Rassure-moi, tu ne jongles plus avec des grenades ? Ce serait vraiment trop con que tu finisses comme Pacino dans ce film-là... C'était quoi le titre déjà ? Allez, tu dois connaître ! Ça parle de whisky, tu dois kiffer !

OK. Finalement, Tutor n'avait pas trop réussi à préserver son calme. Ses piques volaient bas, Woods en avait conscience. Mais elles ciblaient néanmoins une corde extrêmement sensible. Jeremy avait besoin de se défouler. Et boxer la tronche de Powell constituerait un excellent exutoire, si jamais ce dernier se décider à en venir aux mains.

_________________

« Je n'ai pas peur du danger. JE suis le danger ! »

XMH Awards 2015:
 

Version Disney || Version Comics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t662-tutor-shadow-soldier#13426http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1424-tutor-shadow-soldier#27342http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t676-tutor-shadow-soldier#13675




Messages : 214
Date d'inscription : 24/02/2015
Identité : Capitaine Powell
Dons : Contrôle de la gravité terrestre

MessageSujet: Re: [CLOS] « Que tous les hommes soient frères, c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. » | Tutor Ven 16 Oct 2015, 00:53




« Que tous les hommes soient frères,
c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. »


Tutor était la preuve irréfutable qu'on ne choisissait pas sa famille, et qu'il était parfois difficile de vivre avec. Thalès avait perdu un frère et peinait encore à s'en remettre. Être en présence de cette parodie de frère devait l'irriter encore plus. Tutor avait le charisme d'une huître, un vrai mollusque. Or, tout ce qui brillait chez lui, c'était son crâne. Aucune perle ne risquait d'en sortir. Les deux hommes perdaient un temps prodigieux à s'importuner, à la manière des adolescents. Quelque part, ils devaient aimer cela. Tutor était le contraire de « bandant », mais le capitaine devait admettre qu'il trouvait jouissif de voir son interlocuteur se crisper de la sorte. Il aurait du mal à s'en lasser.
Le borgne haussa un sourcil lorsque son beau-frère lui rappela qu'il ne savait rien. Ce n'était pas parce qu'il se prenait pour Socrate, qu'il allait plus l'impressionner. Pas plus que ses répliques proches du « miroir, miroir ». Thalès était presque déçu d'avoir aussi peu de concurrence.
Le militaire se tint plus sur ses gardes lorsque son invité se releva brusquement. Il aurait pu croire qu'il allait se jeter sur lui. Les poings de Tutor étaient crispés, mais il se contenta de faire les cent pas dans la pièce. Il se demandait ce qu'il avait à lui dire...

« Anne va avoir besoin de toi. Je compte sur toi pour la garder « à l’œil ». Enfin, si ce n'est pas trop te demander... Bien sûr, cela te laissera moins de temps à consacrer à la bibine, mais c'est un mal pour un bien. Je ne suis pas le seul à avoir besoin d'être sevré, n'est-ce pas ? Rassure-moi, tu ne jongles plus avec des grenades ? Ce serait vraiment trop con que tu finisses comme Pacino dans ce film-là... C'était quoi le titre déjà ? Allez, tu dois connaître ! Ça parle de whisky, tu dois kiffer ! » tonna-t-il.

Le militaire était presque déçu. Disons que pour être déçu, il fallait d'abord fonder quelque espoir, en quelqu'un. Le chauve avait essayé de faire évoluer le niveau de la discussion, mais il avait fait un pas en avant, pour reculer de deux pas. Ses répliques suivantes volaient sous terre. Au reste, il s'agissait effectivement d'un sujet très délicat, pour le capitaine. Du moins, il supportait peu que certaines personnes se permissent d'en parler, surtout à tort et à travers. Le capitaine se releva. Il avait l'air calme. Il souriait, même.

Tu sais bien que tu peux compter sur moi pour veiller sur Anne. Je l'ai toujours fait. Je suis... comme un substitut du père qu'elle a perdu, dit-il, en s'approchant.

Le sourire restait présent, et même charmant. Le regard de prédateur ne trompait pas. Thalès provoquait un homme qu'il méprisait cordialement, et à qui il en voulait farouchement.

Quant à mon « accident », je crois que tu connais ma réponse à ce sujet, dès que tu l'évoques, poursuivit-il, avant de lui asséner un coup de boule sec et brutal, sur le nez, qui fut victime d'un craquement sinistre.

Mon toit, mes lois, Woods, gronda-t-il.




_________________










“This is a joke. This is all a joke.”




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1337-thales#25733http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t978-thales#19346http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-benedict-dantes#19395http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1506-thales#28331




Messages : 108
Date d'inscription : 21/04/2014
Identité : Jeremy Woods
Dons : Contrôle mental - Esprit impénétrable - Mémoire génétique

MessageSujet: Re: [CLOS] « Que tous les hommes soient frères, c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. » | Tutor Mer 23 Déc 2015, 17:08

Jeremy Woods n'avait pas brillé par son éloquence, c'était un fait. Déjà extrêmement tendu en raison de la précarité de sa situation, Woods devait en plus supporter la compagnie de son beau-frère. Devoir lui être redevable donnait la nausée à Tutor. Que n'aurait-il pas donné pour effacer définitivement le sourire hypocrite du visage de Thalès ? Quoi qu'il en soit, Jeremy avait fini par craquer, s'emportant davantage que de raison.

- Tu sais bien que tu peux compter sur moi pour veiller sur Anne. Je l'ai toujours fait. Réagit Powell, très calmement en apparence. Je suis... comme un substitut du père qu'elle a perdu.

Comment osait-il ? L'enflure ! Ce misérable, cette parodie d'oncle, s'imaginait être un meilleur père pour Anne que Jeremy. Il avait un pète au casque ou quoi ? Tutor brûlait de lui faire ravaler son sourire.

- Pauvre con, souffla-t-il, entre ses dents, se contrôlant pour le moment.

- Quant à mon « accident », je crois que tu connais ma réponse à ce sujet, dès que tu l'évoques, poursuivit Thalès avant de, eh oui, lui foutre un coup de boule !

Le choc fit basculer Tutor en arrière. Se retenant in extremis à un meuble, Woods parvint néanmoins à rester debout. Le goût du sang humecta ses lèvres. Powell venait très certainement de lui péter le nez. Sonné, Jeremy reprit contenance doucement, tandis que des larmes de douleur et de rage s'échappaient de ses yeux. Il adressa un regard assassin à son agresseur.


- Mon toit, mes lois, Woods, tempêta celui-ci.

Woods cracha une gerbe de sang par terre. Il leva ensuite son doigt en direction de Thalès.


- La prochaine fois que tu me touches, je te tue, mon « frère », le mit-il en garde.

Et il pesait chacun de ses mots. La menace n'était certainement pas à prendre à la légère. D'ailleurs, il s'agissait plus d'une promesse que d'une menace.


- Je vais aller chercher mes affaires, ajouta-t-il. Puisque tu es si occupé, je ne te retiens pas.

A l'entendre, on pourrait presque penser que Tutor chassait Thalès de sa propre maison... Ses dernières paroles prononcées, Woods quitta la pièce, en se tenant parfois au mur pour préserver son équilibre. Il regagna l'extérieur de la maison pour récupérer sa valise dans la voiture. Une cohabitation difficile allait commencer. Maudit pirate !

_________________

« Je n'ai pas peur du danger. JE suis le danger ! »

XMH Awards 2015:
 

Version Disney || Version Comics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t662-tutor-shadow-soldier#13426http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1424-tutor-shadow-soldier#27342http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t676-tutor-shadow-soldier#13675




Messages : 214
Date d'inscription : 24/02/2015
Identité : Capitaine Powell
Dons : Contrôle de la gravité terrestre

MessageSujet: Re: [CLOS] « Que tous les hommes soient frères, c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. » | Tutor Mar 02 Fév 2016, 12:36




« Que tous les hommes soient frères,
c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. »


Tutor était un sale con, c'était un fait irréfutable. Il préférait demeurer dans un climat de conflit, plutôt que d'accepter l'aide de son beau-frère. Il était incapable de ravaler sa fierté, une minute. Certes, le capitaine devait bien admettre qu'il ne lui facilitait guère la tâche, en passant son temps à le provoquer. Ce qui était chouette, c'est que les sentiments étaient réciproques, et qu'ils n'éprouvaient aucune peine à les divulguer. Thalès eut un regard ironique, tandis que Tutor le traitait de « pauvre con ». L'insulte aurait pu être vexante, si elle ne provenait pas d'une pauvre merde.
Parfois, il s'en voulait d'être si dur à l'égard de Tutor, mais il suffisait que celui-ci prenne la parole, pour le revigorer. D'ailleurs, boule de billard évoqua encore son « accident » et le militaire choisit de lui casser le nez, en bonne et due forme.
Une seconde, il crut que Woods allait le tuer, mais il ne fut pas impressionné pour autant. Il observa son beau-frère cracher par terre, avant de le menacer ni plus ni moins de le tuer. Thalès ne répondit rien, bien conscient que Jeremy ne l'avertissait pas à la légère. Peut-être avait-il conscience, quelque part, d'être allé trop loin. Il ne savait quoi répondre, mais Tutor préféra de toute façon quitter la pièce, pour aller récupérer sa valise. Thalès le laissa faire, réalisant qu'ils avaient manqué de s'entre-tuer, avant même que Jeremy ne soit installé. Ils allaient devoir calmer le jeu, si ils ne souhaitaient pas s'auto-détruire. Mais que voulez-vous ? Thalès avait le sang chaud.
Il se demanda, un instant, ce qu'il pourrait faire, pour rattraper le coup, et éviter que Tutor mette du laxatif dans ses plats. Malheureusement, il voyait mal Jeremy accepter un présent ou des chocolats. Il les lui renverrait à la face. Le mieux restait sans doute l'ignorance. Il soupira et entreprit de nettoyer le sang, présent dans la cuisine. Tout cela promettait.


Fin du sujet





_________________










“This is a joke. This is all a joke.”




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1337-thales#25733http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t978-thales#19346http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t54-zexion-roxas-axel-benedict-dantes#19395http://xmh-the-after-years.forum-gratuit.tv/t1506-thales#28331



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [CLOS] « Que tous les hommes soient frères, c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. » | Tutor

Revenir en haut Aller en bas

[CLOS] « Que tous les hommes soient frères, c'est le rêve des gens qui n'ont pas de frères. » | Tutor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Martin Gray] Au nom de tous les hommes
» [Beauvoir, Simone de] Tous les hommes sont mortels
» Simone de BEAUVOIR: Tous les hommes sont mortels
» BLOODY WEEKEND CHAPITRE II
» De l'égalité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
XMH : The After Years :: Powell/Talbot's House-